Édition du
8 December 2016

Langue et devenir

Hogra de nos valeursLe Quotidien d’Oran du 6 août 2015

Brahim Senouci

Les adversaires de l’arabe dit littéraire font feu de tout bois. Il s’agit d’une langue morte, disent les uns. Elle ne peut véhiculer que le message coranique, renchérissent d’autres. Elle est incapable de prendre en compte la modernité, assurent d’autres encore…

L’arabe, langue morte ? Deux-cent millions de locuteurs ! Pour une langue morte, il faut bien avouer que c’est plutôt pas mal. Il n’y a pas une université de renom qui ne comporte en son sein une chaire de langue arabe.

Une anecdote : en 1994, je rencontre à Paris un représentant de Human Rights Watch, Eric Goldstein. Il exprime le désir de rencontrer des Algériens pour avoir une vision « locale » de la guerre atroce qui ensanglante l’Algérie. Je convoque quelques amis et une réunion informelle se tient quelques jours plus tard. Eric prend la parole en… arabe, en s’appuyant sur un dossier établi par son organisation, rédigé en… arabe ! Certains des amis présents éprouvent quelques difficultés à le suivre. Quant à lire le dossier qu’il leur a fourni, la tâche leur est impossible ! Nous convenons alors de poursuivre la conversation en français, langue que maîtrise mal l’ami Eric, ce qui influe négativement sur la facture du débat…

Langue dédiée exclusivement au sacré ? Ceux qui se hasardent à ce genre d’hypothèse devraient lire Ibn Khaldoun, Ibn Rochd, Ibn Tofaïl, ou Ibn Badja. Leurs œuvres convoquent ce qu’il y a de plus difficile, de plus sophistiqué en matière de philosophie, de science et de sociologie. La langue arabe leur offrait les outils à même de rendre de manière admirablement précise la complexité de leurs raisonnements, leurs nuances les plus ténues… En matière scientifique, je conseille aux sceptiques de consulter les nombreux manuscrits des savants arabes qu’ils trouveront aisément sur la Toile ou dans les musées, au Topkapi d’Istanbul par exemple. Le mouvement des astres, les appareils scientifiques, les règles de l’optique, la circulation du sang dans le corps humain, sont décrits avec un luxe de détails, sans le moindre recours à une autre langue que l’arabe.

Cette propension à détruire une part aussi importante de notre patrimoine doit nous interpeller. Il est vrai que l’état actuel du monde arabe n’est pas de nature à nous remplir de fierté. Mais ce serait indigne de notre part de renier cette dimension de notre être culturel en l’associant au marasme actuel qui la caractérise. Il y a en France des enfants d’immigrés qui refusent de marcher à côté de leurs mères ou grands-mères. Ils sont gênés par leurs fichus, leurs robes trop amples, leurs tatouages sur le front. C’est une forme de déni des origines, de même nature sans doute que celui dont il est question ici.

Il n’y a pas de solution du style « auberge espagnole » qui consisterait à ne prendre dans le passé que les bouts de mémoire qui conviennent à chacun. Il y a une mémoire collective, vieille de plusieurs siècles, qui structure, qu’on le veuille ou non, nos imaginaires. Il faut l’appréhender dans sa globalité et y trouver les points d’appui pour une projection vers la modernité et l’universalité. Nous pourrons ainsi trouver les ressources nécessaires à l’élan collectif qui nous permettra de faire accéder notre pays au rang des nations qui comptent. A défaut, l’addition de nos mémoires boiteuses finira, au mieux par nous installer définitivement dans le monde sous-développé, au pire par faire éclater notre pays et nous jeter sur les routes des exodes


Nombre de lectures : 3354
11 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ali
    7 août 2015 at 0 h 54 min - Reply

    Assalam,
    Le singe peut imiter mais helas il ne peut créeer. Le monde arabe ne peut lever la tête que s’il prends conscinece qu’il est complexé et que le seul remèdel est une révolution culturelle où la langue arabe devient le vecteur du changement. Maitriser la langue du « puissant », comme le font les peuples africains par exemple, n’a jamais été une voie salutaire. Enfin, le lobby du francais en Algérie, malgré l’appui de FAFA, est condamné à l’échec.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 16

  • Lakhdardz
    7 août 2015 at 9 h 30 min - Reply

    Votre article ne reflète pas les termes du débat.
    Il ne s’agit pas de renier la langue arabe, sa beauté et sa richesse, mais de la meilleure façon de l’enseigner. Après une arabisation de plus de 50 ans, dont 40 ans de fawdha mentale, le constat d’échec est là et il s’agit de voir si on ne peut pas mieux faire. Certains linguistes (la théorie est universelle et vient d’ailleurs) pensent qu’il faut aborder la langue classique à travers les acquis de la langue maternelle, durant les deux premières années. A la 3ème année, une fois la langue classique apprivoisée, continuer exclusivement dans cette langue.
    L’intention est bonne mais, il est vrai qu’avec le déficit de confiance entre gouvernants et gouvernés, beaucoup pensent que c’est un coup tordu.
    Maintenant, je me permettrai de poser une autre question, pourquoi tant d’acharnement sur la langue populaire, que l’on veut juste utiliser comme une béquille, le temps de s’appuyer sur ses deux jambes.
    C’est tout aussi désolant, surtout que les autres peuples dits arabes, à l’image de l’égyptien ou du syrien, sont si fière de s’exprimer dans leur derdja. Derja qu’ils ont fini par nous imposer à travers leurs productions télévisuelles et dont certains (surtout certaines) de nos concitoyens (nes) sont si fiers d’exhiber au quotidien.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

    • Dido
      7 août 2015 at 22 h 03 min - Reply

      Bonjour

      Vous m’apprenez quelque chose!!! je ne savais pas que en Égypte et en Syrie les élevé en première et deuxième classe utilisent leur derja
      a l‘école!!! ? faut appeler un chat un chat. Et votre comparaison ne reflète pas les termes du débat.
      Personne n’as mis en question le dialecte( pour ne pas dire la langue) algérien utiliser par notre production cinématographique et encore moins
      Quand nos pauvre politiciens montes sur les plateaux de télévisions pour nous lancer leur mensonges et leur ’’chiata’’

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Dudesert
    7 août 2015 at 14 h 31 min - Reply

    Le retard accusé par la langue arabe est le fait uniquement et exclusivement de ses défenseurs et ses promoteurs. Ces derniers ont de tout temps utilisé la langue et la culture arabe pour des objectifs personnels et politiques propres. Ils l’ont par ailleurs systématiquement opposé aux langues étrangères et langues locales. Pour ces dernières, la langue arabe a été utilisé comme alternatives aux langues maternelles ce qui a provoqué des réactions violentes.
    Les vrais défenseurs et promoteurs de la langue arabe ont été de tout le temps les bilingues.
    Salutations

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • Laamri
    7 août 2015 at 16 h 09 min - Reply

    Avec tous les Humanismes qui Gouvernent l’arabie comment voulez vous que cette langue de savoir devient ce qu’elle fut? les arabes sont guidés par des Sionistes, naziste et marksiste voila le fond du problème, cette option est plutôt de celle de l’homme animal entre autre l’homme superman, la race supérieur etc…
    il existe l ‘autre option c’est celle de la Morale celle est religieuse croyance en Dieu est plus créatrice et évolutif si est seulement si l’ont respecte.
    le problème est dans nous, on doit donc faire le ménage et renvoyer tous les sionistes qui nous gouverne.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • El Haquika
    8 août 2015 at 9 h 54 min - Reply

    Brahim Senouci

    Personne n’a dit que l’arabe est une langue morte qui ne sert à rien ! C’est une langue qui n’arrive pas encore à se moderniser ni à évoluer pour accéder à la maîtrise des sciences et de la technologie ! Elle est très en retard dans son contenu vis à vis des sciences et de la technologie. Est- à cause du fait que c’est une langue trop idéologisée et trop ratachée et dépendante de la religion ? Il faut y réflachir avant de donner une réponse ! Voilà es vraies questions.

    Sinon évidemment que la langue arabe a sa place dans le monde et dans les universités internationales et dans les institutions internationales ! Même les israêlien ont prévu l’arabe dans le programme scolaire et universitaire.

    Pour bien me faire comprendre, je cite un exemple . Les Français par exemple estiment que la langue anglaise et plus évoluée que la leur dans le monde de la technologie et des sciences et c’est pour çà que leurs écoles et leurs universités reccourent de plus en plus à l’anglais pour compenser le delta entre les deux langues !

    Il faut apprendre à poser les vrais problèmes pour pouvoir les résoudre !

    Amicalement !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 15

    • Mouzite
      8 août 2015 at 15 h 25 min - Reply

      @El Haquika

      Les israêliens ont pris la décision d’introduire la langue arabe dans leurs écoles et leurs université , mais chez nous jamais on aura « l’intelligence stratégique » des juifs !

      Chez nous en dehors de l’arabe et de l’islam rien ne passe !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

    • lilas
      14 août 2015 at 19 h 14 min - Reply

      arabe, son parler et son enseinement ne sont un probléme qu’en algerie
      Ou voyez vous un probéme d’arabe au moyen orient . Au contraire, des qu’on allume la parabole, on voit a quel point ces gens sont cultivés et eduqués , ne vehicule qu’un message: que l’arabe est une langue de civilisation et de m odernité… Je ne vois aucune différence ( a la télé, donc les journalistes) entre un oriental qui s’eprime en arabe, un francais qui sexprime un francais ou un américain qui s’exprime en anglais

      la langue arabe ne pose probléme qu’en algerie. C’est un porbléme local , national. ET non d’islam ou d’arabité. Meme nos vosins tunisiens s’en sortent mieux

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • HOUARI
    8 août 2015 at 16 h 53 min - Reply

    Brahim Senouci

    Quoi vous dire si non Bravo pour votre magnifique article qui j espère va laisser réfléchir ceux et celle FRANCOPHONES OU FRANCOPHILES qui s’attaquent aveuglement et avec ignorance a la langue du coran qui nous appartient, a qui nous appartenons et qui nous est chère nous Algériens musulmans. Encore bravo monsieur pour cette leçon..

    AU ROYAUME DES MEDIOCRES LES NULS SONT ROI

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

  • EL HADJ
    8 août 2015 at 18 h 51 min - Reply

    @El Haquika

    Et le « delta » ou le « gap » entre l’arabe et les autres langues comme l’anglais, le français, l’Italien ou l’Espagnol est carrément un gouffre, un abîme, un abysse, un précipice !

    Khelounaa tranquille ya el khaoua !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • Aissa TALAH
    12 août 2015 at 7 h 38 min - Reply

    Mr. SENOUCI, votre article mérite tout le respect et l’admiration pour que ses fanatiques d’aliénés , d’acculturés, de francophiles et de » francomanes » réalisent que l’arabe comme langue universelle, notre langue et bel et bien, la langue la plus logique, la plus précise et la plus apte a affronter toute situation: linguistique, phonétique ou autres. mais par leur ignorance aveugle qu’ils se comportent de cette manière le moindre qu’on puisse dire, décevante voire, insensée !!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos