Édition du
6 December 2016

La « daridja » encore une diversion du systéme-pouvoir!

ecoleDr Mohamed MAIZ
Dois-je y aller comme tous dans mon écrit sur ce non événement qui est l’enseignement de la « daridja » aux premiers paliers de l’enseignement et me plier à ce principe des réactions en chaîne qui fait qu’on ne peut parler que de ce dont tout le monde parle ?
 Je n’irais pas dans le sens de ce courant que je considère abusif , aveugle , restrictif et surtout subversif et dont l’une des conséquences est de masquer le réel ,le non dit ,le non avoué par une fixation paralysante sur le sujet , alors que ce qui se cache est beaucoup plus important et même plus grave.
Aller donc dans ce crétinisme linguistique que l’on veut imposer à nos enfants , c’est aller dans le sens de l’agitation stérile et non constructive ce qui n’est pas l’objet de mon écrit.
Toute réforme dans le système éducatif ne doit pas avoir, à mon avis, pour objectif de prouver ou d’approuver le bien fondé d’une idée ou d’une démarche , mais d’abord de trouver l’origine des difficultés , des échecs et des tourments qui affectent nos enfants et par la même notre société. En ce sens , ce n’est point l’introduction de la langue arabe dès la première année scolaire qui est le véritable mal de l’école Algérienne , mais il est bel et bien dans le système pédagogique mis en œuvre (je dis bien système parce que l’on va retrouver cette notion de système tout le long de cet exposé).
A la pédagogie qui est l’art d’enseigner par et pour la raison on lui a substitué un « pédagogisme » qui est un enseignement « hors raison ». On comprend dès lors pourquoi certains enseignants peuvent dire a l’enfant qui réfléchit « mais pour qui te prends-tu?
Le pédagogisme écarte l’individu de la conception de règles personnelles qui lui sont indispensables pour vivre sa vie humainement .
Sans règles personnelles , il risque de n’agir que sur commande et de ne prendre aucune initiative , même dans les cas d’extrême urgence .
Cette passivité que nous observons dans le quotidien , n’a t elle pas été induite à l’école par une pédagogie visant plus la dépendance et la soumission que l’autonomie?
La jeunesse d’aujourd’hui, marquée par un système pédagogique inhibiteur de la volonté et de la raison est prisonnière de « l’habitude » , du figé car on lui a « figé » son cerveau gauche . Une pédagogie qui ne sollicite que le cerveau droit , faisant fi du sens , de la raison , de la déduction et qui exécute des instructions orales ou écrites simples. Des exemples ? en voici deux significatifs .
1 on a dit aux enfants d’octobre 88 (donc des écoliers sous l’influence de cette pédagogie de la soumission et de l’endoctrinement) de sortir dans la rue et ils sont sortis , sans savoir ni pour qui ni pour qui?
2 on a dit aux jeunes de 92 de monter aux maquis , ils sont montés , on leur a dit de redescendre et ils sont redescendus par une simple fetwa.
Il est donc clair que pour le système , il s’agit moins de promouvoir l’individu doté de discernement et de raison que d’en obtenir ce que l’on en attend , c’est a dire l’obéissance .
La socialisation primerait la raison et la réflexion individuelle.
En clair ,on pratique aux dépens des parents , une pédagogie dont la finalité n’est pas la promotion individuelle de l’homme et son épanouissement . Elle est destinée à la création d’une entité socialisée , a qui l’on attribue , pour certains , les moyens nécessaires à la tenue de la place qu’on lui destine dans la société que le système a projeté . Il s’agit là d’une démarche dirigée contre la personne dans le but de limiter ses possibilités et son autonomie .
On comprend dès lors le manque d’engagement de l’élite Algérienne dans sa tranche jeune dans des actions pour le changement.
Il est clair que tous ces désordres et les exclusions induits par la pédagogie en vigueur sont autant de violences intolérables pour les personnes qui les subissent , comme pour leur entourage , enseignants compris .
Par ailleurs cette pédagogie a des effets délétères sur notre société , car elle assure la promotion sociale de ceux qui sont plus enclins que les autres a l’argument d’autorité ; elle met également en perspective l’avènement d’un homme plus suiveur qu’acteur , plus agi que décideur , plus naturellement porté a la dépendance qu’a l’autonomie . En somme « l’homo-chita ».
C’est ainsi que le système a été construit et consolidé au fil des années avec à la base une strate d’agis préparés a toutes les obéissances . En superposition se trouve une deuxième strate , beaucoup moins nombreuse et qui constitue ceux qu’on nomme communément , les enfants du système ou les commis du système , ou les harkis su système , et qui ont pour mission des distribuer des ordres a ceux du dessous .
Quand aux exclus du système, c’est a dire , la majorité , ils ne représentent qu’une masse de votants pour la légitimation du système- pouvoir .
Dans cet ordre d’idée , il est aisé de comprendre le soin tout particulier qu’il convient de porter à la « mise à l’écart » des esprits critiques , le putot possible et partout ou ils pourraient émerger afin que le système puisse fonctionner sans remise en cause .
En définitif si nos enfants veulent un diplôme , une place , une reconnaissance ils doivent adhérer au système .
Telle est la finalité du pédagogisme qui sévit dans notre école .
Enfin , au lieu de s’en prendre au véritable mal qui gangrène l’école et qui fait tant de mal a la société on s’en prend au futile , au dérisoire .
Et je termine par dire que ce n’est pas la langue arabe en soit qui est toxique ou qui constitue une violence pour l’enfant mais bien l’incapacité a pouvoir la socialiser correctement .
Dr Mohamed Maiz

Nombre de lectures : 2142
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • lyes laribi
    9 août 2015 at 23 h 04 min - Reply

    Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse. Le vrai problème est d’ordre pédagogique et éducatif que linguistique. L’enfant algérien est plus imbibé par l’esprit de chakara, de maarifa de papa, de la harga que par la réussite scolaire car rien n’a été fait dans ce sens. La réussite de la génération post indépendance jusqu’au début des années 80 était portée par la soif de savoir de leurs parents dont le colonialisme les en avait empêché. Elle aurait pu réussir avec n’importe quelle langue. Il se trouve qu’il s’agissait du français. Une question importante se pose, pourquoi ce problème surgit bien à ce moment là.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 20

    • rachida
      14 août 2015 at 7 h 59 min - Reply

      qu’esr-ce que la réussite scolaire?

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • KAHENA
    10 août 2015 at 5 h 05 min - Reply

    J’ai pleuré en voyant nos gosses assis à trois par table. C’est monstrueux!!! Au lieu de jeter des milliards pour la construction d’une mosquée de style marocain, on aurait pu construire des milliers d’écoles pour que nos enfants soient, comme en Europe, quinze par classe! Pour pouvoir étudier très à l’aise… non, nos « m’khakhs » préfèrent les entasser comme des sardines dans des « classes » vétustes et inappropriées.

    Juste un petit calcul. Ils sont trois par table. Chaque rangée est composée de six tables, soient 18 élèves par rangée! C’est complètement dingue leur truc, là…
    Et comme il doit y avoir quatre rangées (la quatrième n’apparait pas, en fait) cela fait: 18 élèves x 4 = 72 élèves par classe!!!
    Et combien même on compterait uniquement trois rangées cela nous fait: 18 élèves x 3 = 54 élèves!!! C’est complètement fou! C’est inadmissible!!!
    Juste une question: QUELLES SONT LES NORMES MONDIALES ADMISES ET RETENUS OBLIGATOIREMENT PAR L’UNESCO?

    Peut-on avoir la réponse exacte par un de nos spécialistes, svp?

    Voilà, Mme. BENGHEBRIT les véritables questions de l’heure que doit soulever et débattre mais surtout résoudre et solutionner votre département!!! Ce n’est pas le faux pb. de la « dardja » pour nous éloigner des véritables pb. auxquels sont confrontés nos enfants et votre administration.

    Voyez le regard hagard et perdu de ces pauvres enfants innocents! N’emplit-il pas votre coeur de pitié…? Car ils sont L’INVESTISSEMENT de demain pour notre pays. Ce sont eux LA MATIERE GRISE du pays. Ils sont SON AVENIR et NOTRE AVENIR.

    Le pétrole se tarit, déjà, hélas! Mais l’investissement dans nos enfants et dans leur matière grise est notre meilleur garant quant à l’AVENIR du pays des un million et demie de CHOUHADAS!!!

    Comprenez-vous au moins cela, Mme. BENKEBRIT???

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • Hebar Kamel
    10 août 2015 at 17 h 50 min - Reply

    @KAHENA

    Oui Madame, ils sont là les vrais problèmes c’est à dire les moyens matériels et financiers mis par l’Etat à la disposition de la construction des écoles, de la formation des enseignants, aux moyens pédagogiques, aux cantines etc etc.. etc alors que Khelifa ou Khelil ou Ghoul peuvent gaspiller ou détourner des milliers et des milliers d’écoles et d’universités et d’autres choses sans aucun problème !

    Je vous garantis Madame qu’avec 3 élèves par table et des classes surchargées même la langue du Coran ne peut pas s’apprendre ! Mouhale oua abadène !!!

    Remarque : il y a aussi le problème de la croissance démographique qui est en train de s’accélérer mais çà c’est « haram » d’ne parler dans un pays musulman, malheureusement ! La politique de natalité qui consiste à faire correspondre les capacités d’investissement et de réalisation d’un pays donné avec la satisfaction des besoins de cette population, c’est chez nous « haram » car si on ne parle de çà, on va directe et sans escale en enfer, et tous comme nous sommes musulmans ou pas !

    Madame je vous conseille de ne pas pleurer, car il y a encore des problèmes plus graves encore dans notre pays !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • rophelin
    12 août 2015 at 12 h 59 min - Reply

    pauvres enfants sous alimente´. ils resemblenta des sardines . l,etat de cette ecole dans un pays de petrol. ah ya hlima pourquoi tu es partie au cinema et tu as laisse´ KADOUR lahas lekdour seul entrain de detruire l,algerie.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • hanane
    14 août 2015 at 2 h 10 min - Reply

    et dire que des journalistes qui ne sont pas des nuls comme ceux d’El Watan et du Soir d’Algérie osent la mettre à égalité avec Mostapha Lacheraf !!!! il se retournerait dans sa tombe !!! une marionnette n’est pas égale à un savant !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • lyes laribi
    14 août 2015 at 21 h 26 min - Reply

    La réussite scolaire, c’est l’estime de soi où la confiance dans ses capacités.c’est qu’on enseigne ici en France aux enfants mais pour faire cela, il aurait fallu garder  les 200.000 universitaires qu’a fait fuire Nezzar et ses compagnons avec leur coup d’état pour laisser place à la paraisse et aux faux diplomes d’une grande majorité de nos cadres et la maarifa de papa. Vous n’avez qu’a jeté un coup d’oeil sur le nombre de prof de maths et physique dans les lycées français pour comprendre cette hémoragie sans parler des autres domaines tel que la présence de plus de 20.000 médecins algériens dans les hôpitaux français et autant d’informaticiens.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

    • rachida
      27 août 2015 at 13 h 56 min - Reply

      Vous allez vite en besogne, la réussite scolaire c’est le diplôme et c’est ce qu’a fait l’école post-indépendance, former des cadres pour le développement économique, l’école a été un ascenseur social et a permis aux enfants du peuple d’accéder aux professions valorisantes mais aujourd’hui niet. Quant à l’estime de soi, je ne pense pas que ça passe par l’école, il y a ceux qui se surestiment et piétinent les autres, et ça doit être spécifique à certaines régions. La réussite scolaire c’est peut-être aussi l’honnêteté intellectuelle qui fait défaut aux diplômés qui se targuent de leur ascension sociale.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Dahmane
    22 août 2015 at 16 h 36 min - Reply

    Regardez et lisez ça, on parle ensuite:
    https://www.youtube.com/watch?v=TxaspqSGy_s العامية في المدرسة الجزائرية- ضيف النشرة مهدي براشد باحث في اللسانيات

    http://www.alquds.co.uk/?p=389612 تغييب العقل النقدي حول إشكالية العاميات في الجزائر

    http://www.middle-east-online.com/?id=205871 اللهجة العاميةُ عربيةٌ فما الذي يزعج دعاة التعريب؟

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • sally
    27 août 2015 at 21 h 49 min - Reply

    je comprends pas pourquoi madame la ministre attribue l’échecs a la langue arabe portant il ya des facteurs qui peuvent conduire aux même résultats ???? est ce que c’est de l’incompétence ou??????

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos