Édition du
10 December 2016

Islam : Pour une vision contemporaine

 

exploitants de la religionL’Islam après sa révélation, a traversé un processus de réduction qui a lui enlevé une a une ses « strates isolantes », pour en nous laissé qu’une sève mortifiée.

Ce processus a commencé au début de l’histoire islamique juste au moment ou les Imams des différentes écoles ont codifié le droit musulman.

Ce processus gigantesque a ainsi dans la durée réduit l’Islam à un «culte de fiqh», ou de jurisprudence.

Les décisions légalistes des Imams classiques étaient liées à l’espace et au temps de leur écriture. Et ils étaient essentiellement concernés par résoudre les problèmes de leur époque.

Ainsi les normes établies durant les premiers siècles après la révélation étaient les meilleures réalisations dans les conditions sociales de leur époque.

De cet fait et en dépit de leurs meilleures tentatives de présenter la vérité coranique comme ils l’ont vu, Ils (Imams) ont incorporés les préjugés et les préoccupations de leur propre temps.

Par conséquent, certains concepts clés de l’Islam ont été dépouillés de leur plus large signification:

1- Ijmaa (consensus), qui signifie consensus du peuple, a été réinterprété comme le consensus des Imams uniquement.

2- Ilm, qui englobe toute les variétés de la connaissance, est venu à signifier le savoir religieux et du religieux uniquement.

3- Ijtihad, l’effort intellectuel que tous les musulmans ont le devoir de pratiquer pour interpréter et comprendre le texte Coranique, est devenu la responsabilité de quelques privilégiés, puis le privilège des seuls Imams.

It est tout à fait clair que l’Islam doit être réinterprété pour chaque époque et à la lumière des connaissances de cette même époque.

Et que l’Etat « Medina », établi par le prophète, ne doit par être imité dans les moindres détails. Seulement son esprit, et les valeurs sous-jacentes ont une signification durable.

De la Sunna, seuls les faits et gestes accomplis par le prophète publiquement et collectivement doivent être pris en considération.

Apres une prise de conscience, les musulmans de chaque époque ont le devoir à travers un effort collectif de créer une société dont les valeurs islamiques lui seront propres, seront supérieures à celles des premiers siecles de l’islam.

Dans cette quête, la communauté musulmane devrait être guidée par l’esprit de l’Islam et non pas par l’acceptation inconditionnelle de codes et valeurs que le temps a mis dans la mire du questionnement.

La réinterprétation de l’Islam pour chaque époque contemporaine présente les Musulmans avec un défi difficile. Ce défi est devenu une véritable urgence face à l’expansion et la montée du Wahhabisme.

Cette réinterprétation ne doit pas être fondée sur un modèle réductionniste et simpliste.

Elle doit incorporer une vision du futur vue à travers l’universalité du message du prophète.

L’islam, est religion, culture, tradition et civilisation, tout à la fois.

L’amputer de l’une de ces composantes, c’est projeter une image distordue de lui.

C’est ce que nous vivons et voyons aujourd’hui.

Khaled Boulaziz


Nombre de lectures : 3026
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Mohamed DJOUADI
    19 août 2015 at 21 h 17 min - Reply

    Monsieur Khaled Boulaziz , bonsoir et tous mes respect.

    Merci pour votre contribution, mais je crois que ce genre d’article il faut le faire lire à ceux qui ont détruit :

    – les œuvres d’art, les statues et autres arts assyriens, du deuxième plus important d’Irak le musée de Mossoul,
    – les Bouddhas de Bâmiyân, statues monumentales en haut-relief de bouddhas dans la vallée de Bâmiyân en l’Afghanistan,
    – le mausolée d’un saint musulman dans une localité du Nord-Mali,

    …et enfin à ceux qui ont décapité l’ancien directeur des Antiquités de Palmyre (Syrie), etc…. etc…. etc…

    car , beaucoup n’arrêtent pas de nous bassiner à longueur de journée que tout çà c’est l’oeuvre de l’OTAN, BUSH , SARKOZY et ISRAEL mais pas de nos djihadistes sauvages, fou de Dieu ignares,sans culture, car , eux , se sont des agneaux incapables de faire du mal même pas à une mouche puisqu’ils craignent Dieu et le Prophète !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 17

  • Othmani
    19 août 2015 at 21 h 42 min - Reply

    Cher Frere Khalid Boulaziz,

    Sans aucune pretention ni aucune intention de toucher votre amour propre, considerez les sciences musulmanes comme des sciences a part entiere qui ont:
    1 – Une methodologie
    2 – Des terminologies
    3 – Une approche
    4 – Des avis et resultats differents selon les interpretations qui sont legales du point de vue de la lecture de la langue Arabe car tous les textes (Quran et Hadith) sont en Arabe.

    Allez au fonds de ces sciences et connaissez leur tenant et aboutissants et comme ca les confusions cesseront.

    Les termes utilises sont des termes qui ont un sens autre hors contexte juridique. Par exemple, le mot ilm peut designer:
    – Le savoir en general
    – Un savoir specifique
    – La conaissance d’une information donnee
    – etc..
    Dans le contexte des sciences juridiques, le faqih a l’obligation de savoir (ilm):
    1 – tous les textes relevant du probleme qu’il est en train de traiter
    2 – Le fonctionnement contextuel de sur qui il se penche (par exemple, les operations bancaires internationales doivent etre traitees juridiquement par quelqu’un qui comprend dans le DETAIL leur fonctionnement)
    3 – Les avis des savants (ou faqihs) precedents qui ont deja donne un avis sur cette question et sur quelles bases ils ont profere tel ou tel avis
    4 – Les implications et les effets de son avis potentiel sur ceux a qui il donne cet avis (les implications dans la dounya et la akhira)

    Pour l’ijtihad et le ijmaa c’est la meme chose. Ces concepts peuvent s’appliquer en medecine, en metallurgie etc… Cependant, ils sont beaucoup plus presents dans le contexte juridique ou ils reviennent sans cesse.

    Chacun peut devenir un specialiste dans un domaine donne mais pour le faire et pour etre reconnu, il doit adopter les outils de ce domaine. Quand il deviendra specialiste, il pourra proposer de reformer ce qui lui semble depasse. Sans ca, il ne sera pas pris au serieux.

    Salam,

    Othmani

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • hilam
    20 août 2015 at 11 h 47 min - Reply

    Mais sachez enfin Monsieur l’auteur que L’Islam n’est pas notre problème, our problème est l’incompétence des Fakakir et Compagnie et cela pour la simple raison ils ne respecte pas la justice et la tolèrence de l’islam, ils sont donc des ignorants .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Abdelmalek Abderrahim
    20 août 2015 at 12 h 03 min - Reply

    J’ai tellement entendu de définitions de terme et de concepts en rapport avec la religion musulmane que j’en perds mon latin ! En principe dans ce cas, je devrais dire j’en perds mon …. arabe !

    A quand un « dictionnaire » ou « une encyclopédie » des sciences islamiques reconnue mondialement par tous les musulmans pour éviter les interprétations des uns et des autres!

    C’est un peu comme l’histoire du début et de la fin et du début du ramadhan, 14 siècles après la révélation on en est toujours là, à donner chaque année chacun de son côté son avis. A quand une autorité spirituelle musulmane unique et reconnue pour régler toutes ses questions ou cette cacophonie ! Ah mais j’ai oublié que les arabes se sont entendus sur une seule chose : ne jamais s’entendre !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos