Édition du
6 December 2016

En Algérie, l’incompétence est un dogme.

 

dabNadir K.

Le fondement de tout développement d’une entreprise, d’un pays ou plus explicitement d’un(e) état/nation étant l’économie de la connaissance, c’est-dire, l’économie de l’immatériel ou encore  ce que certains appellent le ‘’capitalisme cognitif’’. Cependant et en Algérie, nous continuons à investir d’une façon excessive et anarchique dans le béton, dans l’avoir et trop peu, sinon nullement, dans le savoir, avec toutes les conséquences que cela implique pour le développement de notre pays. C’est ce qui fait malheureusement, en Algérie, l’incompétence devient un dogme! Ainsi, le développement tant attendu,  tant espéré et pour lequel des millions d’algériens(nes) se sont sacrifiés, sans exagération aucune,  n’est autre qu’une imposture utopique. La seule triste réalité de tous les jours, la vraie, celle du terrain ou plus exactement, celle du fond de nos institutions,  nous fait comprendre et aux plus optimistes d’entre  nous que, l’Algérie, restera le pays du quart-monde, riche et sous développé pour bien longtemps encore que ce qu’on croyait!

Le constat est affligeant : la rigueur, l’organisation et autres compétences ont laissé place au charlatanisme, à l’approximation, l’anarchie et à la médiocrité à tous les niveaux et dans tous les domaines. Nos ‘’cadres dirigeants’’, hacha li ma yestahel’ch, qui sont censés être les piliers de l’essor du pays, sont inappropriés et ne sont que des fardeaux excessifs pour l’Etat avec leurs salaires colossaux injustifiés et sans contreparties ou services digne de ce nom. Il n’est pas difficile de vérifier cette dure et malheureuse réalité pour se rendre compte de l’ampleur de l’incompétence et de l’ignorance qui gangrènent nos institutions. Un exemple significativement représentatif de nos institutions, de cette incompétence et de l’ignorance à outrance qui caractérisent nos institutions, est celui l’Institut National de Prévention des Risques Professionnels (INPRP).  Il suffit juste de consulter le site web de cet Institut et sans évoquer le contenu qui illustre parfaitement la médiocrité de notre Establishment, on trouve la lettre de présentation de la directrice générale de cet institut qui n’est autre qu’un plagiat d’un article de M. Abderrahim TAIBI, Directeur de L’institut Marocain de Normalisation (Imanor) et d’autres auteurs : http://www.preventica.ma/abderrahim-taibi-directeur-de-linstitut-marocain-de-normalisation-imanor/

Cette directrice fait usage du copier-coller de sites web d’une institution étrangère pour écrire la lettre de présentation de l’INPRP, ce qui donne l’image d’une institution incompétente, de fraude, de vol, de la tricherie, de la contrefaçon, de l’usurpation d’une gloire indue, de vol immatériel, de négligence, d’insouciance…

En tout état de cause, quel que soit le cas de figure retenu, l’acte ne fait pas honneur à l’Algérie. Aujourd’hui, le monde bascule vers une société de la connaissance où l’information devient la matière première et l’Internet la place publique où se prennent les décisions. Le monde va d’une démocratie élective vers une démocratie participative,  d’une majorité silencieuse aux lucides, d‘un individualisme forcené vers une responsabilisation collective,  d’une civilisation du livre vers une civilisation d’images-écran, de la loi de l’offre à celle de la demande, etc.  Mais il semble bien que notre ‘’Establishment’’ ne sait pas de quoi nous parlons, ils sont ailleurs, pas parmi nous, pas  avec nous. Ainsi, l’incompétence et l’ignorance ne sont-ils pas les pires ennemis de la nation?


Nombre de lectures : 2991
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • lamina
    21 août 2015 at 1 h 12 min - Reply

    Quel article qui nous donne une réalité exacte, Merci Nadir, ça prouve que il y a des algériens et des algériennes debout.

    Merci encore

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Si Salah
    21 août 2015 at 9 h 30 min - Reply

    C’est un peu dans la nature des choses chez nous, la norme , c’est l’usurpation et la contrefaçon: un grand malade paralysé jouant au «président », un danseur de cabaret dirigeant le FLN à partir de Neuilly-sur-Seine, un clown de cirque comme premier ministre, un chef des services de renseignement qui passe son temps à jouer au foot, un chef d’ état-major incapable de déplacer sa carcasse de 150 kg…personne n’est à sa place.

    Viiiiiiiiite madame la directrice! Faites comme le « professeur » Aourag après la divulgation de ses multiples plagiats: accusez vos collaborateurs d’avoir pompé, puis démissionnez, et votre ministre de tutelle se chargera du reste, c.-à-d. refuser votre démission….

    Question : ce plagiat est-il au moins certifié ISO 9001 ? Apparemment pas, car il y a quand même des différences de taille, par exemple « entreprise marocaine » est remplacé par « entreprise algérienne », ainsi que quelques autres subtilités….

    Original :

    « Cette prise de conscience remarquable des différentes parties prenantes de l’importance de la prévention des risques devrait inciter l’entreprise marocaine à se préoccuper davantage non seulement de la qualité de ses produits et services qui est souvent suivie et surveillée par les clients, mais aussi de la maîtrise des risques inhérents à ses acticités et se répercutant aussi bien sur ses infrastructures et équipements que sur la santé et la sécurité de ses employés. »

    Contrefaçon :

    « cett prise de conscience remarquable des différentes partis prenantes de l’importance de la préventin des risques devrait inciter l’entreprise algérienne à se préoccuper d’avantage non seulement de la qualité de ses produits et services qui est souvent suivie et surveillé par les clients, mais aussi de la maîtrise des risques inhérents à ses actiités et se répercutant aussi bien sur ses infrastructures et équipements que sur la santé et la sécurité de ses employés. »

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • Moussa
    21 août 2015 at 16 h 48 min - Reply

    Nadir K.

    En Algérie, l’incompétence n’est pas un dogme, ….c’est carrément une compétence car on n’augmente sa chance de devenir Ministre, Directeur Général ou wali ou mouhafedh ou sénateur , ou député que lorsque on est incompétent !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • Mounache
    27 août 2015 at 12 h 03 min - Reply

    Une mise au point s’impose! Il est important de situer dans le temps ce glissement vers la reconnaissance de l’incompétence comme élément fondamental d’occupation de poste. Malgré un environnement répressif et complètement fermé, les années 60 et 70 ont permis aux compétences algériennes de relever tous les défis pour construire l’Algérie dans l’espoir de la rendre prospère pour nos enfants et à l’avant-garde des tous les pays émergents. Mais malheureusement, la prise du pouvoir par des apprentis sorciers et leurs successeurs a donné lieu à une chasse aux compétences avérées pour accaparer tous les créneaux juteux en rendant ce beau pays sous la forme d’un grand bazar.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • rochdi
    29 août 2015 at 15 h 45 min - Reply

    le fameux principe de Peter n’existe malheureusement plus chez nous depuis 1962. On (les usurpateurs et fauteurs) lui a substitué le principe fatidique de Kaddour (il maîtrise tout même en plagiant). Mais c’est là un signe de la fin des temps :
    » Quand le commandement sera confié à ceux qui n’en sont pas dignes… » (Al-Boukhâri)

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • HOUARI
    19 septembre 2015 at 16 h 25 min - Reply

    Un président nul un premier ministre stupide et bête des ministres khobzistes de députes khortes . D’après vous qu’ est il en Algérie dun DG d un wali d un maire ,,,,,etc. ?????????????????????????????????????????????
    SVP ce n est pas en Algérie qu’ on parle de compétence
    Au royaume des incompétents les médiocres sont roi

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos