Édition du
9 December 2016

Juillet 2015: Impressions d’Algérie

Al mokh ahbessAbdou D.

Mi-Juillet 2015: Vol Mulhouse-Alger par Aigle-Azur: Seulement trois altercations à relever. D’abord à l’embarquement à Mulhouse. On annonce que les titulaires de cartes d’embarquement avec inscription « 1 » embarquent en premier, car leurs sièges sont à l’arrière de l’avion. Cela n’empêche pas de nombreux passagers disposant de l’inscription « 2 » et « 3 » de demeurer imperturbables à l’avant de la file et bloquer ainsi l’embarquement. Altercation entre un passager « 1 » et une passagère « 2 ». Les esprits s’échauffent. L’homme lance un mot de travers. La dame l’insulte copieusement, et ce n’est pas franchement du Baudelaire qu’elle propose. Elle recommande même au bonhomme de rompre son jeûne pour se calmer…la maternité de Constantine qui se moque du Val-de-Grâce…Altercation 2 : l’avion a à peine atterri que des passagers se mettent debout pour saisir leurs bagages, nouvelle prise de bec entre un passager impatient et un autre qui lui rappelle les principes de civilité. Altercation 3 devant la PAF: un monsieur s’en prend à une famille avec bébé car elle « n’a pas respecté la chaine ». Et pourtant un signe indique bien qu’un guichet est spécialement réservé pour les familles avec enfants… Courtoisie es-tu là ?

Quelques jours après l’Aïd, virée à Bousmaïl, sur la côte à l’ouest d’Alger: Sur le bitume abondement bosselé que quelques-uns persistent à appeler « autoroute », on roule à 80 km/h. Soudain, on aperçoit une camionnette au ralenti à 10-20 km/h. Je freine sec et arrive à éviter le contact. Quand le trafic le permet, je dépasse la camionnette sur la gauche et proteste gentiment. Le jeune conducteur me fait signe qu’il ne comprend pas pourquoi je proteste, l’air de dire : « qui veut aller loin ménage sa monture…». Le saviez-vous ? Il y a des fous du volant qui roulent à moins de 20 km/h. A l’entrée de Bousmaïl, de jeunes marchands vendent des fruits et légumes de part et d’autre de la route. Un écriteau en arabe style Al-Jazeera attire mon attention : « جديدة بطاطا : عاجل خبر » (Nouvelle urgente : patates fraiches) ». Les algériens modestes ne manquent pas d’humour…

Vers le 20 Juillet : la presse se fait l’écho de coups de feu autour de la résidence de Bouteflika à Zeralda. Des généraux sont virés dans la foulée. Personne ne les pleure, sauf une certaine presse dressée pour pareilles circonstances. Comble de l’absurde et du ridicule: la famille d’un général dégommé prend la défense de ce dernier par voie d’un communiqué de presse. Aux USA ils ont la « Première Famille », en Algérie nous avons la « Famille du Général». Nous en avons même quelques 300. Que s’est-il passé à Zeralda ? Il y a presque autant de versions que d’algériens. Un coup d’état qui a foiré faute de conspirateurs? Un faux attentat pour régler des comptes? Des jeunes soulards qui auraient escaladé les murs de la résidence présidentielle pour aller réclamer à Bouteflika une baisse des taxes sur l’alcool ? Une réunion entre brigands sur le partage de la rente qui aurait mal tourné?  Faites vos jeux, rien ne va plus au sein du pouvoir nauséabond.

Remaniement ministériel : le plus zélé panégyriste de Bouteflika, Amara Benyounes, est débarqué sans gloire. Aubaine pour les caricaturistes qui sont unanimes à relever que Bouteflika ne gouverne pas seulement avec la tête comme nous l’assurait Benyounes, mais aussi avec le pied…

La baisse du prix de pétrole : 110 dollars en 2014, 40 aujourd’hui. Tout le monde en parle. Fait très marquant : la totalité des gens rencontrés souhaite de tout cœur que le baril atteigne un seuil encore plus bas, 15 dollars si possible, comme au milieu des années 90 ! Partout la même rengaine : Le baril à 120 dollars n’a profité qu’aux voleurs du pouvoir, tels Chakib, Saïd, Ghoul, Saïdani, et bien sûr à la caste des généraux. Alors oui, que le satané pétrole descende plus bas que l’eau du robinet ! Y-a-t-il condamnation plus forte du pouvoir crapuleux? Autre cas d’unanimité : je n’ai rencontré personne qui défende la construction de la Grande Mosquée à 3 milliards de dollars. Là aussi, la même litanie : honte à Bouteflika de n’avoir pas construit à la place des hôpitaux, des universités, des infrastructures de sport et de loisir pour les jeunes, etc. La Mosquée de Bouteflika aura le même sort que celle de Hassan-II, à savoir la désertion des fidèles, car elle n’aura pas été construite pour la gloire de Dieu mais pour celle d’un homme.

Lors d’une soirée de fête de mariage, un cousin d’Oran me raconte des histoires à dormir debout. Les gendarmes ont récemment arrêté un policier oranais qui arrondissait ses fins de mois en louant la nuit son pistolet déchargé à des malfrats qui s’en servaient pour des braquages nocturnes. La police au service du citoyen braqueur. Une autre ? A quoi servent les paraboles volées ? Les voyous d’Oran les utilisent comme boucliers lors de batailles au sabre entre quartiers…l’inventeur de la parabole a-t-il jamais pensé à une utilisation pareille ? Pas certain….

Lors de la même soirée, un pilote d’Air Algérie, proche de la retraite et connu pour sa droiture, raconte que récemment, avant le départ d’un vol vers l’étranger, le steward est venu le voir dans la cabine de pilotage avec un message d’une extrême urgence : le fils de Saïdani, accompagné du fils d’un ministre, demande au pilote de les transférer en première classe. Le pilote ordonne au steward de mettre la paire de voyous au fin fond de l’appareil ! Bravo commandant !

Le retour approche. Je vais au marché Ali Mellah pour faire des courses. Je m’arrête en premier devant le marchant de dattes, achète pour 13 kg de la magnifique Deglet Nour. Je dis au marchand de bien paqueter le tout, et que je passerai prendre ma commande une fois mes autres courses achevées. Quelques minutes plus tard, un homme m’apostrophe discrètement pour me dire que le marchand a ajouté une quantité de vieilles dattes. J’hésite sur la marche à suivre. Je discute avec ma femme et nous nous persuadons tant bien que mal qu’il pourrait bien s’agir d’un règlement de compte entre marchants concurrents. Je passe récupérer mes paquets de dattes sans faire de vagues. Après le voyage, j’ouvre les paquets et découvre que l’homme qui m’a alerté avait raison. Ce n’est pas l’arnaque du siècle – quelques 2 kg de vieilles dattes ajoutées- mais le geste écœure…Il semble que quelques-uns dans la société ont adopté les mœurs des gens du pouvoir:  s’ils peuvent, par roublardise, traitrise, ou mensonge soulager le citoyen d’un dinar de plus, ils le feraient sans états d’âmes. Le fils de Saïdani n’a surement pas payé son billet en classe économique, mais malgré cela, et malgré les milliards que son père a volés, il ne rechigne pas devant la possibilité de voyager gratos en première classe…

Il n’est pas bienséant de s’en prendre au physique des gens, mais force est de constater que parfois, ce qui est à l’intérieur d’une personne se transmet naturellement à son visage, comme par capillarité. A ce propos, une connaissance d’El-Bayadh me dit que là-bas, on dit du visage de Saïdani que c’est un « bouqradj darbouh b’coup de pied….». On notera qu’au Sud, tout a un lien avec le thé…

Vers la fin Juillet : Mme Benghabrit, toujours monolingue après 53 ans d’indépendance,  se propose d’enseigner à nos enfants en derja. Chez les laïco-francophiles, les hourras pleuvent. Normal chriki ! Chez les baathistes, on crie à la trahison. Ya waddi matetnirvawsh comme on dit en « arabe » ! Au fait, quelle derja veulent-ils apprendre à nos gosses? Voici un petit extrait qui date d’un siècle et dont on pourrait s’inspirer. L’auteur n’en est autre que le « sheikh » Kaddour Benghabrit, le grand-père de la ministre de Bouteflika. Il haranguait en ces termes  les pauvres soldats maghrébins allant à l’abattoir de Verdun:

« يا اولاد ادزاير، يا اولاد ماروك، جيت لكم توّه من عند الشيخ موسيو كليمونصو عليه السلام، قال لي ما يحب إلا أولاد الدزاير وولاد مروك. والليلة يطلب ليكم الكسكوس باللحم، ويزيدلكم الكاردوفان (ربع ليتر من الخمر) بقرعة كبيرة، وفي الصباح يحب يشوفكم في الفرون (الجبهة) باش تحاربو الالمان، وتنحّيوا لهم دين والدين بوهم، ويلعن والدين بوهم. كولو آمين ». (د. محمد أمطاط. الجزائريون في المغرب. ص 170)

Mon frère va rendre visite à son ami qui habite dans un haut immeuble classé au patrimoine universel car disposant d’un ascenseur en état de marche. Avant d’arriver sur place, l’ami téléphone à mon frère pour lui dire de ne pas s’étonner de voir un jeune africain « conduire » l’ascenseur. En effet, les habitants de l’immeuble ont « embauché » le jeune homme afin d’empêcher les enfants de saccager l’ascenseur. Mon frère est instruit de glisser 10 DA au jeune homme, c’est le tarif de la « course ». Je me mets à la place du « conducteur d’ascenseur » : il y a pire comme métier en effet, mais quand même ! N’aurait-il pas été plus judicieux aux habitant de cet immeuble huppé d’apprendre à leurs enfants dès le bas âge qu’il n’est « pas bien » de  saccager un ascenseur, jeter des papiers, des chewing-gums ou des bouteilles dans la rue, cracher par terre, écrire sur les murs…

Un rituel : dès le coucher du soleil, des feux d’artifice sont lancés un peu partout dans le ciel d’Alger. Le manège dure des fois jusque tard dans la nuit. Que fête-t-on en cette fin de Juillet ? Pourquoi ce gaspillage bête et méchant? N’empêche, les explosions sont très désagréables, mais les forces de l’ordre ne se soucient guère de cette activité malsaine. Tant pis pour les couche-tôt, les malades, les bébés…

Une pensée me traverse l’esprit à la vue du JT stalinien qui nous présente les images d’un « conseil des ministres ». Quand l’histoire jugera les hommes et femmes politiques du pouvoir actuel, et singulièrement les centaines de ministres qui ont défilé ces dernières années, elle retiendra en priorité contre eux le crime de l’imposture et du parjure. Il se peut que certains ministres n’aient jamais touché, et ne toucheront jamais à l’argent public. Cependant, nous pouvons dire avec une certitude absolue que tous les ministres, sans exception, sont des menteurs  et des « زور شهود ». En participant en toute connaissance de cause à des « conseils des ministres » factices, où un vieillard lourdement handicapé fait semblant d’officier alors qu’il en est strictement incapable, les ministres sont en effet coupables de tromperie et de trahison envers le pays. N’y-a-il pas un homme ou une femme parmi eux pour se lever et dire : « M. le Président, au nom du sang des martyrs, au nom des générations présentes et futures, arrêtons cette sinistre comédie ! Vous êtes extrêmement malade, vous êtes incapable de bouger ou de parler, et encore moins de gouverner, partez vous soigner et vous reposer, et laissez le pays à plus apte que vous »….Non, dans tout le personnel politique du pouvoir, il n’y a malheureusement pas un seul homme, pas une seule femme capable de dire la « vérité » au peuple au moins une fois. Ô rage ! Ô désespoir !

Dernière image du pays en cet été 2015: sur le tarmac de l’aéroport d’Alger, un majestueux Boeing -777 tout neuf, aux couleurs du Qatar. A côté de cet aigle des airs, les petits Boeing-737 usés d’Air Algérie font figure de « maqnine » qu’on aurait trempé dans de l’eau glacée. Oui, les Sheikh du Golf ont les moyens de chouchouter leurs citoyens. Mais qu’en est-il du Maroc voisin, qui vient d’acquérir des Boeing-787 Dreamliner, dont l’un a déjà commencé à faire la liaison Casa-Alger ? Pourquoi n’avons-nous pas acheté d’avions spacieux pour transporter les algériens dignement ? Pourtant nous avons beaucoup de destinations qui sont parmi les plus rentables au monde. Nous avons bien un Airbus-340 flambant neuf qui pourrait rivaliser avec les Boeing 777 ou 787, mais c’est un avion interdit aux algériens. C’est l’avion présidentiel. Il est garé quelque part, faute de président à transporter. Il est à l’image de cette Algérie de Juillet 2015 : un pays garé quelque part,  en attendant un président qui peut…présider, et un gouvernement qui peut gouverner.


Nombre de lectures : 5951
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • BENYOUCEF BADREDDINE
    21 août 2015 at 5 h 50 min - Reply

    @ ABDOU D d’abord bravo pour cet article qui se lit comme on mange du pain blanc… Et puis Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie pourquoi avez-vous été si alerte pour avoir écrit l’article que j’avais en tête et que par fainéantise j’ai différé au mois de septembre…

    Et oui, je suis rentré le 7 août du bled et j’ai vécu à un détail près ce que vous nous avez relaté avec brio et humour. D’ailleurs sur ce point, je ne pense pas que mon article aurait rivalisé avec le vôtre tant le talent est évident.

    Et puis… J’ai moi-aussi traversé le carrefour à l’entrée de Bou Ismaïl où des jeunes vendent des pastèques sans goût. Je viens juste d’en apprendre la cause : Paraît-il que les agriculteurs rajoutent du gas oil à l’eau d’irrigation pour donner une couleur rouge écarlate à des fruits qui s’égarent….

    Enfin… Bravo pour votre remarque sur le conseil des ministres où pas un ou une ministre n’a eu le courage de dire au président ce que vous proposez… Et comment voulez-vous qu’ils ou elles puissent se lever pour dire ce que vous proposez à un président omnipotent qui fait et défait les hommes… Et les femmes…. Comme cette ministre des postes de 35 ans fille de général nous dit-on qui a été juste remarqué par notre véritable président en l’occurrence Saïd le bien-nommé et ce le mars journée de la femme et qui s’érige un mois plus tard en redresseuse de tords et qui se permet en direct à la télé de suspendre un chef de centre du tri postal du port d’Alger.. Si ce n’est pas du populisme dites-moi ce qu’il en est !… Cette Houda de ministre, tirée de sa situation anonyme et élevée au rang de ministre, est capable sur ordre de son maître, d’appuyer sur le bouton qui fera disparaître l’Algérie de la surface de la terre.

    Et puis… Basta, j’ai envie de signer avec vous cet article… Avouez qu’il a été écrit par 4 mains… Ce serait plus juste !.. .

    Respects.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • NabilB
    21 août 2015 at 14 h 32 min - Reply

    Bravo pour ce délice!
    A chaque fois que j’arrive au bled surtout les tous premiers jours (avant de changer de logiciel sinon on reste hors service) je suis frappé par les mêmes constats. Et me promets à chaque fois d’écrire et partager ces anecdotes!
    Vous l’avez fait à notre place et de quelle manière..
    Merci

    PS: on attendra celle de 2016 inchallah

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Moussa
    21 août 2015 at 16 h 40 min - Reply

    @Abdou D.

    Moi j’ai toujours dit que l’Algérie et les algériens sont frappés de malédiction ! Et pourtant, nous sommes à 99,99 % des musulmans …..enfin , .paraît-il car on dit tous « h’naa eselmine, h’naa e3rab  »

    Là, où il y a des algériens dans une chaine quelconque (pour acheter du pain, pour enregistrer des bagages dans un aéroport, pour déposer ou récupérer des pièces administratives chez nous ou dans les ambassades et consulats à l’étranger, pour monter ou descendre d’un bus ou d’un train , la probabilité est très très très très forte pour qu’il y ait des bagarres ou des insultes entre nous. Et chacun reporte la faute sur l’autre ….évidemment !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Dria
    21 août 2015 at 19 h 54 min - Reply

    Chers Abdou, Baddreddine, Nabil

    Hélas, si ces constats amères de notre quotidien deviennent des délices pour vous chers concitoyens et compatriotes d’outre-mer, ici on n’en rit plus, et si nous de l’intérieur on est inhibé, abattu, anéanti physiquement et moralement, par ce genre de pratiques que vous décriviez si bien , personnellement je me nourrissais d’un petit espoir de voir le changement arrivé des algériens vivants à l’étranger…

    Sachant que vous êtes les derniers représentants légitime de ce peuple vis à vis de l’étranger, dire que vous avez eu la chance voir les choses d’une manière plus lucide , plus objectif , plus sereine, vous vous êtes abreuvé de la démocratie des pays hôtes , contrairement à nous , vous avez accès au notions de civisme, du respect de la loi , de citoyenneté, vous avez la liberté d’user du verbe, mais en y réfléchissant on se rends compte qu’on est tous les mêmes « Algériens » que l’on soit d’ici ou d’ailleurs on ne fait que décrire la situation, nous l’avons fait sur tous les angles et plans, ce que je ne comprends pas par contre c’est le fait de venir se ressourcez dans ces eaux troubles, de prendre part à l’anarchie dès que vous foulez le sol de la mère patrie, de conduire comme le reste des algériens , de critiquer le pouvoir sans levez le petit doigt quand vous êtes parmi nous , avez-vous pensez aux impressions que vous laissez en tant qu’algériens avec vos descriptions une fois que vous retournez là-bas , ne pensez-vous pas que ce genre d’article (que je lis avec plaisir )à la longue ne sert à rien et surtout pas à amorcer le changement tant attendu , de là à attendre ce genre d’article pour les années à venir , ça veut simplement dire que ça ne va pas changer de sitôt.

    Pardonnez-moi ma franchise mais moi ce n’est plus l’impression de l’Algérie qui risque de m’impressionner mais plutôt l’impression que se font les autres nations de nous autres algériens d’ici et d’ailleurs et la légèreté avec laquelle on réagit face à la gravité de la situation.

    Vous avez passez de bonnes vacance tant mieux pour vous, le cauchemar continu pour nous, et un grand bravo pour eux (ceux qui gouvernent et que nous décrivons si bien au point de les accepter)

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

    • BENYOUCEF BADREDDINE
      22 août 2015 at 5 h 51 min - Reply

      A l’ami DRIA,

      Si cela peut vous apaiser, je devais vous confirmer que nous n’avons pas passé de bonnes vacances. Bien au contraire, pour ma part j’ai été meurtri de constater que chaque année notre pas glisse de plus en plus dans une situation inextricable.

      Je l’ai toujours claironné et je le confirme ici pour dire que du fait d’une situation voulue par les traîtres qui nous gouvernent et surtout l’impunité qui semble avoir été érigée comme dogme, l’Algérie est en train de sombrer dans une anarchie qui ne veut pas dire son nom.

      Plus de 3 ans maintenant que l’on sait par exemple que le Chakib Khellil s’est tiré du pays en encaissant un fabuleux chèque de 198 millions d’€uros. Je peine à écrire la somme… On apprend aussi que Bouchouareb, Saidani et bien d’autres sont propriétaires de biens qui font saliver même des français. Pour le drabki, il est maintenant établi qu’il a bien dilapider 3200 milliard du Fonds agricole et tout cela dans une totale impunité. Pour moins que cela, ici en France, des hommes politiques sont morts socialement et on ‘entendra plus parler d’eux !…

      Alors, cher Dria, la situation qui a été décrite majestueusement par l’ami Abdou est j’allais dire normale !… Come qui dirait l’autre ADABE RAKABE HALLA MOULAHE !…

      Et que voulez-vous que l’on fasse en venant au pays pour quelques semaines ??? On n’a fait que subir. Personnellement les deux fois où je suis sorti de la maison c’est pour effectuer 2 voyages éprouvants vers l’est pour accomplir des devoirs familiaux. Dans cette autoroute Ghoulesque, j’ai vécu un mini cauchemar. Constantine-Bouira effectué en 2H30…. Et la traversée de Bouira… 2H30…. Et ensuite Bouira-Alger 2h30… Et au bout de l’immense bouchon un véhicule miliaire placé au beau milieu de la voie avec quelques militaires qui font passer les véhicules au tamis…. Soit 7H30 pour un Constantine-Alger, exactement la durée du voyage des années 70 !… Un cauchemar vous dis-je… J’ai vu dans d’autres véhicules qui partageait notre calvaire, des familles avec enfants qui souffraient le martyre… J’ai vu aussi dans d’autres voitures luxueuses des jeunes qui semblent avoir eu plus de chances et qui narguaient dans leurs voitures climatisées les autres usagers.

      Et que voulez-vous que l’on fasse dans ce capharnaüm ???? Vous qui déclamez que nous avons plus de chances de vivre dans des pays où le civisme est de rigueur, j’en arrive à regretter d’avoir connu cet ordre établi que vous décrivez. Oui… Parfaitement vous avez bien lu… Je regrette parce que si je n’avais connu que le désordre du bled et n’ayant aucune référence, j’aurais peut-être pensé que c’était la règle et je n’en serais pas offusqué !…

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Mahfoud Lalam
    21 août 2015 at 22 h 20 min - Reply

    Monsieur @Dria

    Il ne faut pas essayer de cacher le soleil avec un « kheurbal » (tamis)

    On est ce qu’on est ! Et Monsieur Abdou D. l’auteur de l’article ne fait qie dire la vérité !

    Je ne pense pas du tout qu’il le fait avec jouissance ou pour rabaisser les alagériens mais il le fait par dépit et désepoir ! Je suis sûr qu’il aurait voulu, comme nous tous, que les algériens apprennent à avoir un peu plus de civisme, un peu plus de citoyennenté, un peu plus d’éducation, un peu plus de culture pour qu’on se respecte les uns les autres et pour que les pays étrangers nous respectent aussi !

    Il faut apprendre à dire la vérité pour qu’on puisse prendre conscience de nous même et de nos actes quotidiens en société et pour corriger nos comportements et nos anomalies toutes réelles !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Dria
    22 août 2015 at 21 h 10 min - Reply

    Cher @Mahfoud Lalam

    Mais que c’est dure de se faire comprendre entre algérien, là ce n’est plus une impression mais une réalité. Pourquoi cacher le soleil avec un tamis, mais je ne veux rien cacher et on ne peut rien cacher même les aveugles arrivent à voir le drame que nous vivons, et je n’ai rien contre l’article de Abdou que j’ai eu le plaisir de lire…

    Ce que j’essaye de dire va-t-on continuer ainsi à DÉCRIRE le mal que nous vivons , en utilisant un peu d’humour , à en rire parfois bien qu’ au fond ça nous fait pleurer , à partager ses anecdotes , ses dépassements ,ses inepties , cette hogra que nous subissons et que nous partageant également entre nous que l’on soit algériens d’ici ou d’ailleurs ,

    Le mal est circonscrit depuis belle lurette , le diagnostic établit , les étiologies connus , mais au lieu de trouver un remède , une solution , une proposition de sortie de crise , une initiative afin d’apaiser le mal qui nous rongent et qui guettent les génération futurs , on continue de rire de ce mode de vie que nous menons malgré nous , le mal n’a épargné personne en Algérie que l’on vit ici ou ailleurs que l’on soit gouverneur ou gouverné , et la situation se corse de plus , on est devenu la risée de nous-même, il faut se rendre à l’évidence que nous sommes tous complices de cette situation, nous apportant chacun un grain de médiocrité qui permet la pérennité de ce système…

    C’est en revenant d’un pays voisin que je me rends compte que je n’arrive plus à rire de notre mode de vie ni à en pleurer d’ailleurs. Et aussi en posant une question à un compatriote cette semaine. Qu’évoque pour vous le mot SOUMMAM ? Sa réponse une marque algérienne de YAOURT bien que juste… alors faut-il en RIRE ou en PLEURER ou les deux à la fois ?.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Ali SBIH
    23 août 2015 at 16 h 47 min - Reply

    Complice ,non ; victime surement .

    Une chronique qui arrive difficilement à décrire la profondeur de ce choc des « sociétés » ,trop d’émotion ,mal contenue , en a fait une réaction épidermiques en chaines .

    Faire le tour de la grande question en quelques semaines ,quelques kilomètres, des ouïes dires et des témoignages par procuration ,des tuyaux dignes des « bons samaritains » voila qui nous laisse sur notre faim au regard des capacités littéraires fort remarquables de notre ami Abdou B .

    Une immersion réussie pour le chroniqueur puisqu’il s’en est sorti «indemne » .

    Pourtant , «ailleurs »lui aussi à ses monstruosités et ses démons.

    Existe il un endroit au monde ou la vie est un long fleuve tranquille ?.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos