Édition du
6 December 2016

Kabylie / gendarmerie : Kabyles ce que vous a coûté la mise en quarantaine des gendarmes.

gendarmesPar Amar Cheballah
Le cauchemar de l’insécurité continue avec la même cadence depuis 2000. Des milliers de foyers Kabyles s’en trouvent terriblement affectés et se sentent abandonnés par l’Etat.
Plusieurs faits divers noircissent chaque jour les pages des journaux algériens. Drogue, alcool, harcèlement sexuel, crimes, délinquance routière, parricides, attaque à main armée, embuscade et incursion terroristes…la Kabylie souffre et le sentiment d’insécurité et d’abandon est quotidien. Terrain fertile pour les mouvements séparatistes et les groupuscules occultes qui agissent désormais à visage découvert et dont la nocivité est autrement plus dangereuse que celle des groupes terroristes… Depuis 1990, c’est-à-dire lorsque le terrorisme a fait son apparition en Algérie, la vie de la région a changé d’habitudes. Mais il faut attendre l’année 2002 pour voir la Kabylie sombrer totalement dans la décrépitude morale. Outre les partis politiques qui se sont totalement éteints, ce sont tous les lieux de socialisation qui encadrent et orientent habituellement la vie Kabyle qui volent tragiquement en éclats. Jamais « la mort absurde des aztèques » de Mouloud Mammeri n’a été aussi vraie et vérifiable qu’aujourd’hui. La Kabylie est livrée à elle-même. On sait que la Kabylie est une région rurale ou se sont greffées quelques zones périurbaines et urbaines, occupant à peine 25% des territoires. Beaucoup de villages sont très touchés par un certain oubli sans pour autant être épargnées par les violences à trajectoires multiples. Ainsi, l’augmentation de la délinquance et de la criminalité est très importante dans les zones ou la gendarmerie a gelé ses activités, notamment du fait d’une délinquance itinérante de réseaux mafieux.
Avec le niveau de vie qui risque de s’affaiblir avec la chute du prix du baril de pétrole, la situation risque de s’envenimer davantage. D’autant plus, la Kabylie ne sera plus une zone riche protégée, en raison de son taux élevé d’émigrés. Du troisième grand exode (1962-1970) d’émigrés qui permis à la Kabylie de souffler un peu sur le plan social et économique grâce à pensions conséquentes en devises, tire désormais à sa fin ; les émigrés, la région n’en compte plus beaucoup aujourd’hui.
Désarmée sur les plans sécuritaire, économique et culturel, la Kabylie qui a déjà perdu le nord risque d’être à nouveau la proie facile de groupuscules mafieux qui n’hésiteront un seul instant à la replonger au cœur de nouvelles tragédies sans nom.


Nombre de lectures : 3964
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • aissa
    25 août 2015 at 16 h 28 min - Reply

    D’accord la Kabylie cependant c’est toute l’algerie qui est abandonné…partout c’est la même chose des voyous font la terreur dans le quartiers des criminels qui n’ont ni un savoir vivre ni un minimum d’éducation, personnellement je ne vois pas leurs intérêt d’être parmi nous ses chiffons qui font que détruire vraiment plein la tête…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • Cortex
    25 août 2015 at 16 h 30 min - Reply

    A vous lire m cheballa,on croirait qu il n y a que la kabylie qui soufre et que le reste de l algerie vit comme des suedois.de tout temps j ai toujours eu l impression qu il y a l algerie ET la kabylie.Cher monsieur ouvrez les yeux,c est toute l algerie qui fonce sur un mur.nous sommes tous amazighoarabes que l on parle l arabe ou l amazigh.nous sommes tous sur le meme bateau cher compatriote.desolé du hors sujet.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 25

    • Amar cheballah
      25 août 2015 at 18 h 44 min - Reply

      Cortex, bsr. Je parle de la Kabylie parce que j’y vis et je la connais parfaitement, non pas village par village, mais maison par maison. Une région rurale sans grandes ressources mais aimable, hospitalière, généreuse, courageuse et profondément algérienne. Dans le temps, quand la Kabylie était encore noble, il y avait une hiérarchie sociale, il existait des lieux de socialisation qui étaient le prolongement de l’État…Thajmaith, Zaouïa, le directeur d’école, le gendarme et le garde champêtre faisaient régner l’autorité et le respect dans chaque village…Qu’en est-il aujourd’hui, que sont devenus nos villages? Je ne parlerai point des bars, de la prostitution, d’incivilités, de la délinquance ( rien qu’aujourd’hui la Kabylie à été le théâtre de plusieurs actes de violence, (de Tizi Ghennif jusqu’à Ain El Hammam en passant par Mechtras) qui ont terni l’image de marque de la Kabylie, mais je me contenterai d’attirer votre attention sur l’apparition de nouveaux groupes (qui n’ont rien à voir avec le MAK et les groupes terroristes habituels) qui ferraillent depuis quelques temps contre l’unité et la cohésion de l’État algérien…Après avoir détruit à tour de rôle les lieux de socialisation que sont Thajmaith et la Zaouïa qui ont été des éléments fondateurs de la résistance algérienne de l’Emir Abdelkader jusqu’au premier novembre 1954 en passant par Messali, voici qu’on s’attaque aujourd’hui à l’unité de l’armée par l’isolement de la gendarmerie…Je ne dis qu’ailleurs c’est mieux qu’au Djurdjura, mais je dis seulement aux kabyles faisons attention et soyons intelligents et vigilants!

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

      • Youssef
        26 août 2015 at 7 h 56 min - Reply

        GENDARMERIE – SECURITE MILITAIRE (DRS), une rivalité escamotée.
        .
        La littérature politique algérienne escamote bon nombre de sujet, surtout ceux qui ont trait aux  » organes de répression  » du Régime militaro-mafieux (nature double), en l’occurrence la Police politique secrète, son poids, ses crimes, son fonctionnement, sa structuration, son organisation….Rares sont les opposants et les militant qui ont eu le courage d’en parler, et de traiter le sujet très sensible, mais essentiel et capital. A part, Ait Ahmed, S-E. Sidhoum, S. Mellah, H. Malti, Dj. Malti…..
        .
        LA RIVALITE ENTRE LA GENDARMERIE REMONTE A 1962….
        .
        ….et est liée à la  » structure clanique  » (clanique = mafieuse) de la Junte militaire (un tout indissociable). La Sécurité militaire amarrait-accrochait le Clan Boumediene-Boutef-Kasdi-etc, la Gendarmerie était dirigée par le Colonel Bencherif, qui détestait Boumédienne (Boukharrouba) et Kasd Merbah (Abdellah Khalef). Mais, bien que  » désunis  » entre eux, les Clans militaro-mafieux sont  » unis  » contre la population civile. Comme dans la Jungle, ils sont organisés et ligués en  » meutes « , les meutes de loups….
        .
        EN 2001, LES  » FRAPPES TRES PROFESSIONNELLES  » CONTRE LA GENDARMERIE……
        .
        On se souvient, lors de la  » gigantesque manipulation « , instiguée et menée par la SM-DRS en 2001 en Kabylie, nombreux militants avaient relevé le phénomène très intrigant et étonnant des fameuses  » frappes très professionnelles  » lancées par des individus douteux, au sein des foules, parmi les manifestants, contre la Gendarmerie (Darak)….On se souvient, dans une Conférence donné par Ali Yahia à Paris, dans les années 90, celui-ci avait esquissé quelques phrases sur ce phénomène escamoté….
        Lors de ce Printemps noir, les Maitres manipulateurs de la SM-DRS, qui voulaient contrôler seuls cette région très protestataire, et avaient chauffé à blanc les extrémistes séparatistes pour les élever contre la Gendarmerie. Les observateurs avertis savaient que ce mouvement était une provocation orchestrée par la Gestapo des Généraux ultras et faucons destinée à la déstabilisation et la mise au pas de la région, pour  » parvenir au point de non- retour , à l’achèvement  » de sa division (totale), de sa séparation (définitive), de son isolement (complet) et de sa délégitimation (discrédit) politique, un quadruple objectif, dans le but de la neutraliser et la casser, et garantir ainsi un  » sursis garanti  » pour le Pouvoir militaire….

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

        • Mennad
          26 août 2015 at 20 h 46 min - Reply

          A propos de la rivalité Gendarmerie – Police politique
          .
          Effectivement, pendant le Printemps noir 2001, les manifestant étaient intrigués par ces frappes étranges dirigées par des individus douteux et suspects contre la Gendarmerie. Les militants et les opposants accusaient la Sécurité militaire. Une accusation qui remonte loin dans l’histoire, tant on connait l’inimitié entre le Colonel Benchérif, craint par Boukharrouba, et ennemi de Kasdi Merbah…..

          Benchérif, l’un des rares  » vrais déserteurs  » vouait le mépris aux membres du Clan Oudjda ( Officiers de l’Armée des Frontières et Officiers de l’Armée française)….Qui n’ont pas combattu, et comptaient parmi eux des faux déserteurs, des  » pions  » du Général de Gaulle)…..
          .
          Certains Gendarmes n’hésitent pas à  » fuiter « , et réveler….C’est le cas de ceux qui ont pris le chemin de l’exil.
          Je me souviens, dans les années 80, un ami Gendarme, m’avait informé sur  » l’activité mouchardesque  » d’un enseignant et informateur de la SM, notoirement connu dans la localité….Je le savais auparavant. Il s’avère quand même que ses dires étaient vrais……
          .
          LA SM VISAIT A TENIR ET EMBRIGADER LA RÉGION A ELLE SEULE;
          ;
          ….d’où son recours aux extrémistes qu’elle manipule et instrumentalise comme la  » patte à modeler « , mais aussi aux provocations, kidnappings, débauche (les lieux sont tenus par des Agents connus et reconnus), la prolifération de la drogue et de l’alcool et autres maux et fléaux….Associations-relais, partis-officines, organes de propagandes, organisations fantoches, etc. tout est mis à contribution par les criminels et mafieux de la SM-DRS

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

          • Amokrane
            27 août 2015 at 13 h 41 min -

            OPPOSITION D’INTERIEUR, RIVALITES, ANTAGONISMES, CONCUURRENCES

            Oui, effectivement, cette rivalité entre la Sécurité militaire et la Gendarmerie existe, et ce depuis l’indépendance, liée à la structure clanique (mafieuse) du Régime dictatorial militaire, le Colonel Bencherif (lui, vrai déserteur) n’aimait pas Boukharrouba et ses hommes de main, ses sbires et ses agents de l’ombre…..C’était d’ailleurs lui qui avait dénoncé la séquestration des ossements des glorieux et héroïques Colonels Haouès et Amirouche : Boumédienne n’avait pas fait la guerre, n’avait pas la légitimité historique, révoluttionnaire, populaire ou autre, il était atteint de cette  » maladie sénile  » qu’est la  » hantise de l’illégitimité historique « , et ne pouvait supporter de voir ces Grands Hommes à El Alia….Bref !

            Pour 2001, c’était clair et net, une gigantesque manipulation de la SM pour mettre au pas et neutraliser / casser cette région rebellionnaire, proche de la capitale, Alger, lieu symbolique et géographique du pouvoir régnant. La  » ruse te la force  » sont ses deux  » axes d’action « , manipulation et répression, manœuvres et coups et fourrés, …..

            Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Amar cheballah
    26 août 2015 at 8 h 04 min - Reply
  • abed
    26 août 2015 at 16 h 36 min - Reply

    Et pourtant, ce sont les kabyles qui ont chasse les gendarmes lors des événements de Kabylie. Je me souviens toujours de la photo qui a fait la une des jour eaux montrant le siège d’une brigade en feu et le drapeau national remplace par un chiffon jaune et vert.
    Par ailleurs, les kabyles veulent le beurre et l’argent du beurre. Non seulement ils se sont accaparés des richesses du pays grace au  »béni 3ammisme » et une administration complaisante (tahkout, rebrab, Haddad, etc.) Ils veulent également séparer la Kabylie du reste d’y pays. Il faut savoir ce que l’on veut!

    ======================================
    Ne généralisez pas, svp. Ne confondez pas l’infime minorité extrémiste et la population de Kabylie.
    Amicalement.
    Salah-Eddine

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Dria
    27 août 2015 at 0 h 02 min - Reply

    @ Abed

    pourquoi les kabyles sont arrivés là! ils ont chassés ceux qui ont tués 121 âmes sans aucun état d’âme…
    Pour « le chiffon jaune et vert » c’est un embléme culturelle qui représente une culture vous le trouver également au Maroc , aux Iles canaries et sur tous les sites amazighophones. c’est des propos haineux et racistes comme les votres qui poussent certains à le voir comme un embléme de l’autonomie…

    les gropuscules mafieux ont toujours exister vous citez entre autres les Tahkout, Rebrab, Haddad …vous pouvez rajouter les Ouyahia, Khalida toumi, Amara Benyounes and Co ce sont les KDS les Kabyle de services qui servent les services.

    Ce que l’on veut c’est vivre en paix chez nous en tant qu’Algérien sans DRS,dans une Algérie une et indivisible, avec des représentants élus au suffrage universel, qui nous représentent dignement, et qui ne trahissent pas ce pays qui les a infantés
    depuis le temps de Kasdi Merbah ….alors les confondre avec la Kabylie et tous les kabyle c’est faire du débile…

    @Amar Cheballah

    l’absence de la gendarmerie n’est qu’un effet d’optique, ce corps s’est fondu avec le perspnnel du DRS qui pillule dans la région, pourquoi cette caricature a vous lire on est au Far West , allez y faire une marche en kabylie ou demander vos droits et vous verrez qu’ils sortiront de sous terre , les images et vidéo témoignent sur LQA, les derniéres marches du CNES et de la JSK confirment mes dires…

    Si absence de facade il ya , elle est volontaire afin de pousser les kabyles à rappeller ce corps sécuritaire qui n’a jamais quitter la scéne, le pourrissement, de la situation et l’anarchie dans les petits villages est à l’image de la décadence du reste pays en générale. qu’on s’amuse dans ces villages a assiége une APC, qu’on squatte des logements et vous verrez que l’état policier, l’état gendarme l’état DRS en somme l’état mafieux n’a jamais quitter les lieux et n’abondonnera jamais cette région farouche et rebelle qu’il ne pourra jamais matter par sa politique sécuritaire ou par le biais de ces KDS.

    je sais qu’en ce mois de juillet on a installer officiellement des commissariats et des brigades (Tamda) et c est tant mieux donc on essaye de rappeller les kabyles sur la généses des faits et pour faciliter le retour des corps sécuritbaires qui n’avait jamais disparu des lieux.
    on leur souhaite un bon séjour et non pas un bon retour…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

    • Dria
      27 août 2015 at 15 h 09 min - Reply

      erratum: utilisant mon smartphone une ligne s’est décalé, il fallait lire

      les groupuscules mafieux ont toujours exister vous citez entre autres les Tahkout, Rebrab, Haddad …vous pouvez rajouter les Ouyahia, Khalida toumi, Amara Benyounes and Co ce sont les KDS les Kabyle de services qui servent les services.depuis le temps de Kasdi Merbah ….alors les confondre avec la Kabylie et tous les kabyle c’est faire du débile…

      Ce que l’on veut c’est vivre en paix chez nous en tant qu’Algérien sans DRS,dans une Algérie une et indivisible, avec des représentants élus au suffrage universel, qui nous représentent dignement, et qui ne trahissent pas ce pays qui les a infantés

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • A.Hocine
    27 août 2015 at 1 h 21 min - Reply

    Je pense que M.Cheballah exagere la situation et hausse beaucoup trop la complainte. A lire son texte on a l`impression que les gens s`assassinent entre eux pour un oui pour un nom et que la kabylie va subir la faim et le froid. La disette est donc aux portes de la kabylie.Cela est faux,comme partout en Algerie,il ya des riches et des pauvres mais on n`en meurent pas de faim et de froid
    La kabylie a subi la hargne des gendarmes et autres corps de securite depuis presque 1980 et cela continu encore. L`introduction du Terrorisme dans cette region puis de la prostitution et le commerce des alcools est la pire des guerres que les Dirigeants actuels du pays ont trouve pour nuire sournoisement a cette region qui resiste et refuse d`abdiquer.
    La revendication de la langue Tamazight et de l`identite nationale ne concernent pas seulement les kabyles car il s`agit de recouvrir l`algerianite comme entite nationale et geographiquement Africaine.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • Amar cheballah
    27 août 2015 at 11 h 25 min - Reply

    Une autre violence a secoué tôt ce matin la Kabylie. La scène se passe dans la vallée du Djurdjura, plus exactement dans la Daira des Ouadhias ou un policier tue à bout portant un citoyen avant de se donner la mort lui même, en se tirant une balle dans la gorge.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Amar cheballah
    27 août 2015 at 19 h 28 min - Reply

    Ali, le sentiment d’appartenance nationale.
    C’est l’héritage que vous m’avez légué, toi et les autres.
    Tu nous as quittés le 28 aout 2004
    Il ne s’agit pas d’évoquer les souvenirs et les malentendus, quelques années après ta mort. L’essentiel, on s’était tant aimés. Les petites haines que tu avais à l’encontre de certains membres du régime, ton attachement indéfectible aux valeurs de novembre 1954, à Yacine, au lieutenant Irakien, à Daniel, à Narimane, à Nadia, à Axel, à Nana Ouiza, à la terre, aux villages d’Ighil Imoula et de Mechtras et tes petites colères quand il m’arrivait de disparaitre durant des jours chez les eternels clandestins du PPA, chez les jeunes filles de Dely Brahim ou de m’opposer frontalement à tes choix politiques, ont rarement altéré notre relation.
    Je t’ai vu pleurer sous un olivier le jour de la mort du colonel Oumrane. Tu m’avais dit que Ouamrame t’a tout appris sur le militantisme et la résistance contre la colonisation. Je t’ai vu aussi pleurer le jour de la mort de Kateb Yacine alors qu’on préparait l’inauguration de la stèle du 1er Novembre 1954. Quelques jours après l’enterrement de Yacine, alors qu’on se rendait à Alger, tu me dis : « Je ne sais pas si j’ai tout retenu de Kateb ; j’espère que tu ne vas te mordre les doigts après ma mort, parce que moi je me suis bien mordu les doigts le jour de la mort de Kateb. »
    Un grand penseur a dit aux élites de son pays que le paysan est le seul historien qui nous reste des temps antéhistoriques. Plus qu’un prof d’université, tu m’as appris bien des choses. Pendant tout le temps ou je t’ai côtoyé, toi et tes amis, à travers tes amitiés et tes inimitiés, je n’ai retenu qu’une seule chose : l’engagement citoyen pour consolider le sentiment d’appartenance à la nation algérienne. La fierté d’être un algérien, peu importe la région et la langue. Etrangement, en fouinant dans tes inimitiés, je retrouvais la même démarche c hez Dr Lamine, Dr Boukhadoum, chez Belaid Abdeslam, chez Taleb Ibrahimi, chez Belounes Said, chez Ait, chez le colonel Krim, chez le colonel Boukharouba, chez le colonel Si Sadek, chez Benbella, chez Kasdi Merbah… Vous n’étiez pas d’accord sur la façon de gérer les affaires du pays, mais vous étiez tous portés par le même sentiment d’appartenance à la nation algérienne.
    Grâce à toi et aux militants de la cause indépendantiste, j’ai appris que si le militantisme et la résistance citoyenne se traduisent par une adhésion à des valeurs et à des symboles, il repose avant tout sur un projet commun qui rassemble toutes les algériennes et tous les algériens au-delà de leur différence sociales, sociale et linguistiques.
    Ali, je me suis rappelé aujourd’hui de ce que tu me disais en présence de Daniel Timsit et de Abdellah Fadhel parce que je sens fortement que notre pays est aujourd’hui soumis à des dangers qui dépassent la menace terroriste, au risque d’une fragmentation qui peut conduire l’Algérie à l’irréparable.
    Aussi je tiens à dire à tous les militants, quels que soient leurs bords politiques, à mes camarades de l’opposition, aux universitaires, aux journalistes, aux généraux, aux militaires, aux gendarmes, au DRS et aux policiers, il nous appartient, tous ensemble, de réfléchir, dès maintenant, aux multiples façons de restaurer notre cohésion nationale, de nous réapproprier le sentiment d’appartenance nationale, de nous engager au service du pays et d’adhérer aux symboles fondateurs de la nation algérienne . Nous devons repenser la manière de devenir citoyen militant et de faire en sorte que nos propres querelles et les grands mouvements de pensée qui influent sur notre quotidien, contribuent à raffermir l’unité nationale.
    C’est le testament d’Ali, de Benboulaid, de l’Emir Abdelkader, de Messali, de Debaghine, des berbéristes, des islamistes, des Oulémas, de Baya, de Hassiba, de Fathma N’soummer, de Mammeri, de Dib, de Benabi, d’Arkoun…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Amar cheballah
    30 août 2015 at 21 h 02 min - Reply

    Un autre drame secoue la vallée du Djurdjura. Une disput e dans un bar clandestin se termine par homicide. Il s’agit d’un homme âgé de 34 ans froidement assassiné avec plusieurs coups de poignards, par quatre personnes dans le village des Ait Koufi, relevant de la commune de Bounouh, dans la nuit de jeudi a vendredi…La victime a été assassiné pour s’être plaint des incivilités et du tapage nocturne occasionnés par ce bar illicite dans cette bourgade ordinairement paisible…Les quatre personnes responsables de ce crime odieux ont été entendues par le procureur près le tribunal de Drâa El Mizan qui les a placées sous mandat de dépôt

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rachid dahmani
    31 août 2015 at 7 h 53 min - Reply

    Bonjour,

    Il y a sept (07) ans bouteflika disait et affirmait:  » On s’est trompé »: Aujourd’hui son premier ministre abdelmalek sellal affirme : « On doit changer de cap ». Alors je ne sais pas si on doit « parler » ou « signifier » d’un problème kabyle dans ce contexte ou les criminels et la vermine sont nettement visibles. Je suis kabyle, amazigh dans le plus profond de mon âme mais je vois avant tout mon pays qui s’effondre comme un château de cartes. L’une des cartes étant ma kabylie de mon cœur.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • fateh
    1 septembre 2015 at 6 h 52 min - Reply

    A ceux qui pretendent que le colonel bencherif haissait le criminal boukharouba,pouvez-vous expliquer, comment ce FILS DE KAID A DETERRER AMIROUCHE ET SI LHOUES D’EL3ALIA POUR LES COFFRER CHEZ LUI DANS SON ETAT MAJOR DE LA GENDARMERIE??????
    CE FILS DE KAID , A DECLARE QU’IL AVAIT AGIT SUR ORDRE DE BOUKHAROUBA, ELLE EST OU LA HAINE, MOI JE NE VOIS QUE LACHETE ET LECHE BOTTE.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Mennad
      2 septembre 2015 at 12 h 39 min - Reply

      @ Fateh.

      Les gangs qui président aux destinées du pays sont  » désunis entre eux (Clans, comme les meutes de loups et autres prédateurs), mais unis contre la population civile, contre le peuple « . . Le Pouvoir est de nature  » militaire et clanique, mais pas ethnique ou régional. Il est à la fois une  » structure clanique  » (clans militaro-mafieux) et  » un tout indissociable  » (Junte militaire, sans chef du fait de l’existence de divers clans). Le Clan le plus puissant est le Clan le plus puissament amarré à la puissante Police politique secrète (DRS, ex-SM, ex-MALG) (mafieuse « . (C’est ça qu’il faut comprendre et retenir.

      Pour revenir à Bencherif et Boumediene, et Kasdi. Bencherif les détestait parce qu’ils ne sont pas du même Clan, et parce que Boumediene (Armée des frontières) avait recyclé les pions du Général de Gaulle, les faux déserteurs de l’Armée française, alors que lui (Bencherif) était un vrai déserteur….

      Récapitulatif : Bencherif et Boumedienne sont du même Régime dictatorial ultra autoritaire, antipopulaire, criminel, mais désunis entre eux (et se détestaient), mais unis contre la population civile, à laquelle ils vouaient la haine et le mépris

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

      • batni
        2 septembre 2015 at 23 h 06 min - Reply

        (Bencherif) était un vrai déserteur….

        J’espère que c’est une juste une blague.

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • saoudi selim
    20 septembre 2015 at 5 h 43 min - Reply

    l algerie c est la kabylie et la kabylie c est l algerie que vous le vouliez ou pas arreter de faire du racisme

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos