Édition du
4 December 2016

Vouloir changer le mode de société dans lequel on vit passe inéluctablement par un changement personnel…

1888563_10203211588081369_1042900511_n« En verité, ALLAH ne change pas la situation d’un peuple, tant que celui ci ne change pas ce qui est en lui-même »(Sourate le tonnerre)
Le postulat même de la personnalité humaine qui hypothèque l’assurance de la personne est important, nécessaire, et utile .Chaque personne prise individuellement préserve égoïstement, sauvegarde et défend à bon compte à savoir :
1- sa vie,
2-sa raison (El f’hama !),
3-sa descendance raciale ( e’rassa !)
4-et sa pro- génétique,
5-sa foi
6-et enfin sa richesse,
L’ordre  de ces  éléments su- cités  diffère selon la situation contextuelle de la personne du système…. Nous avons tendance à oublier que nous sommes issus de la nature et que nous en sommes dépendants comme d’une mère nourricière. Ce sont évidement des valeurs conceptuelles d’ordre universelles que l’homme s’enivre de ses mesures sacrées. La nature  est ainsi  la meilleure des éducatrices pour nous aider à concevoir un modèle de société viable, équitable et juste.
Une richesse spirituelle qui ne se dégénère pas au fil du temps mais se confine et s’enrichit encore plus par une valeur ajoutée immatérielle et même matérielle, si et seulement si, la transmission de génération en génération n’est pas trop  compromise par des intérêts matérielles mesquins et d’autres stature d’orgueil personnel ou confessionnel. En se réaccoutumant soucieusement à son environnement sain, la  société en tant que telle  serait plus apte à sauvegarder le style naturel par des critères économiques  plus humains tels que    croissance économique, sociale et  culturelle,  emploi pour tout le monde et le bien être contextuel au milieu de  Madame la nature.
Dans tout système social du primitif à celui d’aujourd’hui (hors du notre d’aujourd’hui) ont de tout le temps préservé ces valeurs en période de paix et de calme. Certes il ya d’autres valeurs morales religieuses, éthiques ; de normes et aussi de références qui cristallisent l’ordre social pour que le cadre de vie soit agréable, soit utile, soit jolie, soit nécessaire pour le bien être.
Par exemple la durée du travail serait mieux  réévaluée pour un bien être utile, sa  finalité sociale est bien sur  c’est une  activité humaine importante, si on arrive à avoir cette culture de  l’autoproduction  de biens matériels et de services. Le temps libre (oisiveté) permettrait  de pratiquer de plus beau  les arts, la science, la philosophie et autres  activités enrichissantes, et cela dans  ‘unique but d’améliorer la vie en société.  Depuis cet exemple, il se pourrait à même de favoriser considérablement l’éveil des qualités humaines. La quête d’un d’une valeur matérielle et immatérielle  ajoutée est toujours utile pour le bien être de la société. Le progrès n’est sans doute pas dans l’évolution de nouveaux gadgets squattant le marché spirituel  en  biens et services mais dans le réveil de nouvelles consciences sociales plus productifs en valeurs ajoutées. Chaque Lambda qui
fait son  quotidien a sa propre  alternative qu’elle soit  utile, agréable et nécessaire, tout est objet de connaissance d’être utile, de savoir, et de savoir -vivre, et par conséquent, le résultat social serait là plus à y gagner qu’à y perdre pour une meilleurs satisfaction de soi et de la société. Mieux vaut un jardin de fleurs dans chaque cité qu’une prison.
Toutes ces valeurs su-citées peuvent être maculées, déréglées, perturbées et même empoisonnées par des substances matériels à base d’alcool, d’opium , de « Kachiettes* » (psychotropes), ou immatérielles à base  de corruption, de mensonges,  déliquescence ,de dépravation, d’immoralité, de malhonnêteté, de pestilence, de prévarication, de malversation, de viciation, de charlatanisme, de contrevérité, d’hypocrisie, de mythomanie, d’injustice, de non droit , de laxisme…. pouvant manifester dans ce sens des nuisances et des perniciosités ou nocivités importantes à l’homme, à son entourage, à son esprit, à sa richesse et même à sa foi et encore plus à tous les composantes  essentielles du  système social, économique, politique, culturelle et même sportives.
Ces éléments mauvais, négatives et funestes su-cités sont prohibés par la loi en général, par nos coutumes et par notre religion.
Les érudits, les  médecins, les professeurs, les enseignants, les psychologues, les sages, les religieux et les autres éminences sont presque tous d’accord pour dire, démonter et conseiller que les perniciosités sont préjudiciables pour la santé de l’homme (physique, spirituelle et contextuelle), de l’environnement et de la société en générale. Pour ce qui est de ces maux qui prennent une ampleur  plus que considérable au niveau de notre société sans commune mesure, ni balisage réglementaire, ni autre forme de maitrise de l’ordre pour ces fléaux….
Surtout dans nos sociétés dites musulmanes alors qu’elles n’en ait rien de musulman ou divers péchés sont permises, et  ils sont  admis comme un paramètre essentiel qui perturbe l’ordre social et peut créer accidents de la route et de tooutes formes, divorces, suicides, meurtres, nuisances, disputes, hogra, injustice, …..
L’homme n’est rien d’autre que la série de ses actes. (F. Hegel)
Vouloir changer le contexte dans lequel on vit passe d’abord :
* par un changement personnel ;
* chacun doit commencer à se reconnecter à son environnement. Chacun devrait balayer matériellement et spirituellement  devant sa porte selon notre adage.
* La société n’est pas quelque chose qui ne fait pas partie de nous, nous la forgeons tant bien que mal selon nos valeurs, nos crédits, notre force, notre avantage…..
* La societe civile lui revient l’honneur   et la responsabilité  d’engager un mouvement populaire de réappropriation  du quartier, de la cité, du village, de la ville, de la région, et du pays, afin d’empêcher la mal vie  qui fait naitre une rupture scandaleuse, dangereuse, nuisible pernicieuse et malfaisante qui s’intensifie  de jour en jour et de pire en pire. Dans cette societe gangrené par les mensonges et autres fléaux et maux où se trouve donc la vérité ? Sinon dans les valeurs universelles, morales, religieuses…..
Tous les actes anormaux, tous les interdits, tous les tabous … deviennent possibles, l’esprit n’est plus maitre mais capable de provoquer la négation du bien, du bon, du juste et du droit.
Pour terminer il me vient à l’idée l histoire d’un vieux Sioux, Cherokee ou apache qu’importe la tribu,  l’important est un de ces chefs parlait à son petit fils du combat de la vie qui se déployait  à l intérieur même de la personne humaine.
Il lui disait : Mon petit, il ya une lutte acharné entre deux loups à l’intérieur de chacun de nous.
-l’un est le mal : c’est la colère, l’envie, la jalousie, le chagrin, l’arrogance, la cupidité, l’amertume, le regret, l’apitoiement, la culpabilité, le sentiment d’infériorité, le mensonge, l’orgueil, la supériorité et l’ego.
-l’autre est le bien : c’est la joie, l’amour, la sérénité, l’humilité, la paix, l’espoir, la vérité, la générosité, la bienveillance, l’empathie, la bonté, la foi et la compassion.
Le petit fils de la tribu indienne réfléchi pendant un moment pas plus d’instant puis il a demande à son Grand Père :
-quel est ce loup qui va gagner ?
Le vieux sage grand père Apache-Cherokee ou sioux à simplement répondu :
C’est celui que tu nourris.
Merci  toi ! Grand père Apache de ta formidable sagesse……..BENALLAL MOHAMED


Nombre de lectures : 2299
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • HANI GHORAB
    2 septembre 2015 at 17 h 52 min - Reply

    je vous remercie monsieur Benallal pour cet article; mais hélas pour changer les tronc dur que nous sommes, on ne peut pas, car ceux qui sont censés éduquer la société essaie de la dévier vers le non sens, que ce soit les religieux ou les penseurs, la seule solution qui nous reste c’est de faire un serment à Dieu, si on n’est sincère de faire du bien pour les générations montantes, peut etre qu’eux verront ce verset du coran s’adapter à eux; le premier changement qui doit s’opérer, c’est ne plus mentir et là déjà c’ets le grand défi du changement.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • rochdi
    10 septembre 2015 at 18 h 07 min - Reply

    Cher ami, c’est bien ce que vous dites, notre religion nous l’enseigne déjà, mais la solution vous la réduisez à l’individu seul, et qu’est ce qu’un individu seul/ Si vous lisez le grand Maître IBN KHALDOUN vous découvrirez dans sa Mouqqadima une sentence sans appel « le Peuple imite son Roi ». Et malheureusement quand bien même il existe dans notre pays des familles honorables qui œuvrent pour le Bien de ce pays; elles sont dépassées par la mauvaise graine qui tend (en cette fin de l’histoire) à proliférer et à imposer son système de hors la loi. Personnellement je crois qu’il n’y a a rien à faire avec un pouvoir hors la loi, il faut attendre son dépérissement (car tout à une fin, ceci est une loi divine) ensuite peut être une ère viendra où le Bien triomphera, ça sera à nouveau le triomphe des dirigeants honnêtes et bâtisseurs pour le Bien de leur Peuple. Et, Dieu Seul Sait.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos