Édition du
6 December 2016

LOI DE FINANCES 2016 Le budget de l’État en baisse, la Défense intouchable, l’Éducation préservée, le Tourisme très fortement touché

AustéritéTSA.  09 septembre 2015 | Par Tewfik Abdelbari

L’avant-projet de loi de Finances pour 2016, examiné ce mercredi 9 septembre en Conseil du gouvernement, et dont TSA détient une copie, prévoit un budget global de 7 984 180 243 000 (plus de 7 984,18 milliards) de dinars. En 2015, le budget total de l’État était de 8 858 036 424 000 (8 858,03 milliards) de dinars, ce qui correspond à une baisse de 9,86 %.

Ce budget est réparti comme suit : une enveloppe de 4 807,33 milliards de dinars pour les dépenses de fonctionnement, en baisse de 3,32 %, tandis que les dépenses d’équipements (investissements publics) sont dotées d’une enveloppe de pratiquement 3 176,85 milliards de dinars, en recul de 18,24 %.

Les ministères se serrent la ceinture

Premier enseignement, la quasi-totalité des ministères voient leurs budgets de fonctionnement réduits, parfois sensiblement.

La baisse la plus sensible concerne sans aucun doute le portefeuille de l’Intérieur et des Collectivités Locales. Habituellement le troisième poste budgétaire ministériel, il verra son enveloppe réduite de 549,8 milliards de dinars en 2015 à 426,12 milliards en 2016, soit une baisse drastique de 22,5 % (-123,86 milliards).

Autre ministère fortement impacté : le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural, de Pêche et des Ressources Halieutiques. Dans le budget 2015, les crédits cumulés accordés au ministère de l’Agriculture et au ministère de la Pêche atteignaient 257,5 milliards de dinars. Depuis, les deux portefeuilles ont été fusionnés, n’empêchant pas une réduction du budget alloué. En effet, celui-ci est en baisse de 1,26 % à 254,24 milliards. Par ailleurs, le budget de ministère de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat enregistre la plus forte baisse avec un recul de 31,1 %, avec 4,12 milliards de dinars de budget, contre 5,97 milliards pour les deux ministères en 2015, fusionnés depuis.

Les autres ministères majeurs ayant enregistré un budget inférieur à 2015 sont celui des Moudjahidines (248,65 milliards ; -1,46 %), de la Santé (379,4 ; -0,6 7%), le Travail l’Emploi et Sécurité Sociale (226,45 ; -3,5 %). En somme, la plupart des ministères, en plus de la Présidence de la République (7,9 milliards ; -5,84 %), subissent une réduction de leur budget de fonctionnement. En effet, pas moins de 23 ministères sur 29 sont concernés.

Le ministère de la Défense intouchable

En fait, seuls six ministères échappent à la règle. Sans surprise, le ministère de la Défense nationale, qui occupe toujours la première place en terme d’enveloppe budgétaire, est l’un des rares à ne pas subir de restrictions budgétaires. Mieux, il bénéficie d’une hausse des crédits alloués, avec près de 1 118,3 milliards de dinars (+6,7 %). L’équivalent de près de 11 milliards de dollars.

Autres ministères qui bénéficient de hausse des budgets de fonctionnement, conformément aux déclarations du Premier ministre : l’Éducation nationale (760,55 milliards ; +1,86 %), l’Enseignement supérieur (312,16 milliards ; +3,94 %). Les trois portefeuilles restants bénéficient de hausses minimes (quasi-stabilité) à l’image des ministères de l’Énergie (44,7 milliards), de l’Industrie et des Mines (5,35 milliards) et celui de la Communication.

Réduction conséquente des investissements publics

Le budget d’équipement de l’État, qui correspond peu ou prou aux investissements publics, a été considérablement réduit. En effet, il devrait reculer de 18,24 % par rapport au budget 2015, à 3 176,85 milliards de dinars.

Les montants alloués aux infrastructures économiques et administratives se taillent la part du lion, avec un total de 495,55 milliards de dinars (en crédits de paiement), suivi du soutien à l’accès à l’Habitat avec 469,78 milliards. Par ailleurs, les projets dans l’agriculture et l’hydraulique se partagent la somme de 271,43 milliards de dinars. Pour sa part, les projets industriels sont le parent pauvre des investissements publics, avec seulement 7,37 milliards de dinars de crédits.


Nombre de lectures : 16922
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Lyes.R
    10 septembre 2015 at 17 h 31 min - Reply

    MAAZA WALAW TARAT…HATA LEL KBAR…..

    ÇA SERA UNE CHEVRE MÉME SI ELLE VOLERA DE SES PROPRES AILES…RIEN NE CHANGERA TANT QU’ILS SONT VIVANTS.

    ————————————————————————————————————
    Le Pétrole a chuté de 50 % de sa valeur, les bourses ont chutés de 10 % , voire de 30 % …

    Depuis 10 ans au moins, l’Algérie n’a fait que dépenser ses devises en importations massives , non seulement cela a limé le peu de production national qu’on avait, mais on a eu droit à de l’importation de contrefaçon, à l’image des réchauds a gaz qui tue, puisque non conforme, et des voitures de moins de cinq ans qui fument et qui tue…

    Maintenant, pire encore, au lieu de réduire à 50 % minimum, au contraire on continue de dépenser 80 Milliards $US pour 2016, au lieu de 88 en 2015 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    A ce rythme la, d’ici la fin de EL HARDA 4, L’ALGERIE SERA ENDETTÉ, PAUVRE, PRÉTE A ETRE VENDU ENCORE AU DINARD SYMBOLIQUE.

    ***************

    DORT OHHH TOI DORMEUR…PROFITE OHH TOI PROFITEUR AU PAYS DES DORMEURS.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • Ait Medour Tahar
    11 septembre 2015 at 13 h 24 min - Reply

    Si vraiment l’ANP était une véritable armée républicaine plus qu’un socle de perpétuation du pouvoir, j’aurai applaudi pour une augmentation du budget de la défense et de la sécurité en général avec tout ce qui se passe au Maghreb , au Machrek et à nos frontières !

    Mais malheureusement l’armée est beaucoup plus un instrument de défense du pouvoir et de clans qu’un instrument de souveraineté nationale, hélas, trois fois hélas !

    Et c’est cela, hélas encore une fois, la caractéristique principale et prépondérante de l’armée depuis la prise du pouvoir de la clic d’Oujda and Co en 1962 !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • rachid dahmani
    13 septembre 2015 at 8 h 18 min - Reply

    Bonjour,

    ça me fait penser à une épicerie. Je réserve tant pour l’achat de tels produits et tant pour d’autres. Et l’année d’après je change un peu les montants alloués à chacun des produits tout en conservant la même façon de travailler et de vendre les produits. Sauf que l’allocation des montants des produits qu’on achète est tributaire des recettes de leurs ventes…mais ici on n’en tient pas compte apparemment ou on ne sait pas en tenir compte (ce qui semble plus probable).

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • HOUARI
    26 septembre 2015 at 16 h 21 min - Reply

    QUE LE BUDGET BAISSE CETTE ANNEE DE 9 A 10% PENSEZ VOUS QUE QUELQUE CHOSERA DANS UN PAYS TEL QUE LE NOTRE OU RIEN NE SE PRODUIT ET OU TOUT EST IMPORTE PAR UNE MAFIA POLITICO-FINANCIERE, DANS UN PAYS OU LA CORRUPTION EST ENRACINÉE DANS LA MOELLE EPINIERE DE NOS DIRIGEANTS. LE PAYS EST EN CRISE IL LE SERA DE PLUS EN PLUS ET IL A DAILLEURS TOUJOURS ETAIT EN CRISE. BUDGET EN BAISSE OU NON SEULS LES MEMES PERSONNES SUBIRONT CETTE BAISSE CE SONT LES ZAOUALIS, LES CHOMEURS, LES PAUVRES MALHEUREUX QUI ONT TOUJOURS GALERES POUR SURVIVRE DANS CE PAYS DIRIGE PAR DES CORROMPUS ET DES MEDIOCRES.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • mourad
    31 octobre 2015 at 0 h 16 min - Reply

    this is money subdivision of ahmida the ignorant , really is a shame after more than 15 years of power control of the country in amid of high oil commodity prices and just afterward and due to the oil price downturn the crashed economy cant stand for a year,economy of stealing, saving money in foreign banks and now they turnaround after stolen the country’s money ,to take people’s money by insert unfair manner, crazy plan( 2016 financial law) to enforce taxes in order to put hands on their money , this wise governance tracks the country to closed loop, back to initial point where the poverty and unfairness, misery is its characteristic. poor country where is it going to ……let this country in peace …..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • marouf
    11 novembre 2015 at 15 h 31 min - Reply

    Le budget de l’éducation national est eo hausse alors les vrais enseignants de langue arabe et culture d’origine dans le nord travaillent comme vacataires et exercent 21h et ils sont rèmunèrè 16h alors l’enseignant c’est lui qui reprèsente l’algerie en france changer notre statue et mettez dehors les enseignants qui n’ont aucun diplome et aucune pédagogie et ca va faire un large économie.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Chafik
    18 janvier 2016 at 15 h 23 min - Reply

    Bonjour

    comme par hazard il y a tellement de tourisme en Algerie qu’on lui coupe le budget a son ministere ,

    d’autant plus pour le budget de la défense je me demande qu’est ce qu elle fout avec un

    budget pareil!!!je suis d’accord pour la sécurité des frontières ou les services secrets mais

    il y a pas mal d’abus de son budget tel que le service national « eliminons le il ne sert qu’a empoisonner la vie de nos jeunes ,le payement des privilèges des pseudo responsables militaires il faut les voir c’est des gens improductifs et vulgaires en plus sauf certains

    pour moi il faut que le pays sort de cette mentalité des années 70 ce fut un temps et maintenant laissons la place au savoir,a l’ouverture car si vous ne le faites pas le temps le fera malgré vous

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos