Édition du
9 December 2016

يا فرنسا اعطيناك عهدا

Fafa1http://www.tsa-algerie.com/20150910/marche-automobile-les-chiffres-qui-confirment-le-cadeau-du-gouvernement-aux-marques-francaises/

Marché automobile: les chiffres qui confirment le cadeau du gouvernement aux marques françaises

TSA

17:10 jeudi 10 septembre 2015 | Par Tewfik Abdelbari | Actualité

TSA s’est procuré les chiffres du marché automobile en Algérie pour l’année 2015 : une « hécatombe » généralisée… ou presque. En effet, tous les concessionnaires enregistrent un effondrement des ventes, à l’exception des marques françaises. Des données qui confirment donc que le blocage des importations par le gouvernement profite largement aux concessionnaires français.

Un recul drastique des ventes, jusqu’à 75 % pour Ford

Le marché global des véhicules particuliers a enregistré une baisse de 25,25 % durant les huit premiers mois de 2015, par rapport à la même période de l’année dernière. En effet, les ventes sont passées de 185 213 véhicules écoulés en 2014 à seulement 138 454 unités cette année. En cause, le blocage des importations de véhicules neufs, dans la foulée de l’entrée en vigueur des nouvelles normes automobiles.

 

Les marques américaines et allemandes durement touchées

Dans le détail, certaines marques souffrent plus que d’autres. La marque américaine Ford, représentée par le groupe Elsecom, subi le repli le plus marqué : -75 % de ventes en glissement annuel. L’autre marque du même concessionnaire, Suzuki enregistre une baisse de 41 %.
La seconde baisse la plus importante est à mettre au débit d’une autre marque américaine, Chevrolet, qui accuse un recul de 69 %. Elle est suivie de près par Seat, du groupe Volkswagen (VW), représenté en Algérie par le concessionnaire automobile Sovac. La marque allemande enregistre quant à elle une baisse importante de 52 %. En revanche, la marque d’origine tchèque Skoda, également membre du groupe VW, parvient à relativement limiter les dégâts avec un recul de 13 %.

Performance des françaises

Dans ce contexte de baisse généralisée, quelques marques sortent du lot. Il s’agit principalement des constructeurs français. Justement, le constructeur Peugeot se permet même le « luxe » de réaliser une croissance des ventes de 6 %. Un « miracle » au vu de l’état du marché automobile en Algérie.

Les autres marques françaises, Renault et son pendant « low-cost » Dacia, réussissent également à tirer leur épingle du jeu. Ces deux marques enregistrent des replis respectifs d’à peine 5 % et 6 %. Dans un marché en baisse de 25,25 %, ces chiffres constituent une véritable performance.

Ces chiffres montrent clairement que le blocage, visiblement sélectif, des importations de véhicules par le gouvernement, a directement profité aux constructeurs français. Par ailleurs, ces marques pourraient avoir bénéficié d’une intervention politique du gouvernement français. En effet, quelques jours après la visite du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le gouvernement algérien a opéré une reculade spectaculaire sur le cahier des charges, qui a également favorisé les marques françaises. Ce qui n’a pas plu aux Allemands qui ont décidé d’agir politiquement pour obliger le gouvernement à débloquer les véhicules de leurs marques bloquées sans raisons aux ports.

 


Nombre de lectures : 14745
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdelkader Dehbi
    11 septembre 2015 at 9 h 49 min - Reply

    A défaut de l’existence d’une véritable Société Civile crédible, pour La Défense du Consommateur, QUI pourra empêcher les citoyens algériens d’organiser spontanément UN BOYCOTT MASSIF des marques françaises. Juste pour démontrer au gouvernement sioniste et néocolonialiste des Hollande, des Valls et autres Fabius, que si nos gouvernants sont des VENDUS, le Peuple algérien lui, N’EST PAS À VENDRE.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 16

  • Si Salah
    11 septembre 2015 at 10 h 34 min - Reply

    Avec les bachagha au pouvoir, si leur mère fafa décide qu’il est préférable que les algériens se déplacent en fauteuils roulants, il y a aura demain 5 millions de fauteuils roulants Peugeot sur les routes d’Algérie…

    Il faut savoir que le fauteuil roulant de Bouteflika est, contrairement aux apparences, un fauteuil éjectable. Si le locataire du Val-de- Grâce bouge d’un mm en dehors du cercle que le petit cochonnet lui a tracé, il se retrouvera dans la stratosphère. Rekhestou bel Djazaïr Allah yerakhaskoum ou yekhzikoum…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Othmani
      15 septembre 2015 at 18 h 09 min - Reply

      La raison pour laquelle fafa peut faire ca est que les Americains ne pensent pas que le marche Algerien est tres determinant. La baisse des prix du petrole va booster les ventes dans les pays ou l’essence est habituellement chere ce qui va largement compenser les pertes de vente en Algerie. Donc c’est un peu de la sadaqa qu’ils laissents aux « pauvres » francais. C’est d’ailleurs une bonne nouvelle car cela veut dire que MABQALHOUMCH. Le jour ou fafa n’aura plus les moyens de faire de la politique etrangere nestqallou et cette date arrive au galop. Qala Taala: « wa tilka al ayyamu nudawiluha bayna annas »

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Ait Medour Tahar
    11 septembre 2015 at 13 h 03 min - Reply

    Ya si Dehbi , cette affaire de boycott est inapplicable. Les acheteurs et revendeurs de l’économie informelle ou officielle algérienne s’en foutent éperdument si le produit vient de France ou d’Israël ! Ce qui les intéressent c’est de faire leur marge , point final ! C’est un peu normal, je pense car la majeur partie de nos jeunes et des citoyens algériens en général vivent du commerce (tidjara hallal). Nous sommes en présence d’une économie de rente basée sur l »importation depuis 1962 et rien n’a été fait même pour nous nourrir et nous vêtir par nous même.

    Cette histoire de boycott est inapplicable car l’économie mondiale est tellement globalisée que c’est difficile de dire que tel produit est français ou israélien surtout que les douanes algériennes n’ont pas d’expertise ni d’instrument statistique performant pour vérifier l »origine des produits que se soit pour les produits alimentaires, les produits pharmaceutiques,les téléphones portables, les équipements médicaux, les pièces de voitures, de motos, de bicyclettes,de machines outils, les vêtements, etc… etc ..

    On n’importe tout ya si Dehbi et vous le savez mieux que moi ! On importe même les aliments de bétails et d’animaux de compagnie , donc il faut tout un système d’information et des expertises dans le commerce international pour connaître la traçabilité d’un produit quelconque et pour vérifier tout çà !

    Or en Algérie, on ne sait déjà même pas le nombre exact de la population algérienne et vous nous proposez de chercher à connaître l’origine de tel ou tel produit ! C’est impossible à mon avis car comme le pouvoir a fait de nous des tubes digestifs qui engloutissent des produits importés depuis 1962 , il est impossible de contrôler ce qui rentre dans le ventre de chaque algérien.

    Quand à la société civile, j’ai échangé et questionné plusieurs fois avec beaucoup de citoyens sur ce sujet (et même ceux qui ont fréquenté l’université algérienne), et ils me répondent : « c’est quoi çà, la société civile? »

    Amicalement !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos