Édition du
6 December 2016

Mea culpa.

Indépendance9Salim METREF

Beaucoup se sont trompés en croyant bien faire. D’autres ont persisté dans l’erreur. Mais tous n’étaient pas coupables. La grisaille s’installe dans nos murs mais l’énergie est là et ne demande qu’à se déployer pour bâtir. Les réformes économiques sont devenues incontournables mais elles ne peuvent être déployées et mises en œuvre dans la précipitation et surtout sans leur pendant politique. Le respect des libertés fondamentales ne doit plus être qu’une promesse que l’on ne tient jamais parce que la richesse et l’opulence sont là ou un épouvantail que l’on agite lorsqu’il n’y a plus rien à offrir ou à partager mais devenir une réalité tangible.

L’effort à consentir pour redresser la barre est immense mais réalisable. Il doit être en tous les cas équitablement partagé d’autant plus que le discours officiel est plombé par un handicap majeur, une crédibilité de la matrice, pour emprunter une terminologie utilisée par l’intellectuel Sammy Oussedik, largement entamée par l’échec. Un échec patent, récurent et incontestable.

Alors que faut-il faire?  Juger les coupables, déployer les instruments financiers internationaux spécialisés dans la traque de l’argent sale et des comptes off-shore ou s’immiscer dans des joutes qui semblent opposer les différents fragments de la matrice éclatée et qui fondamentalement ne sont porteuses ni de lumière ni de perspectives pour l’Algérie. Le deal est sans doute ailleurs. Il est plus exaltant. Le pays est à reconstruire. Les algériens honnêtes qui vivent du fruit de leurs efforts et qui comme ceux de  novembre 54 ont l’Algérie au cœur pourront le faire. Paisiblement mais avec forte conviction. Et la situation est d’autant plus inextricable que la prudence et la sagesse doivent être de mise.

Ce 1er novembre qui vient pourrait être ainsi l’occasion de remettre les pendules à l’heure, de se remettre en cause et de faire son mea culpa. Une date fondatrice qui supposera que des décisions  fortes soient prises. Comme se remettre en cause qui n’est pas se faire harakiri, ni se déshonorer. Beaucoup parmi nous se sont trompés en voulant juste bien faire. L’échec tout comme la réussite font partie du parcours de toute personne normalement constituée. Si en 1954, une minorité de jeunes algériens a eu l’audace de décider de déclencher le combat libérateur et de mettre un terme au système colonial français, ce premier novembre qui vient devrait être la journée du mea culpa. Oui nous avons abimé, souillé, appauvri et malmené ce pays qui est devenu méconnaissable. Et nous en sommes hélas tous responsables. Et si Trotski prétendait que les peuples ont souvent les dirigeants qu’ils méritent nous prétendons nous que les dirigeants ont parfois aussi les peuples qu’ils méritent.

Alors aujourd’hui transmettre, comme on dit, le flambeau aux plus jeunes est une décision qui ne peut plus attendre car elle constitue l’unique opportunité qui permet à cet immense potentiel de richesse et de créativité de se déployer au profit de l’Algérie. Car relever les défis qui s’annoncent sera extrêmement fastidieux et en tous les cas à la hauteur des décisions qui seront prises et des ruptures incontournables auxquelles il faudra procéder. Oui, beaucoup se sont trompés en croyant pourtant bien faire!


Nombre de lectures : 2646
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Mouloud
    23 septembre 2015 at 10 h 02 min - Reply

    Le peuple devrait faire plusieurs fois son Mea Culpa, il a accepté de cautionner la purge faite par les planqués de l’E.M.G. de l’Est et, du MALG d’Oujda , qui se sont accaparés du pouvoir en éliminant le seul représentant légitime a ses yeux et aux yeux du Monde a savoir le GPRA. il devrait faire son mea culpa pour n’avoir rien dit lorsque ses libertés et ses aspirations ont été détruites par cette horde d’ opportunistes. LA PEUR, L’ÉROSION de sa combativité consécutive à 7 ans de luttes ( faites au demeurant UNIQUEMENT par les algériens de l’INTERIEUR )n’explique pas tout !!!!
    Oui, il faut tourner la page et, rapidement pour reconstruire l’Algérie sur des bases de droits, de justice, d’équité et de liberté de penser, d’entreprendre.Oui il faut tourner la page pour redonner le sourire à cette jeunesse – qu’il faudra le ré-instruire de ses droits et surtout de ses devoirs, le rééduquer peut être aussi – et qui ne demande qu’a vivre librement comme toutes les jeunesses méditerranéenne dont elle fait partie. Il n’Y aura plus de haragas. Car à partir de ce moment l’Algérien aimera sincèrement ( je ne parle de la fierté mal placée qu’il croit être de l’amour pour son pays) sa terre, celle de ses ancêtres qu’il abreuvera volontairement de son sang s’il le faut car il est capable de relever tous les défis A CONDITION que justice lui soit rendue !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • k Seddiki
    28 septembre 2015 at 17 h 42 min - Reply

    Il est permis de rêver !Je rappelle seulement une phrase de Boumediene,désignant le fauteuil qu’il venait de quitter pour faire son discours : ce siège est plein d’épines !!!
    Alors, la passation de témoin peut attendre !Un pouvoir pris de force n’est jamais restitué de plein gré .Pire encore, on va tout droit vers une succession du pouvoir à la manière du Moyen Orient, à Dieu ne Plaise !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • AMAR
    7 octobre 2015 at 7 h 44 min - Reply

    la constitution de 1989 etait un acquit extraordinaire pour embrasser le chemin de la democratie, des gros pleins de soupe l ont supendu, triture, et chaque annee qui passe c est encore un espace de liberte et de justice qui se concede!!! NOUS N AVONS PAS ETE CAPABLE DE PROTEGER LE FRUIT DE LA REVOLUTION D OCTOBRE …..1989! beaucoups d algeriens ont vendus leurs ames au nom d une stabilite qui entetenait l abus l injustice et la rapine…..des centaines de milliards de dollars ne nous ont pas permis d imposer l usage de notre langue meme avec les etrangers!! c est vrais ! l indigenat formate des peuplades plus tenace! chez nous il a fait des « arianines » de veritables ARIANES QUI DECOLLENT AU DOIT ET A L OEIL A L IMAGE DE LA FUSEE! VUE DE L EXTERIEUR NOUS PARAISSONS TETANISES ……..INSENSIBLES AU CHANGEMENT!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos