Édition du
5 December 2016

« La malédiction autoritaire »

60944_153866714633574_100000307398619_339666_1663590_nEl Watan week end 23 octobre 2015
Ammar Belhimer, Professeur de droit public, Université d’Alger 1
« La malédiction autoritaire »

Sur la liberté d’informer dans le pays depuis le 4e mandat
L’honnêteté intellectuelle commande de dire que les restrictions chroniques aux libertés ne datent pas du quatrième mandat en cours. Elles sont consubstantielles à la nature policière du régime qui transcende les particularités du moment. C’est une question de degré et non de nature.
Le système reposera sur la violence tant que ne sera pas soulevée, et pacifiquement traitée, la question de la reconstruction d’une historicité longtemps et toujours pervertie par un mode de gouvernance qui fait de cette violence le seul langage et la seule ressource des hommes aux commandes depuis 1962.
Multiforme, ambivalente et paradoxale, la violence est inscrite dans le mode d’exercice du pouvoir et n’autorise de respect et de considération que pour le guerrier, le porteur d’armes, au mépris de l’intellectuel qui manie la plume. Omar Carlier traduit mieux que nous cette obsession filiale, congénitale de la violence dans son ouvrage de référence « Entre nation et jihad – Histoire sociale des radicalismes algériens », paru aux Presses de Sciences Po, à Paris en 1995 : « Un homme valide s’impose et se positionne socialement non par le respect dont il s’entoure, mais par la crainte qu’il inspire. Le conte, le mythe, le proverbe, la chanson véhiculent une norme de conduite qui valorise le recours à la force et à la ruse. Ils définissent les éléments d’une éducation populaire qui contribue à enraciner dans les représentations collectives la pertinence pernicieuse et l’efficacité supposée de la violence. » Telle est l’origine du mal endémique que j’appelle « la malédiction auroritaire. »

La violence est-elle à ce point prenante ?
Nous sommes ici dans une situation où les présumées victimes n’ont rien à envier à leurs bourreaux. C’est en effet une violence systémique, inscrite dans les institutions et diffusée dans tout le corps social.
Telle est la matrice du système. En matière institutionnelle, l’arbitraire éclipse tout système méritocratique qui ambitionnerait de mettre en relation des hommes libres et égaux, reliés par des conventions négociées, hiérarchisés et mis en conditions de compétitivité par leur seul mérite. Cette matrice se décline par des mécanismes de régulation d’essence policière, et non militaire. Elle mobilise des hommes configurés dans le même logiciel hérité de l’ennemi depuis la guerre de libération nationale, ennemi qui a lui aussi toujours fait la part belle aux services spéciaux. Ici, comme dans d’autres domaines, le mimétisme a également opéré. Les Français ont substitué aux “bureaux arabes” de la conquête une noria de services en 1954 (les « maîtres Jacques de la colonisation » qu’étaient les « bureaux arabes », puis l’officier de renseignement proprement dit relevant du deuxième bureau, l’officier du service “action”, l’officier d’action psychologique relevant du 5e bureau et enfin l’officier de SAS). Ce à quoi venaient s’ajouter la Gendarmerie nationale, les officiers du contre-espionnage ou SDECE délégués en Algérie et les organismes civils relevant de la police (Surveillance du territoire, Police judiciaire, Renseignements généraux). Par mimétisme, par paresse ou par manque d’intelligence, le camp adverse s’est aligné. L’inquisition sous le PPA et l’avènement du Malg, puis les péripéties de l’indépendance relèvent de cet apprentissage policier si bien analysé par Jacques Frémeaux dans « La France et l’Algérie en guerre » (Paris 2002) : « Sept ans de guerre ont privilégié, au sein des deux camps, la manipulation, la propagande et la tentation totalitaire ». L’assassinat d’Abane Ramdane, la chasse aux intellectuels, la «Bleuite» sont les expressions les plus manifestes de cette lame de fond irréversible à ce jour.
Que faut-il en déduire ?
Principalement que ces canaux sont inaptes à faire émerger une classe politique et une société civile libérées des scories de la pensée unique.
Ce qui est en cause ici, ce n’est pas l’Etat lui-même, nécessaire et indispensable, dans une version inclusive et efficace, mais le mode d’exercice du pouvoir : dans les sociétés civilisées, le pouvoir est incarné par la loi et l’autorité qui lui donne corps, il est affaire d’équilibres institutionnels, de contre pouvoirs et de contrôles, de rapport de forces et non d’épreuves de forces.
Il faut tout de même nuancer le propos. Les répressions ne sont pas massives et systématiques, beaucoup d’initiatives indépendantes et critiques des autorités en place peuvent être menées au grand jour. On soulignera également l’absence de critères clairs permettant d’apprécier le risque encouru : où est la frontière à ne pas dépasser pour éviter les persécutions ? Cette frontière semble ténue du fait du relâchement de l’autorité et l’accentuation de l’impression de chaos qui autorise des muftis cathodiques à sévir contre des intellectuels, l’exercice de monopoles de faits et autres abus de positions dominantes dans l’impunité totale.

Y-a-t-il une issue à cette logique de prévalence de la violence ?
L’addiction au pétrolière a pour corollaire une malédiction autoritaire qui se traduit par un déficit démocratique structurel chronique. Des recherches récentes mettent en évidence que l’un des effets de la rente «est qu’elle produit de la violence dans le sens où ceux qui en sont les principaux détenteurs, gestionnaires et utilisateurs, ont des moyens considérables à leur disposition pour pouvoir édifier des appareils de sécurité extrêmement importants, complexes et performants qui limitent toute forme de contestation, voire de démocratisation. La rente devient un bien précieux à ne pas partager (…) Un Etat sans rente est beaucoup plus consensuel, mesuré et nuancé avec les mouvements d’opposition» (dixit Luiz Martinez, in « La rente pétrolière source de violences pour l’Algérie », in Moyen-Orient, n° 7, août-septembre 2010, pp. 32-36).
Les velléités démocratiques systématiquement avortées témoignent du caractère éphémère et illusoire des constructions de laboratoires, qu’elles concernent les partis politiques, les associations ou les médias. Le cheptel politique qui sert de figurants pour théâtraliser l’illusion électorale à consommation extérieure est pour l’essentiel discrédité.
L’indigence du personnel politique scotché aux sphères centrales ou périphériques du pouvoir est masquée par le peu de visibilité, pour ne pas dire l’opacité, qui affecte ces sphères. Prédateurs-ponctionnaires, fourbes et ingrats, soumis sans être dévoués, ce qui est en cause ici ce sont, encore une fois, les mécanismes de cooptation qui, de la base au sommet de la pyramide, pourvoient aux fonctions d’autorité en fonction d’une règle immuable : servir le chef du moment, quitte à le trahir à sa première déconvenue, obéir à une loi souvent non écrite, à une autorité souvent occulte, à un pouvoir de l’ombre.
Le président en exercice a été lui-même victime de cet arbitraire dans les années 1980. Comme tant d’autres avant lui, il a certainement à cœur de vouloir le surmonter. Y parviendra-t-il ?

Sur la fermeture de chaines de télé ou de journaux …
Nos luttes ont été dévoyées partout et l’argent a fini par avoir raisons des plus téméraires. Cela me rappelle le pot de terre contre le pot de fer.
La malédiction autoritaire qui a toujours prévalu (en dehors de la parenthèse de l’aventure intellectuelle de 1990-1991) développe une vision éculée des médias digne de la glasnotz bréjnévienne. Dans la pratique, loin du formalisme juridique de 2012, nous sommes encore à l’âge de l’article 12 du Code de l’information de 1982 qui énonce sans ambages que « l’information est un domaine de souveraineté nationale » et que « l’édition de journaux d’information générale est une prérogative du parti et de l’Etat ». Cet énoncé juridique, momentanément battu en brèche par la loi de 1990, garde toute son emprise aujourd’hui.
Dans un entretien pathétique avec un site électronique, un directeur de chaine privée de télévision suspendue soutenait : « Nous travaillons dans la légalité. Nous avons un registre de commerce, plus d’une centaines d’employés au siège (à Alger) et des correspondants à l’étranger. »
La légalité se résume à si peu pour une raison qui sera dévoilée plus loin : « Quand la chaîne a été lancée, j’ai rencontré de hauts responsables dans les services de sécurité. »
Avec une telle couverture, la procédure formellement requise devient superfétatoire et donne même des compétences à une représentation diplomatique en matière d’exercice des libertés dans le pays :
« Nous avons déposé un dossier à l’ambassade de l’Algérie à Londres où se trouve le siège. J’ai donné une copie (du dossier) aux services de renseignements algériens et une autre au ministère de la Communication. »
Le clou de l’entretien reste cet autre aveu : « On travaille dans l’informel comme toutes les autres chaînes de la télévision parce que l’État veut travailler dans l’informel. »
On mesurera par ailleurs l’emprise de l’argent qui a fini par vider le contrat originel issu des réformes introduites par la loi 90-07 du gouvernement Hamrouche en lisant le copte rendu des tractations en haut lieu en vue de l’acquisition par un hommes d’affaires de l’un des premiers titres – de langue arabe – datant de l’aventure intellectuelle dans notre pays. Ghania Oukazi dont le professionnalisme est avéré rapporte dans le Quotidien d’Oran du 13 octobre dernier « Il avait proposé d’acquérir le quotidien arabophone (…) dont les actionnaires avaient eu des problèmes entre eux » pour « mettre le journal au service du président-candidat au même titre que le quotidien francophone (…) dont il est le grand actionnaire ». Voilà pourquoi je trouve que nous sommes dans une situation particulière où victimes et bourreaux appartiennent à la même famille, une situation dans laquelle il faut se garder « d’accuser ou de récuser des personnes en particulier », comme le suggérait Mouloud Hamrouche dans sa déclaration au forum du journal El-Hiwar le samedi 10 octobre dernier.

Quels enseignements en tirer ?
Le droit a échoué comme vecteur pour l’avènement d’un nouveau paysage médiatique ouvert, pluraliste, concurrentiel et transparent. Je vois à cela plusieurs raisons. D’abord, le mépris dans lequel le décideur algérien a toujours tenu la norme juridique, mise à son service exclusif. Ensuite, le peu d’effectivité du droit dans un système qui obéit à « la loi de la force » et non à « la force de la loi ». Enfin, l’empressement de leaders des médias à servir vilement les maîtres du moment.

Quelles perspectives ?
Il faut prendre garde de s’associer à des processus ou ce sont les hommes qui sont incriminés et jamais les règles et les modes de gouvernance.
La démarche qui prévaut actuellement dans les milieux politico-médiatiques bien pensants diffère sans cesse les chances d’alternance, elle fait la part belle à la « sacro-sainte règle de cooptation » dénoncée par Mouloud Hamrouche parce qu’elle est « demeurée stable et inamovible, (et) a empêché des hommes de réussir et des choix politiques, économiques d’aboutir. »
Il le dit mieux que moi : « cette sacro-sainte règle sert à nourrir des rivalités et des luttes de clans. Elle a besoin de gardiens de temple pour fonctionner et les broyer pour survivre. Cette règle empêche les citoyens et la société de s’épanouir, de se projeter et de se donner un destin. Pire, elle déstructure l’idée nationale, recrée des situations et des comportements qui poussent la société à reproduire son passé. Comme elle détruit la volonté nationale au profit des penchants régionalistes. Plus grave, elle livre notre religion et notre identité à des agressions et des régressions incommensurables. » On ne peut dire mieux.


Nombre de lectures : 3154
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ibnarabi
    25 octobre 2015 at 16 h 14 min - Reply

    La seule fois ou la presse a ete libre d’informer c’est entre 89 et fin 91. Ensuite c’est le noir. Certains journaux, dont elwatan, liberte, le matin, ont meme publie de faux communiques des groupes islamiques de l’armee. Cela n’a rien a voir avec le 4e mandant. Soyez rationel, professeur.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Bendi
    25 octobre 2015 at 16 h 39 min - Reply

    Vous decretez je vous lis  » Il faut prendre garde de s’associer à des processus ou ce sont les hommes qui sont incriminés et jamais les règles et les modes de gouvernance ».Eh bien moi je dis : Mon oeil! c ‘est bien le systeme qui a érigé et innové cette mode de gouvernance construite sur des parametres occultes, sournois,pernicieux et arbitraires.Les donneurs d’ ordre ne sont jamais identifiés mais les executants sans grades, eux sont dans un excés de zele ,tout a fait extraordinaire . »Rouh techki wine bghit » « va te plaindre ou tu veux », ça je l’ ai vecu maintes fois personnelement, à la poste, au tribunal,à la wilaya, à la mairie, aux impots, etc. Bien que j ‘etais dans mon droit le plus absolu et muni des lois en question . L’agent à qui vous avez affaire vous dira qu’ il a reçu des ordres et des instructions verbales de son superieur sur cette question precise ,et qu’ il n’ a rien à cirer, je lui enonce la loi ,les references parues au joradp ,sur le code civil, sur le code du travail , etc.Walou, il ne veut rien savoir,j ‘ai ecris aux superieurs très superieurs pour me plaindre, aucune reponse, Il existe des lois , mais elles ne sont pas appliqués par ceux qui sont censés les faire appliquer.Il existe deux etats, l’ un virtuel sur le papier qui est ,lui , parfait et l’ autre sur le terrain, dans la realité de tous les jours, qui est basé sur l’ arbitraire ,le mepris et le clientelisme.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • DA MOKRANE
    25 octobre 2015 at 17 h 42 min - Reply

    Ya Si Ammar dans toute votre réthorique vous avez « oublié » l’essentiel: la NATURE et surtout L’ORIGINE de la CLASSE POLITIQUE qui a confisqué le pouvoir au peuple depuis 62 et même bien avant…

    Oui, votre faute consiste de ne pas avoir appliqué à la lettre ce que vos imminents teachers: Michel MIAILLE, Aïssa KADRI et le professeur GORDON prof. de constit. entre autres… vous ont appris: L’ANALYSE DES INPUT EN SCIENCE POLITIQUE dans une société donnée comme la nôtre par exemple……

    Dommage ya Si Ammar.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Nordine
    30 octobre 2015 at 17 h 51 min - Reply

    Le pouvoir est un asile de fou geré par les patients … président, ministres, walis, generaux, comissaires, inspecteurs de police des impots des doannes etc etc …..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Dria
    30 octobre 2015 at 21 h 16 min - Reply

    Cette photo résume la situation a elle seule et parle d’elle même, du moment qu’on ne veut pas voir la réalité de face, essayons de la voir par les cotés , pour être plus explicite, j’interpelle chacun d’entre vous afin de me répondre sincèrement.

    Si vous assister à une scène pareille (photos) que feriez vous?
    – Oseriez vous adresser la parole à ces agents de l’ordre et demander pourquoi tant de violence face à ce citoyen désarmé de surcroît…
    – Aideriez vous ce citoyen qui se fait tabasser pour avoir participer à une marche pacifique, ou demander un droit quelconque…
    – Est ce que vous pensez au fond de vous même que ce citoyen mérite un traitement aussi musclé..
    – Rien car c’est une scène qui ne risque pas de se produire chez nous et que vous n’avez jamais rencontrer en Algérie

    je vais répondre à votre place, vous éviteriez le lieu de la marche, du meeting , du sit-in bien avant l’arrivée de la cavalerie de fakhamatouhou et si il se trouve que vous soyez la par hasard vous ferez semblant de ne rien voir et vous continuer votre bout de chemin en pensant à sauver votre peau et oui TAG ALA MEN TAG …vous êtes bien l’ ALGÉRIEN de 2015. Et je vous dis bonne fête nationale SAHA NOVEMBARKOUM

    avant de clore je me demande sérieusement si ces FLICS ont pris part a la « Marche Bleu » des policiers vers la présidence, et pourquoi n’ont ils pas intercepter leurs collègues comme il le font avec tous les autres citoyens qui osent faire une revendication légitime , car tout simplement il s’agit d’un ETAT POLICIER et d’un PEUPLE aux abois face aux hors la loi…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Saci
    1 novembre 2015 at 14 h 57 min - Reply

    Cette photo me rappelle des souvenirs personnels terribles que j’ai vécus pendant les manifestations d’Octobre 61 en pleine Casbah et à Soustara plus exactement. J’avais 13 ans! Quand nous manifestions, pour notre INDEPENDANCE, les zouaves du cinéma Montpensier « EL DJAMEL » sont sortis subitement en courant par la seconde porte du collège SARROUY…. et nous ont pris en tenaille. J’ai pris mes jambes à mon cou pour me sauver chez mon oncle Hamma (de Tolga) qui habitait la maison qui jouxtait le fameux café « KAHOUET LAÂRICH » là, où Krim BELKACEM avait pour habitude de faire ses réunions….. Malheureusement, je fus rattrapé par les soldats du sergent Belgacem, j’étais trop petit pour courir plus vite qu’eux. Et là….. ce fut la triha en règle. Trois soldats, exactement le même nombre que ceux-là (policiers), s’y sont mis à trois pour me donner une « trihat leklab » avec du fil électrique plié, qui faisait encore plus mal et je n’ai dû mon salut qu’à une femme courageuse Kabyle du quartier qui s’est jetée comme une LIONNE – TASSEDA – sur les soldats pour me tirer de leurs mains et de leurs griffes. Je me suis sauvé ensanglanté sans demander mon reste.

    Mais là, je comprenais pourquoi je recevais une tanée. C’était le temps du colonialisme.

    Mais, aujourd’hui, là, sur cette photo, où nous sommes – « indépendants » – je crois, on voit trois de « nos » policiers « ouledna », pourtant, battre un enfant de 13 à 14 ans en s’acharner sur lui de cette manière féroce et bestiale alors qu’il est sans défense, c’est insupportable pour moi. Ça me rappelle de très mauvais souvenirs personnels du temps de la colonisation…. Car, j’ai subit exactement, le même sort.

    Pis encore, cela me rappelle la réalité d’aujourd’hui, celle des enfants Palestiniens de l’Intifada qui se battent contre les soldats israéliens…

    Ce qui est drôle. C’est que « nos » policiers ont les mêmes tenues que celles portées par les soldats israéliens. Bizarre tout de même que tout cela……

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    • Izem
      2 décembre 2015 at 12 h 27 min - Reply

      vous avez de la chance que c etait au temps de la colonisation il parrait qu a l epoque c etaient nos FATMA qui ouvraient les portes a chaque controle de la police/armee colonial.en ces temps d « independance » on tabasse meme les femmes.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    Congrès du Changement National

    Galeries photos