Édition du
9 December 2016

1er novembre, révolution laïque ou religieuse?

Chariati2«Celui qui recherche le salut de son âme, et celles des autres, ne devrait pas le faire en utilisant les moyens de la politique, car celle-ci prêche la violence par excellence. » Max Weber

Dans les faits, la Révolution Algérienne fut d’abord terriblement meurtrière. C’est le lot de toutes les révolutions sans exception qu’elles soient laïques ou religieuses.

A croire que la liberté et le progrès prônés par l’être humain ne peut venir que dans la violence et l’effusion du sang.

Devant tant de tragédies, de souffrance et de sacrifices consenties par tant de femmes et d’hommes dans leur chair et dans ce qu’ils ont de plus cher, une lecture sévère et apaisée en même temps s’impose.

Si la déclaration du 1er novembre, stipule dans son programme politique : « la restauration de l’État Algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques», il reste néanmoins tout un débat à faire pour clarifier et interpréter ces mêmes principes qualifiés d’islamique ; au plus grand désespoir du peuple algérien.

Débat s’il a été initié au rendez-vous donné par l’Histoire, il nous aurait épargné d’autres peines et souffrances, surtout ceux des deux dernières décennies.

Gouverner c’est prévoir, force est de constater que l’élite algérienne n’est pourvue d’aucun des deux.

Dans une conférence publique prononcée à Alger en février 1964, Malek Bennabi a révélé des faits sur la crise de l’été 1962 :

« Pour la vérité historique, il faudrait dire que ce sont les membres du GPRA qui avaient donné l’exemple de cette course éperdue au pouvoir. Les uns lâchant tout un plan à Tripoli où la rédaction du programme n’était même pas achevée, rejoignent Tunis pour s’occuper de leurs “affaires personnelles” et mettre au point leurs combines, avant de remettre les pieds sur le sol natal, en libérateurs.

Le GPRA non seulement n’a pas prévu la situation qui a suivi le cessez-le-feu, mais il l’a précipitée par le comportement de ses membres […]. Jusqu’au jour où les libérateurs s’étaient précipités au Rocher noir pour s’emparer du pouvoir, ils n’avaient en tête qu’une idée : réoccuper l’Algérie à mesure que le colonialisme évacuerait ses propres forces, afin que le peuple algérien n’ait aucune possibilité de leur demander des comptes sur leur gestion ». (1)

C’est un jugement d’une grande sévérité que Malek Bennabi a formulé sur le GPRA, mais sa sévérité n’est rien devant l’immensité des affres que vient de subir tout le peuple algérien.

Les réactions et méfaits du parti opposé au GPRA sont connus de tout le monde. Et le peuple, le grand absent vit le résultat de la confrontation qui s’en est suivi.

On ne peut effacer les souffrances, mais on peut les amoindrir pour ceux qui vivent et peut être les éviter a ceux qui viennent après nous.

Et pour cela, il faut remarquer que notre terre, la terre algérienne brûlée par tant de violence dans sa gouvernance ; a été le produit de défaillances historiques, mais surtout culturelles.

L’Algérie fut envahie par une multitude de peuples dont la dernière fut l’occupation française.

Mais il faut surtout dire avec la même sévérité que celle de Malek Bennabi que les origines de nos malheurs passés et présents relèvent essentiellement du substrat socioculturel d’une civilisation musulmane en décrépitude depuis le 7eme siècle.

Civilisation dont la pensée s’est figée dans un cursus et une interprétation rigide du message divin, solidifiant ainsi les énergies créatrices de savoir dont découle la gouvernance saine.

Ceci fut le prélude d’une aptitude annoncée au colonialisme dans toutes ses formes.

Aptitude qui perdure jusqu’à aujourd’hui, et dans laquelle la question soulevée dans le titre de l’article reste purement conjoncturelle.

Khaled Boulaziz

(1) De l’idéologie. Conférence publiée d’abord dans Perspectives algériennes, Éditions Nahda, Alger, 1964. Reprise dans Malek Bennabi, Les grands thèmes, IPA, Alger, 1976, p. 84-85.


Nombre de lectures : 2740
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • liza
    2 novembre 2015 at 12 h 51 min - Reply

    Vous soulevez là une question tabou à laquelle il est extrêmement difficile de répondre. Oser une esquisse de réponse, c’est s’attirer un lynchage médiatique garanti. Il est vrai que nous sommes encore enfermés dans des idées qui peuvent paraître de porté générale mais ces idées nobles il faut le souligner ne sont pas restées dans un laboratoire, elles ont été conçues il y a de cela 60 ans et il fallait avoir l’audace de le faire à cette époque là. Le souci premier et immédiat des honorables moudjahidines qui étaient à l’origine de ces idées était de recouvrer l’honneur et la souveraineté de notre peuple, ils avaient dit ce qu’ils voulaient, ils ont appliqué leur projet au prix de leur vie et ils ont atteint leur but. Là-dessus, il n’y a plus rien à redire à mon avis, si ce n’est d’implorer Dieu de les accueillir dans son vaste paradis.
    Il nous appartient à nous maintenant d’étudier sereinement, sans passions, sans clanisme, sans régionalise, sans tous ces maux qui ont rongé le pays depuis l’indépendance, les voies et moyens pour trouver la meilleur façon de gérer notre pays tant au plan politique, économique que culturel.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Nordine
    2 novembre 2015 at 15 h 56 min - Reply

    Avant l’independance, Mohamed Yazid à l’ONU avait déjà formulés des promesses et des garanties que l’Algérie serait une « république » laïque mais en réalité le FLN a opté pour une idéologie Marxiste bien évidemment laïque.
    L’islam était le premier ennemi des français et de nombreux cadres et combattants du FLN
    L’indépendance à coté était considéré moins important que le fait que la population s’oriente et se réfère à l’islam.
    vous n’avez qu’à constater la guerre civil des années 90/2000 elle avait une notation complétement anti islam
    je ne parle pas d’aujourd’hui car la situation dans le monde arabo-musulman est le fait d’injustices commis par les gouverneurs tyrans et les Chiites auprès des populations sunnites,
    Résultats l’EI sort de partout irak, syrie, liby, tunisie afrique noire, yemen et dans peu de temps maroc, algerie, arabie saoudite
    laïque, démocratie république et je ne sais encore quel mythologie en tout cas ce sont déjà des mots qui n’inspire plus la liberté et la confiance …..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Mouloud
    4 novembre 2015 at 11 h 57 min - Reply

    La religion musulmane,pendant la guerre d’Algérie, a été utilisée comme ciment de cette révolution !Mais! L’Islam pratiqué par les algériens était déjà LAÏC puisque personne ne pouvait interférer entre Dieu et le croyant:  » BINNEK OU BINE MOULEK », tu seras seul devant l’Ange Gabriel a qui tu rendras compte de tes faits et méfaits.
    L’Islam pratiqué par nos parents était à la fois tolérant et, même laïc; ce qui n’est pas le cas ces dernières années et, surtout par la lecture faite par des analphabètes capables juste d’ânonner sans rien comprendre – comme dans l’actuelle école algérienne ou le raisonnement est banni- les versets coraniques. PENSÉE FIGÉE, comme vous le dites si bien, PAYS ARRIÉRÉS ( Incapables de créer, de produire et même de se nourrir)!
    Je pense, de fait, que nos valeureux initiateurs de la guerre d’indépendance avaient à l’esprit une volonté réelle de créer un ETAT Démocratique, Républicain et, Laïc avec comme religion principale du pays, l’Islam. Ce qui en soit n’est nullement choquant! Par exemple, la France est Laïque mais la majorité de la population est de culture catholique.
    Seulement la dérive n’est ni imputable à la religion, ni aux véritables initiateurs du combat de libération, mais elle est imputable à ceux qui ont été endoctrinés dans les pays du Moyen Orient et notamment au contact des  » Frères Égyptiens ».
    Au demeurant, tous ces lascars qui se pavanaient ailleurs (Tunis, Le Caire , Rabat etc..) que dans le djebel, qui n’ont que très peu subi les affres de cette atroce période, n’avaient à l’esprit que la prise sans alternance du pouvoir.
    Pour mieux mystifier le Peuple fatigué,et Usé; Ils se sont même créés des légendes révolutionnaires, des actes de bravoures et de plus, ils s’appuient sans gène ( surtout avec beaucoup d’hypocrisie) sur la Religion qui ne demande qu’à être du domaine de la sphère privée.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Laghouati
    22 novembre 2015 at 14 h 44 min - Reply

    Bonjour,

    je m’attendais à un développement d’idées ou d’une analyse,mais rien…. on dirait
    que l’auteur s’est vite rendu compte qu’il était cruellement à court d’idées et de preuves!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos