Édition du
9 December 2016

Combattre le terreau de la dictature prime sur le combat de la personne ‘dictateur’

 

complicité avec les tyransRachid ZIANI-CHERIF

Nous sommes TOUS (la personne humaine en général) des dictateurs potentiels, si nous ne le devenons pas effectivement, c’est parce que l’occasion ne s’est pas présentée tout simplement, c’est à dire que nous ne le devenons pas par manque d’occasion et impuissance et non par abnégation et grandeur d’âme, et dés lors qu’elle se présente, une alchimie magique se met en branle pour nous transformer en des dictateurs zélé soucieux de rattraper le retard, nous devenons ce que nous que nous n’avons de cesse condamner.

Etre dictateur n’est ni une aberration de l’histoire ni un accident de parcours, c’est dans la nature même de la personne humaine et de son cheminement humain, il n’y a qu’à remarquer nos comportements avec ceux qui sont en ‘dessous de nous’, ou sous notre responsabilité tels que nos enfants et nos subalternes au travail, pour comprendre l’arrogance et le mépris des dictateurs envers leurs ‘sujets’ , ce qui confirme le fameux adage ‘un dictateur sommeille en chacun de nous’.

Connaitre cette nature de l’homme est indispensable pour déterminer la nature du travail de changement qui doit être fait pour parer à ces situations et faire que si dilatateur il y a , ce dictateur ne doit pas rester, et si dictateur tombe, un autre ne puisse pas le remplacer, c’est à dire ‘éradiquer’ ce fléau en asséchant le terreau dans lequel il s’implante, à commencer par ne pas être des sujets de ces dictateurs  et par refuser la ‘normalisation’ de la dictature’ sous quelques prétextes qu’ils soient,  et par refuser le troc des libertés et de la dignité par n’importe quel argument qui nous vent la primauté de la sécurité et la pseudo prospérité, et refuser tous marchandages qui nous miroitent des intérêts personnels étroits et égoïstes contre le malheur d’autrui, et encore moins accepter cet argument shaylokien qui nous ‘impose’ d’accepter et de soutenir le ‘dictateur juste et illumine’, comme si cette colocation ne symbolise- t-elle pas à elle seule tout le drame de l’asservissement de l’homme par l’homme en invoquant des argument faussement religieux .

On peut tous se transformer en un laps de temps record en dictateurs croyez le bien, à cet effet une expérience riche en enseignement a déjà été faite pour montrer de quoi est capable ‘l’homme’, cette expérience consistait à partager un groupe de ‘sujets’ entre geôliers fictifs  et prisonnier présumés, les uns en habit et matériel de geôlier ,les autres en haillons de prisonniers, sans que ni les uns ni les autres n’aient jamais ete ni geôliers ni prisonnier, au bout d’un certains temps (quelques semaines à peine), cette alchimie d’expérience humaine a fait des uns des véritables monstres du seul fait de leur tenue et de la matraque dont ils disposaient pour traiter les sujets sous leur ‘commande’ et a fait des autres de véritables loques impuissantes et soumises, la même expérience a été refaite en inversant les rôles et en aboutissant aux mêmes effets, ceci pour montrer le rôle et l’impact  des conditions ambiantes et du miracle qu’elle peuvent réaliser.

Cette expérience faite autour du binôme geôlier/prisonnier, s’applique au dictateur/sujet, il suffit d’alterner le rôle pour réaliser qu’il ne suffit pas de condamner le dictateur, ni  même le mettre en état  de nuire, car en laissant les choses en l’état, on assistera impuissants  au remplacement inéluctable d’un dictateur par un autre (qui peut se targuer de révolutionnaire, de réformateur, de technocrate et tous les étendards possibles) mais qui se confirmera avec le temps comme dictateur encore plus impitoyable.

En conclusion combattre les fondements de la dictature qui font le terreau de cette dernière prime sur le combat de la personne dictateur, qui tout comme un germe, bon ou mauvais, ne saurait proliférer sans son milieu ambiant, et si on ne peut rien faire contre l’existence de la personne dictateur qui constitue la nature même des tentations de l’homme, on peut par contre lutter contre la pérennisation de la dictature, en luttant contre  ses éléments constitutifs, parmi lesquels les flatteurs, les flagorneurs, les opportunistes, les esprits geôliers et tous ce qui permet aux dictateurs de gouverner.

 

 


Nombre de lectures : 1667
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid dahmani
    11 novembre 2015 at 13 h 25 min - Reply

    Bonjour à tous,

    Intéressant, sauf que l’on ne changera jamais sa nature. Une petite histoire du scorpion et du lion en atteste de la véracité de la chose. Le scorpion qui voulait traverser un fleuve et ne sachant pas nager s’adressa au lion pour le faire traverser. le lion réagit en lui disant « mais ça ne va pas mon vieux, une fois sur mon dos tu n’hésiteras pas à me piquer ». C’est alors que le scorpion réplique: « Mais ça ne va pas cher lion? si je te pique, tu vas sombrer et moi aussi avec toi, allons donc ». Le lion fût rassuré et lui demande de grimper sur son dos. Arrivé au milieu du fleuve dans l’eau, le lion ressent une vive douleur dans le dos. « Mais qu’est ce que tu as fais satané scorpion? » pestiférait le lion: « je n’ai pu me retenir » répliqua le scorpion. « eh bien voila, nous sombrons tous les deux ». La nature du scorpion n’a jamais changé pour autant.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos