Édition du
6 December 2016

Comment pourrions-nous réaliser un changement pacifique et radical ? 

Liberté3Samir Belatéche. Membre du CCD

Et bien les conditions du véritable changement sont désormais connues, je pense, et ceci malgré toute la fumée qui est injectée et diffusée par les tenants du système -tous bords confondus-.

 D’abord considérer ces hypothèses comme vraies pour pouvoir aller de l’avant.

1 – Que le régime en place ne fera jamais lui-même et spontanément cette démarche du changement salutaire.
2 – Que la scène politique actuelle ne pourra elle aussi jamais faire un véritable changement car elle relève de près ou de loin du système et de ses centres de pouvoirs. La scène politique a été créée, noyautée, infiltrée, cassée et décrédibilisée de manière systématique par la police politique. Ceci explique donc cela.
3 – Le peuple algérien n’est pas mort, mais vivant et faisant ce qu’il peut dans des conditions politiques, sociales et économiques très difficiles. Il veut et voudra du changement car il aspire à une vie meilleure et à un avenir serein pour ses enfants et les générations futures. Croire que nous sommes morts est une grande bêtise qui tente de justifier notre irresponsabilité face aux défis qui sont les nôtres.

Ensuite, il s’agit de mobiliser chacun avec ses moyens et ses possibilités toutes les forces vives de la nation, toutes les composantes de la société politique algérienne , de l’extrême gauche à l’extrême droite de l’échiquier idéologique en passant par le centre bien sûr, des nationalistes, islamistes, socialistes, berberistes, communistes …. Sans exclusion ni exclusive pour tous ceux qui voudront construire une Algérie pour TOUS ses propres enfants quelques soient leurs orientations politiques.

Le système en place fait une guerre totale à tout ce qui peut échapper à son contrôle, et c’est dans ce contexte qu’il s’agit pour tous de travailler dans le but du changement pacifique de cette machine qui détruit inexorablement notre pays. Il est temps de voir des algériens militants de la base, propres et capables d’agir EN DEHORS DES ROUAGES DU SYSTEME en vue de créer cette dynamique populaire du changement. Seul ce rapport de force (politique et pacifique) qui obligera le régime à envisager sa sortie.

Et enfin, Ne pas activer dès maintenant, tous et chacun, pour le véritable changement en #Algérie c’est contribuer à la mort assurée du cher pays …

Samir Belateche


Nombre de lectures : 3210
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • AMAR
    14 novembre 2015 at 17 h 25 min - Reply

    LA PROBLEMATIQUE ALGERIENNE EST COMPLEXE ET PRATIQUEMENT UNIQUE AU MONDE!
    QUAND………………………………UN MINISTRE INVITE ET CONVOQUE (c est pratiquement kif-kif dans notre cas) tous les medias et leur demande …..rien que ca:…………..
    NOUS ALONS SUSPENDRE LE PROCESSUS ELECTORAL ET LE COUT SERA DE PLUS DE 60 000 MORTS..
    ET QUAND LA NOUVELLE N A ETE SUE QU UNE DECENNIE PLUTARD …DANS UN MOMENT DE REPENTENCE…….CELA VEUT DIRE TOUT SIMPLEMENT ….QUE
    -LA BARBARIE A ETE SOUTENUE…par la presse….par « l elite »…….y a t il eu l equivalent dans le monDE
    LA SOLUTION DES PROBLEMES PAR LA LIQUIDATION PHYSIQUE DEMEURAIT ENCORE LA SOLUTION……
    L ARRET DU PROCESSUS A CETTE EPOQUE VOULAIT TOUT SIMPLEMENT DIRE QUE LE SYSTEME NE VEUT PAS D ALTERNANCE…MEME SI C ETAIT LE RCD QUI A GAGNE EN 91………
    C EST LE MEME SYSTEME ET PRATIQUEMENT LA MEME PRESSE AVEC DU FRIC QUI COULE A FLOT EN PLUS!!!!comment peut ont parler de changement pacifique si:
    -notre UGTA N A RIEN A VOIR AVEC DES UNIONS DE TRAVAILLEURS COMME L UGTT PAR EX
    – le collectif des avocats chez nous n a meme pas son journal pour s ouvrir a la societe.
    -les professions liberales ne paraissent pas etre concernees du tout……..
    le changement est possible certes mais avec un tres long processus…….former une nouvelle generation qui n obeit qu au savoir…qui produit des idees …. …

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • djelloul habib
    14 novembre 2015 at 18 h 20 min - Reply

    bonjour,
    Je crois ,pour ma part, qu’il faut sortir les débats qui ont lieu sur LQA de cet entre soi entre intervenants très intéressants et d’un niveau appréciable vers le peuple tout entier par le biais d’une version papier par ex.écrite en darija et accessible au plus grand nombre.
    beaucoup de gens que j’ai personnellement interrogées n’ont jamais entendu parler de LQA.je pense qu’il est primordial de diffuser plus largement (en faisant contribuer tout le monde)
    non seulement les articles dénonciateurs mais surtout les idées qui nous permettront de sortir de l’impasse mortelle dans laquelle le pays tout entier se trouve.Il est urgent de passer un autre palier et d’associer le »petit peuple »,lui seul capable d’inverser le processus actuel.beaucoup seraient surpris du degré de maturité politique présent chez les geens « simples ».

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

    • rachid dahmani
      15 novembre 2015 at 8 h 02 min - Reply

      Bonjour Djelloul,

      Entièrement d’accord avec vous…

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rachid dahmani
    15 novembre 2015 at 7 h 59 min - Reply

    Bonjour cher samir Belateche,

    Je ne voudrais pas paraître esprit contradictoire à tout bout de champ mais mon vécu et mon expérience m’ont appris beaucoup de choses à propos de l’être humain d’abord, de la société, de la nature et de la vie en général (comme tout le monde je suppose).
    J’aurais voulu cependant apporter ma contribution à vos propos que je trouve (pardonnez moi) contradictoires et insuffisants dans le raisonnement.
    Contradictoires dans le sens où vous énumérez les hypothèses 1,2 et 3 avec lesquelles je suis entièrement d’accord, mais qui ne s’accordent pas avec la suite. Car, en disant « il s’agit de mobiliser chacun avec ses moyens et ses possibilités toutes les forces vives… construire une Algérie pour TOUS » c’est cette mobilisation qui est le nœud du problème et qui est très difficile à réaliser à partir du moment où on a les hypothèses 1 et 2 que vous dites très bien. Si l’on rajoute le comportement égoïste (que dis je égocentrique) et opportuniste de l’Algérien (voyez les deux exemples du moment de Hanoune et Toumi) avouez que la tâche est vraiment des plus compliquée. Car enfin, il est vrai pour ma part que le salut ne viendra que par le peuple et par la force…sans négociations et sans débats. Lorsque le peuple ne voudra plus rien entendre que la mise hors d’état de nuire de ce système mafieux, alors juste après cela il pourra peut être penser à mobiliser toutes les forces vives pour construire une nation s’il n y aura pas de calculs à la boussouf pour étrangler un éventuel « abane » lors du reversement de cette mafia. Bonne journée.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    • Samir
      17 novembre 2015 at 10 h 12 min - Reply

      Salam tout le monde,
      Merci Rachid pour la contribution. Juste vous préciser que mon texte ne prétend pas faire une démonstration scientifique comme vous le suggérez.

      J’ai essayé de rappeler ce que nous avons tous le devoir de faire. De rappeler notre responsabilité à chacun face à la situation. Les hypothèses ont été rappelées car sans cela rien ne pourra se faire me semble t-il. Considérer par exemple que nous sommes un « peuple mort » comme le matraque une majorité de gens disqualifie ces auteurs de cette marche vers le véritable changement. D’où mon expression « considérer ces hypothèses comme vraies pour aller de l’avant », sans cela rien ne sert de spéculer à propos du changement auquel on ne croit même pas en réalité.

      Enfin, je pense aussi qu’il n’y a pas de formule magique ni « scientifique stricte » pour régler nos problèmes. Il s’agit de s’assumer et d’assumer chacun ses responsabilités. Et le faire de manière concrète, et pas seulement le proclamer dans de beaux textes et autres déclarations et communiqués.

      Samir

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

      • rachid dahmani
        18 novembre 2015 at 8 h 14 min - Reply

        Bonjour Ami Samir,

        Effectivement il n y a pas de formules magiques pour cela. Il s’agit effectivement d’assumer ses responsabilités pour chacun de nous. Néanmoins j’ai appris que la « vérité » ne peut être proclamé que par une majorité. On peut aller droit dans le mur et dire que c’est la bonne voie parce que c’est l’avis de la majorité. La chronologie des événements s’est déroulé ainsi chez nous. Sinon, comment une poignée de cancres a t’elle réussi à mettre main basse sur tout un pays? c’est cette raison qui me fait dire que seul le peuple est à même de pouvoir renverser les choses et naturellement lorsque les conditions du moment lui seront propices, c’est à dire poussé à la révolte par la force des choses car ne pouvant faire d’une autre manière. Autrement, tous les Pinocchios que l’on voit déferler et qui s’agitent ci et là ne le font que pour des intérêts particuliers et c’est tout à fait normal, car l’être humain est ainsi fait et il ne changera pas sa nature pour l’éternité. Bonne journée cher ami.

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

        • Samir
          18 novembre 2015 at 16 h 10 min - Reply

          Salam alikom;

          J’en conviens parfaitement avec votre raisonnement, c’est le peuple qui fera changer choses et qui bougera les lignes. Le peuple ayant, comme vous le dites, ses raisons et ses propres façons de faire face aux situations qui s’imposent à lui.

          Le débat reste néanmoins ouvert concernant les élites, leur rôle et leurs responsabilités dans cette histoire. On peut là aussi se contenter de dire qu’il n’y a pas (plus) d’élite dans notre pays, mais cela n’est pas suffisant je pense.

          Car nous le savons tous que le peuple poussé à la révolte comme vous dites, peut être aussi mis dans des situations graves et dangereuses pour lui et pour le pays. Les révolte sans fondements politiques, sans objectifs clairement exprimés et sans encadrement à la hauteur des enjeux est une vraie catastrophe pour tout le monde.

          Nous sommes, au final, dans une phase de préparation de ce genre de scénarios, une phase de conscientisation la plus large possible (internet étant limité mais il est aussi le seule endroit encore non contrôlé par les tenants du système). Plus nous serons nombreux le jour de l’effondrement ou de la révolte généralisée qui arrive, mieux ça sera pour la suite des événements.

          Sans cela ce ne sera que simple jacquerie (comme par le passé) ou bien encore pire, si cela devait prendre la forme d’un chaos généralisé. Allah yostor.

          Encore merci pour l’échange

          Samir

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • MAJORORO
    15 novembre 2015 at 17 h 15 min - Reply

    L’Algérie et le MOAN tels que vus par le monde
    En 2005, les populations du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MOAN) représentent 386 millions et 585 millions en 2030. Malgré les ressources que sont le pétrole et le gaz, le PNB du MOAN a atteint seulement $910 Billion avec un revenu moyen par habitant de 2 360 Dollars en 2004. Mais grâce à la hausse du prix du pétrole brut jusqu’en 2015, il atteindrait $1 710 Billion en 2030 si aucune variation des prix n’intervient entre temps. Faut-il rappeler qu’un pays comme l’Espagne a un PNB de quelques $1 400 Billions. Ne parlons pas de l’autosuffisance alimentaire, de l’eau et des produits industriellement produits , de l’environnement, de l’éducation et de la santé. Ni encore de la monnaie et de la défense.
    En attendant, les terrorismes internes, externes et guerres civiles et une politique de confinement des pays développés pourraient entraîner une chute encore plus prononcée du PNB des pays du MOAN.
    Le diagnostic des pays développés montre que le monde arabo-multiethnique actuel souffre d’une maladie mentale grave qui ressemble à de la schizophrénie : le sujet nourrissant une vision du monde qui ne correspond pas à la réalité. Ainsi, ce monde arabe nourrissant une vision erronée de tout et de l’histoire ne rencontre des échecs humiliants seulement, qu’il attribue avec beaucoup de facilités aux forces externes
    L’Algérie est un petit pays qui se veut république démocratique et populaire et est économiquement dépendants d’un produit d’exportation unique, comme les hydrocarbures et a été généralement régi par un dictateur et / ou les forces armées et en tant que tel est très représentatif de tout est dit ci-dessus. C’est un pays qui en l’espace de 53 ans a régressé jusqu’à arriver à être dépassé par presque tous les autres pays du MOAN.
    De toute évidence, le MOAN restera la bête noire de monde jusqu’en 2030 de par le terrorisme, le fanatisme, une très grande corruption, et prédominance de dictatures, l’immigration clandestine, la prolifération et une menace constante pour le monde civilisé. Dans un tel contexte, il est inutile de faire des recommandations. La voie de la démocratie devrait se traduire par une rééducation complète et notamment une réforme de toutes les institutions et autres structures civiles.
    Certains pays de ce MOAN cependant font quelques avancées dans certains domaines de la technologie mais restent quand même vulnérables ; certainement pas le cas de l’Algérie qui recule bien visiblement ces temps-ci. Nul pays n’a fait et ne peut prétendre à une quelconque avancée sur le plan politique. Tous ces pays sont dirigés par une nomenklatura apolitique, royale ici, émiri là et / ou pseudo-républicaine en mal de Khalifah là-bas.
    Et pourtant de tous ces pays, l’Algérie pays le plus occidentalisé de tous, avait tous les atouts pour se hausser à la hauteur de ses ambitions. 132 ans d’école occidentale forcée, mal digérée et a un prix exorbitant avait donné des résultats positifs mais seulement sur le tard bien que ceux-ci ont été vite et totalement dilapidés.
    Comment pourrions-nous réaliser un changement pacifique et radical ? Cette question qu’est le titre de cet article bien émérite ne peux avoir de réponse directe. Celle-ci est, après tant d’années passées et dépassées par les changements irréversibles dans le paysage socio politique du pays. Et d’après ce que je lis continuellement, j’en déduis que ce sera une tache bien difficile et de long terme que de pallier a tout ce grabuge qui a duré trop longtemps.
    Ce que l’on peut faire est de se départir définitivement, calmement et en premier lieu du fatalisme qui s’est renforcé par la faillite totale du pays.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos