Édition du
10 December 2016

ALGERIE. Coup d’état antisocial à court terme?

Publié par Saoudi Abdelaziz
in algerieinfos-saoudi.com

«Progressivement, d’ici une, deux ou trois années», le gouvernement liquidera le système de subvention en vigueur, pour le remplacer par la généralisation des cartes d’indigents en usage durant ère coloniale et baptisées par le ministre des Finances « cartes de ménages défavorisés » . Si le banquier ministre est sans doute à l’aise dans le cercle clos des joutes sur le droit de préemption, il touche ici à un crédo national autrement plus sensible chez le populo.

El Watan, plus néolibéral que jamais, jubile sur huit colonnes à la une: « Le système des subventions remis en cause ». Le dessin fait de l’anticipation en ciblant  sur le pain et le lait.

Dans l’immédiat, le ministre des Finances annonce :  «Les hausses des prix de l’énergie et des carburants introduites dans le cadre de la loi de finances 2016 ont été opérées avec ciblage. J’ai déjà indiqué que la hausse des prix du gasoil induira une compensation aux agriculteurs, j’ai aussi dit que celles des prix de l’électricité et du gaz ne toucheront pas directement les 11 millions d’Algériens constituant le quintile le plus défavorisé

De toute évidence, le ministre, voit plus loin dans le court terme. Il annonce que le gouvernement est «en train de réfléchir à ce sujet pour aboutir, d’ici 2 à 3 ans, au ciblage des subventions». Il a précisé que le gouvernement a commencé «à mettre en place une carte des ménages défavorisés afin de passer d’un système de subventions généralisées à des subventions ciblées».

Pour El Watan les propos du ministre « confortent l’idée selon laquelle la révision des subventions a déjà commencé, que les hausses des prix de l’énergie prévues dans le cadre du PLF 2016 sont les premières d’une longue série de hausses «graduelles» à attendre au cours des prochaines années. » Akli Rezouali commente cette annonce  de « la fin prochaine du système des subventions généralisées« : « Le gouvernement serait ainsi en mesure de subventionner non plus les produits, mais bel et bien les individus, comme le voudrait si bien l’orthodoxie économique ».

Orthodoxie économique ou devoirs nationaux?

La chute du prix du baril amorcée depuis de nombreux mois se poursuit. Ce phénomène aiguise la confrontation entre deux démarches économiques et sociales. La première consiste à s’intégrer plus avant dans les mécanismes de la mondialisation néolibérale,  imposer l’austérité dirigée contre le pouvoir d’achat des salaires, la santé publique et le logements social, assujétir l’économie aux intérêts des consortiums oligarchiques et d’un système financier international désormais ouvertement hostiles aux nations. C’est ce que les experts d’El Watan et Liberté appellent « l’orthodoxie économique ».

La seconde voie consiste à remettre, enfin, à l’ordre du jour les ambitions historiques de développement que dictent nos crédos fondateurs, profondément intériorisés dans le peuple, combinant le développement économique autocentré et la protection sociale en faveur du plus grand nombre. Ces ambitions nationales ont été mises sous le boisseau par les grands prédateurs organisés en associations claniques, qui, influençant les mécanismes du pouvoir, ont détourné -pendant de trop nombreuses années- l’Etat algérien de ses de devoirs nationaux.


Nombre de lectures : 2667
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • liza
    27 novembre 2015 at 15 h 11 min - Reply

    Au lieu d’analyser les causes profondes qui rongent le pays depuis 63 ans soit au lendemain de notre indépendance, nous constatons malheureusement que certains s’évertuent à nous expliquer les dernières idioties du gouvernement. Faut-il sortir de Harvard ou d’autres grandes écoles, pour relever l’absence totale de stratégie de nos dirigeants, faut-il être un savant pour se rendre compte de la déliquescence dans laquelle ils ont entraîne le pays ? Le pays est plongé dans une crise profonde et multidimensionnelle et ce n’est certainement pas une connerie de plus ou de moins qui changerait quelque chose.
    L’auteur, de bonne foi j’imagine, nous met en garde contre la remise en cause du système de subventions de l’état. D’autres nous parlent de la loi 51/49 ou du droit de préemption de l’état. Tous ces joujoux servent à nous occuper et à nous faire croire que nos dirigeants sont là pour défendre les intérêts du pays. Or si le pays avait été bien géré, on n’aurait pas eu besoin de subventionner des produits, mais comme il faut laisser le peuple dans l’ignorance et le besoin, alors on lui permet comme même d’acheter el khobza à bon prix. Dans notre esprit el khobza c’est sacré il ne faut pas y toucher, mais le bifteck, la Mercedes et le club des pins, c’est pour les autres, ceux qui décident à quoi devons-nous avoir accès. Dernièrement, alors que des rumeurs commençaient à circuler sur l’augmentation de certains produits, j’ai remarqué avec stupeur que beaucoup de gens étaient plutôt favorables et justifiaient à leur manière ces éventuelles augmentations (gaspillage du pain, encombrement des routes…). J’ai conclu qu’on pouvait faire avaler n’importe quoi à nos concitoyens.
    S’agissant de la loi 49/51, elle est présentée comme un acquis fondamental et un acte de souveraineté économique de première importance. Je ne suis ni une économiste, ni une spécialiste de la stratégie de développement et des équilibres commerciaux, mais à humble avis, cette loi est contre productive et ne fait que renforcer la main mise des barons de l’importation sur notre économie. Si cette loi avait été limité à certains secteurs dits stratégiques comme les hydrocarbures, les banques, les assurances, les transports internationaux alors j’aurai applaudi des deux mains, mais dès lors qu’elle touche tous les secteurs sans distinction cela devient ridicule et dangereux à la fois. Ridicule car on ne peut pas demander à quelqu’un qui voudrait investir dans la fabrication de gobelets, de gaufrettes, de chaussures ou de tournevis par exemple, de trouver un parrain pour « s’associer » avec lui et en étant minoritaire (49%). Quel est l’imbécile à travers le monde qui accepterait cette arnaque, à moins que monsieur 49%, se sucre en amont en surfacturant les équipements importés et les matières premières et autres kits qu’il vendra à sa filiale Algérienne. D’ailleurs depuis cette loi, combien d’investisseurs se sont installés chez nous, à part les hydrocarbures dont les retombées en terme de retour sur investissement étaient très alléchantes, rien nada walou que dalle, ne me parlez surtout pas de l’usine Renault symbole SVP.
    Elle est dangereuse, car sans partenariat et transfert de technologie nous resterons les derniers de ce monde en perpétuel évolution, nous vivrons en autarcie avec nos vieilles usines totalement dépassées ou alors nous continuerons à tout importer.
    L’autre arnaque c’est ce fameux droit de préemption, comme si nous disposons de joyaux et des fleurons de l’industrie mondiale dont nous sommes fiers et que nous voulons jalousement protéger et conserver. Soyons sérieux et humbles qu’avons nous à protéger à part notre sous-sol et nos frontières, quels sont ces usines et ces entreprises à la pointe du progrès qui sont convoitées par ces loups de capitalistes à l’affut de la bonne affaire. Je suis désolée, mais on nage dans la médiocrité. Combien de fois ce droit de préemption a été utilisé ? Une fois lorsque Rebrab a voulu acheter l’usine Michelin et une seconde fois lorsque ce même Rebrab a voulu acheter une part des actions mises en vente par la Société privée NCA Rouiba. Dons c’est à croire que c’est un droit de préemption contre Rebrab.
    Je voulais pour conclure dire que les enjeux sont ailleurs et les vrais problèmes sont connus, ce site en témoigne tous les jours, il s’agit plutôt de rechercher les véritables solutions, le mal est profond, il ne suffit pas de traiter les plaies mais de voir les racines de cette maladie avant qu’elle ne nous emporte tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • AMAR
    29 novembre 2015 at 17 h 11 min - Reply

    c est vraiment triste de voir tout un peuple assujetti a toutes les experiences DE TANTS DE CHARLATANTS ! avant on nous vantait le socialisme la gestion socialiste des entreprises….hiers les vertus du »reajustement structurel « et de la restructuration des entreprises aussitot apres apres l explosion des prix du baril nos gouvernants bombaient le torse et declaraient a qui veut bien les entendre que l Algerie peut exporter sa stabilite PENDANT QUE LES AUTRES NATIONS PREPARENT LES COMPETENCES QU IL FAUT POUR APPORTER DES SOLUTIONS AUX BESOINS DE LEURS CITOYENS NOS VALEUREUX CIGALES S APPERCOIVENT QU ILS PEUVENT NOUS FAIRE ENCORE UN VIRAGE DE PLUS VERS LE PIRE! ILS CROIRENT TOUJOURS QUE LE PIRE N EST PAS ATTEINDS……..ILS NE SE RENDRONT JAMAIS COMPTE QUE LE PROBLEME DU PAYS C EST LA DICTATURE ET L IMPUNITE QUI ONT PERMIS TOUTES LES DERIVES ETQUI FONT OBSTACLE AUX COMPETANCES DE PRENDRE LA RELEVE!
    partout a travers le monde qu on on echoue on PLIE BAGAGE! A LA LIMITE ON FOUT LE CAMPS!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • akim
    2 décembre 2015 at 19 h 05 min - Reply

    En 1988,un plan diabolique a été échafaudé pour faire sortir les masses à la rue.L’objectif de ce plan c’est maintenu connu,faire basculer le pays du système socialiste vers la système capitaliste.Ils ont réussi leur coup d’état au socialisme.Le peuple n’a rien vu.Adieu la révolution agraire et el khemassa est de retour.Feu Houari Boumediène l’avait prédit. avec création le multipartisme on a livré le pays à l’anarchie.Les martyrs de la glorieuse révolution de novembre sont trahis.Ils doivent se retourner dans leurs tombes.
    Il faut revenir au socialisme,à la révolution agraire,à la médecine gratuite.Les nouveaux riches qui ont amassé des fortunes aux dépens du peuple doivent rendre cet argent.Les auteurs qui ont trahi la glorieuse révolution de novembre et les acquis du peuple doivent rendre compte au peuple…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos