Édition du
6 December 2016

Peut-on résumer la crise syrienne ?

BURGATFrançois BURGAT

En peu de mots, c’est bien difficile ! On peut tout au plus Identifier quelques uns des traits et des étapes dominants de cette longue crise.

. Rappelons d’abord le fait que, même si elle n’a en aucune manière été “importée de l’étranger” comme le dit la propagande du régime, cette crise n’a très vite plus eu de “syrien” que le nom. Dès 2012, le régime était sur le point de s’écrouler. C’est alors qu’une ingérence extérieure massive (iranienne, libanaise et russe), sans commune mesure avec le soutien financier ou technique que l’opposition recevait de l’étranger – cela est essentiel à redire – est venue le sauver. La conséquence de ce déséquilibre massif instauré au profit du régime par ses partenaires étrangers a fait que l’issue de la crise s’est alors trouvée hors de portée des seuls citoyens de la Syrie. En 2013, la trahison des promesses occidentales de ne pas laisser Bachar al Assad user impunément d’armes chimiques a marqué un point de non retour dans l’affaiblissement de l’opposition nationale, piteusement lachée par ses soutiens. C’est de là que résulte l’autre grande caractéristique de la crise : l’irruption, puis surtout la montée en puissance, aux dépends de l’opposition nationale républicaine, des partisans d’un « contre projet révolutionnaire jihadiste ». Ce projet révolutionnaire syro-irakien alternatif, à la fois sectaire et transnational, va prendre ensuite de l’ampleur à mesure que va s’affirmer son corollaire mondial, le phénomène des « jihadistes sans frontières » venus de près de 80 nations, dont notre pays. La Syrie va dès lors apparaître comme la source de possibles dangers pour nombre de pays européens et c’est cette problématique qui va monopoliser l’image toute entière ou presque de la crise. Par rapport au régime, les jihadistes ne tuaient pourtant qu’à peu près dix fois moins que le régime. Mais ils mettaient systématiquement en scène une surenchère de violence provocatrice, à l’égard des occidentaux autant qu’à l’égard du régime. Daech va masquer ainsi à peu près complètement l’activité de ce régime qui lui, à coup de barils explosifs lachés sur des zones résidentielles, continuait pourtant à tuer … beaucoup. En août 2014, dans une atmosphère électoraliste, la France est soudain entrée en guerre. Mais nos armes n’ont pas été mobilisées pour affaiblir celui qui tuait beaucoup mais seulement ceux qui avaient l’impertinence de nous provoquer le plus. Cet engagement unilatéral contre la mauvaise cible a profondément transformé la configuration et nous a conduit à la situation extrêmement paradoxale dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui : le régime dictatorial, bien qu’il soit – sans commune mesure – responsable d’infiniment plus de dégâts humains bénéficie du soutien inébranlable de plusieurs Etats importants (Russie et Iran) et de la complaisance muette d’à peu près tout le reste de la planète. A l’inverse, l’ « Etat islamique », né en grande partie de la possibilité offerte par la communauté internationale à ce régime de perdurer dans sa ligne mortifère, est ciblé, verbalement ou militairement, aujourd’hui (sans préjuger toutefois de l’opinion de leurs citoyens) par la totalité des Etats de la planète. On en est là… Et depuis peu, quand je lis un peu partout que Daech en veut à notre terrible habitude de boire du bon vin en terrasse de nos bistrots, je crains que nous ne soyons en passe de nous intoxiquer gravement avec notre propre propagande. (pour NQL, à paraître)


Nombre de lectures : 2089
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Bencheikh
    26 novembre 2015 at 21 h 55 min - Reply

    Les racines du probleme:

    Ahmed Manasra un enfant palestinien de 13 ans dont l’histoire a parcouru le monde mais qui n’est nullement soutenue par les organisations internationales ce qui nous a poussé à vous solliciter car nous devons absolument venir en aide aux opprimés.
    Voici un résumé des faits :

    Le 12 octobre 2015, on voit un jeune palestinien de 13 ans du nom de Ahmed au sol, le corps ensanglanté, le regard effrayé, entouré d’israéliens dont des policiers. Insulté, on lui souhaite la mort par des paroles vulgaires et haineuses. Personne ne tente de le secourir. A terre à cause d’une balle reçue dans la tête, il va rester dans cette position une heure avant d’être emmené dans un hôpital israélien. Ce même jour son cousin de 15 ans qui était avec lui est décédé après s’être fait tiré dessus et le corps n’a toujours pas été rendu à la famille à ce jour.
    2-3 jours plus tard, dans la presse israélienne, des images circulent montrant deux adolescents courir accusés de tentative de meurtre sur un adolescent israélien. Ces images sont loin d’être claires et ne permettent pas d’identifier le visage des deux accusés palestiniens. Par ailleurs, on ne voit pas clairement la scène présumée de la tentative de meurtre.
    Une semaine après son arrestation, de nouvelles images du jeune palestinien à l’hôpital circulent. on y voit Ahmed menotté à son lit. Son avocat indique qu’Ahmed a été frappé et insulté. ce dernier a été alimenté par son avocat, car personne ne le faisait manger et il ne pouvait pas non plus s’alimenter seul ayant la bouche cassée et la main menottée. Menotté durant toute son hospitalisation, il ne pouvait pas se doucher et devait faire ses besoins près de son lit.
    Avant sa comparution devant la justice, il a subi de longues et violentes tortures psychologiques (visibles grâce à une vidéo ayant fuité) pour qu’il avoue la tentative de meurtre. Le lendemain, le 10 novembre, lors de son apparition devant le tribunal, Ahmed a clamé son innocence.
    Toujours incarcéré, il n’a pu voir sa famille que deux heures depuis le début des évènements. Son procès aura lieu le jeudi 26 novembre 2015, procès que la justice israélienne ne cesse de repousser pour faire en sorte que le jugement final soit fait lorsque Ahmed aura plus de 14 ans. Cela est du au fait que les lois israéliennes ne permettent pas d’emprisonner un mineur avant l’âge de 14 ans, or, Ahmed aura 14 ans en janvier prochain. Nous voulons donc faire pression sur les autorités israéliennes face à cette urgence pour demander la libération immédiate de cet enfant palestinien.

    . ضباط صهاينة من قوات الاحتلال, وبصوت صاخب, وهمجية عمياء, وإرهاب أسود, يجتمعون حول الطفل أحمد مناصرة (13 عاما), يخضعونه لتحقيق قاس, الطفل أحمد يجيب على أسئلتهم وهو يبكي, أمام ثلة من المحققين الذي نزعت من قلوبهم الإنسانية. مش متذكر مش متذكر في الفيديو تهديد المحقق الصهيوني للطفل مناصرة, وإجباره على الإدلاء باعترافات لم يرتكبها, وسط أجواء من الإرهاب والعنف والتعذيب النفسي, تحطم القواعد الإنسانية في التعامل مع الطفولة. ويظهر الفيديو لحظة صراخ الفتى مناصرة وبكائه إثر إجباره من محققي الاحتلال على الاعتراف بمحاولته تنفيذ عملية طعن مستوطنين في مستوطنة « يسغات زئيف » المقامة على أراضي قرية حزمة شمال القدس المحتلة. ويصرح مناصرة وينفي كل الاتهامات المنسوبة إليه, قائلا « لم نكن في هذا الشارع, مش مذكر, ايش ذنبي انجنيت أنا ». ويجبر المحقق مناصرة على الاعتراف بطعن أحد المستوطنين, رغم نفي أحمد أكثر من مرة, ونفي علمه بكل ما جرى نتيجة اعتداء المستوطنين الوحشي وجنود الاحتلال عليه. يذكر أن الطفل مناصرة قد أصيب, واستشهد ابن عمه حسن, والذي كان بصحبته, بعد أن بادرتهما قوات الاحتلال الإسرائيلي بإطلاق النار, بزعم محاولة طعن, وتركوه ينزف, ساعدونا في توقيع هذه العريضه لنجمع أكبر عدد من المحتجين.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Hamid DAHMANI
    27 novembre 2015 at 14 h 04 min - Reply

    François BURGAT

    Vous êtes un expert analyste mais vous ne dites pas la vérité au monde ou vous ne faîtes pas l’effort d’aller au fond des sujets d’une manière objective ! La situation est tellement grave au Moyen Orient, avec ses conséquences dans les pays occidentaux, qu’il est responsable de ne plus rester dans les clichés habituels et médiatiques que l’on connaît ! On n’a plus le droit d’exonérer « X » pour accuser « Y ».

    Pour moi le grand problème ce n’est pas de savoir qui soutient la Syrie de Bachar el Assad (Russie, Iran , Hezbollah Libanais) et qui est contre la Syrie de Bachar el Assad (Etats Unis, France, Angleterre, Arabie Saoudite, Israêl etc…)! Pour expliquer ses évidences, n’importe qui peut conclure que ce sont les intérêts géostratégiques évidents des uns et des autres qui se jouent partout (en Syrie, en Irak, en Iran, en Palestine, en Libye, en Tunisie, en Turquie, en Egypte , au Yémen etc… etc..)!

    A mon avis vous semblez ignorer (je ne sais pas si vous les faîtes exprès ou pas) que le vrai problème central du Moyen Orient c’est :

    1/- le problème de l’islam lui-même qui est gravement malade car divisé depuis des lustres et qui est en guerre avec lui-même parfois d’une manière féroce (Sunnites, Chiites, Frères Musulmans). Chacun pense qu’il est le seul à détenir la vérité religieuse immanente, chacun pense que c’est Dieu lui-même qui les a choisis ou désigner comme son représentant légitime sur terre !

    2/- l’incapacité des pays arabo-musulmans en général de faire le moindre effort pour aller vers des sociétés démocratiques en instaurant des institutions et des fonctionnement modernes de fonctionnements des institutions, sortir des dictatures monarchiques, militaires ou religieuses, et respecter les droits de l’hommes élémentaires sans lesquels une société ne peut se développer ou se projeter vers l’avenir !

    3/- l’incapacité de la communauté internationale à imposer une paix juste et durable en Palestine occupée et pour faire en sorte que les peuples palestinien et israélien vivent en paix dans deux Etats reconnu ! Ce n’est pas pour vous offenser, mais pour moins Bachar el Assad est moins dangereux que Benjamin Netanyahu ! Oui Monsieur ! Mais personne ne veut , ni n’a le courage d’arrêter ce sanguinaire sans foi ni loi !

    C’est tout çà à la fois cher François BURGAT qui est à l’origine des désordres et des drames dans cette région ! Si Saddam Hussein, si Kadhafi, si Moubarak, si Boumediene, si Hassan II, si Assad, si Ben Ali, si les différents rois d’Arabie Saoudite, si Sissi, etc…. etc… avaient consacré juste quelques moments pour construire des sociétés démocratiques en respectant toutes les différentes composantes de leur peuple, en consacrant la justice, les libertés individuelles et collectives (libertés de culte, de pensée, d’opinion etc..) et en pratiquant l’alternance politique, et bien les pays arabo-musulmans aurait été mieux respectés et les ingérences extérieures n’auraient pas été généralisées à ce point ! Les pays arabes ne sont plus souverains, çà saute aux yeux !

    C’est cette réalité (guerre religieuse à l’intérieur de l’islam et entre musulmans, démocratie véritable) qui a affaibli les pays arabo-musulmans et qui a fait en sorte que les Occidentaux, l’Otan, la Russie , l’Europe etc… etc… exploitent aisément cette situation pour intervenir selon leurs propres intérêts particuliers ! C’est ainsi qu’il est aisé d’inventer des Daesh à tout bout de champ, qu’on peut aider les Frères Musulmans ici ou les décourager ailleurs, être pour les sunnites ici et les chiites ailleurs, créer des Etats Islamiques types les Califats d’antan ou financer des fous de Dieu à qui on apprend à interpréter l’islam selon les objectifs qu’on veut atteindre !

    Pour finir et en conclusion je dis que c’est aux pays arabo-musulmans eux-mêmes de prendre conscience que la solution est dans leur camp et que c’est à eux de régler d’abord cette grave question de division des peuples arabes qui provient, paradoxalement, d’abord de l’interprétation de l’islam lui-même. Si les pays arabo-musulmans ne font pas des révolutions culturelles et politiques dans leur propre société, eh bien ils ne seront que les dindons de la farce ad vitam aeternam !

    Avec mes respects !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 16

  • djelloul habib
    27 novembre 2015 at 20 h 16 min - Reply

    Le régime de Assad tue peut être beaucoup,en effet, mais en tout cas pas autant que ce qu’ont fait les Américains et leurs alliés en Irak et en Afganistan.Les frappes Franco britanniques ont causé la mort de dizaines de milliers de civils en Lybie , en six mois! Dans ce monde ,on bombarde beaucoup, on massacre à tout va,surtout les pays arabes, musulmans,et singulièrement les pays du front du refus à Israel: Lybie ,Syrie Irak, Yemen ( l’Algérie s’est mise à plat ventre in extremis ,ce qui nous « sauve » pour un temps). il y a deux sortes de printemps arabes ,les spontanés et les préfabriqués, ces derniers à l’usages des régimes récalcitrants. Bachar El Assad tient bon ,il est vrai, gràce a Hezbollah et l’ Iran rejoints par la Russie (question de géopolitique extrèmment cruciale pour ces pays)mais pas seulement : une grande parie du peuple Syrien le soutient également. En face il y a non seulement Daech créée par les Wahabites mais il faut compter les US, Israel(en sous main),la Turquie ,la France,les pays du Golfe etc…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • as
    1 décembre 2015 at 17 h 40 min - Reply

    excellent hamid dhamani! ce neo-colonialisme de pacotille, quand on connait l’implication de la france dans la guerre civile en syrie, que ce soit a l’interieur de l’armee qu’elle forme, ou de mercenaires otanistes, entrianes par les services francais, doit cesser…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rachid dahmani
    2 décembre 2015 at 9 h 31 min - Reply

    Bonjour à tous,

    Dans la majorité des commentaires que je lis (je salue les intervenants), il y a une moralité qui se dégage de facto. Tous les problèmes de la planète sont liés à la nature et l’égoïsme de l’être humain. Chacun d’entre nous est un conquérant à part entière et est constamment en conquête. Je prend l’exemple de notre ami intervenant hamid Dahmani (bonjour cousin peut être), il écrie que le vrai problème central du Moyen Orient c’est :

    1/- le problème de l’islam lui-même qui est gravement malade car divisé depuis des lustres et qui est en guerre avec lui-même parfois d’une manière féroce (Sunnites, Chiites, Frères Musulmans). Chacun pense qu’il est le seul à détenir la vérité religieuse immanente, chacun pense que c’est Dieu lui-même qui les a choisis ou désigner comme son représentant légitime sur terre !

    2/- l’incapacité des pays arabo-musulmans en général de faire le moindre effort pour aller vers des sociétés démocratiques en instaurant des institutions et des fonctionnement modernes de fonctionnements des institutions, sortir des dictatures monarchiques, militaires ou religieuses, et respecter les droits de l’hommes élémentaires sans lesquels une société ne peut se développer ou se projeter vers l’avenir !

    Ces deux points impliquent directement l’égoïsme de l’homme. Chacun pense détenir la vérité religieuse et croit être le messie pour l’humanité. En fait pour des conquêtes inavouées. On bafoue alors l’islam de sorte qu’en voyant des communautés musulmanes se faire la guerre on se renvoie l’image d’un islam dévastateur. Mais la réalité est bien là…à se poser des questions.

    Bien sur le problème se généralise à toutes les autres religions et à tout le reste, il n’est en fait qu’une question de la nature de l’homme. Sa programmation génétique ne date pas d’hier et il faut encore des milliers de millions d’années pour l’en altérer ou la voir rebâtir (peut être dans le futur) des êtres humains à l’image de ce qu’on écrit en ce moment pour une société respectueuse des droits et de libertés de chacun. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos