Édition du
5 December 2016

Le drame de la communication institutionnelle en Algérie     – Youcef L’Asnami

Palais du GouvernementDisons le haut et fort. La communication institutionnelle en Algérie est une vraie catastrophe ! Il suffit de parcourir les sites des différents ministères pour s’en rendre compte. Des sites non à jour pour la plupart, un lamentable design, des contacts quasi inexistants, ou qui ne répondent jamais, des informations erronées… Chaque ministère utilise ses propres logiciels que ce soit pour la bureautique, le traitement des données, les logiciels antivirus, le graphisme etc. Ce qui ne facilite ni l’échange de données intra ou inter ministériels, ni la lisibilité de la « charte graphique » de nos institutions ministérielles.

A l’heure de la mondialisation et surtout de l’avènement des logiciels libres de droit dans tous les domaines (navigation  internet avec Firefox en version arabe et français, Libre office pour la bureautique, Mozilla Thunderbird pour la messagerie, Peazip pour la compression, SyncBack pour la gestion individuelle des sauvergardes, VLC pour la lecture des flux…), il n’est pas normal que nos institutions aient pris un tel retard. Des comparaisons ont été faites par la presse nationale entre les sites institutionnels des ministères algériens et/ou marocains et tunisiens. Le résultat est sans appel. Et vérifiable. L’Algérie a pris un retard considérable dans ce domaine.
Et pourtant, le ministère de la communication possède en son sein une « direction de la communication institutionnelle »  avec comme objectifs de :

– contribuer à l’élaboration du plan national de communication institutionnelle,
– coordonner les actions de communication institutionnelle et sociale,
– proposer des actions de la communication institutionnelle à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

On se demande quel est le bilan concret de cette direction mis à part l’organisation de séminaires et de rencontres sans suites.

Dans cette « puissance régionale », et selon des sites spécialisés dans les statistiques et le trafic sur le web, le site le plus visité par les algériens reste de loin Facebook, suivi par Youtube, Google.com, Google.dz, Yahoo.com, Ask.com, google.fr, Blogspot.com et un site porno.

Il faut attendre la 10eme place pour retrouver le premier site algérien… Ouedkniss.com

La communication institutionnelle a pris une telle importance dans le monde que beaucoup de pays, y compris parmi les moins développés (Sénégal, Togo…) l’ont cadrée au travers des schémas nationaux de systèmes d’information assurant ainsi une cohérence technique liée à une politique de sécurité de leurs systèmes. C’est ainsi qu’en France par exemple, tous les ministères sont sensés utiliser les mêmes logiciels – généralement libres de droit et accessibles- dans pratiquement tous les domaines informatiques. Des dérogations exceptionnelles peuvent être délivrées  à des agents pour l’installation d’un logiciel non présent dans leur poste de travail lorsqu’ils arrivent  à justifier de sa nécessité.

A ce triste constat, il faut rajouter le retard accumulé par l’Algérie pour mettre en place une vraie stratégie nationale pour le service à grand débit, pour la communication institutionnelle comme pour d’autres secteurs d’activité économique, sociale ou culturelle : entreprises, éducation et formation, médias d’information…

Ainsi, selon un récent rapport de l’agence de coopération du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (CFI), citant un article du Huffington Post Maghreb, « les médias en ligne doivent composer en Algérie avec des infrastructures internet très peu développées, ce qui est reflété par un taux de pénétration d’internet (16,7 % selon l’UIT en 2013) qui est le plus faible des pays étudiés dans la présente étude, et par le classement NetIndex qui indique que l’Algérie a l’une des connectivités à internet les plus lentes du monde. »

La mise en place d’une stratégie nationale de communication institutionnelle n’est ni couteuse, ni difficile à mettre en place. De nombreux étudiants, chercheurs, enseignants, experts éprouvent d’énormes difficultés à disposer d’une information fiable et actualisée pour leurs travaux. La négligence de cet aspect, qui me semble primordial, est  plus que regrettable.

Youcef L’Asnami

 


Nombre de lectures : 2257
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Farida
    18 janvier 2016 at 16 h 06 min - Reply

    Et à quelle place se situent nos ministères dans ce classement ? Sont ils classés au moins ? Pourquoi personne ne réagit à cette honteuse situation ? Pourquoi le ministère de la com ne se bouge pas ?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • AMAR
    18 janvier 2016 at 21 h 56 min - Reply

    C EST VRAIMENT DRAMATIQUE LA MAJORITE DE NOS INSTITUTIONS NE REPONDENT PAS….ALORS PARLER DE COMMUNICATION C EST TRES TES PREMATURES…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • rachid dahmani
    20 janvier 2016 at 8 h 09 min - Reply

    Bonjour à tous,

    S’il faut définir le principe de « La Khalouta » c’est en Algérie qu’on viendrait établir les hypothèses pour le consensus dans sa définition. Existe t’il sur notre planète un pays plus anarchique que le nôtre? Quel est le pays spécialiste dans les coups d’éclats d’une seconde ou pour un instant juste pour taper à l’oeil un petit moment et qui par la suite s’enlise à tout jamais pour ne plus réapparaître occasionnant par la même des pertes de toutes sortes? la réponse on la connait, nous sommes les premiers et dans tous les secteurs. Pour illustrer ce décors, prenez le secteur de l’énergie et voyez dans quel bourbier il se débat. Pourtant on n’a pas arrêté d’inaugurer des sites de production de tout genre, de pétrole, de gaz d’électricité…etc. Autant de coups d’éclats qui ont fini en dépérissant rapidement au bout de quelques petites années. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos