Édition du
11 December 2016

La Médecine parallèle

ROKIA« La rinx, frinx…lectyre ou eldjounis…» : la voie impérieuse et saccadée domine le brouhaha d’une assistance penaude. Ceux qui ont eu le plaisir de voir le film « le clandestin » de Benamar Bakhti, doivent se souvenir de l’illustre Athman Ariouet dans le rôle d’un charlatan déroulant son discours de « médecin » autoproclamé devant un parterre de badauds ébahis par tant de science infuse. Tout en ayant une pensée pour l’immense artiste, on ne peut qu’admirer son talent et se réjouir de sa façon magistrale de brocarder certains énergumènes quant à leur effronterie à s’improviser guérisseur. Même si le ton d’Ariouet était à l’humour, son message fut on ne peut plus clair : Celui de la triste image d’un pays dont les citoyens sont à ce point dans le déni de la rationalité qu’ils confient, en toute naïveté et bonne foi, leur sort aux mains de charlatans d’un autre âge. Des ensorceleurs fourbes, cupides et manipulateurs qui jouent avec la vie d’autrui en profitant de leur naïveté et leur détresse pour s’en mettre plein les poches. Combien de victimes, fragilisées et dépressives ont succombé à leurs toxiques potions? Si Dieux seul le sait, personne d’autre ne cherche à le savoir, surtout pas les autorités sanitaires. C’est qu’il s’agit là d’un « marché » clandestin mais à ciel ouvert, en plein expansion, qui se construit au grand jour, malgré son caractère illicite et qui tend à se substituer à la médecine autorisée à laquelle il emprunte impunément nombre de ses attributs jusqu’aux plaques signalétiques : « Cheikh Abouflen…spécialiste de toutes les maladies, Médecine prophétique, pratique la Rokia, la Hidjama, le désenvoutement,…sur rendez-vous ». Ceux qui s’astreignent à un cursus de « Bac+12 » pour décrocher un diplôme de médecin spécialiste doivent maudire ce sort qui met leur art entre les mains de tels aventuriers. Que peuvent-ils faire si non rester perplexe devant l’engouement d’une bonne frange de la société à se livrer corps et âmes à l’occultisme de praticiens esbroufeurs. Reste la maigre consolation de savoir qu’ils ne sont pas les seules victimes d’une concurrence déloyale, car hélas ce n’est pas l’unique segment d’activité qui a su prospérer en marge de la raison et de la loi et dont l’attractivité s’exerce sur la société au point que se créent un peu partout des « mondes » parallèles nocifs et déstructurants.

Tout phénomène singulier usant de pratiques ésotériques, n’apparait que s’il est précédé de conditions favorables qui lui servent de terreau et dont la conjonction le propulse et lui fait prendre de l’ampleur. Dans nombre de cas, c’est le vide au sein de la société, souvent corolaire d’une absence de perspectives, du besoin matériel ou moral non satisfait, qui constitue le meilleur humus pour sa naissance et son extension. La nature ayant le vide en horreur comme le dit l’adage, la course pour le combler prend alors son essor auprès de tous les opportunistes qui s’empressent d’en capter les dividendes. C’est à celui qui profitera de toutes les béances (ignorance, détressé, misère) pour s’investir dans un champ vacant et délimiter en félin son territoire. Le vide juridique en fait partie, et le champ de ce qui est appelé « médecine parallèle » notamment, offre une opportunité inespérée pour toute une faune, en embuscade dans le tréfonds de la société, pour émerger et s’imposer en profitant du laxisme de l’Etat et de l’ignorance d’un peuple en quête de planche de salut. Si le soubassement de cette ignorance remonte aux ténèbres de l’époque coloniale, sa persistance est le fait d’une école Algérienne dont les spécialistes s’accordent à dire qu’elle n’est pas encore sortie de sa sinistrose. Aussi, si pour conjurer le mal, la pratique de la sorcellerie, des amulettes, grigris et autres fétiches, était compréhensible du temps du colonialisme, parce que c’était le seul recours, il est par contre affligeant que plus de cinquante ans après l’indépendance, des malades continuent encore à payer pour mourir sous la prescription de charlatans ayant registre de commerce et pignon sur rue. Scandale qui ne semble nullement déranger les autorités qui y voient au contraire une opportunité pour se débarrasser d’un souci à moindre frais. Interférer dans la relation entre un patient et son guérisseur, quand on a si peu à offrir en substitution, n’est pas très judicieux. Rien de mieux que de fermer les yeux, laisser la plèbe gérer ses problèmes de santé à sa manière et en corrélation avec son ignorance. Pourquoi tirer un sot de sa somnolence ? Pourquoi s’exposer aux contraintes d’une revendication de soins de qualité quant on peut la sous-traiter auprès de « spécialistes » du« placebo ? Après tout, en médecine comme pour tout le reste, chacun n’a que ce qu’il mérite.

L’ignorance est à la base de toutes les régressions, aussi, on ne peut faire croire à quelqu’un que l’on peut le guérir du cancer, de l’insuffisance rénale, du diabète, de la tuberculose etc. avec une simple décoction, une « hidjama », ou une « rokia », s’il ne recèle en lui, déjà, certaines prédispositions à avaler quelques couleuvres. En l’occurrence ce n’est certainement pas de la clochardisation actuelle de la société qu’il faut attendre quelque étincelle d’intelligence à même de la guider vers la lumière. Au contraire tout plaide pour le renforcement de la croyance en la puissance surnaturelle des gourous de la « médecine » parallèle. Leur « recettes » miracles s’emboite parfaitement avec la dévotion fiévreuse et la bigoterie ambiante qui s’est emparé de la population depuis quelques dizaines d’années. Ce n’est pas par hasard que l’on parle de « médecine » prophétique et que l’on associe la liturgie aux vertus « miraculeuses » de telle traitement, de telle infusion ou de telle plante. Souvent l’invocation d’un semblant d’exégèse coranique sert de décorum pour faire gober, à des néophytes souffrants et en perdition, le caractère prodigieux et surnaturel de leur inestimable don de guérisseur. Surfant sur l’accointance passionnelle des mentalités d’avec le fait religieux, certains poussent l’audace jusqu’à interdire à leur « patientèle » de consulter la médecine légalement autorisée. Comme on les comprend !

Tel un fleuve, le peuple serpente pour contourner les obstacles dressés sur son parcours. Lorsqu’un pays n’offre que des solutions au rabais pour la multitude de problèmes qui se posent, notamment aux plus démunis, le recours à des ersatz de substitution s’érige alors en règle de conduite. Dans tous les domaines apparaissent des comportements en marge de la légalité, de la morale, de la transparence, du savoir. Des comportements calamiteux, funestes, qui ne sont finalement que le pendant des turpitudes du système politique en place. Face à ses travers, la société réagit en débordant de ses ornières. La rupture du lien de confiance en ses gouvernants et en la normalité qu’ils sont sensés incarner, la pousse à se chercher une issue salvatrice dans l’informalité et l’invention de ses propres remèdes. Le rôle des institutions devient alors caduc ainsi que tout ce qui sert de soubassement à une société évoluée et digne de ce nom. Le peuple renoue avec ses réflexes primitifs, se crée son propre monde parallèle, au grand bonheur d’éclaireurs autoproclamés et d’opérateurs patentés qui n’ont qu’à tendre les bras pour recruter du crétin. Pour ne prendre qu’un exemple, il suffit d’observer les consultations juridiques auprès d’une pléiade d’émetteurs de « fetwa », sous le haut patronage de la Radio et la Télévision publiques, pour comprendre que le peuple a choisi son interlocuteur.

Leur succès est tel qu’il est à se demander à quoi servent les hommes de loi, les codes et recueils de lois, la jurisprudence. Ce n’est là qu’un exemple d’une duplication qui tend à se généraliser à mesure que l’Etat bat en retraite et cède de son espace d’influence et ce n’est pas un hasard si les consultations juridiques et les consultations médicales soient prises en charge par la même succursale et des officiants de même obédience. De ce point de vue la « médecine » parallèle n’est donc qu’une conquête de plus de l’informel, un commerce de plus à ajouter à tous ceux qui se pratiquent ailleurs, dans des sphères clandestines et parallèle et que l’on désigne trivialement par le terme de « trabendo ». Le drame est qu’il touche à un domaine où l’enjeu dépasse le jeu car c’est souvent une question de vie ou de mort. Mais pour tous ceux qui passent leur temps à attendre la mort, pour tous ceux qui passent leur temps à la leur distiller, la vie vaut-elle encore quelque chose ?
Kebdi Rabah
Le 27 01 2016


Nombre de lectures : 3782
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • AMAR
    1 février 2016 at 17 h 20 min - Reply

    OUI EFFECTIVEMENT L IGNORANCE JUSTIFIE LARGEMENT CET ETAT D ESPRIT! SI AILLEURS L IGNORANCE N ENTRAINE QUE LA PROPORTION DES EXCLUS DU SYSTEME EDUCATIF..CHEZ NOUS IL Y A EU TOUT UN EFFONDREMENT DE L EDDIFICE CULTUREL DE LA SOCIETE LA REGRESSION EST SI PROFONDE QUE PERSONNE N Y CROIT A DES VALEURS PARTAGEES….D ABORD LE SYSTEME DE SANTE PUBLIQUE BIEN QU IL SOIT BUDGETIVORE EST LOIN D OFFRIR UN MINIMA DE SOINS DE QUALITE….LES CHIFFRES FONT PEUR:
    70% DES MOYENS SONT FINANCES PAR LE SECTEUR PUBLIC QUI PRODUIT 30% DES PRESTATIONS FOURNIES LES MALADES DES HOSPITAUX ET CHU SONT « RACOLLES » et orientes vers les cliniques privees sans etats d ames des specialistes du public operent pendant les heures de travail chez le prive…les responsables en charges sont complaisants…les « erreurs » medicales se multiplient a profusion et encore c est pratiquement des crimes qu un environnement de l impunite consolide la sous qualification du corps medical est a l origine de nombreux drames l absence d une culture de la relation medecin-patient complique la donnee la presse fait frequemment etat de comportements qui relevent souvent de la delinquence TOUTE CETTE ATHMOSPHERE A DECRIDIBILISEE L ACTE MEDICAL ALGERIEN ….LE NOMBRE D INFRASTRUCTURES N EST PAS UN INDICE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE…NOTRE VOISIN LA TUNISIE AVEC DE MODESTES MOYENS MATERIELS NOUS TALONNENT DANS TOUS LES SECTEURS IL ARRIVE MEME A SOIGNER DES EUROPEENS ET AVEC DE LA MODESTIE EN PLUS…LES ANIMATEURS DE CE PAYS NE SONT PAS ARRIVES A MOBILISER LA SOCIETE VERS UNE AMBITION COMMUNE SUSCEPTIBLE DE REDONNER LA CONFIANCE EN SOIT…LE DESASTRE EST LA ET FOCEMMENT CEUX QUI N AVANCENT PAS RECULENT….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Nordine
    1 février 2016 at 18 h 14 min - Reply

    ZAGUETTE SI ZIGA EST LA

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rochdi
    2 février 2016 at 11 h 27 min - Reply

    Allez vous faire ausculter par un doctor spécialiste en chimie, de surcroit un psychiatre pour des troubles passagers d’adaptation. Il vous gavera de produits chimiques et fatalement vous finirez par le suicide. Consultez les médecins santé nature en Europe et vous changerez d’avis.Je m’exprime sur plantes et non sur autre chose.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • kebdi rabah
      2 février 2016 at 17 h 04 min - Reply

      Bien sûre que la médecine naturelle existe, encore faut-il qu’elle soit encadrée par une autorité compétente et autorisée par la loi. Il serait étonnant qu’elle soit pratiquée en Europe dans la clandestinité impunément et en dehors de la loi. Ce texte est un plaidoyer contre les charlatans, ceux qui pratiquent le « surnaturel » mais il ne dédouane pas pour autant les praticiens légaux de la santé pour leurs fautes, erreurs ou lacunes.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • AMAR
    2 février 2016 at 15 h 23 min - Reply

    LA TUNISIE C EST TOUT PRES …C EST SERIEUX C EST DES PRIVES CERTES. MAIS ILS ONT UNE REPUTATION A DEFENDRE ET CA NE RACOLE PAS LES MOYENS ET LES CLIENTS DU SECTEUR PUBLIC!
    LEURS DIAGNOSTICS SONT CLAIRS NETS ET PRECIS ET ILS L ASSUMENT!
    chez nous c est encore la medecine de masse…ca mobilise des grues pour enlever un morceau de sucre…….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rachid dahmani
    3 février 2016 at 7 h 59 min - Reply

    Bonjour,

    La nature a horreur du vide. La nature s’essaie à tout, et si le résultat obtenu est viable alors il s’installera durablement. C’est depuis des milliards d’années que cela se passe ainsi. Alors si les charlatans trouvent leurs compte dans l’environnement qui leur est donné, la conséquence est qu’ils proliféreront et se répandront comme une traînée de poudre. Autrement ils disparaîtront d’eux mêmes comme si de rien n’était. Si la croyance parmi les citoyens continue de donner ce tableau idyllique pour ces charlots, alors ces derniers n’en demanderaient pas tant et se développeront naturellement. Il y aura même peut être, dans quelques temps (qui sait), une introduction dans le cursus universitaire de l’étudiant un module sur cette pratique car l’environnement le demande, car les gens en veulent (si c’est le cas) et que ça rapporte beaucoup d’argent. Tel est la loi de la nature. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • mouaten
    7 février 2016 at 15 h 46 min - Reply

    slm allez faire un tour aux hopitaux publics et epsp et les prestations faites aussi l’acceuil vous comprendrai vite le succès de ces charlatants que vous diabolisez !!!

    en plus je vous prie d’ouvrir des colonnes pour dénoncer les erreurs médicales ou plutot les crimes médicaux commis dans la santé publique et le laxisme de l’etat , conseil de l’ordre des médecins chirurgiens etc et leurs mutisme et silence face à celà ….

    à méditer …..khelli le puit avec son chapeau le jrs ou la santé publique sera au top sur tous les plans et qui ne sera jamais le cas à ce moment là combattez le charlatanisme ……

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • djamel
    26 février 2016 at 20 h 19 min - Reply

    Mais l’ignorance touche aujourd’hui notre future élite. La décadence se mesure aussi dans le comportement physique et social. Comment expliquer que des détenteurs de diplômes universitaires et des étudiants de nos universités s’adonnent encore au tabac à chiquer. Comment expliquer que des personnes censées être propres dans le sens physique du terme, on les voit marcher dans la rue en crachant par terre sans retenue aucune puis enfonçant leurs doigts dans la bouche pour mettre une autre prise sous les lèvres. Il serait intéressant de réaliser une enquête sur le taux des preneurs de tabac a chiquer avec les niveaux d’études et les âges. Ce sera ahurissant. Alors quand nos élites ne chiqueront plus et ne cracheront plus en marchant, ce jour là nous parlerons d’espoir.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • boulivi
    9 mars 2016 at 10 h 18 min - Reply

    Good_Morning : bien que que dans nos jour la médecine dite Moderne ne sert et dans certains cas qu’aggraver le sujet, faites donc très attention de s’opérer, éviter des opérations de Munisk » et autres de seins foie rein etc…il faut absolument un médecin doué, dans la nécessité uniquement, dans nos jour nos médecins sont devenus des commerçants, il y a mes chers amis un problème dans l’intellectuel algérien, j’écoute les émissions radio les débats télé etc..personne aucun médecin ne prévien le malade dans sa conduite de prévention et de guérison après la maladie??! on a des maladies connus sous le noms chronique, voilà je conseille tout le monda a savoir mangé et faire du sport ainsi vous éviter tous le maladies en particulier le diabète la tension etc….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos