Édition du
26 September 2016

ALI MECILI : PRÉSERVER NOS MÉMOIRES POUR NOUS RENOUVELER.

Aït Mecili

C’est dans le combat permanent contre le mensonge, les « ignorances institutionnalisées », l’aliénation des consciences, la subordination de l’intelligence à la haine, la soumission de l’être collectif aux peurs et au diktat du nihilisme que la mémoire se libère de l’oubli, apprivoise le temps et rend au langage humain le récit historique des peuples qui se battent pour leurs libertés.

En cette 29ème année, Maître Ali Mécili nous donne rendez-vous pour commémorer son ignoble assassinat commis par un chargé de mission à la solde des services secrets algériens, le jour fatidique du 07 avril 1987 à Paris. L’enseignement de cette commémoration prend la dimension de la situation actuelle que vit notre pays.  Mais au-delà de l’Algérie, c’est l’espace nord-africain, le bassin méditerranéen et le monde, sous l’impulsion sauvage d’un système ultralibérale consacrant la mondialisation des circuits informels de la mise aux enchères de la souveraineté des Etats au profit d’un conglomérat  de multinationales qui est concerné. Des multinationales qui travaillent pour l’instauration d’un Ordre mondial doté d’une gouvernance sans État, sans état d’âme.

Face à cette inquiétude, l’espoir de la mise en place de solidarités citoyennes nationales, régionales et internationales est permis. Il l’est d’autant que les mouvements révolutionnaires que les puissants de ce monde tentent de rendre invisibles et illisibles, par l’entremise de jeux d’intérêts économiques et géopolitiques, de bipolarisations accompagnées d’une militarisation servant une remise en question géostratégique à des fins de destruction de la mémoire des peuples, des pays anciennement colonisés et de leurs souverainetés, suit toujours son cours.

A ce mouvement révolutionnaire, s’ajoutent les différents mouvements citoyens qui se multiplient à travers le monde.

C’est dans ce contexte que l’insurrection des consciences  est entrain  de prendre de l’ampleur. Une insurrection à même d’opposer la raison citoyenne de solidarité à toutes les raisons sécuritaires d’États.

Rendu irréversible, ce mouvement de métamorphose permettra de construire une citoyenneté garante de l’émancipation de l’humanité.

Pour nous toutes et tous, le rendez-vous de notre histoire avec notre mémoire de cette année est particulièrement important.

Il l’est dans la mesure où, cette fois-ci,  notre Président Hocine Aït-Ahmed a rejoint Maître Ali Mécili à l’Eden de nos cœurs, de nos esprits et de nos mémoires.

Cette fois-ci, nous les retrouvons réunis. Ensemble, ils nous rappellent que l’illusion de notre « absence » de tous les mouvements libérateurs en cours n’est qu’une fabrication destinée à annihiler tout effort de refondation démocratique d’un système politique obsolète.

Cher Ali, cher Hocine,

Vous nous avez appris que la politique est un combat de construction perpétuel du militant en chacun de nous. Ce combat, nous continuons à le mener en transcendant nos limites et en mettons nos cœurs et nos esprits au service de notre peuple.

Aujourd’hui, nous nous battons pour ouvrir des espaces permettant la libération de la parole. Car, en face, le régime du crime et de l’argent sale œuvre à réduire le combat politique à l’allégeance, à la caricature du carriérisme et d’une opposition organique aux ordres du Prince.

Fidèle à sa nature destructrice, il multiplie les procédés manipulateurs et destructeurs de notre algérianité en favorisant l’anachronisme du retour aux identités segmentaires.

Cher Ali, cher Hocine,

Vous nous avez enseigné à nous libérer de nos égoïsmes et du poids des esprits « partisans » pour nous renouveler au quotidien des préoccupations d’un peuple –le nôtre- qui, loin d’avoir dit son dernier mot, continue à se battre comme il le doit. En effet, ses enfants se battent avec la force des convictions que vous -et ceux qui, comme vous, ont mis leurs vies au service de leur pays- avez enracinées en eux.

Des syndicats et des associations autonomes, des enseignants déterminés, des militants politiques, des militants des Droits de la personne humaine, des journalistes et de jeunes chômeurs continuent de donner des leçons magistrales de combat citoyen aux détenteurs du pouvoir qui n’hésitent pas à brader la souveraineté nationale sur le marché d’une néo-colonisation décomplexée dont ils sont les supplétifs et aux opposants de luxe qui prennent notre peuple pour une conglomération de tribus.

Pour casser ces mouvements de contestation pacifique, le pouvoir criminel et mafieux multiplie les interdits et les techniques de répression qui ont fait sa triste célébrité.

Aux interdits du pouvoir, nous avons une capacité incommensurable d’opposer une solidarité citoyenne agissante et désintéressée.

Cher Ali, cher Hocine,

Vous nous avez appris que rien ne peut se faire sans la préservation des mémoires des non-lieux de mémoire et la réhabilitation de la légitimité populaire.

Aujourd’hui, nous assistons à une multiplication malsaine de collisions de nos mémoires collectives, faisant le menu de kermesses politiques participant de la folklorisation du politique afin d’empêcher toute dissidence citoyenne pacifique de voir le jour et de remettre en question les fondements illégitimes du régime militaro-mafio-ploutocratique.

Cependant, des initiatives citoyennes d’éducation de nos enfants, de préservation de l’environnement, de réappropriation des espaces publics et de prise en charge des plus démunis nous ramènent à nos valeurs ancestrales qu’elles mettent au diapason de notre époque et l’inscrivent au registre de l’universalité.

Cher Ali, cher Hocine,

Vous nous avez enseigné que rien ne peut justifier l’atteinte à la dignité humaine et à la vie. Aussi, vous nous avez appris à nous battre pour préserver le droit de toutes et de tous à la libre expression, sans distinction aucune  d’appartenance ethnique, politique ou religieuse.

Au nom de ce droit, nous condamnons tous les assassinats politiques, les assassinats de tous les militants, quels que soient leur obédience, les atteintes à toutes les libertés et les tentatives d’imposer la loi du silence à la vérité et celle de l’impunité à la justice.

Forts de toutes les valeurs que vous nous avez inculquées, nous continuerons à nous battre pour la réalisation de votre idéal démocratique qui est le nôtre.

Nous vivons une époque pleine de dangers pour notre pays, ceux de l’Afrique du nord et ceux de l’ensemble de l’espace de la rive sud de la Méditerranée que vos sacrifices et ceux de vos compagnons d’armes ont permis de libérer du joug colonial. Seulement, les espoirs qu’elle contient également sont à la mesure de ces dangers.

L’islamisation du nihilisme, la djihadisation du radicalisme populiste, l’exacerbation des tensions entre les différentes composantes de nos identités, allant jusqu’à les opposer les unes aux autres, ne pourront remettre en cause notre détermination  à réunir les conditions d’une dynamique citoyenne nous permettant de nous renouveler dans nos mémoires collectives, dans nos imaginaires sociaux, dans la conscience et le langage humains.

Ali, nous te faisons le serment de continuer à soutenir ta famille dans son combat pour que vérité soit faite sur ton assassinat et que justice te soit rendue.

Hocine, nous te faisons le serment de toujours chercher le compromis, sans céder à la compromission.

Ali, nous te faisons le serment de préserver ta mémoire de toute tentative de lui imposer un non-lieu de mémoire

Hocine, nous te faisons le serment de continuer le combat de la réhabilitation de la légitimité populaire.

Ali, nous te faisons le serment de rester fidèles à tes convictions de démocrate impénitent.

Hocine, nous te faisons le serment de ne jamais céder aux chants des sirènes de la mangeoire.

Ali, nous te faisons le serment de continuer à répandre l’espoir démocratique que tu as semé.

Hocine, nous te faisons le serment d’œuvrer pour une mobilisation massive de nos richesses populaires, afin de rendre incontournable l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante rendant les institutions de l’État aux citoyens.

Ali, nous te faisons le serment de continuer le combat de la vérité et de la justice sur tous les assassinats politiques, les meurtres commis au nom du « terrorisme résiduel », les victimes de toutes les stratégies du chaos local appliqué, le massacre des 200 000 morts, les 20 000 disparus et les crimes commis contre le passé, présent et l’avenir de notre pays.

C’est au prix de tous ces efforts que nous saurons « retrouver confiance en nous et entre nous », retisser tous les liens sociaux et prendre en charge les contentieux de notre histoire commune ainsi que les non-dits et l’Impensé qui continuent de peser de tous leurs poids sur nos esprits pour, enfin, engager le processus de construction d’une Confédération Nord-Africaine des Peuples.

Paris, le 09 avril 2016.

Les signataires :

Ahmed Benani, Ali Aït Djoudi, Nacer Tabèche, Tahar Si Serir, Essaid Aknine, Hacène Loucif.

 

 

 

 

 

 

 


Nombre de lectures : 3542
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamel
    8 avril 2016 at 11 h 50 min - Reply

    Le mal, la haine et le crime ne sont jamais l’apanage des grands. Il n’y a que les mesquins, les truands, les laches qui utilisent le mensonge, l’intrigue et la violence pour arriver a leurs fins et quelle fins si ce n’est que celle d’içi bas. La grandeur ne se mesure pas aux postes occupés ou a la hauteur du fauteuil où on est assis mais au nombre de bonnes actions au bien qui a ete fait ainsi qu’au bonheur que nous avons pu faire entrer dans le coeur de son prochain. C’est une comptabilité très simple, celle que l’on arrête tous les soir avant de s’endormir pour l’éternité ou pour se réveiller le lendemain et redoubler d’efforts afin de realiser plus de bonnes actions pour le bonheur des humbles et de l’humanité toute entière.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • Lamrous Smail
    8 avril 2016 at 16 h 52 min - Reply

    Écrire pour dire quoi sur ces deux figures légendaires que sont Ait Ahmed et Ali Mecili , paix à leurs âmes ?
    Dire leur histoire respective ? Se lancer dans des pathos infinis ?
    Non je ne le ferai pas craignant de trop oui et de leur légende respective!
    Oui j ai peur de passer à côté de toutes les merveilles qu’ils ont réalisées .
    Je ne peux dire que  » Merci pour votre enseignement sur les valeurs démocratiques  »
    Soyez heureux dans les jardins de l Éden

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Nordine
    10 avril 2016 at 1 h 21 min - Reply

    Merci à vous LQA pour nous rappeler cet authentique opposant qui a fortement inquiété les serpillières de degaulle….
    Concernant les algériens de panama-papers, quand ils ont senti la foudre se rapproché vers eux, bizarrement la france a toute de suite couru à la rescousse de ses gestionnaires « les culs à l’air nauséabond de la republique algerienne »,??….
    vous aurez compris ce n’est pas pour sauver « les fesses » de leurs chiffons mais uniquement pour les interets de la france….. Mecili aussi avait été pressenti une menace sérieuse contre le pouvoir de l’epoque, pasqua ferma les yeux sur le crapuleux assassinat d’Ali Mecili en virant le veritable assassin, traduisant ainsi par son comportement comme étant OK avec cet acte.
    et puis tout va encore super bien aujourd’hui valls est arrivé avec une énorme délégation
    pour grignoter le peu qu’il nous reste…………………..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • SEDDIKI
    16 mai 2016 at 18 h 22 min - Reply

    Ce grand démocrate avait son pays,l’Algérie,dans le sang et la démocratie et l’union des algériens étaient ses principaux objectifs.Hélas,une main assassine a décidé de mettre fin à sa vie,privant ainsi ses enfants et sa veuve de sa chaleur et de son affection.Quant à l’Algérie profonde,l’Algérie de 1954,elle ne l’oubliera pas et elle n’oubliera pas aussi que c’est sous l’autorité de Chadli Bendjedid,couvé par Larbi Belkeir,que l’ordre de l’abattre a été donné à ce misérable assassin,tueur de métier,alors que ses sœurs donnaient du plaisir à ses coreligionnaires dans des boites de nuit de la région parisienne.
    KS

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos