Édition du
4 December 2016

Ferhat Abbas et le Rêve Andalou

.

Ferhat Abbas1‘’Les miracles qui passionnent l’humanité moderne ne viendront plus du « désert ».
Les nouvelles routes bordées de miracles ne sont pas non plus celles qui mènent au « désert ». Ce sont celles qui mènent aux laboratoires des savants.’’
Ferhat Abbas

Epopée extraordinaire d’un homme politique de mesure face à la démesure d’une Histoire malveillante qui ne se rappelle de lui qu’une mauvaise interprétation et hors contexte d’une phrase : “Si j’avais découvert la nation algérienne, je serais nationaliste, et je n’en rougirais pas comme d’un crime. Les hommes morts pour l’idéal patriotique sont journellement honorés et respectés. Ma vie ne vaut pas plus que la leur. Et cependant, je ne mourrai pas pour la patrie algérienne, parce que cette patrie n’existe pas. Je ne l’ai pas découverte. J’ai interrogé l’histoire, j’ai interrogé les vivants et les morts, j’ai visité les cimetières, personne ne m’en a parlé…On ne bâtit pas sur du vent. Nous avons écarté, une fois pour toute, les nuées et les chimères pour lier définitivement notre avenir à celui de l’œuvre française dans ce pays…”.

Quand même bien le destin aux voies insondables fit de lui le premier président de cette même l’Algérie, indépendante et souveraine, le 20 Septembre 1962.

Infatigable et défenseur itinérant aux quatre coins du monde, d’une révolution sanglante, il n’a adopté de plaider la cause nationaliste qu’après s’être battu, un quart de siècle durant, pour imposer le réformisme et la non-violence, le refus des solutions extrêmes, la volonté et le courage intrépide d’un compromis historique.

Dans une interview tardive (1) il a rappelé qu’il avait appelé de vive voix contre vents et marais, à la coexistence des trois grandes religions monothéistes, Le Judaïsme, Le Christianisme et l’Islam.

Dans sa vision du monde et de l’existence, Ferhat Abbas pensait que tout engagement doit être inscrit dans le sillage du vivre-ensemble et qu’un mauvais compris est bien meilleur qu’une bonne guerre.

Sa conviction inébranlable pour le dialogue entre croyants, émane d’une profonde certitude intellectuelle que les êtres humains forment tous une famille, et qu’il existe une communauté humaine et un bien universel.

Son long combat avait comme boussole le refus total de la xénophobie, la dénonciation de l’ostracisme racial et surtout le rejet des idéologies d’exclusion.

Pour lui le dialogue entre cultures et entre croyants n’avait pas seulement pour but de mieux se connaitre pour éviter les conflits mais aussi à aider pour élaborer une culture qui souscrive à tous le droit de vivre dans la dignité et la sécurité ; qui promet le vivre ensemble.

Ferhat Abbas considérait les croyants des trois religions non comme des sédentaires satisfaits de ce qu’ils possèdent mais comme appartenant à la grande famille humaine, vivant sous une « tente spirituelle» des itinérants guidés par L’Esprit de Dieu. Et que ces croyants se sont reconnus tous spontanément non pas comme possédant la vérité divine, mais comme possédés par cette même vérité qui les guide, les entraine, les libère, chacun dans sa ligne propre.

En finalité, Ferhat Abbas souscrivait à l’idée fondamentale que l’homme est constitutivement d’essence transcendantale, et le dialogue interreligieux est partie intégrante de la condition humaine. Il est un chemin de grandeur humaine et un antidote à l’étroitesse mesquine d’un courant de pensée prêchant le clash des civilisations.

Transcendant le temps et l’espace, l’abnégation de Ferhat Abbas doit être consignée dans les réminiscences d’un rêve perdu, le Rêve Andalou.

Khaled Boulaziz

(1) https://www.youtube.com/watch?v=K-QR6ZipBGw&spfreload=10


Nombre de lectures : 2267
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Alilou
    18 mai 2016 at 13 h 10 min - Reply

    AH le conflit éternel et répandu partout aux quatre antipodes, il a débuté ainsi et se terminera ainsi,

    Un jour Dieu décida de créer un humain fait de glaise et c’est parti en vrille, Tonton satanas n’a pas aimé partager la casa con su amigo humano, il voulait à lui tout seul sans partage et tonton satanas s’est fâché comme une vierge effarouchée devant la vue de l’objet de ses doux rêves secrets, il décida de faire la gueule et quitta la table,

    Il ne s’était pas contenté seulement de quitter la table mais aussi de déclarer la guerre, il était vraiment fâché quelle mouche l’a piqué ? C’était juste un humain et rien d’autre… mais non il le voyait en rival, lui qui avait su s’en sortir d’un premier conflit en gagnant la grâce du créateur suprême et le paradis en guise de cerise sur le gâteau, s’est laissé emporter par …. Le diable lui-même…bazars non… mais son orgueil démesuré a fait de lui un pariât et mordit la main qui la nourrit (juste imagé OK)…dans son excès de zèle il décida de se mettre en entrave sur le chemin divin de toutes les créatures de DIEU, le pacte conclu et nous voilà où nous en sommes aujourd’hui…

    L’orgueil, l’égoïsme et l’ingratitude sont les ingrédients principaux pour mener une vie de m… et tout perdre même le paradis…hel min kewmin yaalamoun ?????

    L’histoire de notre pays se résume a ce conflit eternel….

    Heureusement qu’on va tous crever et enterrer les mains vides….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

    • Dria
      21 mai 2016 at 0 h 12 min - Reply

      Cher Alilou

      Pour continuer sur la lancée et faire le parallèle avec la situation qui prévaut chez nous, je te donne un tuyau, on sait que le conflit céleste, fut suivi du conflit terrestre qui continuera jusqu’a la fin du monde , la je t’apprends rien.

      En descendant sur terre oumouna Hawa 3aleyha essalem atterrit en inde et abouna Adem aleyh essalem au hidjaz et ils se rencontrèrent au mont 3arafat,

      vu les événement qui se produisent chez nous depuis la nuit des temps et vu ce que l’on est entrain de vivre comme injustice,hogra , mensonge, égoïsme , orgueil, ingratitude … astaghfir allah ; je pense savoir où a atterrit le troisième passager que je ne veux même pas nommer mais que je retrouve sous la peau de nombreux responsables algériens.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • ben daoud
    20 mai 2016 at 19 h 27 min - Reply

    Ben Daoud

    longtemps j’ai pas lu un article qui respire la plenitude et la serenité , tout comme l’homme pour lequel l’auteur nous le fit redecouvrir avec une belle plume .merci

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos