Édition du
5 December 2016

« Restitution des têtes des résistants algériens détenues au Musée de l’homme »

France colonialehttps://blogs.mediapart.fr

11 JUIN 2016

PAR FRANÇOIS GÈZE

BLOG : LE BLOG DE FRANÇOIS GÈZE

Le 18 mai 2016, un écrivain et militant algérien résident en France, Brahim Senouci, a lancé une pétition sur le site Change.org pour demander à l’État français de faire rapatrier en Algérie les crânes des insurgés algériens de Zaatcha, massacrés par l’armée française en 1849, crânes entreposés dans les sous-sols du Musée de l’homme, à Paris. Elle doit être largement signée.

Une pétition à soutenir : « Restitution des têtes des résistants algériens, détenues par le Musée de l’homme »

par François Gèze

Le 18 mai 2016, un écrivain et militant algérien résident en France, Brahim Senouci (bravo pour son initiative), a lancé une pétition sur le site Change.org pour demander à l’État français de faire rapatrier en Algérie les crânes des insurgés algériens de Zaatcha, massacrés par l’armée française en 1849, crânes entreposés dans les sous-sols du Musée de l’homme, à Paris. Elle doit être largement signée.

En voici le texte : « Les restes mortuaires de dizaines d’Algériens qui ont résisté à la colonisation française au xixe siècle, morts au champ d’honneur, sont entreposés dans de vulgaires cartons, rangés dans des armoires métalliques, au Musée de l’homme de Paris. Ces restes, des crânes secs pour la plupart, datant du milieu du xixe siècle, appartiennent à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Chérif “Boubaghla” (l’homme à la mule), au Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaatchas (région de Biskra en 1849), à Moussa El-Derkaoui et à Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui. La tête momifiée d’Aïssa Al-Hamadi, qui fut le lieutenant du Chérif Boubaghla, fait partie de cette découverte, de même que le moulage intégral de la tête de Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Émir Abdelkader. Il faut que ces restes soient rapatriés en Algérie pour y recevoir une digne sépulture ! »

Cette pétition est très importante : elle peut contribuer à faire connaître (et reconnaître) les horreurs perpétrées en Algérie durant 132 ans par les régimes colonialistes français, de la monarchie en 1830 jusqu’au Second Empire et aux Républiques, de la IIe à la Ve. Une réalité largement effacée de l’histoire officielle française et toujours amplement occultée aujourd’hui, malgré les efforts et les nombreuses publications d’historiens et de militants, en Algérie comme en France.

J’ai eu connaissance de cette pétition, trois semaines après son lancement, grâce à un article de L’Humanité du 8 juin 2016 (« Algérie : les crânes de l’amnésie »), qui doit être aussi remerciée. Elle doit être reprise dans tous les réseaux possibles, car il est essentiel qu’elle soit signée par toutes celles et ceux qui, en France et en Algérie, jeunes et moins jeunes, sont engagés dans le combat pour la reconnaissance de la face sombre de l’histoire de la République française, celle du racisme et de la xénophobie d’État. Une reconnaissance nullement synonyme de « repentance », catégorie absurde inventée par les négationnistes de l’histoire coloniale française pour nous discréditer. Elle est simplement un outil indispensable dans la double lutte contre le racisme « postcolonial » en France même, et contre les aventures militaires du « néoimpérialisme » français dans ses anciennes colonies.


Nombre de lectures : 1877
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement National

Galeries photos