Édition du
7 December 2016

Rien ne nous résiste mais tout nous domine!

 

Centre d'écoutesSalim METREF

Décidemment rien ne nous résiste. Ni le fer, ni la terre, ni la mer, ni les rivières et ni le granit. Revenus à l’âge de pierre, l’ingéniosité en moins, nous sommes désormais devenus nos propres prédateurs. Nous excellons certes dans l’art d’utiliser la force, contre nous-mêmes bien sûr mais surtout pas contre les plus forts de ce monde, nous avons comme perdu l’usage de notre intelligence.

Rompus à l’art de la combine, du mensonge  et aveuglés par le gain facile, même la mer ne nous émeut plus. Sauf peut-être ce vieux poissonnier du village qui durant ses 70 ans de métier  n’aura jamais vu cela. Des sardines, toutes petites, sont livrées comme produits de la pêche et vendues mélangées à quelques unes devenues miraculeusement adultes.

La ressource halieutique est désormais notre nouvelle cible, celle à qui nous faisons subir les pires sévices. Le vieux poissonnier affirme que l’an prochain il n’y en aura plus.

Sommes-nous vraiment devenus ces destructeurs qui ne laisseront rien à la postérité et qui n’auront rien apporté à l’humanité? Dur, dur de le penser!

Nos terres ne pourront plus nous nourrir parce que blessées,  défigurées, amputées chaque jour de ce qu’elle ont de plus fertile et submergées par des centaines de milliers de tonnes de ces rejets que nous produisons à satiété et que nous ne savons ni trier et ni traiter. La mer s’essouffle elle aussi, tétanisée, vidée de ses ressources, où de ce qu’il en reste, et empêchée de reproduire ces richesses qui nous nourrissent et qu’elle nous donne généreusement.

Nos rivières s’assèchent, siphonnées de leur sable par ces pilleurs de la nuit venus d’un autre âge, deviennent boueuses et engloutissent chaque année des dizaines d’enfants venus se baigner.

Nous avons pourtant donné à l’humanité une génération en or. Elle ne s’est plus jamais renouvelée. Certains prétendent même que  bientôt nous n’existerons plus. Ils disent que cela est  écrit.

Rien ne nous résiste mais tout nous domine et nous envahit. Surtout le sous-développement, la pauvreté, la maladie et la mal-vie. La crise ne nous fera certainement que du bien. Nous changerons sans doute de mode de consommation et reviendrons peut-être à des comportements faits de simplicité et de frugalité comme savaient si bien le faire ceux d’autrefois. Apprendre à ne consommer que ce qui est nécessaire et préserver le reste. Pour les autres. Quant à ceux qui nous pillent et malmènent nos terres et nos rivières et appauvrissent notre mer, implorons, pour eux et pour nous, le pardon et la miséricorde de Dieu en ces journées pieuses et bienfaitrices de Ramadhan.


Nombre de lectures : 2135
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ahmed
    21 juin 2016 at 5 h 21 min - Reply

    Quant à ceux qui nous pillent et malmènent nos terres et nos rivières et appauvrissent notre mer, implorons, pour eux et pour nous, le pardon et la miséricorde de Dieu en ces journées pieuses et bienfaitrices de Ramadhan.

    Aucun pardon pour ces ces voleurs et corrompus
    l’enfer inchallah en ce ramadan béni

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • rachid dahmani
    21 juin 2016 at 8 h 49 min - Reply

    Bonjour à tous,

    La nature humaine. Est on vraiment en train de la découvrir? je ne le pense pas. Le regard sur l’évolution (dans tous les sens du terme) de l’humanité nous a toujours appris le comportement de l’humain au gré du temps. Il est clair que la « préférence » des êtres vivants sur terre au sens basique est chez les animaux. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Mouloud
    24 juin 2016 at 10 h 09 min - Reply

    YA OUIHEK MEN IDJAAN YDHA TAHE FI DCHICHA.
    L’Algérien post indépendance avait pour espoir et pour souhait de construire son pays et de le mener vers les cimes de l’universalité comme l’ont souhaité, voulu et espérés les BEN M’HIDI, ABANE et tous les autres. Hélas!
    Hélas ! Les planqués auréolés de faits d’arme fabriqués sur mesure et, leurs comparses les engagés du 19 mars ont réussis à changer la donne. Ils ont su s’adapter , s’allier à tous ces dirigeants mondiaux – sans exception-, les financiers et former ensemble conglomérat mafieux bénéficiant de l’impunité totale, surtout que l’ONU est devenu réellement un machin voire même une association de malfaiteurs adoubée au Famine Misère et Insomnie pour les peuples – quel qu’ils soient- et à la Bande Mafieuse Internationale.
    Alors le pillage, la rapine, et tous les actes répréhensibles sont devenus pour eux légitimes, les loups, ou plutôt les vautours se ménagent entre eux.
    Par conséquents, il est normal que le « Peuple » algérien – devenu un estomac sans sphincter- qui n’est pas et, ne sera jamais en retard lorsqu’il s’agit de profit rapide , sans effort et même de malversation soit juste capable de détruire le capital national appartenant à tous les supposés citoyens. Le concept même de bien commun public n’existe pas en Algérie, je te bouffes tu me bouffes si tu peux !
    L’algérien asservi par un consumérisme effréné, par une volonté d’avoir toujours plus que le voisin-il doit certainement surveillé la fosse sceptique du voisin- pour lui l’essentiel est de montrer qu’il est plus riche! Alors construire avec les pierres vestiges romains ou autre il n’en que foutre, puisqu’il ne connait et ne cherche à connaitre son histoire qui finirait par lui poser un grave problème : la remise en cause de lui même et de ses acquis historiques récents.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • djamel
    25 juin 2016 at 2 h 15 min - Reply

    YA OUIHE EL MECHTAK IDHA DHEK ceux qui hier disaient que nous mangerons la terre mais en etant libre et independant. En fait ils ont tenus parole ils ont tout boufe, même la terre, ils se sont d’abord pris aux biens vacants, qu’ils ont ensuite «achetés» au dinar symbolique, puis ils se sont attaqués aux meilleurs vergers notamment ceux de la metidja, puis aux terrains au bord des belles et moins belles plages de toute la côte, bien-sûr parallèlement a cette razia tous les projets subventionnés par le trésor public ont été pris par la nomenklatura et sa progéniture. Ils ne s’arrêtent pas et ne sont pas prêts de s’arrêter, ils n’arrivent pas à se rassasier. Heureusement il ya la mort, rahma lil aalamine.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Le salaire de la peur
    9 juillet 2016 at 12 h 28 min - Reply

    Avant on était au bord du précipice…. maintenant on a fait un pas en avant …,cete célèbre citation du regretté Kaid Ahmed est toujours d actualité …

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos