Édition du
25 September 2016

La presse écrite est-elle réellement en crise ?

fataLa réponse en chiffres
TSA

mardi 9 août 2016 |

Par Hadjer Guenanfa
Le débat autour des problèmes financiers auxquels est confrontée la presse écrite revient régulièrement sur le devant de la scène depuis plus d’une année. Dans des éditoriaux ou des tables rondes, éditeurs et autres professionnels du secteur s’inquiètent de la chute vertigineuse des revenus publicitaires, dénoncent la distribution inique de la publicité étatique et croient déceler une volonté du pouvoir d’asphyxier certains titres attachés à leur ligne éditoriale « libre » et « indépendante ».

En mai dernier, ce débat a été relancé par l’affaire El Khabar. Après le rachat du groupe de presse par une filiale de Cevital (Ness Prod), les propriétaires avaient évoqué des problèmes financiers pour justifier la vente du journal et de sa chaîne de télévision. Mais qu’en est-il réellement ? La presse écrite traverse-t-elle vraiment une crise financière ? Est-ce que celle-ci risque de l’emporter ? TSA s’est procuré les chiffres du Bulletin officiel des annonces légales (Boal) des principaux journaux.

Distribution de dividendes

Commençons par El Khabar. Au titre de l’exercice 2014, cette société par actions a fait un chiffre d’affaires de près de deux milliards de dinars (1.832.144.557,33 DA contre 1.932.959.289,00 DA en 2013 et 1.847.291.891,00 DA en 2012) et un bénéfice avoisinant les 300 millions de dinars (289.829.899 DA contre 396.957.196 DA en 2013 et 241.697.423 DA en 2012).

Réunie le 4 juin 2015 pour valider les comptes sociaux et les résultats de ses filiales, l’assemblée générale d’El Khabar a même décidé de distribuer des dividendes aux actionnaires.
Il s’agit de plus de 190 millions de dinars (190.638.000 DA) devant être distribués en cinq tranches entre juin 2015 et avril 2016, soit juste avant la cession des actifs à Ness Prod. Ces dividendes étaient par contre en net repli par rapport à 2013 où leur montant s’élevait à 302.600.000 DA et à 241.686.620 DA en 2012.

Des chiffres d’affaires d’un à deux milliards de dinars en 2014

Passons à El Watan, plus grand quotidien francophone. Au titre de l’exercice 2014, le quotidien francophone a réalisé un chiffre d’affaires d’un peu plus d’un milliard (1.063.069.836,81 contre 1.296.828.556,64 en 2013) de dinars et un bénéfice de plus de 100 millions de dinars (113.653.445 DA contre 303.693.332 DA en 2013). En 2012, le chiffre d’affaires réalisé par la SPA était de 1.155.761.524,67 DA. Le bénéfice s’élevait à plus de 200 millions (216.189.101 DA).

Le 9 mai 2013, l’assemblée générale a décidé de distribuer un montant de plus de 200 millions de dinars (212.628.734 DA) aux actionnaires sur le reliquat de l’exercice 2010.

Autre quotidien qui se porte bien sur le plan financier : Ennahar (SARL El Athir Presse) qui a réalisé un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dinars (1.329.754.913,05 contre 1.450.256.980,00 en 2013) et un bénéfice de 211.674.056 DA (contre 128.849.009,90 DA en 2013) au titre de l’exercice 2014.

Echourrouk n’a rien à lui envier avec un chiffre d’affaires qui avoisine les trois milliards de dinars (2.851.158.219,80 contre 2.503.034.019,29 en 2013) et un bénéfice de plus de quarante-quatre millions de dinars (44.129.852,58 DA contre 50.734.602,24 DA en 2013).


Nombre de lectures : 1048
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement National

Galeries photos