Édition du
25 September 2016

La Turquie, l’Occident, le coup d’Etat et Erdogan

Turquie7Tariq Ramadan (official) in Facebook

Il faut donc commencer par le commencement et condamner la tentative de Coup d’Etat en Turquie. Les militaires ont essayé de renverser le gouvernement démocratiquement élu, avec des alliés au sein de la société civile, et ont heureusement échoué.

A la lecture des faits et des différents interviews du Président Erdogan, comment ne pas lui donner raison sur en tous cas trois points relatifs à la réaction de l’Europe et des Etats-Unis. On s’y émeut des purges après le coup d’Etat manqué et ce au nom des principes démocratiques. Soit. Force est de constater néanmoins que cette émotion est à géométrie variable. Dans le cas de l’Egypte, l’Occident s’est tu après le coup d’Etat militaire malgré les massacres, les carnages, les emprisonnements, les 1250 peines capitales prononcées et les tortures qu’ont subi les partisans du gouvernement démocratiquement élu, qu’ils soient des Frères Musulmans, de l’opposition laïque de gauche comme de droite ou des jeunes cyber-dissidents.

Il a raison encore quand il relève l’attitude catastrophique de l’Europe dans la crise des migrants. Alors que la Turquie accueille plus de 3 millions de réfugiés, l’Europe n’est intéressée qu’à protéger très égoïstement ses frontières pour ne pas être « envahie ». L’accord avec la Turquie est un accord d’intérêt basé sur la loi du moindre mal et non sur la solidarité humaniste et humanitaire. Promettre à la Turquie de reprendre les négociations sur son adhésion et de ne plus exiger de visa pour ses ressortissants est effectivement un moindre mal par rapport au fait d’empêcher les migrants et les réfugiés d’entrer en Europe. Comment les choses allaient-elles évoluer? Ainsi, à la lumière des enjeux régionaux et internationaux, on est en droit d’exprimer beaucoup d’interrogations sur l’attitude de l’Europe et des Etats-Unis, mais également – et inversement – de la Russie, avant et pendant la tentative de coup d’Etat.

C’est peu dire que le traitement du dossier de l’intégration de la Turquie à l’UE est traversé de déclarations et de procédures pour le moins alambiquées, contradictoires pour ne pas dire hypocrites. Ce pays majoritairement musulman pose un problème par la nature des équilibres démographiques et économiques et tout le monde le sait. On se cache à Bruxelles derrière des arguments et des raisons que l’on s’est bien gardé d’évoquer pour un grand nombre de pays d’Europe de l’Est. Ceux-ci ont intégré l’UE à une vitesse pour le moins étonnante en comparaison de la demande turque.

Si les arguments du Président turc ont quelque pertinence, cela est certain, il ne faudrait pas néanmoins que les partisans de la démocratie et ceux qui soutiennent Erdogan tombent dans le plébiscite aveugle et en perdent le sens de la mesure. Faire la critique du manque de cohérence de l’Europe ne veut pas dire soutenir aveuglément la politique du gouvernement actuel en Turquie. Faire la critique de la tentation autoritaire du Président est impératif et de nombreuses voix d’amis et d’alliés d’hier ont exprimé leur désaccord sur la façon dont les choses évoluaient en Turquie. A cause du coup d’Etat, les forces démocratiques font front et cela est compréhensible, mais cela ne peut se faire au détriment de l’exigence du respect des droits de l’opposition et de la liberté d’expression.

Traiter sans nuance la plupart de ses opposants de « terroristes », des Kurdes aux partisans de Fetullah Gülen, est dangereux et nous rappelle la réthorique des dirigeants populistes qui traitent sans états d’âme leurs oppositions. Soutenir aveuglément le gouvernement turc après le coup d’Etat, et au nom d’une stricte logique binaire anti-occidentale, est le pire service à rendre au peuple et au gouvernement turcs. Parce que l’on est contre le Coup d’Etat, on devrait soutenir les purges, les arrestations et les accusations de « terroristes » dont on affuble les opposants les plus critiques. Les résistants kurdes ou les membres de la confrérie de Fetullah Gülen seraient donc tous des « terroristes » et tout serait donc permis pour les empêcher de nuire: mise à pied, humiliation publique, emprisonnement, torture, etc? Cela est tout simplement faux et ne tient pas à l’analyse des faits: que les partisans de Gülen aient infiltré des institutions jusqu’au sommet de l’Etat, que des opposants kurdes aient commis des attentats contre des civils, cela ne fait aucun doute et a été documenté mais on ne peut les qualifier, tous, de « terroristes » en ouvrant la porte à tous les excès de l’appareil d’Etat. On devrait donc être heureux de l’application nouvelle de la peine de mort pour satisfaire la soif et « les attentes du peuple » qui veut que vengeance soit faite? Cela ne peut pas être et le Président turc devrait plutôt faire montre de sagesse et de mesure dans la gestion de cette période délicate. La Turquie a besoin d’une sécurité basée sur le droit, les libertés et le pluralisme et non d’une sécurité qui répand la peur au gré d’une politique populiste et émotionnelle qui galvanise les foules et finit par terroriser les oppositions, traitées elles-mêmes de « terroristes ». Le cycle est vicieux, infernal et dangereux pour tous.

La Turquie traverse une passe très difficile, et cruciale. Les pays européens et américains sont loin de pouvoir donner des leçons de cohérence démocratique. Cela étant, le pouvoir turc ne peut justifier sa gestion de la crise sans faire face aux crises qui le minent et aux multiples défis de l’avenir du pays. Les amis du peuple et de la démocratie ne seront pas ceux qui choisiront leur camp au gré d’une polarisation simpliste. Erdogan, au premier chef, et son gouvernement élu ont un urgent besoin d’écouter les voix qui – sans être aveuglées par les hypocrisies des grandes nations occidentales – veulent rester fidèles à des principes immuables, à l’Etat de droit, à la liberté d’expression et au pluralisme politique. Avec sagesse, sans aveuglement ni excès.


Nombre de lectures : 1663
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • fatma
    12 août 2016 at 12 h 01 min - Reply

    Beaucoup de choses ont été dites sur ce coup d’état avorté. Vu de l’étranger, ce coup d’état a été condamné différemment. Les vrais démocrates n’ont pas hésité à se prononcer dès les premières heures de même que les islamistes pour des raisons évidentes, mais beaucoup ont attendu pour voir l’issue et se prononcer et une fois l’échec consommé ont fait hypocritement des déclarations timides regrettant le coup de force contre un gouvernement démocratiquement élu. Mais ce qui est important à mon avis c’est le l’attitude interne du gouvernement et du peuple turc et là on comprend le désarroi dans lequel est installé ce pays. A vrai dire les dirigeants de cette jeune démocratie issue elle-même d’un coup d état militaire n’arrivent pas à se définir, ils sont victimes d’un grave strabisme divergent. Ils ont de profondes attaches culturelles et religieuses avec le moyen orient, issues notamment de la période ottomane, en même temps ils font tout pour se faire accepter comme membre de l’Europe en se détournant du monde dit arabe, à l’image de la jeune blonde (ou fausse blonde) sur la photo qui est habillée dans un style très occidental et qui porte un teeshirt avec l’effigie d’Erdogan le président islamiste. Tant que les turques ne définissent pas clairement leur appartenance géostratégique, ils continueront à vivre d’illusions tout en restant des auxiliaires de l’Otan.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

    • Dadache
      12 août 2016 at 21 h 18 min - Reply

      cher Fatma circuler ya pas Photos
      les turcs ont agi contrairement à nous autres algériens et algériennes , on ne fait que parler et disserter à longueur de journée , qu’elle soit une vraie blonde ou une fausse c’est une vraie turque qui aime son pays et son président , une vraie démocrate, est ce difficile à avaler ,le strabisme des algériens et algériennes est plus grave que ceux des autres nation, et si on s’occuper de notre appartenance géostratégique, Fatma que tu sois blonde , en hidjab ou en Bikini tu ne pourra jamais porter un tee-shirt à l’effigie de Bouteflika car primo il n’a rien fait pour le mériter, secundo une photo récente est indécente à montrer, tertio ses photos datant de son premier mandat sont afficher partout dans nos administration , bus , comme quoi le faux usage de faux est accépter par nous autres algériens et algériennes …..

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • turquoise
    12 août 2016 at 18 h 20 min - Reply

    Permettez moi de vous dires que les Turcs vont très bien, c’était un coup d’état qui peut arriver dans n’importe quel démocratie forte a l’instar de la Turquie d’où encore un fois le peuple a mis en poubelle le test des dictateurs à l’origine de ce coup d’état, je suis déjà aller en Turquie, dépasse de loin des pays comme la France, la belgique etc…c’est une énorme civilisation, incroyable la ville d’istanbul qui attend toujours son plus grand aéroport du Monde, a mon avis les Turcs sont malin ils préservent bien la victoire de la civilisation musulmane sur Sarkosy et compagnie, en tant que musulman je suis fière de la Turquie et je garde ma tête haute, mais attention je sais que erdoagne est malin, il devient très urgent pour lui d’intégrer des pays musulmans comme l’iran la malaisie et l’indonesie et avancer ainsi abandonner cette OTAN de merde qui surveille le développement et les empêche d’avancer et abandonner aussi Union eurpéenne, la demande de la turquie pour intégrer cette union datée des années 50 il s’en foute de sa gueule les racistes a plus.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • AMAR
    14 août 2016 at 11 h 34 min - Reply

    Le peuple turc vient de donner une grande lecon de maturite au monde qui l entoure…il sait mieu que nous qui a formente ce coup d etat.. les declarations de la diplomatie occidentale et us expriment parfaitement leurs implications ..on ne veut pas d un truc musulman en plein europe surtout les descendants d un « empire » qui a laisse sa signature a travers plusieurs continents et notamment leurs pays …les problemes de demographie que connait l europe et la crainte de ressusciter une civilisation qui a laisser des traces encores vivantes…ont raffermi la haine de l islam et cela avec la complicite des « elites » de  » gauche » arabes qui ne voit l epanouissement et la democratie que dans le moule occidental!! Nous n avons connu que les coups d etat comment osons nous porter de jugement de valeur sur ce valeureux peuple!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos