Édition du
7 December 2016

Loin du Congrès de la Soummam : Médiocrité et Folie

FeqPar Salima Ghezali

 

Les participants au Congrès de la Soummam. Photo D.R.

Les participants au Congrès de la Soummam. Photo D.R.

« On le voit à la querelle, aussi stridente que stérile, que se livrent depuis la chute du mur de Berlin les intellectuels allemands au sujet de l’unification de leur pays. Ce qui rend leur discussion remarquable, c’est son manque de contenu productif, son caractère régressif, son trop plein de ressentiment et l’incapacité dont elle témoigne à envisager une situation nouvelle. N’ayant  pas de propositions utilisables à présenter, elle ne peut être prise au sérieux que si on la considère comme un symptôme. »

Hans Magnus ENZENSBERGER ; Médiocrité et folie

Cet été, et d’autres avant lui, on aura tout dit, et son contraire, sur la peine de mort. On se souvient  de l’affaire Mohammed Gharbi, ancien moudjahid « patriote des années 90 », condamné à mort pour avoir abattu un « terroriste repenti ». Les passions déchaînées à l’époque n’ont été d’aucun secours pour faire avancer les termes du débat. Chacun continuant à se croire dans son bon droit quand il décide de la vie ou de la mort d’autrui. En dehors de tout cadre légal reconnu et accepté de tous…L’Etat se sera contenté de céder aux uns puis aux autres.

Dans un pays que l’on qualifie par son «  million et demi de martyrs » de la guerre d’Indépendance, puis  de la décennie sanglante qui a fait selon certains décomptes plus de 200.000 morts, parler de la mort peut paraître banal.

Aussi intimes que nous soyons avec elle, par nature autant que par l’Histoire, parler de la mort requiert pourtant un degré de gravité qui, quand il est dédaigné resurgit en dédain de la vie…Parler alors devient aussi inutile ici qu’à Raqqa capitale du sanguinaire El Baghdadi ou sur les décombres d’Hiroshima, ou à Gaza…

Avec une constance qu’aucune pause dans l’exercice du pouvoir ne vient inviter à la retenue, Ahmed Ouyahia se prononce, au nom du RND, en faveur de la peine capitale pour les assassins d’enfants…L’article 6 de la charte sur la réconciliation nationale est là pour nous empêcher de faire la vérité sur tel  ou tel  meurtrier resté en liberté. Le pouvoir de décider de la mort d’autrui ne devient un droit que là où le Droit est chez lui. Sinon il est pure barbarie…

Véritable vitrine de l’époque le prédicateur Chemseddine d’Ennahar T.V.y va lui aussi de sa dose lacrymale au nom de la chariaa…On aurait pu penser qu’avec l’usage que font les spins Doctors des services occidentaux  des fous de DAESH, du wahabisme et autres sectes types islam de marché à la mode de Fathallah Gulën, on aurait pu, chez nous faire l’effort de  montrer de l’Islam autre chose que les  imprécations d’un prédicateur appelant à l’exécution de la peine de mort.

On peut valablement défendre l’application de la peine de mort pour les assassins d’enfants mais alors quelle peine appliquer à un système qui produit de tels assassins à la pelle ?

Alors que tout autour de nous indique que les semaines, les mois et les années à venir vont exiger de nous des efforts surhumains pour éviter de sombrer dans la barbarie qui emporte peuples et Etats dans une débauche de violences et de destructions, voilà qu’on nous impose de traiter chacun de nos malheurs hors de tout cadre de résolution globale de la crise. Pris en otages entre Chemsou et H’mimed disent les plus désabusés.

Dans quelques jours l’Algérie va commémorer le 60ème anniversaire du Congrès de la Soummam, tous les jours de cette année auraient dû être consacrés à l’explication, l’analyse et le débat sur l’importance de cet évènement sur le chemin de la Libération Nationale. Au moment où se multiplient les voix qui visent à assimiler notre Guerre de libération nationale à du terrorisme, combien d’algériens savent qu’à la Soummam, les congressistes ont clairement défini la nature de la lutte et de ses finalités ?

 – «C’est une révolution organisée et non une révolte anarchique. 

 – C’est enfin la lutte pour la renaissance d’un Etat algérien sous la forme d’une  république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une  théocratie révolue. »

Plate-forme de la Soummam.

« Dès lors, on ne s’étonnera pas de l’hostilité rancunière affichée hier et aujourd’hui aux décisions éthiques, politiques et organiques adoptées par le Congrès de 1956. Cette hostilité ne porte donc ni sur la forme ni sur les incompatibilités de personnes ; elle porte sur le fond, sur la garantie aux algériennes et aux algériens des droits fondamentaux et des libertés démocratiques indispensables à la concrétisation de cette République démocratique et sociale. Une promesse solennelle et historique que personne ne peut contester ouvertement sans se mettre en porte à faux avec les engagements imprescriptibles proclamés le 1er Novembre 1954. »

Hocine Aït Ahmed ( Message du 20 Août 2004)

– See more at: http://www.libre-algerie.com/loin-du-congres-de-la-soummam-mediocrite-et-foliepar-salima-ghezali/11/08/2016/#sthash.mC6vTvMD.dpuf


Nombre de lectures : 2576
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Nordine
    12 août 2016 at 16 h 59 min - Reply

    OULALA, 54 ans après le referendum pour l’autodétermination de l’Algérie, on nous parle encore de grand événements qu’on mis au point les véritables heros de l’algerie qui on donné leurs sang pour la liberté du peuple et de l’algerie
    Arrêtons SVP nous savons que cela ne sert à rien que le pays est une annexe de la france
    à quoi ça sert encore puisque tous est faux ?????????

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Lakhdar
    13 août 2016 at 15 h 24 min - Reply

    LE CONGRES DE LA SOUMMAM a été tenu par les authentiques moudjaheds de l’intérieur du pays et a été, et reste jusqu’à aujourd’hui, combattu par ceux qui se terraient à l’étranger et préparer la recolonisation en 1962.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Mouloud
    18 août 2016 at 19 h 01 min - Reply

    Le Congrès de la SOUMMAM reste la seule et Unique Constitution de l’Algérie, n’en déplaisent à tous les charlatans; Islamistes incultes dont les cerveaux sont contaminés, voire même abrutis par les Services égyptiens et par conséquences par les premiers appuis notamment de BEN ALLA premier usurpateur et de pplus ex adjudant aux ordres de De Gaulle, Néo FLNistes pour la plupart ignorants de la genèse de la RÉVOLUTION ALGÉRIENNE, opportunistes qui n’ont jamais participés ni eux ni leur parents au moindre combat. La majorité des combats avaient lieu sur le territoire algérien et tous ces nabots étaient soit en Tunisie soit au Maroc soit en Egypte a se pavaner.

    Abane RAMDANE assassiné par la coalition Franco- Égyptienne via leurs exécutant algériens, dérangeait parce qu’il voulait que son pays atteigne le FIRMAMENT, il croyait a la citoyenneté algérienne, il croyait que ce pays qui est le notre pourrait être une puissance méditerranéenne tellement son peuple était affamé de montrer au Monde que lui aussi était pourvu de cerveau capable de participer à l’essor de l’humanité. Mais, Hélas! voila que les tangos, les sous fifres de De Gaule et de Dib (Triste sire Égyptien – l’histoire ne retient de lui que ses conneries- qui n’a jamais été capable d’anticiper les attaques de l’armée Israélienne, mais seulement capable comme tous ses cousins KHOROTOS de comploter contre leurs amis plutot que contre leurs ennemis ou supposés comme tel. Alors la conséquence, c’est une Algérie malheureuse pour sa jeunesse, un peuple NON Citoyen mais GHACHI, un FLN signe majestueux de l’Algérie combattante tombé entre les mains d’un T’BABLI et d’un malfrat annabi!!! Dieu pardonnera à Didouche, BenMhidi, Abane etc de s’être engagés désespérément pour liberer un peuple vaillant devenu un peuple de moutons.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos