Édition du
28 September 2016

Khair-Eddine Barberousse, les Jijeliens et le pain

Publication:
Pourquoi les boulangers en Algérie sont-ils souvent originaires de Jijel ? Vous-vous êtes peut-être posé cette question ? La réponse est dans l’histoire… Une vieille histoire de combat, d’amour et de pain…

A l’arrivée des ottomans à Jijel au début du 16ème siècle pour aider ledjwadjla (les jijeliens) à chasser les génois de leur ville, les frères Oroudj et Khair-Eddine (*) vécurent pendant quelques années dans la région.

Cela, dit-on, a duré cinq ans au moins pour l’un des deux frères qui avait épousé une jijelienne. Il avait élu domicile dans les montagnes de la banlieue.

Les turcs et le jijeliens ont organisé, ensemble, une campagne pour libérer la bonne ville de Jijel. Ils ont ensuite entrepris de libérer la ville de Bejaia alors occupée par les espagnols. Ils ont fini, par la suite, par libérer Jazaïr Beni Mezghenna (Alger) vers 1529 et changer le cours de l’histoire.

barberousse

Kheireddine Barberousse par Mohamed Racim
Une fois installé au pouvoir, au palais de la Djenina (actuelle place des Martyrs), Khair-Eddine Barberousse a tenu à récompenser et à honorer les jijeliens qui furent ses grands alliés dans l’entreprise victorieuse.

Il décida d’accorder aux Jwajla le monopole de la production du pain du Beylik. Autrement dit, le pain destiné aux institutions de l’Etat : armée, palais royal… La vente du pain au détail avait été dévolue aux mozabites.

C’est ainsi que débuta une longue histoire d’amour entre les jijeliens et la boulangerie. Une histoire qui se poursuit avec des hauts et des bas depuis quelques décennies…

(*) Khair-Eddine, d’origine albanaise, grand marin de l’Empire ottoman, était le frère cadet d’Aroudj. Il est né en septembre 1466, dans l’île de Lesbos (ou Mytilène) et mort le 4 juillet 1546. Il a occupé les postes de beylerbey (gouverneur-général) de la régence d’Alger et de kapudan pacha (grand amiral).


Nombre de lectures : 1390
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • mostefa
    15 septembre 2016 at 10 h 30 min - Reply

    Bonjour saha aidoukoum bonne fête de l’aide el kebir, j’espère que vous avez accompli votre croyance en sacrifiant un mouton que cela se fait dans notre aspiration et religion dont on est très attachés, comme disait ma mère »analphabète : si les religion se mélange on doit tenir à la notre! fin de citation, je pense q u’on est pas loin! en ce qui concerne votre sujet : c’est vrai beaucoup de jijeli dans la restauration et la boulangerie mais malheureusement a coté beaucoup de saleté et le manque de formation dans ce domaine a rendu le peuple algérien bouffeur comme des moutons je m’arrête la.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • rachid dahmani
    15 septembre 2016 at 11 h 08 min - Reply

    Bonjour à tous,

    Le pain sur la photo n’a rien à voir avec celui qu’on trouve dans les étals de nos boulangeries, Jijeliens ou autres…. Bonne journée.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Dria
    15 septembre 2016 at 22 h 41 min - Reply

    Tiens y a une explication pour sa fabrication par les jijeliens , mais en ces temps on importait rien le blé , l’orge ,la farine c’était les plaines algériennes et des algériens qui les produisez
    Mais expliquer moi pourquoi aujourd’hui on ne produit rien alors que tous les algériens, jijiliens compris courent après le pain « yadjriw mor el khobza » y a quelque chose qui m’échappe le pain entre autre , mais alors nos dirigeants sont pires que les turcs , les romains , les vandales , les français réunis durant toutes les invasions précédentes il y avait une autosuffisance, qui a vidé le grenier de l’Europe, des vents de l’ouest …
    saha aidkum bel kel

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos