Édition du
1 October 2016

Une société contre nature, sous l’égide d’un pouvoir contre nature…..

diplome algérienFerhat Aït Ali

In Facebook

Dans la grande querelle nationale des identités et des idéologies qui ont fait de l’école un champ de bataille homérique, tous les antagonismes ont cours et toutes les diversions sont possibles, du moment que c’est des projets de société qui sont en conflit, et même des projets existentiels qui ne tarderont pas à se confronter ou même à s’affronter dans les rues, sous le regard torve d’un pouvoir qui non content d’être un faux projet politique, trouve même matière à manipulations et faux arbitrages dans ce genre de conflits parmi les plus dangereux de l’histoire de l’humanité.

Ce pouvoir qui a réussi l’exploit de tenir 54 ans, sans aucun projet précis, dans aucun domaine précis, joue encore avec le feu, sa composante humaine étant assez irresponsable pour considérer que jouer les uns contre autres avec 40 Millions et des alliés pour chaque camp aux quatre coins du monde, est aussi facile à gérer que jouer 10 Millions dont 9.9 Millions ne savaient pas lire un journal au demeurant introuvable dans les villages de l’époque.

Moi la question que je me pose, et que je pose, concerne le devenir de tous ces élèves pris en otage, par d’autres victimes d’errements passés et récents.

Ces élèves finiront bien, au gré de leurs éventuelles succès et échecs camouflés en succès, par avoir un carton A4 de 240gr, qui leur certifie être quelque chose, qui peut aller de plombier à docteur dans une matière dont personne n’a que faire, et surtout dont le diplôme a été obtenu par la grâce d’une suite de copier coller sur le voisin ou le net.

Sérieusement, en dehors de l’état, vous connaissez beaucoup de monde, capable de trouver une tache utile à un universitaire sommairement formé dans une discipline non technique, par les temps qui courent?

l’état étant en voie de fermer les robinets, et bientôt dans l’incapacité de maintenir même les fonctions actuelle, vous comptez travailler ou et faire quoi au juste? et surtout aux frais de qui?

Quand la monnaie locale, permettra juste de subvenir au minimum quotidien, pour les gens qui auraient quelque chose à proposer d’utile à leurs semblables, il restera quoi dans les poches pour payer ceux dont l’utilité a été formatée au départ sous l’angle de la nuisance pour les pires, et de l’inutilité pour les meilleurs?

Quand les plombiers seront payés à crédit faute de moyens, qui paiera un directeur de conscience pour lui empoisonner la vie, avec ses sorties quotidiennes sur la finalité de l’existence vue par lui même?

Cette année nos universités, vont recevoir plus de 300.000 vrais ou supposés Bacheliers, et au moins 250.000 seront orientés vers de filières qui ne trouveront aucun débouché dans un marché du travail vu sous un autre angle que celui de la rente, dans cinq ans on en fera exactement quoi?

Nous avons, 5000 juges et 45000 avocats, et pratiquement un maximum de 2000 sociétés dépassant les 100 employés, nous ferons quoi au juste de 50.000 autres juristes? 40.000 psychologues, et 150.000 Multidisciplinaires en sciences dites Humaines, qui seront bientôt plus nombreux que les futures étudiants? des enseignants? des chômeurs?

L’enseignement a subi un massacre à grande échelle depuis longtemps, et aujourd’hui les produits du massacre antérieur, s’acharnent à le perpétuer, chacun se croyant assez malin pour faire passer ses penchants et sa personne, au dessus du lot, même par l’hypothèque de l’avenir de tout un pays.

La clique des constantes en tout genre, se fiche royalement de la gestion des effets de cette politiques et de ses effets de manche, le gros de la troupe étant drogué à la rente, et les tetes de file ayant des projets dans lesquels l’Algérie est insignifiante, étant eux même plus attachés à un mythe qui la nourrit qu’à une réalité qui risque de l’emporter.

Admirons donc chacun notre capacité de nuisance réciproque, en attendant le déluge, et le déluge est quasiment là.

Quand les médicaments qu’on a pas su produire faute de scientifiques et que les céréales qu’on n’a pas su faire pousser ou du moins compenser par d’autre cultures exportées, seront rares et à deux fois leur prix faute d’approvisionnement.

Il sera trop tard, pour crier contre l’État ou menacer de grève sans jamais avoir travaillé, ou même menacer de révolte comme une sorte de chantage à la prise en charge par une partie d’une rente hasardeuse et tarie.

On pourra allumer tous les pneus, qu’on pourra trouver, et même faire détonner un barrage, quand il n’a plus d’eau à donner, le résultat sera de chauffer l’atmosphère sans pouvoir boire, ou recevoir des gravats sur la gueule sans eau avec.

Nous avons crée une société contre nature, sous l’égide d’un pouvoir contre nature, et nous voulons que les choses changent avec une logique contre nature, pour des résultats contre nature.

La Nature n’aimant pas être trop contrariée et pour longtemps, plus cela dure et plus les résultats seront naturels, mais à l’exact contraire de ceux qu’on attend.

Bienvenue donc au retour forcé à la nature, qui reprendra ses droits en effaçant les mutations non viables que nous sommes.


Nombre de lectures : 1687
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid dahmani
    15 septembre 2016 at 11 h 05 min - Reply

    Bonjour à tous,

    A t’on déjà effectué un objectif bilan dans ce pays? est ce qu’on s’est remis en cause au moins une fois depuis plus de cinquante ans? est qu’on a mis réellement en avant, au moins une fois, la notion d’efficacité et de rendement dans tous les domaines de ce pays?.
    Cependant, on peut résumer la chose très rapidement. A partir du moment ou aucune richesse n’est créée par l’algérien tous postes confondus, depuis le citoyen lambda jusqu’au président de la république, on ne peut prétendre à quoi que ce soit de rentable qui puisse émanciper le pays et le peuple et les promouvoir ainsi au rang du développement continu. Du moment qu’on ne sait qu’ouvrir et fermer un robinet, en espérant que ce qui coule n’a pas été coupé ailleurs à sa source ou le long de son trajet, on ne peut prévoir que cataclysmes et catastrophes à répétition jusqu’à extinction de notre « espèce ». Pour finir, dans l’état ou marche le pays depuis l’indépendance à nos jours, n’importe quel citoyen peut occuper n’importe quel poste dans toute la hiérarchie de toutes les institutions du pays. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

    • Ali SBIH
      15 septembre 2016 at 18 h 01 min - Reply

      Bonjour Rachid

      Tu as raison pour tout ,ce sont d’étonnants bipèdes !

      Dire,qu’ailleurs,les autres « carburent » et piquent des crises d’angoisse devant l’horizon des événements.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

      • rachid dahmani
        19 septembre 2016 at 7 h 37 min - Reply

        Bonjour Ali, Bonjour à tous,

        Hé oui, ailleurs les autres carburent en tout. Ils carburent en industrie, en économie, en technologies de tous les parfums, en développement de toutes sortes…ils carburent même au ricard et toutes les frontières ne leurs font pas peur, même leurs crises d’angoisse ne sont que passagères car même les frontières spatiales et cosmologiques commencent à devenir familières. Bonne journée l’ami.

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • AMAR mokhnache
    15 septembre 2016 at 15 h 11 min - Reply

    BECHIR CONTRE BACHIR !!!!AVANT l arrivee du colon les patronymes algeriens se pronocaient en ARABE EN TAMAZIG OU EN DERJA! durant la colonisation francaise la phonetique francaise a envahit les noms des algeriens et les difficultes de prononciation et en voulant faire simple la majorite des noms des algeriens ont perdu non seulement leurs sens mais ont divise plusieurs familles!!! AINSI UNE SEULE FAMILLE SE VOIT COLLER DEUX , TROIS ET SOUVENT PLUSIEURS PATRONYMES ……..LA longue presence du colon a seme cette culture de la phonetique francophone et de nombreux algeriens sont nes en subissant les consequences de cette situation et en s adaptant a cette phonetique….apres l independance et notamment durant la decennie noire les APC ont procede a des recrutements inadaptes a l etat civil et de tres nombreuses erreurs ont denatures le peu de ressemblance qui reste aux noms des algeriens…pour mieux achever ce qui reste une loi est venue faciliter le processus de correction …sans passer par la justice….entre temps de nombreux algeriens qui ne voient la modernite que dans le moule culturel francais ont pris du gout a ces nouveaux patronymes et ne semblent pas du tout presses pour apporter la moindre correction…
    pendant ce temps nos anthropologues et autres sociologues n ont pas encore songe a apporter une main forte a cette situation et en faisant des recherches dans les archives en turquie et en france pour reapproprier aux algeriens leurs vrais patronymes

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • AMAR mokhnache
    16 septembre 2016 at 14 h 08 min - Reply

    OUALLAHI JE n arrive toujours pas a comprendre comment la faillite de tout ce qui s entreprend ce sont les autres!!! prenons le cas du systeme educatif puisqu il est sous tous les projecteurs …et qu on nous annonce meme la reforme des anciennes reformes!!!!
    -L ENSEIGNEMENT DU FRANCAIS N A JAMAIS ETE AUSSI CATASTROPHIQUE ET POURTANT IL Y A UNE PROGRAMME DE FRANCAIS ET DES ENSEIGNANTS DE FRANCAIS…
    – l enseignement des math n est pas plus lotis non plus…
    -meme l enseignement des lettres arabes les resultats sont plutot nuls…il parait que les resultats du concours des enseignants laissent apparaitre le contraire de ce que tout le monde pensait…les lettres arabes ne representaient pas 2 OU 3% DE L ENSEMBLE!!!!
    mais mois ce que je n arrive pas encore a digerer c est COMMENT ONT IMPUTE A LA LANGUE ARABE LA CAUSE DE CETTE FAILLITE PLURIELLE !!! CAR LA LANGUE DE MOLLIERE NON PLUS N EST PAS MIEUX LOTIE…LES MATH ET LA PHYSIQUE NON PLUS NE NOUS ONT PAS PERMIS D AVOIR UNE PLACE AUX OLYMPIADES DES MATH…ET PUIS C EST QUOI CETTE REFORME…D ACCORD ACCEPTONS DE SOUSTRAIRE NOS VALEURS ET NOTRE RELIGION AVEC SES REFORMES MAIS NE LES REMPLACONS PAS AVEC UNE LANGUE ET UNE CULTURE QUI NE FAIT MEME PAS AUTORITE CHEZ ELLE!!!! c est la pure pratique du colonise…UN SANSAL OU UN DAOUD NE REPRESENTE QU EUX ILS CONSERVENT ENCORE LA DOMINATION CULTURELLE DE LEURS MAITRES………….ET NE PEUVENT ETRE CITES COMME SIMPLE REFERENCES….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos