Édition du
5 December 2016

L’Exit de Saadani, une péripétie dans la vie glauque du régime, un non-évènement national

DerboukaPar Saad Ziane

«..un management de basse police qui dessert l’intérêt national, qui détruit mais ne sait pas construire. » Photo D.R.

«..un management de basse police qui dessert l’intérêt national, qui détruit mais ne sait pas construire. » Photo D.R.

Exit. Amar Saadani va pouvoir aller se reposer – en France ? – et il va reposer aussi les braves soldats de la presse de devoir faire semblant de croire qu’il y a quelque chose à décrypter dans ses sorties caricaturales.

Saadani, comme celui qui l’a remplacé de manière expéditive et caricaturale, fait partie de ce personnel jetable et récupérable à tout moment que le régime utilise dans sa démarche systématique visant à discréditer la politique et à empêcher l’implication des femmes et des hommes dans des desseins citoyens collectifs.

Un apparatchik remplace un autre, une marionnette une autre dans l’interminable et morbide processus décomposition d’un régime dont la seule réussite a été justement de dégouter les Algériens de la politique, de leur faire croire que la politique ce sont les clameurs de ceux qui chauffent les bendirs et les scènes affligeantes d’allégeance qui rivalisent avec ceux du Makhzen des voisins.

Le départ de Saadani n’est pas un évènement important pour l’Algérie, quand un animateur du vide s’en va, cela ne pèse que dans les journaux et les TV toujours off-shore. Cela ne peut avoir de sens que dans la vie glauque du régime ou pour le microcosme des journalistes. Sans plus.

Après le «5 octobre » de M.Saadani on a évoqué, ici, la possibilité que sa sortie vindicative, traitant ses ennemis présumés de traitres, d’agents de Firassança alors qu’il avait des biens et des habitudes en «hexagone » ne fasse pas partie de la commande des marionnettistes et que ceux-ci semblaient avoir perdu la main dans la gestion des mouvements des marionnettes.

Fin de show

Une porte-flingue « politique » qui commence à jouer sa propre partition cela fait tache et suscite la suspicion dans les clans qu’il sert. La sanction est donc tombée. Exit. Certains ont vu dans le fait qu’on lui a permis d’annoncer lui-même et à la «surprise générale » sa démission, le signe d’un égard qui n’est pourtant pas le propre du régime.

En réalité, dans leur bulle, les marionnettistes pensent qu’il s’agit d’une «subtile» punition qu’ils infligent à leur chose en le forçant à ouvrir la session du comité central, à lire son rapport moral puis a annoncer sa démission.

Bien sûr, il a fait son cinéma en posant la question du retrait de confiance à des membres du CC à qui le destin du parti échappe tout autant qu’aux militants. Il a obtenu sa « standing ovation », il pouvait dire à la presse de noter « qu’aucun membre du CC n’a retiré sa confiance au secrétaire général»… Le show Saadani qui empeste la vie politique végétative du pays depuis des années pouvait prendre fin.

Pour les tireurs de ficelles, ce qui compte c’est le message de résignation de celui qui a cru être le «tombeur » de Rab Dzayer et qui s’est peut-être trop monté le bourrichon.

Il restera, pour l’anecdote, à s’interroger sur les raisons «perso » de la charge du 5 octobre dernier de Saadani sur Toufik, Belkhadem et les «agents de la France » ? Pourquoi quelqu’un qui a des biens et des habitudes et une carte de résidence en France, s’est-il mis à jouer sur cette partition du « hizb frança » ? Cela reste encore inexpliqué… Peut-être justement qu’il faut la chercher en France… ou Nekkaz s’amuse bien avec son iPhone devant les demeures des dirigeants algériens.

Qu’il nous manque si Abdelhamid Mehri !

Ce qui est clair, une fois de plus, est que le parti du FLN n’appartient pas à ses militants, il appartient au pouvoir. Le seul intermède où cela n’a pas été le cas est celui du grand Abdelhamid Mehri dont la vision politique était d’une hauteur morale et patriotique aux antipodes des mœurs du régime.

Les tireurs de ficelles étaient désarmés par la probité politique d’un homme resté de marbre devant les campagnes de haine orchestrés par le régime et sa police politique. Il aura fallu une opération violente des services avec des pressions directes sur des membres du comité central pour faire aboutir au fameux « complot scientifique ».

En réalité, une action de basse police qui reste de mise, que Toufik ne soit plus à la tête du néo-DRS ou non. Il faut réécouter ce que disait M. Abdelhamid Mehri sur ce management de basse police qui « dessert l’intérêt national », qui « détruit mais n’est pas capable de construire ».

C’était quoi le complot scientifique ? Tout simplement la mise à mort de la politique et des politiques.  C’est, avait écrit Si Abdelhamid, une « ordonnance grasse de la part de certains services de l’Etat qui croyaient, et sans doute le croient-ils encore, que les missions qui leur ont été confiées leur donnent le droit de gérer d’une manière ou d’une autre le fonctionnement des organisations sociales, partis et associations.

Le droit de promouvoir certains de leurs dirigeants, de sélectionner leur candidats aux assemblées élues, de rectifier leurs lignes politique en cas de nécessité dans le sens qui sied à l’ordre établi (…) Cette forme de complot scientifique est en fait un composé organique du système de pouvoir et un instrument de gestion de la démocratie de façade ».

« Depuis ce fameux “complot scientifique”, le niveau politique au sein du FLN connait une dégradation vertigineuse. Cela dépasse le cabotinage politique qui heurtait à l’époque Bouhara. Il n’existe pas l’ombre d’une idée au FLN mais il y a une guerre de bas étage entre courtisans. »

Avec Abdelhamid Mehri qui par « sa force de caractère et sa fermeté politique qui n’avait pas besoin d’excès de langage a réussi à faire sortir le FLN de la “maison de l’obéissance », on est dans une autre dimension de la politique. Celle qui refuse d’être réduite à un théâtre pathétique et absurde où les marionnettes récitent fidèlement une mauvaise partition pré-écrite.

Des marionnettes pas innocentes

Saadani a beaucoup épilogué sur le fait que le DRS manipulait et décidait pour les partis, les associations, la justice, les journaux…. Il sait aujourd’hui qu’avec ou sans Toufik, ce ne sont toujours pas les membres du comité central du FLN qui décident de démettre un secrétaire général.

Les marionnettistes sont coupables d’une dégradation massive des valeurs éthiques et politiques en Algérie qui a entrainé une dépolitisation sans précédent avec une plongée dans le bigotisme et dans l’esprit magique et même dans des pratiques, glaçantes, de sorcellerie.

A juste titre, le Premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa a souligné que cette dépolitisation que le régime encourage pour « se dégager de tout contrôle et de toute reddition de comptes, constitue une menace extrêmement grave sur la cohésion sociale, la paix civile, la foi dans le rôle de l’Etat et le devenir national. »

Il reste à souligner que si les marionnettistes sont clairement coupables, les marionnettes ne sont pas absolument pas innocentes.


Nombre de lectures : 2146
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • AMAR MOKHNACHE
    24 octobre 2016 at 20 h 30 min - Reply

    OUI APPELLONS LES MARIONNETTES, BALTAGUYAS..OU CHIYATINES ILS SONT PRESENTS PLUS PRSENTS QUE JAMAIS ..ILS COMBLENT UN VIDE QUE NOTRE ELITE NE VEUT PAS COMBLER DE PEUR PEUT ETRE D ETRE « ABSORBEE » assimilee …ou integree par le systeme qui exploite tous les moyens pour promouvoir gommer ou degommer toutes les marionnettes …peut etre que notre elite n a pas confiance dans ce qu elle peut entreprendre et ne veut pas etre marionnette…nOUS AVONS CRU un moment qu une personnalite comme LE PROFESSEUR aberkane au khROUB A CONSTANTINE INFLUERAIT UN PEU ET ENTRAINERAIT DANS LA LANCEE DES MOUVEMENTS ..MAIS NON LE DECLIC N A PAS EU LIEU ET l exemple n a pas ete expressif et convainquant.. DE NOMBREUX ANCIENS CADRES FRAICHEMENT RETRAITES SE LIMITENT DANS LE PIRE DES CAS A APPORTER DES CONTRIBUTIONS A DENONCER DES ANOMALIES OU DES MAUVAIS CHOIX…MAIS CETTE ETAPE EST FRANCHIE et insuffisante .. IL FAUT METTRE LA MAIN A LA PATE…COMMENCER AU MOINS PAR LES MUNICIPALES ET MONTRER AU SYSTEME QU IL N Y A PAS SEULEMENT DES MARIONNETTES AFFAMMES DE BUDGETS COMMUNAUX…IL Y A UNE ELITE QUI TIEN UN DISCOURS PEU ACCESSIBLE AUX MARIONNETTES , que les decisions obeissent a des logiques d etudes ou de expertises et que l ere du volontarisme doit prendre fin car il est fragile et qu il peut etre chevauche par la delinquance…et SAIDANI EN EST LE PLUS GRAND EXEMPLE…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Fiction
    24 octobre 2016 at 22 h 49 min - Reply

    Pourquoi une derbouka trouée …cet homme usé ..ce .bulldozer …mérite le respect et s’il est malade je lui souhaite un prompt rétablissement .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • fatma
    24 octobre 2016 at 23 h 22 min - Reply

    Il est indéniable que depuis l’indépendance, la seule période où le parti FLN a servi ou tenté de servir le pays de la façon la plus honnête et courageuse fut celle du regretté Abdelhamid Mehri. Tout le monde se rappelle en effet que ce monsieur a tout fait pour révolutionner son parti de l’intérieur, en reconnaissant réellement les autres partis politiques et les nouvelles règles du jeu démocratiques, le pluralisme et l’opposition notamment. En vérité, le pouvoir militaire de l’époque comme celui d’aujourd’hui du reste ne l’entendais pas de cette oreille, pour ces dictateurs les partis ne sont là que pour cautionner et faire croire à une démocratie de façade. Depuis que ce monsieur Allah irahmou a participé à la réunion de Sainte Egidio à Rome, il était dans le collimateur du pouvoir. En tant que SG du FLN, il a refusé de soutenir Zeroual qui d’ailleurs se présentait comme candidat indépendant aux élections présidentielles de 1975. Le parti de Mehri fut neutralisé peu après et on créa en parallèle le RND pour l’affaiblir. Depuis, nous n’avons vu que des beni oui-oui à la solde du pouvoir. Le comble du ridicule de ces lèche-bottes a été atteint lorsque Bouteflika en 1999 se présentait en tant que candidat indépendant et ne cessait de le crier et de répéter partout, ces lâches le présentaient toute honte bue comme leur candidat. Ils n’ont d’ailleurs jamais cessé de servir de serpillère à leur maitre et son clan.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • rachid dahmani
    25 octobre 2016 at 14 h 36 min - Reply

    Bonjour,

    Une des natures de l’être humain est l’égoïsme. C’est naturel, « el moumen yesbak fi nafssou »…Cependant, l’Algérien a dépassé le stade de l’égoïsme. D’autres propriétés sont nées en lui sur la base de l’égoïsme, l’environnement du pays aidant. Autrement dit, on est tous à blâmer d’avoir conduit le pays là ou il est. Autant ceux qui ont pris les commandes du pays par traîtrise, malhonnêteté et par la violence que ceux ont laissé faire et ce sont ralliés à la mafia par peur ou par intérêts que les restants qui regardent faire et ont vu le pays partir à la dérive sans la moindre insouciance. Car enfin, s’il existe des individus qui auraient voulu du pays à ce pays, honnêtement il ne serait pas là ou il est. Ce qui donne en dernier le chacun pour soi et dieu pour tous, et la marabounta qui nous gouverne fait le reste. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Si Tchad
    26 octobre 2016 at 21 h 51 min - Reply

    Avec un SG de 83 ans, le message pour echabab est clair: « place au jeûne »….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • alhif-n-wen.
    27 octobre 2016 at 11 h 35 min - Reply

    C’est comme aux jeux d’échecs, les pions tombent en premier…..en suite ça sera le tour des fous, des chevaux et des reines….. !!!

    Par ces révélations burlesques le DREBKI à été LIQUIDE, parce qu’il à transgressé la loi du SILENCE (omerta) qui régie toutes les confréries mafieuses… !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • fatma
    27 octobre 2016 at 14 h 08 min - Reply

    @alhif-n-wen
    Bien vu et bien dit, ce pion n’a pas compris le role qui lui a été assigné, il a en effet transgressé les règles étéblies et il le paie. Vous vous souvenez peut-etre l’année dernière, il avait déjà touché à un problème sur lequel tous les clans réunis sont d’accord et ce depuis Boumédiene : Le Sahara occidental. Il avait cru devoir mettre son brain de sel, en disant qu’il a un opinion (sous-entendu diffétente) qu’il dévoilera au môment voulu, alors que personne ne l’a instruit ni l’a autorisé à mettre le doigt sur cette plaie. Depuis il était dans le colimateur. Mais ne soyons pas dupes tout de même, les loups ne se mangent pas entre-eux, gageons qu’il sera récompensé trés bientôt pour services rendus, par un poste d’ambassadeur dans un pays où on peut faire des affaires sans contraintes politiques du genre Qatar, Emira-Arabes-Unis, Bahrein…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Setta
    27 octobre 2016 at 15 h 41 min - Reply

    Ni lun ni lautre fln au Muse.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • KARIM
    27 octobre 2016 at 16 h 09 min - Reply

    QUI EST CELUI QUI A PRIS SA CHAISE? SAVEZ VOUS QUI IL EST ??????????????? ALLAH YARHAM LES VRAIS CHOUHADAS.

    IL N Y A QU A VOIR LEURS GUEULES LOUCHES … MACHEBOÜCH

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos