Édition du
11 December 2016

UN CITOYEN A DES CONVICTIONS!

Le prix du  pétrole chute, le revenu du pays risque de ne plus pouvoir faire face à une demande de plus en plus  forte et un taux démographique qui booste également la demande.   moukriba

Devant cet état de fait, nous nous préparons à vivre une crise économique conséquente et pourrait être dure-dure sinon douloureuse socialement, elle  va boursicoter pour bien longtemps, tant que l’esprit de l’après pétrole n’aurait pas fait son décollage économique.

Par ailleurs, nous vivons aussi dans une société qui a perdu ses propres repères, ses critères, ses valeurs et même sa morale sociale.

Notre société est devenue trop inéquitable dans la répartition des biens et services et injuste ou les riches s’enrichissent de plus en plus  et les pauvres s’appauvrissent  davantage et ces derniers  sont devenus de plus en plus nombreux.

Nous vivons également dans une société qui maltraite inconsciemment son environnement  dans son ensemble.

Nous vivons dans une société désordonnée, ou l’ordre n’est pas permis socialement

Notre  système politique est  axé sur le très court terme,  les citoyens gouvernent,  la cellule familiale, le quartier, la cité, le faubourg, la ville et  le pays à travers les terrasses de café avec un « café presse » interposé.

La clé du rêve  « SI » colonise la liberté de parole qui se confond avec la liberté d’expression,

Ces citoyens ne savent pas exactement s’ils font partie peuple, de la plèbe ou « Al Ghachi ».

La société civile s’anime en dandinant, tout  en usant les semelles de leurs souliers dans les aires du marché, pour déguster les meilleurs bouquins  stomatiques qui freinent toute fringale de leurs panses.

Les bibliothèques sont fermées et ne sont visitées que par la femme de ménage pour nettoyer les toiles d’araignées par ci ! Par la !

Le citoyen algérien court vite dans chaque occasion qui se présente   pour mieux booster sa panse que ce soit   dans  une « fatha » !, une fête !, une procession funéraire !, une « ouaa da » ! ou « aarda » !.

Le citoyen algérien s’en moque de l’invitation d’une réunion entre citoyens afin de prendre en charge les problèmes du quartier de la cité, du faubourg, de la ville ou du pays.

Les citoyens  algériens devront savoir remodeler leurs propres convictions  pour se considérer comme « Citoyen », il s’agit de s’armer de certains principes de vie, c’est-à-dire sans appartenance à aucune idéologie, sans aucune prétention à connaître la vérité, ni les solutions toutes faites aux problèmes. Il est plutôt  convenable d’être réaliste  et non utopique  prôner l’unité et bannir la division, c’est-à-dire privilégiant la recherche de ce qui fédère, plutôt que l’inventaire de ce qui divise.

Enfin pour être un véritable citoyen libre et sincère  mais vraiment libre, l’algérien  ne doit  pas être  aporétique, et se garder de toute solution  simple  ou  généralisante dans son environnement social, économique culturel, politique scientifique et sportif dans sa globalisation Dans   cela ils pourront être  des citoyens qui font partie d’un peuple digne de ce nom.

BENALLAL MOHAMED

 


Nombre de lectures : 1144
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid dahmani
    27 octobre 2016 at 12 h 41 min - Reply

    Bonjour à tous,

    La société trouvera certainement son équilibre…on ne sait pas cependant lequel. Toujours est il, l’état actuel n’est pas éternel et la transformation au futur est tributaire des contraintes au présent. Cependant, le futur équilibre passera nécessairement par une transition qui risque d’être brutale. Mais il y aura fatalement changement…et on ne peut savoir pour quand ni si ça ira dans le bon sens ou dans le mauvais. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • AMAR MOKHNACHE
    27 octobre 2016 at 20 h 35 min - Reply

    Mes felicitations!! Aussi bien le titre que l image c est une illustration parfaite de l etat des lieux du sens et de l image que l on peut bien donner a la « citoyennete »
    ces salons du livre, ces capitales de la cultures…ces milliards de dinars qui coulent a flots dans des projets culturels qui engraissent toujours les memes ecuries…n ont pu produire que cette image de la ruse, de la docilite de la debilite et du sous developpement…a skikda chaque annee l APC celebre la fete de la fraise dans les formes du deja vu et cette fraise la ne s est jamais ameliores ni en qualite ni en variete sa valeur ajoutee non plus ne s est pas developpee a part les memes « TARTES » aux fraises dans les styles reperifs il n y a pas de progres…meme le folklore est reste le meme intact!!comment et pourquoi sommes nous devenus comme ca ? La raison a t elle desertee la pensee algerienne??
    JE ME SOUVIENS AUTREFOIS DANS DES PAYS NORMAUX OU LA JOURNEE DE LA CHEVRE QUI A COMMENCE AVEC UNE DIZAINE DE PETITS ELEVEURS ETAIT DEVENUE UNE VERITABLE FOIRE DE L INDUSTRIE DE LA CHEVRE EN MOINS D UNE DIZAINE D ANNEE..POURQUOI AVONS NOUS NEUTRALISE LA CONQUETE DU POSSIBLE? PEUT ETRE QUE C EST CETTE IMAGE QUE L ON A PU FAIRE DE NOUS EN GUISE DE CITOYEN…POUR MIEUX SOUTENIR DES 5E ET 6E MANDATS….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos