Édition du
5 December 2016

Une participation aux législatives équivaut à un soutien au régime

carnaval fi dechrahttp://www.algerie-focus.com

Tribune libre 

Des partis se réclamant de l’opposition avancent déjà leur participation aux élections législatives prévues au printemps 2017. Au-delà des « détails » ayant poussé ces formations à prendre part au scrutin, ces partis apporteront en réalité une caution au régime.

Le système algérien est bouleversé depuis juin 2014 par une forte chute des cours du brut, qui prive l’Algérie de presque la moitié de ses recettes financières, notamment lorsqu’on sait que le pays vit de 97% d’exportations des hydrocarbures.

Le régime algérien, notamment sous l’ère Bouteflika, ne cesse de spolier la société dans divers domaines, l’empêchant ainsi de prétendre à un meilleur épanouissement humain tant attendu. Que ce soit les volets de la Justice et des libertés, de l’économie et des finances, du politique, de la culture et du sport, nous ne pouvons énumérer toute la dépression que subit le pays et la population en raison d’une gestion chaotique, sans vision, sans programme, sans projet… C’est à ce titre que la participation des partis aux élections législatives de 2017 prend une tournure de cautionnement à un système rentier en fin de vie. La décision de participer aux législatives lui permet de se pérenniser.

Les arguments soulevés par ces partis ne peuvent justifier une participation. Arguments parmi lesquels « la participation tactique » ou pour « gagner en visibilité ». Des expressions qui ne peuvent dissiper le sentiment de désapprobation régnant au sein de la société vis-à-vis du politique et de la chose politique. Trouver des arguments « farfelues » pour cacher le manque de courage et d’audace réservera certainement un effet boomerang, qui ne sera avantageux ni pour ces formations, ni pour le pays, ni pour la société.

Si la volonté de politiser à nouveau la société a été l’un des objectifs de quelques formations, il ne peut se traduire par la participation. Aller vers la société est possible pour des partis qui disposent de structures internes dans plusieurs régions du pays. Le contact direct, prendre part aux luttes des syndicats, des mouvements et de différents pans de la population pour diverses questions est là aussi possible, tout en évitant ou et en contrecarrant les accusations de politisations de questions sociales. Et puis, pourquoi ce complexe. Tout est politique dans un pays qui a tant besoin de soulever politiquement les revendications sociales, pour améliorer le quotidien de la population.

Le régime respecte et joue son rôle, tout en possédant des alliés traditionnels, comme le FLN, le RND, et dans un proche passé le MPA, le TAJ, et autres formations ne possédant que le sceau du ministère de l’Intérieur. Sa volonté demeure est constante pour empirer le climat politique. Le but étant qu’il apparaisse comme l’arbitre de la scène et se prévaloir comme étant, peut-être pas la solution, mais le choix le moins pire.

Ces partis se réclamant de l’opposition apportent en participant aux élections législatives de 2017 un quitus. Y prendre part voudrait dire, et le régime utilisera la forme participative pour sa propagande à l’extérieur, que l’Algérie jouit d’une démocratie saine, et que le jeu démocratique est en cours, balayant de ce fait toutes les incohérences et les illogismes que subit de plein fouet le pays et la société. 

Les partis et les personnalités qui se sont regroupés au sein de la CLTD et de l’ISCO prouvent que la classe politique actuelle a dépassé ses limites et ne peut offrir une alternative. Ce constat ne réduit en rien les compétences de quelques noms qui excellent dans leur domaine. Mais il est temps de dire « stop » à des formations qui ne peuvent surpasser les égos et qui trahissent la confiance placée en eux par une partie de la société. Bien évidemment, la responsabilité n’incombe pas seulement à ce conglomérat de partis et de personnalités. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de donner l’exemplarité à l’activité politique, et qu’au lendemain de plusieurs réunions et de la publication d’une multitude de déclarations, prendre connaissance de leur participation à des échéances qui confortent le régime, tout cet ensemble d’agissements ne peut relever que de la tartufferie et de l’opportunisme.

Aucun argument ne peut justifier une telle participation dans un contexte de crise financière. La société, en observant de tels comportements strictement politiciens, ne peut que dénigrer davantage la chose politique. Il est utile d’insister pour préciser que ceux qui voulaient, hypocritement ou sincèrement politiser la société, ne font en réalité qu’accentuer le désintérêt des Algériens vis-à-vis de la politique. Par politique, il est fait référence à l’activité qui permet à chaque citoyen de prendre part à la gestion, à être conscient et responsable de ce qu’il entoure, et non pas forcément présager une carrière politique, partisane ou pas.

Le régime devait être isolé, au lieu de l’épauler lors de ce scrutin. Cette stratégie serait tellement insupportable pour le système qu’il serait contraint de faire des concessions sur plusieurs segments, voire allant jusqu’à provoquer un changement dans ses habitudes, ses pratiques et la marginalisation des hommes et femmes qui affectent l’ensemble des administrations du pays.

Un changement c’est l’accumulation d’acquis. Un départ de régime n’est pas seulement synonyme de changement de personnes. Il est vrai que les plus véreux, les corrompus, les autoritaires n’auraient plus de place dans la sphère politique. Cependant, le changement de mentalités et l’engagement vers l’avenir seraient les premiers éléments marquant une évolution.

Avec l’annonce de la participation de ces partis, le régime retrouve sa position de force, lui qui craignait un boycott massif. Il se retrouve également de nouveau maître de l’agenda et du jeu politicien. Libre à lui de distribuer les quotas. Il ne faut pas s’étonner si des partis se retrouvent à récolter quelques strapontins, alors qu’ils espèrent disposer d’une majorité parlementaire. Il est connu chez les despotes que l’humiliation des adversaires est un amusement de soirée.

Mehdi Bsikri 


Nombre de lectures : 1423
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • amar mokhnache
    9 novembre 2016 at 20 h 15 min - Reply

    JE PENSE QUE SI MEHDI A AU MOINS ASSISTE UN JOUR AUX FESTINS QUE CHAQUE DEPUTE OU SENATEURS (meme de l’opposition » organisent pour arroser leurs « elections »!!! generalement c est la grande fete surtout pour les nouveaux »elus » durant ces moments on oublie completement qu il y a opposition a quoi que ce soit !! ce sont des moments « d innocence » ou l on debite toutes les verites! c est a une part de la rente que l on accede ! ON DECROCHE UNE JENBA DE CETTE FRISSA SANS DEFENCE!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • rachid dahmani
    10 novembre 2016 at 10 h 10 min - Reply

    Bonjour à tous,

    Dans les élections à nous, on connait tous Donald Trump et on sait tous qu’il sera élu avec une majorité réconfortante. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Ait Amar
    12 novembre 2016 at 11 h 47 min - Reply

    PARTICIPATION = COLLABORATION = SOUMISSION AU REGIME DICTATORIAL MILITAIRE
    .
    Ces partis qui participent aux mascarades électorales imposées par la Junte militaire, révèlent leur soumission à la Junte militaire, qui est la première gagnante dans cette opération qui consiste à ériger une  » façade démocratique « , une fausse démocratie doit-on dire, qu’exigent les soutiens et partenaires occidentaux qui adoubent cette Dictature militaire ultra-autoritaire, hyper-répressive, corrompue et …. corruptrice/manipulatrice.
    .
    Ces partis sont désertés par leurs militants, et honnis par la population. Il n’en reste de ces (micro)partis que leurs staffs, leurs directions, quelques chats, autoproclamés  » chefs  » (hum!),  » irrésistiblement attirés par la mangeoire  » ….et qui roulent tous la Police politique secrète. Servant ainsi les intérêts du Régime militaire, et leurs propres intérêts. Jamais le peuple ou le pays !
    .
    Il faut dénoncer ces partis pourris et infestes, collabos du Régime dictatorial militaire.

    Et appeler pour la construction d’une véritable opposition vraiment oppositionnelle…..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Youssef
      13 novembre 2016 at 17 h 03 min - Reply

      LA PARTICIPATION CONFORTE AMPLEMENT LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX.
      .
      Ces mascarades électorales font partie de la  » fausse vie politique  » façonnée artificiellement par la Police politique de la Junte dictatoriale, et sont destinées à perpétuer  » la façade (faussement) démocratique « , qui vise à conférer une certaine  » crédibilité  » aux Généraux …. sanguinaires et mafieux ! C’est le minimum exigé par les Puissances occidentales qui adoubent, soutiennent et prolongent l’existence de ce Pouvoir militaro-mafieux, lequel accapare et pille les richesses du malheureux pays, embrigade et réprime la population civile, et hypothèque son avenir …. et  » épaule  » ces Puissances impériales et néo-coloniales.
      .
      LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX POURSUIVRA AINSI (la guerre contre le peuple)tant que :
      .
      – il à sa disposition totale le  » nerf de la guerre  » (les milliards des hydrocarbures) ….
      – il bénéficie du soutien stratégique et diplomatique du Grand Gendarme Américain (qui a pris son Grand Morceau au Sahara) ….
      – il est assuré de la  » caution politique  » de la France (qui prend sa part) ….
      – la population traumatisée par la  » Guerre interne / Stratégie de la tension  » (1991-2016) qui continue …..
      – l’opposition est neutralisée ….
      – la division quasi-totale, l’émiettement et l’effritement des mouvements contestataires …
      –  » l’écartement des position vers les extrêmes  » (intrusion du phénomène extrémiste), la prolifération des faux-opposants, pseudo-démocrates et des extrémistes de tous bords (…): ce qui rend présentement impossible la trouvaille de  » ligne médiane, de juste milieu, de voie de la raison  » nécessaires aux  » compromis, convergences et coordinations  » pour fonder un Pole d’opposition vraiment oppositionnel, capable de faire face à cet infernal Régime dictatorial, et exiger une véritable transition vers la Démocratie et l’État de droit ….

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    Congrès du Changement National

    Galeries photos