Édition du
5 December 2016

Les Systèmes de fait Accompli, le Parkinger and Donald Trump

 


Clinton Trump
Au-delà du choix personnel de chaque Américain et tout en restant autant que possible neutre, on ne peut pourtant manquer d’observer que ces dernières élections américaines ont révélé le rôle que des citoyens déterminés peuvent jouer dans une démocratie pour imposer le changement contre la volonté des systèmes contrôlés, manipulés, scellés par des groupes ayant conquis le pouvoir et se prévalant de la mainmise sur ces pays.

Comme les gaz qui tendent naturellement à s’expanser pour peu que les contraintes le permettent; l’expérience a montré que lorsqu’un pouvoir, même élu démocratiquement, atteint un niveau élevé de contrôle des institutions et de la société; les citoyens se retrouvent face à un état de fait accompli. Le pouvoir semble devenir invincible et indomptable. Les citoyens commencent à souffrir de la difficulté à faire entendre leur voix, à défendre leur droit et à provoquer le changement nécessaire tant le système oppose une forme de paralysie, d’immobilisme inertiel et de résilience.

Hillary Clinton fait partie du système. Elle connaît les rouages et les méandres des sphères du pouvoir et y participe activement à sa consolidation. Vu de l’extérieur, le système américain est fort complexe à saisir. Il doit assurer en permanence, avec un dosage alchimique, un équilibre dynamique entre la maison blanche, le pentagone, le sénat, le congrès, la CIA, les groupes bancaires, les groupes militaro-industriels, les medias, etc. Hillary Clinton est familière un peu de tout cela. Lors de sa campagne électorale, avec un ineffaçable très large sourire, elle roulait sur du velours confiante dans le système qui l’a désigné à priori gagnante de fait.

Donald Trump est un milliardaire au caractère qui semble un peu rude. C’est un entrepreneur qui a aussi flirté avec les medias télévisuels. En tant qu’entrepreneur, il connaît les mécanismes des milieux d’affaires, le système de production et de la finance américains. De par son expérience avec les medias, il connaît les éléments de base de la manipulation. Il sait donc comment on fabrique les stars, les puissants, les héros, etc.
La bataille est engagée. Le système américain donne l’impression qu’il est parfait et que tout va bien. Dans sa logique, ne se plaignent que les ratés, les faibles et les incompétents. Le système est tellement sophistiqué que les rares qui osent le critiquer passent pour des désaxés, des déviants et des anarchistes même s’il s’agit de Roger Moore ou d’Oliver Stone. Le système est scellé comme ne cesse de le répéter Donald Trump « the system is rigged ». Lutter contre cet « establishment », c’est lutter contre une machine de guerre pratiquement invincible.

Donald Trump joue le rôle de l’outsider contrairement à Hillary Clinton qui est un bébé du système. Le système soutient donc H. Clinton et s’attaque à D. Trump. CNN et New York Time, entre autres, sont ouvertement enragés contre D. Trump. Wikileaks est bloqué pour éviter de révéler de possibles messages compromettants H.Clinton. Présenté comme politiquement incorrect, D.Trump est même isolé par de nombreux membres de son propre parti.

  1. Trump est contre le système politique américain, il est contre la réduction du CO2. Il est pour l’exploitation à outrance des hydrocarbures. Il est contre les musulmans, il est antisémite, il est contre les noirs, il est contre les afro-asiatiques, il est contre Daesh, ses concepteurs: la CIA et le ministère des affaires étrangères ainsi que son géniteur l’Arabie saoudite. Il est contre les femmes, il est contre les réfugiés. Il n’est pas loin du KKK.
  2. Trump est contre un tas de choses. Mais ce n’est pas vraiment la question; Il est surtout contre le système de fait accompli. Il gêne et déstabilise les stratégies de domination et risque de soulever le voile sur des objectifs discrets et secrets du pouvoir en place. Assez de cette politique étrangère que le citoyen moyen ne parvient plus à en saisir ni les fondements ni les simples éléments au point qu’un candidat indépendant à ces élections présidentielles n’arrive même pas à reconnaître c’est quoi Alep, la ville démolie de Syrie. D. Trump demande à recentrer la politique US comme les Anglais ont quitté l’Union européenne. Dans ce contexte, Il tire profit et réveille les démons de l’extrémisme comme en Europe ces dernières années avec le déploiement de l’extrême droite. En effet, historiquement l’Amérique s’est développée grâce à l’intégration de tout porteur de valeur ou de bénéfice mais les temps changent.
  3. Clinton veut perpétuer un système US internationalisé au bénéfice de quelques lobbies et infesté de guerres et de sabotages contre les plus faibles. Un nouveau modèle agressif de guerre technologique du type « no boots on the ground » et de manipulation par la fabrique et le contrôle des intégrismes et des extrémismes.

Les citoyens américains et le vote. Ce qui permit à D.Trump de gagner les élections contre H. Clinton, c’est la solidarité de nombreux citoyens qui se reconnaissent dans son langage, dans sa représentation et dans sa projection des USA. D.Trump représente le citoyen bâtisseur, entrepreneur, sincère et courageux. Il représente le self-made man qui enrichit l’état et non à inverse un petit médiocre profiteur. Les citoyens ont tenu bon contre la manipulation, la ruse, la propagande d’un système complexe mais le plus accepté au monde. Ils ont refusé le fait accompli. Ils ont imposé le changement malgré le contrôle de presque toutes les instances et la manipulation des citoyens.

Je fais faire le parallèle entre la démocratie de façade à l’algérienne et celle de l’Amérique.
Si l’Amérique est un pays très développé et si le fonctionnement de son système est très sophistiqué; le fonctionnement du système algérien est très simple à comprendre car il procède de la même logique que celle du parkinger: l’état de fait accompli. Si on stationne, un fantôme s’improvise parkinger et exige un payement, on paye et on s’en va.

NB: Les personnes qui en veulent à D. Trump et a ceux qui ont voté pour lui oublient toujours d’en vouloir à la majorité de leurs concitoyens quand ils manifestent un racisme, un régionalisme, et une religiosité primaires. Il suffit d’entendre la réaction de certains algériens contre la présence des réfugiés africains, des travailleurs chinois et autres pour comprendre que nous sommes l’un des pays les plus fermés de la planète.

En conclusion. Quoi qu’il en soit, bons ou mauvais, les Américains peuvent changer leur système; les Algériens, pas encore.
Constantine, le 13 Novembre 2016
Abdelouahab Zaatri


Nombre de lectures : 1183
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid dahmani
    15 novembre 2016 at 8 h 37 min - Reply

    Bonjour à tous,

    On peut dire, sans risque de se tromper, que l’on peut mettre le changement qui s’opère au sein d’une société sur le compte de l’évolution naturelle des choses. Et cela dans le seul souci d’aboutir à un équilibre naturel fonction des contraintes de tout l’environnement. L’augmentation du niveau de contrôle de la société et des institutions américaines par le pouvoir en place a atteint un seuil tel que le peuple américain a réagi naturellement pour le mettre à plat…et maintenant on recommence avec une « nouvelle donne », quelques modifications et surtout de nouvelles façons d’appréhender le peuple et les institutions. La nature a toujours eu plus d’un tour dans son sac. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Salah Bouzid
    16 novembre 2016 at 20 h 35 min - Reply

    Un grand taux d’abstention indique aussi qu’une bonne partie de la population n’y croit pas! Ce cynisme est très répandu et arrange le duopoly qui continue de régner au pays le plus libre du monde…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos