Édition du
5 December 2016

Au sujet de la loi de finance 2017

deputéFerhat Ait Ali
In Facebook

Je ne comprends pas la logique de ceux qui veulent encore un sachet de lait à 25 dinars, qui normalement les classe dans un statut de défavorisés dans la société, et en même temps se plaignent que la passeport de 48 pages destinés aux gens qui effectuent des voyages fréquents pour affaires ou par présence de moyens financiers permettant de la faire, soit de 60.000 dinars si ces derniers souhaitent l’avoir en moins de 05 jours pour des impératifs d’urgence professionnelle ou même pour croiser leur maîtresse à Moscou.

Alors que les revendications de maintien des produits subventionnés à leur portées, les écarte totalement de la catégorie ayant droit ou accès à ce fameux passeport, destiné à une autre variété d’algériens qu’il ne cessent de demander de ponctionner fiscalement pour entretenir une certaine justice fiscale.

Choisissez, votre statut et votre camp une bonne fois pour toutes, ou trouvez vous une autre occupation, qu’intervenir sur tout et rien, sans rien proposer d’autre que votre profil d’opposant improvisé à tout ce qui bouge, sans rien proposer d’utile bien sur, ni au pays ni même pour certains à leurs propres foyers.

Quand la critique devient plus un outil de rappel de son existence à soi même, que de propositions cohérentes ou de revendication légitime, celle ci devient encore plus indécente que sa cible présumée.

En ce sens que l’inflation de critiques mal posées, occupe indûment l’espace de recherche d’une éventuelle solution dans les esprits des citoyens confrontés à des problèmes d’existence économique, et pas à une crise existentielle à exorciser par des logiques erratiques exprimées à la faveur de l’exonération de droits et taxes qui frappe le seul produit local à grande échelle, en l’occurrence la palabre gratuite.

Cette APN déclarée illégitime pour la circonstance y compris par ceux qui y siègent et font de de l’opposition spectacle de conjoncture, ne l’est pas moins ou plus que toutes celles qui l’ont précédées depuis 1963.

Elle a fait passer cette loi de finances, sous la contrainte temps et de maque d’alternatives présentées et faute de compétences pour savoir quoi y annuler ou garder, mais elle n’a pas fait passer que cette loi.

D’autres lois autrement plus criminelles pour le destin commun des Algériens dont la LFC 2009, dont nous récoltons les fruits amers, sont passées comme une lettre à la poste, sans que personne ne les conteste, tout simplement parce qu’elles ont greffé à la prédation d’en haut, la prédation d’en bas.

Aujourd’hui je critique personnellement cette loi, non pas parce qu’elle touche le faible citoyen, ce qui n’est pas vrai dans l’absolu, mais parce qu’elle n’est pas allée jusqu’au bout de la logique imposée par la situation, en éradiquant aussi bien les privilèges du haut que le parasitisme du bas de l’échelle sociale et economique du pays.

Je la conteste aussi, parce qu’elle est irréalisable en termes de prévisions de recettes et même de dépenses, car élaborée par des bureaucrates à l’horizon bouché par leurs petites carrières et privilèges minables, votée par des députés qui n y pas compris plus de choses que ceux qui l’ont rejetée.

Ceux qui l’ont votée, l’ont fait pas allégeance et discipline partisane, et ceux qui la dénoncent n’ont à ma connaissance proposé aucun projet alternatif à celui présenté par un gouvernement coincé et mal inspiré.

Mais si chacun parmi les citoyens se limitait à donner un point de vue argumenté s’il le peut, ou revendiquer ce qu’il pense être son droit en fonction de sa vraie position dans la société, en déconnectant dans sa tête le sachet de lait du passeport à 48 pages, ce serait quand même un bon début.


Nombre de lectures : 1079
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamel
    24 novembre 2016 at 22 h 29 min - Reply

    En fait le parlement vient d’officialiser les deux classes d’algeriens sauf pour le sachet de lait que les deux classes vont payer au même prix. Apres les galons sur les épaules, le nouveau laisser-passer est l’argent. Il suffit de payer et vous êtes bien et rapidement servi ( 48 pages en 5 jours) un record. Donc nous y sommes ! Dans la république de l’argent propre ou sale ça n’a pas d’importance, l’essentiel c’est qu’elles soient sonnantes et trébuchantes les sommes versées. Les dépités je voulais dire députés pensent déjà comment revenir au parlement pas pour défendre leurs électeurs c’est le dernier de leurs soucis mais pour continuer a bénéficié des privilèges en matière de salaires et autres passes droits et les exemples sont légions dans toutes les régions du pays. Je comprends l’ami qui m’a confié qu’il s’est rendu deux fois dans un bureau de vote depuis 1962, en 1963 et en 1991. L’engouement des algériens pour les prochaines élections est déjà connu.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • zinab
    25 novembre 2016 at 10 h 09 min - Reply

    DE toutes manière s’il arrive quoi que soit dans ce pays, on connait les investigateurs, ils ont tous responsables et croyez moi personne ne peut échapper, du chauffeur criminel de taxi au au delà du président de la république.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Ikram
    25 novembre 2016 at 16 h 48 min - Reply

    svp pourquoi le bouton J’AIME ne s’affiche plus dans votre page

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Alilou
    25 novembre 2016 at 19 h 12 min - Reply

    Ils n’ont rien a craindre de nous…ils savent bien que nous sommes comme la race de chien chiwahwa…ca gueule et ca ne mord pas….depuis 62 qu’on gueule…ca ne nous a pas empêché de courber l’échine encore plus…vous savait pour quoi on la courbe aussi sec notre échine…afin de mettre bien a la vue de tous notre soumission totale et inconditionnelle…un peu d’huile s’il vous plait

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos