Édition du
27 March 2017

La chasse aux migrants. La honte !!

Chasse aux migrantsgeopolis.francetvinfo.fr

Algérie: «La chasse à l’homme noir» se poursuit dans les quartiers d’Alger

Par Martin Mateso@GeopolisFTV | Publié le 06/12/2016 à 09H46

L’opération a été déclenchée le 1er décembre 2016 à Alger. Tous les quartiers où vivent les migrants subsahariens ont été encerclés par la police. Les rafles n’épargnent ni les femmes, ni les enfants. Un syndicat autonome algérien, le Snapap, dénonce «la plus grande chasse à l’homme noir depuis l’indépendance».

Les indésirables sont regroupés dans un camp insalubre à la périphérie Ouest d’Alger. Plusieurs centaines d’entre eux ont déjà été transférés à Tamanrasset, une ville du Sud, située à 2000 km de là.

Un migrant subsaharien à Alger

Un migrant subsaharien dans son refuge à Alger, le 29 mai 2016.© Photo AFP/farouk batiche

Dans la capitale algérienne, les migrants subsahariens ont été arrêtés à leurs domiciles, sur leurs lieux de travail ou sur le chemin du retour à leur domicile. Ceux qui ont échappé aux rafles vivent désormais cachés, la peur au ventre.

«On ne peut plus aller au travail, on a peur de sortir parce qu’on va nous arrêter», raconte à RFI une Ivoirienne qui attend avec inquiétude des nouvelles de son mari.

«Dès que tu ouvres la porte, on t’embarque. On m’a pris avec tous mes bagages, tout m’a été volé: l’ordinateur, les choses de la maison, le réfrigérateur, l’argent, ils ont tout pris», témoigne un migrant encore sous le choc. Il fait partie de ceux qui ont été transférés et enfermés dans un camp de Tamanrasset.

L’Algérie sur la route de l’Europe

Le 30 septembre, Amnesty International avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation des migrants subsahariens en Algérie. Ils seraient près de 150.000, selon la gendarmerie algérienne. Ils viennent majoritairement du Nigeria, du Niger, du Libéria, du Cameroun, du Mali et de la Guinée.

La plupart ont afflué en Algérie dans l’espoir de rejoindre l’Europe en passant par le Maroc ou par la Libye. Mais faute de moyens, ils ont posé leurs maigres balluchons et opté pour une vie clandestine.

Sur le site des Observateurs de France 24, un migrant guinéen vivant à Alger témoigne de leurs conditions de vie déplorables. Contraints de travailler dans l’illégalité pour des employeurs sans scrupules.

«Ici, il y a des chantiers partout. On loge dans des chantiers abandonnés, on travaille dans des chantiers en cours: notre vie se résume à ça. On transporte des sacs de sable, des pierres. On fait tout ce que personne ne veut faire. Les patrons nous appellent « camarades », on a l’impression que ça veut dire « esclaves ». Mais on n’a pas le choix, ce sont les seuls qui acceptent de faire travailler les clandestins», raconte-il, résigné

Migrants sud sahariens squattent chantier abandonné à Alger

Des migrants subsahariens squattent un chantier abandonné à Alger. C’est dans leurs refuges improvisés et sur les lieux de travail que la police procède à leur arrestation depuis le 1er décembre 2016. © Photo AFP/farouk batiche

«Ils nous prennent pour des putes»
Livrés à eux-mêmes, ces migrants sont aussi rejetés et victimes de racisme. Même les femmes ne sont pas épargnées. Les Algériens voient d’un mauvais œil l’installation des communautés subsahariennes dans leurs quartiers. Des insultes fusent à longueur de journée, témoigne une migrante qui a échoué dans un quartier populaire d’Oran.

«Ils nous prennent pour des putes. Ils nous demandent toujours combien c’est pour coucher avec eux», déplore-t-elle dans un reportage publié par Courrier international. On y découvre des migrants subsahariens marginalisés par les autorités, ostracisés par la population. Cette année encore, ils ont été victimes de violences dans les villes de Ouarga, Béchar et Tamanrasset.

«Les voyous en ont profité pour tout leur prendre»

La communauté subsaharienne a été traumatisée par les expulsions musclées qui ont visé des milliers de migrants dans la ville d’Oran à la fin de l’année 2014. Une opération qui visait au départ les seuls migrants nigériens.

«La nuit du 24 au 25 décembre, les forces de police ont ramassé tous les Noirs de la ville. Ils étaient très mal renseignés. Pourtant, il était facile de savoir où dormaient les Nigériens. Ils ont même arrêté les étudiants subsahariens en situation régulière. Les voyous en ont profité pour tout leur prendre», se souvient le père Thierry Becker du diocèse d’Oran dont le témoignage est rapporté par Courrier International.

Les dernières expulsions de migrants subsahariens remontaient au mois d’août. Plus de 400 migrants maliens vivant à Tamanrasset avaient été rapatriés à Bamako où ils ont dénoncé des traitements inhumains.

«Les Maliens sont considérés comme des bêtes en Algérie», avait dénoncé Boubou Camara, l’un des expulsés en présence du représentant d’Amnesty International-Mali, El Béchir Singaré, qui se demandait comment un pays africain pouvait «se comporter de cette manière avec les ressortissants d’un autre pays africain?»

L’Algérie n’est plus un pays de transit

L’expulsion collective en cours de 1400 migrants ouest-africains confirme la volonté du gouvernement algérien de mettre un terme à l’immigration clandestine y compris par la manière forte. Faire comprendre aux aventuriers que l’Algérie ne doit plus être considérée comme un pays de transit pour les migrants subsahariens.

Reste à savoir si la politique du bâton suffira à enterrer le rêve européen des migrants. La plupart restent déterminés et sont prêts à tout pour ne pas rebrousser chemin. «A quoi bon rentrer et vivre la vie que j’ai déjà vécue et qui m’a fait fuir», lance une migrante dont les propos sont rapportés par Courrier International.


Nombre de lectures : 4013
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid dahmani
    7 décembre 2016 at 12 h 41 min - Reply

    Bonjour à tous,

    I have a dream…

    Bonne journée.




    0
  • avis de citoyen
    8 décembre 2016 at 3 h 48 min - Reply

    La misère du monde est partout …un traitement humain respectable conforme aux droits de l homme ,de la femme et de l enfant …oui mais ,notre pays n’est pas habitué a gérer ce genre de problèmes ,malheureusement les subsarhariens ne sont pas les seules ,il y les syriens qui quémandent en plein autoroute …ces drames humains dû a la misère ,aux guerres doivent trouver des solutions conforme aux droits humains .




    0
  • Point de vue
    8 décembre 2016 at 5 h 18 min - Reply

    Quant ils veulent …vous ne pouvez rien faire …ils peuvent tout faire y compris retourner vos proches contre vous …surtout si vous avez des filles …pour ça , on a peur …ils peuvent rentrer chez vous …a Tizi selon un sondage il y a peut être 50 % de la population sont des indics mais pas pour la bonne cause …je suis d accord pour surveiller les milieux de la drogue …des armes …pour l l’ordre public …enfin pour faciliter la circulation …enfin combattre les fléaux mais laisser les gens travailler …ne poussez pas ceux qui ont une charrette au suicide après la saisie de quelques cageots de fruits et légumes ..beaucoup de jeunes essayent de gagner leur vie …




    0
  • kadour
    10 décembre 2016 at 15 h 40 min - Reply

    Ce n’est pas aux misérables de s’occuper de plus misérables qu’eux. Ces noirs Africains en choisissant l’Algérie, bien que par défaut, n’ont pas frappé à la bonne porte. Ce pays ne possède aucun des moyens appropriés pour gérer convenablement et humainement ce genre de situation. Pourquoi se voiler la face, jouer aux hypocrites et mettre tout sur le dos des autorités quand bien même elles ont agit, comme elles savent si bien le faire, à savoir avec violence et brutalité. Pourquoi donc ne pas reconnaître et admettre que c’est l’écrasante majorité des Algériens qui ne veulent d’aucun réfugié d’où qu’ils viennent et ce, non pas tant pour raison de racisme mais parce que les Algériens ont fort à faire avec leurs propres préoccupations qui ne sont pas des moindres. Par ailleurs, l’on se demande pourquoi ces réfugiés choisissent de s’installer dans les métropoles du nord du pays où elles n’ont pas ou prou d’avenir et délaissant le grand sud qui leur conviendrait mieux pour des raisons évidentes liées entres autres au climat, aux possibilités d’être plus utiles sur le plan économique et à la proximité géographique avec leurs pays d’origines.




    0
  • Nasoo
    14 décembre 2016 at 5 h 54 min - Reply

    Il faut juste dire aux français et à l’Europe que s’ils veulent destabiliser l’Algérie on leurs
    enverra dix millions de réfugiés…




    0
  • Avis
    19 décembre 2016 at 9 h 40 min - Reply

    L’Algérie s’est montré odieuse envers le s migrants subsaharien, parce que les aides de l’union européenne vont aux autres pays voisin pour stopper l’immigration vers l’Europe a travers l’Afrique du nord, sur le principe l’Algérie a raison. L’algerie doit chercher ces intérêts avant tous, essayons de sortir de nos sentiments et surtout ne surfons pas sur la vague a bon enttendeur




    0
  • Délia
    2 janvier 2017 at 23 h 11 min - Reply

    Désolé mais l’Algérie ne doit pas accepter des migrants déjà que nos jeunes ne trouvent pas d’emploi pourquoi rajouter ces migrants sous développer ils doivent retourner d’où qu’ils sont venus un point c’est tout….




    0
  • ZIDI
    5 janvier 2017 at 1 h 26 min - Reply

    marine le pen n’est rien à côté de nous, nous sommes une race à part et on traite les europiens de racistes




    0
  • Congrès du Changement Démocratique