Édition du
23 October 2017

Mort du journaliste Tamalt : Maitre Amine Sidhoum conteste le rapport d’autopsie

Le rapport d’autopsie, rendu public dimanche par la Direction générale de l’administration pénitentiaire, est déjà contesté par maitre Amine Sidhoum, un des membres du collectif des avocats qui ont défendu le journaliste décédé le 5 décembre.« La plainte pour violence, selon la déclaration de son frère Abdelkader a été déposée le mois d’août, à la date de son hospitalisation, cinq mois après  les traces ont pu disparaitre, on ne peut pas effectuer une autopsie après plusieurs mois »   soutient-il.

Maitre Sidhoum précise aussi que le collectif d’avocats  « n’a jamais demandé un rapport d’autopsie, par contre on a demandé au procureur général d’Alger, au procureur de Koléa et au ministère de la justice et à l’administration pénitentiaire un dossier médical complet du défunt depuis la date de son incarcération jusqu’ à la date de son décès. »

Pour maitre Sidhoum « le contenu du rapport était prévisible, nous, on veut le dossier médical complet pour le soumettre à un avis contradictoire de la part d’autres médecins que ceux de l’hôpital Lamine »

Après la mort du journaliste Mohamed Tamalt, 42 ans, des organisations des droits de l’homme, en Algérie et dans le monde , notamment Amnesty International et RSF, des partis politiques algériens ont exigé une enquête indépendante  sur la mort du journaliste.

Le rapport de l’administration pénitentiaire se veut comme un démenti « aux allégations de violence dont aurait fait l’objet » le journaliste au moment de son incarcération.


Nombre de lectures : 1580
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique