Édition du
28 April 2017

A propos des écrivains colonisés

Tahar GAID

Ces algériens qui écrivent des romans ou s’éditent en France ne doivent en réalité leur succès que parce qu’ils dénigrent avec chaleur le musulman et l’islam, l’arabe et la langue arabe, pourquoi pas l‘amazighité aussi sur leur lancée et la société qui les a vus naître. Ils n’ont pas conscience qu’ils insultent leur père et leur mère parce qu’ils parlent l’arabe et professent l’islam comme religion. Ils les accusent, sans y prêter attention, de les avoir enfantés dans cette Algérie « de malheur ».

Au fond, ils se méprisent eux-mêmes parce qu’ils le veulent ou non, ils ont été pétris de la même pâte que celle qu’ils vomissent aujourd’hui. C’est ce qu’ils verraient inévitablement en se regardant dans un miroir

Si ces renégats ont du succès, et si les portes des mass-médias leur sont grandes ouvertes, c’est qu’en penseurs colonisés, ils fournissent des arguments qui réconfortent ceux de leurs maîtres. Ils se font les agents d’un impérialisme culturel qui ne veut pas dire ouvertement son nom. Ce sont des harkis de la plume, des traitres, dignes héritiers des harkis du fusil. Mohammed Chérif Sahli parle de ces gens quand il dit qu’il est plus facile de libérer un territoire que de libérer l’esprit.

Que ces écrivaillons prennent leur courage à deux mains et se mettent à écrire sur d’autres sujets qui n’ont rien à avoir avec les composantes de l’identité de leur pays. Ils verront qu’ils ne seront plus publiés et n’auront donc aucune notoriété. Ils seront ramenés à leur véritable dimension, celle que connaissent les êtres anciennement colonisés. C’est ainsi qu’ils seront reconnus par ceux qui, aujourd’hui, les adulent et les portes aux nues.

Ce ne sont que de piètres gens qui se permettent de cracher leur venin sur les membres de leur société dont les parents ont pourtant, les uns, sacrifié leurs biens, d’autres, leur jeunesse et certains leur vie pour que précisément la langue arabe et l’islam fleurissent dans une Algérie libre et indépendante.

Ces énergumènes savent-ils que par leurs critiques nauséabondes, ils souillent la mémoire des martyres sans lesquels ils compteraient aujourd’hui au nombre des analphabètes et des chômeurs ou à la rigueur parmi ceux qui exerceraient de petits métiers tout en baragouinant le français ? Mais voilà, ils leur ont permis de manier convenablement le stylo pour plaire à leurs maîtres et salir le sacrifice d’un million de martyres.

Cette jeunesse, qui parle arabe et thamazighth et pratique l’islam, aurait souhaité avoir l’âge du premier novembre 1954  pour participer à la lutte de libération. Au moment où ces minables écrivains doivent remercier Dieu (S’ils croient en Lui) de les avoir fait naître après novembre parce qu’ils auraient été certainement tentés par la couardise, la traîtrise, la félonie … Mais comme il n’est jamais trop tard … pour mal faire, leur plume a accompli ce qu’aurait dû être l’état de leur esprit de cette époque sanglante, c’est-à-dire être du côté du colonisateur.

A l’instar de cet imâm franco-tunisien que les faiseurs d’opinions traînent comme une marionnette d’un plateau de télévision à un autre, d’une cérémonie à une autre … , ces écrivains, pourfendeurs de la langue, de la religion et de la société de leurs ancêtres seront jetés à la poubelle de l’histoire lorsqu’ils ne serviront plus à rien. Ce sera le tour d’autres personnes qui prendront leur relève pour jouer aux guignols.

Que n’ont-ils pas réfléchi à ce qu’à dit un personnage illustre de l’histoire, probablement Babeuf : « Je me remets en question chaque fois que mes ennemis m’approuvent « ? Il est temps de réfléchir au soutien que leur apportent un certain Vales, ce partisan du sionisme, ou BHL, ce sioniste invétéré. Mais sont-ils vraiment leurs ennemis ou sont-ils plutôt leurs alliés objectifs ?

Pour le moment, ces jongleurs de la calomnie et de la vitupération n’ont pas conscience du rôle qu’ils jouent, encore faut-il qu’ils aient une conscience. Il est certain qu’ils n’ont pas d’âme puisqu’ils l’ont déjà vendu à vil prix au plus offrant.


Nombre de lectures : 3215
24 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • said
    19 janvier 2017 at 15 h 41 min - Reply

    cet article resume parfaitement les degrés de reniement et de lacheté des ecrivaillons algeriens avides de reconnaissance de la part d ‘une certaine frange raciste française. « Qu’ importe le flacon pourvu qu ‘on ait l’ivresse » cette citation semble etre leur slogan.si ces auteurs etaient, un tant soit peu honnete ils choisiraient comme le dit l’auteur de cet article des themes qui n ‘attireraient pas les mouches.ils gagneraient en legitimité et surtout en dignité.




    0
  • zemouli
    20 janvier 2017 at 12 h 18 min - Reply

    Article étonnant de la part de cet érudit de l islam qu est M Tahar Gaid. De qui parlez vous M Tahar Gaid: De Mouloud Feraoun de Kateb Yacine de Mouloud Mammeri de Rachid Mimouni de Boudjedra d Assia Djebbar de Sansal ; de Bachi de Taos Amrouche de Yasmina Khadra…De grâce dites nous qui vous visez et surtout ce que vous lui reprochez ainsi lui aussi pourra se défendre et nous on peut en apprendre . Mais mettre tout le monde dans le même sac n est pas a votre honneur car c est une approche sectaire et indigne de votre rang




    0
    • Dadache
      20 janvier 2017 at 17 h 26 min - Reply

      De Boualem Sansal, de Kamel Daoued ,des Chelghoumi ans Co …et de ceux qui comme vous font semblant de ne pas comprendre , vous qui ciblez des mots précis comme ERUDIT, ISLAM …lui il n’a mis personne dans le même sac son texte et claire pas besoin de faire des inférences, pour preuve lui meme il écrit en français , par contre vous oui votre sac pue l’approche sectaire, sous couvert de laïcité, vous reconnaissez que c’est un ERUDIT c’est pas mal….




      0
      • zemouli
        20 janvier 2017 at 21 h 08 min - Reply

        M Dadache M Tahar Gaid n avait qu a les citer et la question lui était destinée a lui pas a vous .Par conséquent votre intervention est nulle car jusqu a preuve du contraire vous n êtes pas son avocat.




        0
        • Dadache
          21 janvier 2017 at 0 h 58 min - Reply

          Un érudit qui cite des écrivaillons, un peu de serieux Mr Zemouli, je ne suis l’avocat de personne,et surtout pas d’un érudit, c’est l’avantage de discuter sur LQA, on a le droit de prendre la parole comme vous venez de le faire d’ailleurs, il sufit d’avoir l’avale du modérateur …
          J’aime pas les extrémistes de tous bords et quand je vois les prémices et les prodromes je réagis simplement et en toutes liberté longue à LQA..




          0
  • Ali SBIH
    20 janvier 2017 at 16 h 53 min - Reply

    Salam alikoum,

    Une chronique toxique ?
    Etonnant, en général les écrits ,de Mr T.Gaid ,vont au delà des apparences et s’adressent au « Cœur » des Lecteurs ,vrai siège de l’intelligence et du discernement.
    Encore une fois , c’est étonnant.
    Cet article semble avoir été écrit dans un grand moment d’anxiété , de fébrilité et d’excitation. Un triste homonyme, une pâle copie de Mr T.Gaid .Ceux qui ont goutté à la version originale en connaissent la profondeur d’esprit ,de jugement, la qualité du style et l’extra temporalité des pensées




    0
    • Salah-Eddine SIDHOUM
      20 janvier 2017 at 19 h 43 min - Reply

      Une chronique toxique très certainement pour les colonisés de l’esprit. Pour ceux qui ont vendu leur âme afin de plaire à leur mère Fafa pour quelques privilèges et quelques « prix » pour indigènes.




      0
    • Mohammed
      21 janvier 2017 at 14 h 49 min - Reply

      Il me semble qu’ici sur ce site LQA personne n’est l’avocat de l’autre;cependant que chacun accepte l’avis de l’autre avec pondération sans excitation et sans arrière pensée,sinon on revient,chacun à ses retranchements à ses suspicions et autres accusations gratuites envers des gens qui ne partagent pas ,forcément,les mêmes idées que l’autre.Il faut juste argumenter patiemment.Sinon le torchon brûlerait de part et d’autre ce que ,à mon avis,n’est pas le But de l’Administrateur de LQA;cela dit,
      ===Quant à l’article de Mr Tahar GAID qui traite Certains Écrivaillons Algériens d’Indigènes à l’Esprit Colonisé,à mon sens, il a le droit de le faire comme tant d’autres penseurs libres.
      === Seulement,cette fois-ci,par rapport aux Articles Précédents,l’Auteur l’a fait en Connaissance de Cause étant lui même un Ancien Moudjahid qui a Goutté aux Supplices et à l’Humiliation des Prisons de l’Administration Coloniale.Donc il a vu de ses propres yeux les Injustices Commises,non seulement,par les Colonisateurs mais aussi et surtout(ce qui fait mal)par d’autres algériens traîtres et collabos!!
      Sans mettre,justement,tout le monde dans le même sac.
      ===In fine,vu son parcours de Militant de la Cause Nationale pendant les Moments Sombres du Colonialisme; tout Algérien Sincère ne pourra jamais taxer ces Honnêtes
      Moudjahidine de Victimes de la Théorie du Complot (quand l’auteur traite,par exemple,ces écrivaillons algériens « d’agents d’un impérialisme culturel qui ne veut pas dire ouvertement son nom »).Parce que cette réalité,les Moudjahidine Sincères,l’ont vécu en tant Victimes,par leurs propres tripes de l’intérieur même de la Tragédie Coloniale en côtoyant les Colonisateurs Esclavagistes.
      =========================Mes sincères salutations.




      0
  • rachid dahmani
    21 janvier 2017 at 3 h 04 min - Reply

    Bonjour,
    Ma mamia, l’evolution de l’etre peut prendre differentes tournures a tout instant. L’esprit de l’homme est fatalement fonction de son environnement et personne n’y peut rien. On ne sera plus la pour connaitre la suite mais on sait au moins une chose, l’egoisme de l’etre humain n’a pas d’egal.




    0
  • rachid dahmani
    21 janvier 2017 at 3 h 15 min - Reply

    Pour divertir,
    Il parait sur les reseaux sociaux en marge de la CAN qui se joue au gabon que les maghrebins sont foncierement racistes. Et en replique les noirs africains ont demande a ce que les pays arabes d’afrique ne disputent plus la CAN.
    Il serait judicieux de fabriquer un barometre du racisme et mesurer le degre de eacisme de chaque continent et de chaque pays.




    0
    • Ali SBIH
      21 janvier 2017 at 17 h 25 min - Reply

      Pourquoi pas une compétition de foot réunissant les 07 Pays du bassin Saharien(en attendant la RASD).




      0
      • rachid dahmani
        22 janvier 2017 at 10 h 37 min - Reply

        Bonjour ALI,

        Ca ne serait pas une si mauvaise idee. Ca porrait meme faire le point de depart des irigines d’une nouvelle ethnie. Bonne journee l’ami.




        0
  • ca21dz
    21 janvier 2017 at 9 h 46 min - Reply

    A celui qui defendu Feraoun et yacine ? dis nous q’est ce qu’ils ont apportés ces deux a leur nation?

    Celui qui te dit que le francais est un butin de guerre ? tu le décrit toi comme pas colonisé dans sa tête ?

    depuis quand tu as arraché cette langue de son propriétaire ?

    Par faineantisme vous garder cette langue par ce que vous avez honte de retourner a vos origines et vous etes toujours subjigué par vos maitres
    Honte aux colonisés de l’esprit




    0
    • rachid dahmani
      21 janvier 2017 at 18 h 15 min - Reply

      Quelles sont nos origines justement? Jusqu’a quelle epoque ou quelle ere faudra t’il remonter dans le temps pour situer nos origines et les origines de chacun? En toute honnetete er toute franchise, tout etre sur terre cherche a s’approprier tour ce qui est possible pour lui et ce en fournissant un minimum d’effort. Apres c’est une question d’appreciation des choses par chacun. La caleur d’une chose peut etre differente d’un etre a un autre.




      0
  • ca21dz
    21 janvier 2017 at 9 h 48 min - Reply

    exclu Yassmina Khadra, la preuve il n’a pas la cote chez franca car ils ont compris qu’il est plus intelligent qu’eux. son tord il ecrit en francais pour les francais.




    0
    • rachid dahmani
      21 janvier 2017 at 18 h 18 min - Reply

      Je ne sais pas pourquoi ca serait un tort que d’ecrire en francais. Et c’est ce que font tous les intervenants de LQA ici.




      0
  • Ali SBIH
    21 janvier 2017 at 17 h 18 min - Reply

    Bonjour Rachid,

    Il n’y a pas de fatalité car aujourd’hui ,c’est l’environnement qui déteint sur l’esprit : un baromètre serait plus utile pour mesurer la dégradation de l’environnement.

    Ce qui interpelle est cette « alerte » sur la fonction de certains écrivains (pas tous heureusement) dans la représentation de valeurs qui se nourrissent de la grande distribution (pour ne pas dire environnement) qui a fait que Mr T.Gaid monte au créneau, lui qui a vécu les affres de prisons coloniales, a croisé les Légendes des droits de l’Homme du 20°s et en a inspiré d’autres ,ses articles très inspirés du Livre Sacré sont relus.
    Ne pas avoir évoqué la prestigieuse Zitouna témoigne que l’Homme reste fidèle à ses principes d’éviter les amalgames et de toujours séparer «le bon grain de l’ivraie».




    0
    • rachid dahmani
      22 janvier 2017 at 11 h 04 min - Reply

      Bonjour Ali,

      Je crois qu’on a toujours mis de côté dans les raisonnements de chacun le facteur « individu dans son environnement ». Depuis que l’homme est sur terre il ne fait que grandir et cherche à faire valoir « ses » droits que lui même crée et impose à son environnement. De sorte que naisse implicitement une compétitivité cachée mais aussi un sous entendu de « tous les coups sont permis » et l’essentiel étant de toujours se tirer à bon compte à défaut d’étendre sa vision personnelle aux autres voire une expansion de son état d’esprit à d’autres pour mieux se voir grandir. cela donne l’impression d’une nature un peu bizarre, mais c’est la réalité en fait lorsque l’on examine le « phénomène ». De ces écrivains, et peu importe leurs valeurs, qui ont fait jaser un peu tout le monde, il y a certainement un objectif restreint à leur ego et à leur environnement et je pense que c’est leurs façons de faire et que ça aurait été pareil pour les autres qui auraient été dans un cas similaire.
      L’important c’est la rose chantait Bécaud. Bonne journée.




      0
  • Tahar GAÏD
    24 janvier 2017 at 12 h 58 min - Reply

    J’ai lu avec intérêt tous les commentaires. Je n’ai pas critiqué ceux qui écrivent en français puisque moi-même j’écris en français. Il ne s’agit donc ni de Feraoun, ni de Dib, ni de Mammeri, ni de Kateb … Ils n’ont critiqué ni la langue arabe ni l’islam. L’Algérie peut être fière de ces hommes illustres. Il n’est pas question non plus de ceux qui critiquent la manière d’enseigner la langue arabe ou de pratiquer l’islam. Moi-même je fais de telles critiques mais constructives parce que c’est un enrichissement. Je m’attaque à ceux qui écrivent pour haïr la langue arabe en tant que telle ou même la langue thamazighth ou pour dénigrer l’islam en tant que religion. En définitif, je ne cite pas de noms parce que mon article est une sorte de règle générale. Après ces éclaircissements, qui se sent morveux se mouche.
    Tahar Gaïd




    0
    • rachid dahmani
      24 janvier 2017 at 14 h 46 min - Reply

      Bonjour,

      Accord parfait. Il doit y avoir ceux qui s’attaquent à ceux qui écrivent pour haïr la langue arabe ou la langue tamazighth ou pour dénigrer l’islam tout comme il doit y avoir également ceux qui s’attaquent à ceux qui écrivent pour haïr les autres langues ou pour dénigrer les autres religions… à chacun son bord, mais tous ne cherchent pas le même port. Bonne journée.




      0
    • zemouli
      24 janvier 2017 at 18 h 49 min - Reply

      M Tahar Gaid Heureux de vous voir écrire que vous ne mettez pas tout le monde dans le même sac.Cette règle générale que vous dites avoir observée dans cet article a crée de l incompréhension : pour moi j avais crains un moment qu un intellectuel au sens propre du terme ait tout d un coup et inexplicablement renie tout un patrimoine algérien ; pour d autres cela a été l occasion de donner libre cours a des commentaires rétrogrades mettant en doute les apports de Feraoun et de Kateb et faisant sembler d oublier que le français est enseigne aujourd hui dans nos écoles collèges et lycées. C est vous dire M Tahar Gaid que parfois la règle générale ou le raccourci peuvent induire en erreur.Et Merci pour votre reponse




      0
  • Ali SBIH
    24 janvier 2017 at 21 h 21 min - Reply

    J’avais douté un moment de la paternité du texte tant est il vrai que Mr T.Gaid nous a habitué à ne s’attacher qu’à l’essentiel de la vie en se focalisant sur ce qu’il y a d’humain en l’Homme et pas sur les comportements volatiles et inconséquents de certains de nos Concitoyens.




    0
  • Dria
    25 janvier 2017 at 0 h 10 min - Reply

    J’aime ce genre d’histoire qui se termine bien, et ou chacun trouve son compte les laics , les islamistes , les modérés , les extrémistes , ca fait plaisir qu’il y a un consensus merci à vous tous , Mr Gaid, Mr Zemouli ,Mr Dadache, Mr Sbih, et tous les autres intervenants….

    Maintenant que l’équipe national est éliminé et ainsi donc il n’y aura aucune récupération politique de cette CAN 2017. Sachant que Raourawa ne partira pas comme, Hannachi , Boutef and Co. Et sachant qu’on ramènera un nouveau entraîneur qu’on payera avec des devises fortes comme ces prédécesseurs. Pour l’opium des peuples il n’y a aucun takachouf et aucune restriction.

    Il est temps de revenir à notre championnat et au prochains législatif qui auront lieu bientôt avec un souhait pour trouver un autre consensus pour contrecarrer le prochain Carnaval électoral…




    0
    • rachid dahmani
      25 janvier 2017 at 7 h 52 min - Reply

      Bonjour Dria,

      ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. En attendant une autre saga. Il a fait froid je crois, entre -10 et -2 la nuit, mais ce fût agréable je pense. Il y avait même de l’affluence aux hippodromes. Tous ne sont pas effectivement du même bord, mais tous aussi ne cherchent pas le même port et c’est là qu’est la différence avec le passage dans la célèbre chanson de Brel le Moribond. Oui c’est vrai il n y a aucun takachouf et aucune restriction pour les sieurs raouraoua and co, il y en a par contre pour les enfants scolarisés à qui on a stoppé l’école parce que les classes ne sont pas chauffées et qu’il fait 1 ou 2°C. J’ai mis la chronique de Mustapha hammouche ici sur LQA à ce propos. Et oui bien sur on ramènera un nouvel entraîneur qu’on paiera avec la devise forte et comment sinon maintenir les seringues anesthésiantes au peuple en service? quand à nos législatives je crois bien qu’elles ont leurs raouraoua attitré. Mais qui dépensera alors l’argent de la rente sinon dans les grandes métropoles occidentales et asiatiques? T’inquiètes pas les masques sont prêts et Halloween est à nos portes. Bonne journée l’ami.




      0

    Congrès du Changement Démocratique