Édition du
18 August 2017

La thèse , l’antithèse et la liberté sous séquestre.

Abdelouahab D.

La liberté de pensée ,d’expression,de croyance,imprègne les mœurs des nations démocratiques.Cette liberté doit être ancrée dans la culture d’un peuple, gravée dans les mentalités et les réalités du quotidien avant de l’être dans des lois,qui subissent hélas,des viols continus et perpétuels de la part des » élites dirigeantes » dont l’autoritarisme proverbial est selon le cas et la géométrie du moment poussé à l’extrême.

Chacun devrait être libre de s’exprimer,émettre son opinion, pratiquer librement sa croyance conformément à la constitution qui consacre cette liberté, la promeut,la défend et l’encourage,fusse-t-elle considérée par certains comme « subversive »?

La subversion est une opinion contre laquelle il faut opposer des arguments et non le fait du prince assorti de la force brute sous toutes ses formes et une déportation au goulag local. Des officines zélées , agissant sous cape, au service exclusif des  » élites dirigeantes », inventent des menaces extérieures, des tensions internes, des agitations de rue, donnant ainsi « raison  » au régime de se radicaliser d’avantage et « sévir » contre toute « nuisance » irréelle ou avérée, légitimant de ce fait sa perpétuité, alors que son odeur de sainteté est sérieusement altérée et ruineusement compromise auprès de l’opinion publique. Dans les sociétés vivantes, toutes les plumes sortent pour écrire, vulgariser et expliquer afin que pareils drames ne se reproduisent plus,au lieu de se taire sous la contrainte comme c’est malheureusement le cas pour cette thèse qui a « osé » évoquer le rôle deux(2) institutions et un parti politique (dissous) dans notre tragédie.
Le pouvoir absolutiste privilégie le bâillon et la censure au lieu de l’écoute. C’est cette attitude de surdité, de mépris et de déni qui a accouché du 4 mai 2017 consacrant ainsi officiellement et publiquement le divorce du pouvoir avec le peuple dans sa majorité. Cette date restera gravée dans notre histoire et fera certainement l’objet d’une autre thèse. Aucun zélé ne peut la falsifier au nom de la pseudo atteinte aux constantes, à la stabilité ou une supposée offense à la trinité (présidence,Armée,Fis),  ni pour outrage à la  » morale  » du régime et ses affidés, car toutes les voix ont dénoncé la massive et indigne fraude électorale. Après avoir cadenassé et bâillonné la société, mis hors jeu la majorité écrasante du peuple, laminé l’opposition réelle ou supposée, incarcéré les voix discordantes, on s’intéresse dorénavant à l’université, lieu de savoir et centre de gravité de la connaissance pour la transformer en lieu de maquignonnage ,lui imposant le même traitement de la bastonnade et de la censure qu’on doit réserver généralement au grand banditisme.

Citer et évoquer des vérités historiques dans une création littéraire, artistiques, universitaire ou dans une thèse de doctorat constitue-t-il une atteinte à l’histoire (ce qui est grave) , ou à un régime qui n’a jamais cessé de produire et de raconter des histoires? L’histoire n’est en aucun cas concernée me semble-t-il ?

Tant que nous sommes régis par des chamans et des sorciers, tant que la conscience de l’individu souffre du dogmatisme religieux, non de la religion, de l’overdose faussement révolutionnaire et de patriotisme au rabais , tant que notre société se spécialise encore à produire des croyants, des incroyants, des athées, des berbèristes, des chaouis, des nationalistes, des révolutionnaires, des harragas, des opposants, des autocrates,des dictateurs en herbe ou en devenir , des idolâtres, des lustreurs de godasses etc…. nous n’aurons droit qu’à des immondices sous toutes les formes, car l’intelligence confisquée et mise sous séquestre nous empêchera d’accéder au savoir et à la connaissance.

En tournant le dos à la science,à la connaissance et au savoir , nous pataugerons encore longtemps dans l’archaïsme ,le sous développement, l’ignorance, l’intolérance et leur corollaire, la paupérisation, la pauvreté et la misère sociale.

Dans un pays où la liberté de penser, de créer, d’entreprendre est une réalité, pas une utopie,un petit groupe d’hommes et de femmes ont fait d’une société qui a pris vie dans le garage d’une habitation , un géant mondial dont la capitalisation boursière est évaluée à 802,2 milliards de dollars. Cette société a pour symbole une pomme ( Apple) et vaut presque 1000 milliards de dollars. Dans notre société intolérante, cette même pomme n’incarne pas les mêmes valeurs, car elle consacre la discorde. Dans notre pays transformé en pipelines, un petit groupe dépense 800 milliards issus de la rente commune sans rendre compte ni justifier ses politiques hasardeuses et ruineuses. Dans notre pays, la chape de plomb aux commandes qui ne vit et survit que de la rente, fait fi de l’intelligence et du savoir,méprise et pourchasse la matière grise qu’elle pousse à l’exil.elle refuse l’émergence du citoyen et de la citoyenneté seuls corollaire de modernité et d’essor.


Nombre de lectures : 1117
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • water water
    5 juillet 2017 at 21 h 38 min - Reply

    La pensée humaine nous apprend que la liberté est un droit.
    L’Islam nous apprend que la liberté on nait avec.




    2
  • Alhif n-wen.
    6 juillet 2017 at 13 h 34 min - Reply

    Selon GRAMSCI « philosophe Italien », la superstructure détermine l’infrastructure », en renversant la théorie MARXISTE qui dit le contraire, en effet cette nouvelle théorie de GRAMSCI, affirme que l’idéologie dominante (partie importante de la superstructure) est reproduite par tous les leviers de l’Etat (toutes les institutions de l’Etat) l’armée, la justice, l’école, l’université, les médias, les mosquées ……etc.…

    Les intellectuels dits organiques participent à la reproduction de cette idéologie dominante (les hommes politiques, les enseignants, les magistrats, les journalistes, les imams, les sportifs……etc.), toute l’intelligentsia de la société.




    4
  • Congrès du Changement Démocratique