Édition du
21 November 2017

Les diversions et l’alternance clanique ne sont pas la solution. Allons à l’essentiel !

Salah-Eddine SIDHOUM

Comme à chaque été, le sérail du pouvoir connait ses soubresauts et ce, depuis les années 70 avec les « folles nuits d’Alger » pour ceux qui s’en souviennent. Chaque été, le « ghachi » que nous sommes a droit à un feuilleton. Cette fois-ci, le carnaval boulitique s’est brusquement emballé. En moins de 24 heures, les gangs de l’oligarchie ont mobilisé leurs sites, torchons et plumitifs attitrés (à ne pas confondre avec nos journalistes probes qui malgré les contraintes des directions, continuent à travailler difficilement certes mais dignement). Tebboune, fonctionnaire du régime depuis 40 ans, parachuté il y a moins de 3 mois comme « chef du gouvernement » est au centre de la polémique, pour ne pas dire de la diversion. Présenté par certains comme le « zorro » de la lutte anti-corruption et par d’autres, comme un « traitre » qui voudrait saborder le « programme du président », il devient le pion d’une sourde lutte entre les gangs de l’oligarchie militaro-financière.
Et comme toujours, notre « élite » tant intellectuelle que boulitique tombe, tête baissée dans ce piège  en s’inscrivant dans la stratégie de ce régime qui impose les thèmes et les limites du débat, dans le cadre d’une alternance clanique.  Parler de l’Essentiel à savoir  le changement du régime et l’instauration de l’Etat de Droit est trop dangereux pour cette « élite » couarde. Parler de l’essentiel, à leurs yeux, c’est encourager la « main étrangère » et favoriser «le chaos à la syrienne et à la libyenne» !!

Alors on palabre « savamment » sur des faits réels ou imaginaires qu’offrent les services de l’action psychologique, à travers leurs canaux d’information à l’opinion publique.
Pour une certaine « élite », celle mise sous les feux de la rampe par la presse des « services » et qui gesticule sur les réseaux sociaux, les seuls problèmes qui se posent à l’Algérie sont la succession du locataire d’El Mouradia, se permettant même d’avancer des noms de « successeurs » parmi les mercenaires boulitiques, souvent chargés de sales besognes, après qu’ils aient mangé à tous les râteliers du régime depuis des décennies et qu’on nous présente, toute honte bue, comme des hommes d’Etat. Exit pour eux, le choix démocratique des représentants du peuple, la véritable alternance au pouvoir, la séparation des pouvoirs, la Constitution issue d’une Constituante.  En quelques mots, exit  les voies et moyens de l’instauration d’un Etat de Droit et des Libertés démocratiques.
Formatés, ils s’inscrivent dans la stratégie du régime et tout « changement » pour eux, ne doit s’inscrire que dans le cadre du système et de l’alternance clanique, selon la feuille de route de leurs Maitres des officines. Un simple changement de vitrine !

Devant cette situation dramatique (et je pèse mes mots), faite d’un effondrement des valeurs morales, d’une décomposition sociale, d’une structuration mafieuse institutionnalisée, d’une déliquescence du système politique faisant fonction d’Etat, d’une corruption généralisée et d’un délabrement économique, le moment n’est-il pas venu aux véritables élites du pays de prendre conscience de cette situation et d’assumer leurs responsabilités devant le Peuple et l’Histoire? Cette prise de conscience ne pourra qu’être salutaire pour notre pays et notre peuple. Car la gravité de la situation et la complexité de la crise interpellent la conscience de toutes les potentialités intellectuelles et politiques sincères et honnêtes pour tenter de sauver la patrie grandement menacée dans ses fondements par la politique suicidaire d’une oligarchie militaro-financière minée par ses contradictions internes et ses luttes souterraines. Une prise de conscience sincère de toutes nos potentialités humaines, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays  permettra d’insuffler une dynamique saine capable de mobiliser la population et de bousculer le désordre établi.

Nous ne sommes pas dupes pour croire aux supercheries des «gouvernants » et aux discours creux et stériles d’une certaine «classe » politique compromise et démonétisée. Notre peuple ou du moins sa majorité, après tant d’épreuves parfois tragiques et de duperies, sait aujourd’hui discerner les véritables hommes politiques des pantins et troubadours de la «boulitique », ceux qui servent et ceux qui se servent. Il l’a démontré lors des dernières mascarades électorales. Nous restons persuadés qu’il saura, demain, se mobiliser lorsqu’il aura à sa tête ou à ses côtés une véritable élite digne et sincère, tant intellectuelle pour le guider que politique pour le gouverner. Il l’a déjà démontré, à travers l’Histoire et  à chaque fois que les conditions s’offraient à lui.
L’Algérie a besoin aujourd’hui d’une force politique fédératrice qui, impulsée par une profonde adhésion populaire, poussera les patriotes sincères et courageux au sein du système politico-militaire (il en existe heureusement) à déverrouiller la situation, à contrecarrer cette fuite en avant suicidaire et à franchir le pas en accompagnant cette force politique à ancrage populaire véritable, vers une transition pacifique et démocratique, permettant ainsi d’aboutir à l’élection d’une Assemblée Constituante, premier jalon, vers l’instauration d’un Etat de Droit et des Libertés Démocratiques.  Ainsi sera réglée définitivement la question de la légitimité du pouvoir qui perdure depuis 1962 et qui est la cause majeure de la crise politique. Et cela nous évitera une autre tragédie, qui cette fois-ci risquerait d’emporter le pays.

Ce ne sont certainement pas ces luttes de gangs et ces tractations bassement politiciennes au sein des officines de l’oligarchie qui permettront à notre patrie de sortir de ce statu quo mortifère.

Nous restons persuadés que l’Algérie n’est pas stérile de compétences intellectuelles et politiques sincères et engagées qui n’ont rien à voir avec ces fausses élites d’imposteurs et d’opportunistes sorties des laboratoires de la police politique.

La lourde tâche de réconciliation nationale et de reconstruction du pays  ne peut être assumée par un « zaim » ou un seul courant politique, quel que soit son ancrage. C’est une lourde responsabilité qui incombe à toutes les forces politiques et intellectuelles réelles et sincères réunies autour d’un minimum de principes et de valeurs. Abane Ramdane  disait à juste titre en 1956 : « La libération de l’Algérie sera l’œuvre de tous les Algériens et non pas celle d’une fraction du peuple algérien quelle que soit son importance ». Plus d’un demi-siècle plus tard, nous pouvons dire de même de la reconstruction de notre pays détruit par cinq décennies d’imposture et d’aventurisme.

Evitons les palabres et les diversions. Allons courageusement à l’essentiel.

« Les volontés précaires se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes »

 

 

 


Nombre de lectures : 2916
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • lyes laribi
    10 août 2017 at 22 h 29 min - Reply

    Pour rendre la maison Algérie propre, non seulement il faut la balayer mais aussi la laver avec de l’eau javel pour qu’il ne reste aucun microbe et ainsi l’Algérie retrouvera certainement sa blancheur.




    10
  • fatma
    10 août 2017 at 23 h 18 min - Reply

    Le désespoir nous envahit souvent au vu de la déliquescence dans laquelle se trouve notre pays, découragés il nous arrive même de penser qu’il n’y a plus rien à faire et que les jeux sont faits. Le comble c’est que nous imputons couramment cette dégradation générale au peuple que nous traitons tantôt d’inculte, tantôt de lâche ou de ghachi, oubliant vite que c’est ce même ghachi qui au prix de grands sacrifices s’est libéré du colonialisme français 4ème puissance mondiale de l’époque aidée par l’OTAN.
    Comment ce peuple valeureux donné en exemple par tous ceux qui aspiraient à la liberté peut-il devenir en l’espace de cinquante ans la risée du monde ? Pourquoi sommes-nous arrivés là ? Le seul responsable de cette situation, le mal qui ronge le pays a un seul nom : Le Groupe d’Oujda. Tant que cette vermine continue d’infester les institutions de l’état Algérien, il n’y aura pas de salut pour notre pays.
    Pendant longtemps en effet cette mafia a manipulé des gens crédules et épuisés par la guerre de libération, des décennies durant ces criminels ont torturé, emprisonné voire exécuté de sang froid nombres de citoyens qui s’opposaient à leur politique destructrice. Bien sur que les gens ne veulent pas d’une autre décennie noire, bien sur qu’aucun citoyen jaloux de son pays l’Algérie ne voudrait le voir détruit comme l’est la Syrie, la Libye ou l’Irak.
    Mais cela est d’être une caution au pouvoir criminel en place, la preuve comme l’a si bien rappelé Monsieur S.E SIDHOUM : « La majorité, sait aujourd’hui discerner les véritables hommes politiques des pantins et troubadours de la «boulitique », ceux qui servent et ceux qui se servent. Il l’a démontré lors des dernières mascarades électorales. Nous restons persuadés qu’il saura, demain, se mobiliser lorsqu’il aura à sa tête ou à ses côtés une véritable élite digne et sincère, tant intellectuelle pour le guider que politique pour le gouverner. Il l’a déjà démontré, à travers l’Histoire et à chaque fois que les conditions s’offraient à lui. »
    Je pense sincèrement que l’espoir est permis et que la délivrance est inéluctable, elle arrive à grands pas sauf que cette fois-ci il ne faut surtout pas rater le virage car ça sera l’occasion pour les vrais ennemis de l’Algérie de la pousser dans le précipice et ce pour toujours.




    8
    • Ait Amar
      11 août 2017 at 11 h 19 min - Reply

      .
      Les Généraux = les vrais décideurs ne se résoudront pas à lâcher
      LE RÉGIME MILITARO-MAFIEUX DEMEURE FORT (FACE À LA POPULATION CIVILE), ET RÉPRIME À SA GUISE, COMME ET QUAND IL VEUT, FAIT TOUT POUR PERDURER, ET NE CÉDERA PAS TANT QUE :

      – Il dispose du « nerf de la guerre », en l’occurrence les milliards des hydrocarbures qu’il accapare et pille, à son profit, et au bénéfice de ses soutiens, de ses serviteurs, de ses valets et des ses complices.

      – Il a le « soutien stratégique et diplomatique » du Grand Gendarme Américain, qui a pris son Grand morceau au Sahara …. Le Régime dictatorial algérien est dans l’ « Orbite américano-occidentale » (américano-isrélo-occidentale), ne fait montre d’aucune velléité indépendantiste, ne dérange pas l’Israël (51° État américain), brade les richesses et la souveraineté nationale … et casse bien l’Algérie.

      – Il a la « caution politique » de la France, l’ex Puissance coloniale qui détermine la politique algérienne de l’Europe. En échange, les Généraux payent partis politiques, fondations, associations, médias, personnalités influentes, maitres-espions, lobbyistes, groupes de pression et réseaux mafieux de France et de Navarre, qui organisent le silence sur les exactions de la Junte d’Alger ….

      – La population traumatisée par la « guerre interne » = « stratégie de la tension » (1991-2017) qui continue, la misère indicible et effroyable, l’épuisement et la lassitude, l’usure, la démobilisation, le désengagement …..

      — Le « seuil de l’intolérable » est dépassé : durant la « guerre interne » la population a vu et vécu toutes les exactions, horreurs et atrocités, les formes de répression, les mises à mort, que rien d’autres (kidnappings, arrestations, suicides, immolations , etc.) de nos jours, ne peuvent l’émouvoir encore plus …..

      – L’opposition est neutralisée , et battue par KO par la SM-DRS, tous les partis sont foutus, n’ont aucune crédibilité, et sont tous dans le giron du Pouvoir militaro-mafieux, chacun avec sa chanson particulière, ou sa percusssion spécifique ou ses notes (et fausses notes) ………

      – Le façonnage artificiel du champ politique = Poker menteur (partis-officines, associations-relais, institutions-alibis, médias-propagandistes …..)

      – Le délitement du lien national et des liens communautaires, la division totale, la dispersion, la désunion …..

      – La prolifération du « discours identitaire d’agitation » versus « discours politique d’opposition »……..

      – L’écartement des positions (vers les extrêmes) = l’extrémisation du champ politique (islamistes, salafistes, djihadistes, éradicateurs, militaristes, séparatistes, etc.) ….

      – Les Généraux musellent et contrôlent les « Appareils sécuritaires (de répression) » et les « Organes de propagande » , les « Escadrons de la mort », les Milices armées, les Groupes terroristes créés et manipulées par les Maitres de la Police politique secrète ‘ gestapiste ‘ ……

      – Les Généraux-et-Colonels se considèrent comme les propriétaires uniques et exclusifs de ce pays qu’ils accaparent depuis 1962, et ne se résoudront jamais à lâcher du lest, d’autant plus qu’ils ont « volé des centaines de milliards» et « tué des centaines de milliers » , et savent bien qu’ils sont coupables et responsables, redevables et passibles devant les Tribunaux internationaux s’ils n’ont plus les rênes du pouvoir, d’où leurs persistances et obsessions à faire tout pour perdurer …..

      – Fort et puissant, ce Pouvoir militaro-mafieux fait diversion, manœuvre, intoxique, réprime, frappe, tue, massacre, joue le pourrissement de la situation et l’exacerbation des problèmes, déplace l’axe de la violence là où il veut, en Kabylie, au Mzab, ou ailleurs, réprime les Syndicats autonomes, les militants des droits de l’homme….

      Le Pouvoir militaro-mafieux demeure (malheureusement) la seule « force politique organisée » , et frappe comme il veut, là où il veut….

      Et la Dictature militaro-mafieuse continue !

      DOMINATION POLITIQUE ET SÉCURITAIRE, MARGINALISATION ÉCONOMIQUE, ALIÉNATION CULTURELLE ET LINGUISTIQUE……

      C’est en termes politiques, dans une démarche vraiment oppositionnelle, qu’il faut appréhender les problématiques. Car la crise est « multidimensionnelle », et fondamentalement, essentiellement et d’abord « politique », liée à la confiscation de la souveraineté populaire dès 1962 par une Caste ou Camarilla militaro-mafieuse : c’est donc la « question du pouvoir », qui pose la question de la transition, de l’Etat de droit, de la démocratie…..renvoyées aux calendes grecques par les Généraux décideurs ! Employant tous les stratagèmes, les subterfuges, les mécanismes, les stratégies, pour contrer et endiguer tout ce qui peut menacer ses fondements et mettre fin à sa perpétuation.

      LES PILIERS DU POUVOIR MILITARO-MAFFIEUX :

      Nous avons affaire un Régime dictatorial, « militaire et mafieux » (mafieux = clanique, Clans = réseaux militaro-mafieux) qui repose sur un « trépied » :

      -1. La Police politique (DRS, ex-SM, ex-MALG), d’abord ….
      -2. Le Commandement militaire = le Conclave (Police politique + Etat-major),
      -3. Clans rivaux, antagonistes, « désunis » entre eux (comme les meutes de prédateurs), mais « unis » contre la population civile, méprisée, haie …

      LES INSTRUMENTS DE DOMINATION DU POUVOIR MILITAIRE DOMINANT / DOMINATEUR :

      Le Régime militaire dominant exerce le pouvoir avec ses « instruments de domination » :

      -1) Appareil répressif dominant / de domination : Police politique et ses Troupes d’assaut, et ses Escadrons de la mort, et ses Milices armées, + Gendarmerie, + Police ;
      -2) Organes de propagande dominante / de domination: journaux, radios, télés, revues, blogues, sites, éditions, institutions éducatives et culturelles d’abrutissement et d’embrigadement (écoles, collèges, lycées, facs, mosquées, zaouïas, etc.)
      -3) Idéologie dominante / de domination, fascisante et mystificatrice, rétrograde et réactionnaire, jacobine et chauvine, de rejet et d’exclusion, raciste et xénophobe……
      .
      LE REGIME MILITAIRE JOUE LE POURRISSEMENT DE LA SITUATION, L’EXACERBATION DES CONFLITS……
      .
      Comme à l’accoutumée, le Pouvoir militaro-mafieux joue le pourrissement de la situation, l’exacerbation des conflits, engage l’épreuve de force, prône toujours la répression féroce, manipule et instrumentalise les franges et groupes extrémistes, . déplaçant ainsi « l’axe d’affrontement / de la violence » et souffle le feu là et où il veut …..

      La SM-DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE et MAFIEUSE » .

      – Mafieuse : ses Officiers tiennent les Secteurs de l’Import, de l’Immobilier, du Transport (taxis, bus), des Bars, Restaurants, Hôtels et lieux de passe, de prostitution, de débauche, des réseaux de proxénétisme et de drogue, en Algérie et en France. Tous les secteurs où ça rapporte gros (en liquide) , ça embrigade et ça anesthésie ( prostitution, drogue) la population, et où toutes les magouilles et malversations sont pratiqués, les trafics en toujours genres…..

      – Criminelle : formée sur le modèle « gestapiste » , la violence extrême étant son action principale, son marqueur distinctif. Criminelle, elle est derrière les assassinas politiques, les massacres, les rapts et kidnappings, la création et la manipulation des Groupes armés terroristes, des Escadrons de la mort, des Milices armées. De plus, cette Police politique secrète a toujours été la « cheville ouvrière » des Coups d’État successifs depuis 1957 (assassinat de R. Abbane par le MALG / Boussouf).

      La SM-DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la Pyramide du Pouvoir, l’Enclave autoritaire principale, le Cœur et le Cerveau du Pouvoir militaro-mafieux, son Centre névralgique, son Syndicat du crime, sa Main de fer, son Bras politique, sa Digue principale, son Mur de soutènement……contre tout ce qui peut menacer la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui pille et accapare les richesses du pays

      Sans la dissolution définitive et effective de cette terrible, criminelle et mafieuse de Police politique secrète (SM-DRS), il ne peut y avoir de « dégel », d’amorce d’un véritable processus vers une réelle transition à la démocratie et l’Etat de droit. Depuis 1989, nous n’avons eu qu’une » ouverture contrôlée » ou » fausse ouverture « , un poker menteur, où les acteurs et agitateurs sponsorisés et propulsés au devant de la scène n sont que des valets et ponce-pilâtes des Maitres de la SM DRS, qui ont instigué et crée ce partis-officines, ces associations-relais, ces organes de propagande (médias aux ordres)……

      ÊTRE OPPOSANT, C’EST AVOIR LE COURAGE DE DIRE QUE :

      -1) nous avons affaire à un un Pouvoir dictatorial militaire et mafieux (clans, cercles, factions, franges, gangs);
      -2) qui repose sur un « trépied » : a) la Police politique secrète (SM-DRS-DSS), d’abord, b) le Commandement militaire ( Police politique + État-major), alias le Conclave; c) les Clans rivaux, « désunis » entre eux ( comme les meutes de prédateurs, de loups…), mais « unis » contre leurs proies que sont les populations civiles …..
      -3) la question principale, fondamentale, primordiale, c’est la question (de la la légitimité/de l’illégitimité) du pouvoir, en suspens depuis 1962…..
      -4) l’Ennemi commun = l’Ennemi principal = le Mal originel = l’Origine du mal = le Démiurge = (c’est) le Pouvoir dictatorial militaro-mafieux régnant depuis 1962, par la ruse et la force, (et par extension) les manipulations et provocations, la propagande et la répression, le mensonge et la terreur, la diversion et les tueries….. la catastrophe et la faillite.
      .
      LA TRANSITION NE SE DONNE PAS, ÇA S’IMPOSE :

      C’est le glorieux Ben Méhidi qui disait : « la liberté ça s’arrache, mais ne se donne pas ». De même pour la transition vers la démocratie et l’État de droit ….. que les Généraux-et-Colonels sanguinaires et prédateurs ne veulent pas, car ça attente à leurs intérêts et privilèges acquis illicitement et illégalement, par la ruse et la force, et pire encore, ils ont tué, torturé et kidnappé des centaines de milliers de citoyens, et volé des centaines de milliards de dollars, et savant qu’ils sont coupables et responsables, dont redevables à vie devant les Juridictions internationales …. d’où leurs fuites en avant, leurs zigzags, tromperies, diversions, écrans de fumées, manipulations ….
      .
      SEUL UN POLE D’OPPOSITION VRAIMENT OPPOSITIONNELLE POURRA IMPOSER UNE VERITABLE TRANSITION :

      Il nous faut reconnaitre que l’opposition est neutralisée, tous les partis sont participationnistes-collaborationnistes-mangeoiristes-khobzistes, donc foutus, les divers partis (qui comprennent que les staffs, les directions, mais pas de militants) roulent tous pour les divers Cercles et Clans rivaux en particulier, et donc pour le Régime militaro-mafieux en général….. Que la population est fortement traumatisée par la « guerre interne (1991-2017) » qui continue (à faible allure, certes, mais continue), qui font que le Régime militaro-mafieux demeure fort et puissant, de surcroit adoubé et soutenu par les Puissances impérialistes et néo-colonialistes occidentales (en échange des pillage des richesses et le bradage de la souveraineté nationale), et par cette position/situation ci qui lui est hautement favorable, continuera donc ainsi, dans sa fuite en avant, à piller, accaparer, réprimer, embrigader, et ne se résoudra pas à lâcher du lest ….

      Alors, seul un Pôle d’opposition vraiment oppositionnel, frontalement, farouchement oppositionnel, démocratique, moderniste, progressiste, unitaire, populaire, rassembleur et fédérateur, qui désigne et fustige directement l’Ennemi commun-principal-originel = le Pouvoir militaro-mafieux en place (1962/2017) ….. Ce Pôle qui ne peut se faire qu’avec des « vrais opposants » , c’est à dire des opposants autonomes, libres et indépendants, donc sans liens avec les Officines, les Clans, Cercles, Franges et Factions du Pouvoir militaro-mafieux.




      13
      • Amokrane
        13 août 2017 at 10 h 27 min - Reply

        .
        Oui, ils ne se résoudront jamais à lâcher le pouvoir, car :
        – ils ont tué des milliers, donc coupables et redevables….
        – ils ont volé des milliards, donc coupables et redevables….
        – le Régime militaire a l’argent servant à soudoyer, acheter, corrompre…
        – ils se considèrent propriétaires de ce pays….
        – les Puissances impérialistes occidentales les soutiennent….
        – l’opposition est neutralisée, foutus, les partis sont morts….
        – la population est traumatisée, lassée, fatiguée, démobilisée, ne croyant plus …
        – fausse classe politique : khobzistes, faux-opposants, pseudo-démocrates, extrémistes de tous bords ….
        – les jeunes (fatigués, désespérés …) n’attendent que les visas pour l’exil éternel (…), même leurs parents y consentent(devises obligent !) du fait de la pauvreté, la précarité, le chômage …




        3
    • Ait Amar
      11 août 2017 at 15 h 49 min - Reply

      .
      . N’EST PAS OPPOSANT QUI VEUT ! L’OPPOSITION EST NEUTRALISÉE, LES PARTIS SONT FOUTUS. LA JUNTE MILITAIRE EST/DEMEURE LA SEULE FORCE POLITIQUE ORGANISÉE ….
      .
      – Être opposant, c’est d’abord être contre le Régime militaire et ses alliés !
      – C’est dénoncer et condamner les crimes du Régime militaire, et ses alliés les islamistes et autres extrémistes (milices armées, escadrons de la mort, groupes dits d’auto-défenses, etc…..crées par le DRS) !
      – C’est dire « la nature militaire, dictatoriale, clanique et mafieuse » du Pouvoir en place, régnant depuis 1962 par la violence et la terreur d’État, la répression permanente, les assassinats et attentats politiques, enlèvements et séquestrations, kidnappings, emprisonnements extra-judiciaires et toutes sortes de mises à mort, de sévices, de pièges, sortilèges et stratagèmes de domination.
      – C’est exiger la dissolution immédiate, définitive et effective de la Police politique secrète , qui est une « organisation criminelle et mafieuse » au service de la Junte dictatoriale dirigeante.
      – C’est attaquer Le Régime militaro-mafieux en général et en particulier, globalement et dans le détail, pas uniquement le Clan Boutef (ex-MALG), mais aussi le Clan Mediene-Tartag-Djabbar-Nezzar (DRS = néo-MALG)….
      – C’est refuser de participer à la liquidation et l’effacement de la mémoire de la « guerre interne » (1991-2013),
      – C’est soutenir les familles des victimes assassinées et des disparus ! C’est condamner la consécration de la domination de l’idéologie arabo-islamique, « l’idéologie dominante » du « Pouvoir militaire dominant ».
      – C’est s’opposer à la politique criminelle et ultra réactionnaire de l’arabisation-islamisation = abrutisation-aghyoulisation (alors que les enfants de la caste militaro-mafio-bureaucratique étudient en Occident). C’est prôner les pluralismes divers (politique, culturel, linguistique, confessionnel, cultuel…) !
      – C’est reconnaître le droit à thamazight dans la cité amazigh avec une prise en charge totale, tout et tout de suite : académies, instituts, presse, radios, télés, etc. !
      – C’est refuser la « stratégie participationniste » , collaborationniste, khobziste, électoraliste, et harkiste en s’impliquant dans les mascarades électorales destinées à apporter une caution / crédibilité / respectabilité au Pouvoir militaro-mafieux, qui refuse la démocratie et l’État de droit !
      – C’est refuser ces vocables et discours doux et mous, et les discours identitaristes et culturalistes différentialistes, essentialistes, clivants et diviseurs, les-agitations-gesticulations-parades, les faux-opposants, les pseudo-démocrates, les partis-officines, les associations-relais, les institutions-alibis, les médias-propagandistes, les stratégies participationnistes /collaborationnistes, les mascarades électorales, etc. etc. ne servent que ce Pouvoir militaro-mafieux, sanguinaire et criminel, manipulateur et corrupteur, et ne font qu’aggraver le mal et les souffrances des populations civiles, et bloquer le pays
      .
      ÊTRE OPPOSANT, C’EST AVOIR LE COURAGE DE DIRE QUE :
      .
      -1) nous avons affaire à un un Pouvoir dictatorial militaire et mafieux (clans, cercles, factions, franges, gangs);
      -2) qui repose sur un « trépied » : a) la Police politique secrète (SM-DRS-DSS), d’abord, b) le Commandement militaire ( Police politique + État-major), alias le Conclave; c) les Clans rivaux, « désunis » entre eux ( comme les meutes de prédateurs, de loups…), mais « unis » contre leurs proies que sont les populations civiles …..
      -3) la question principale, fondamentale, primordiale, c’est la question (de la la légitimité/de l’illégitimité) du pouvoir, en suspens depuis 1962…..
      -4) l’Ennemi commun = l’Ennemi principal = le Mal originel = l’Origine du mal = le Démiurge = (c’est) le Pouvoir dictatorial militaro-mafieux régnant depuis 1962, par la ruse et la force, (et par extension) les manipulations et provocations, la propagande et la répression, le mensonge et la terreur, la diversion et les tueries….. la catastrophe et la faillite.
      .
      POUR UN POLE D’OPPOSITION VRAIMENT OPPOSITIONNELLE :
      .
      Un Pôle dircetement-farouchement-et-frontalement opposé au Pouvoir militaro-mafieux = l’Obstacle premier = l’Ennemi commun = l’Ennemi principal = l’Origine du mal = le Mal originel = le Démiurge …. qui accapare et pille les richesses, embrigade et réprime la population civile, hypothèque l’avenir du pays tout entier.
      Seul un Pôle vraiment oppositionnel, populaire, unitaire, fédérateur, rassembleur, alors apte à opérer une percée poliitique, et aura un ancrage certain, donc fort, et sera capale d’imposer la transition à ce Régime dictatorial qui n’en veut de la démocratie et l’Etat de droit, car ça attente aux intérêts des Généraux, acquis illicitement et illégitimement, par la ruse et la force, par la propagande et la terreur, par les diversions et la répression, par les leurres et les meurtres …..




      5
  • Nordine
    11 août 2017 at 15 h 35 min - Reply

    L’occident a plus que jamais besoin du véritable régime dans sa guerre contre l’EI.
    C’est VITAL pour eux de maintenir leurs p…es au pouvoir sinon les dégâts seront cosmique, sur le plan économique, flux migratoires, stabilité au Maghreb sera remise en question, donc carte blanche et protection total sur leurs bien obéissants toutous d’Alger l n’y a qu’à bien observer comment il supporte le régime en le fixant scandaleusement en 7eme position des pays « les plus sécurise » afin de motivé les investisseurs étrangers à s’engager ici, ils l’ont fait pour l’adhésion de la grece à la CEE, les faux bilans établis par les agences de notations pour ne citer moody’s, Tout est bidon.
    .




    3
  • el akh achour
    11 août 2017 at 18 h 23 min - Reply

    Bonjour, personnellement je serai pour un Changement de ce Pouvoir dépassé par le temps! mais je suis aussi pour que les vrais musulmans seront a la tête de ce malheureux pays! en aucun cas je marcherai avec et de nouveau un pouvoir Laic où de gauche car pour moi l’exemple des socialistes Francais est inapte; ci jour ci sur la Chaine el Jazeera je suis quotidiennement une interview avec l’ex président Tunisien Moncef el Merzouki un laic, cependant je partage les 90% de ses idées, lui qui ne cesse de critiquer la faute commise par les islamistes a leurs tête el Ghanouchi et jabiri; il les trouvent très molle et n’ont pas su faire face a un pouvoir criminel par crainte selon lui d’une guerre civil approché par les islamistes, sur cette question El Merzouki disait au fameux journaliste d’el jazzera : la tunisie n’est pas la libye, on a pas de tribus en tunisie, EST composé de musulmans malékites a 95% je trouve donc cette idée d’une guerre civil en tunisie absurde. De toute façon je serai pour un gouvernement islamiste importé depuis l’europe ce que le sujet a appelé unE assemblée constituante, enfin savez vous mes chers amis que les vrais algériens sont tous partis dans les années 80 et début des années 90 ne sont jamais revenu…bonne soirée




    6
  • Alhif n-wen.
    15 août 2017 at 14 h 39 min - Reply

    Ce que vous ignorez :
    1. le OUJDI n’a pas d’amis, ni TEBOUNE ni quelqu’un d’autres, d’ailleurs il les a tous largués.
    2. Au sujet de la lutte au sommet, elle concerne 3 personnes pas plus.
    – Said Boutef ……………..de l’Ouest.
    – Gaid Salah……………… de l’Est.
    – OU-YAYA (KDS)……………. du Centre.
    N.B / OU-YAYA considéré que c’est au tour des kabyles de prendre le pouvoir, eux qui n’ont jamais accédé à la magistrature SUPRÊME depuis l’indépendance de l’Algérie alors qu’ils ont consentis de gros sacrifices dans la guerre contre FAFA…. !!!




    1
  • Si Tchad
    15 août 2017 at 20 h 58 min - Reply

    Pas de larmes de crocodile pour les imposteurs….Tebbounedebara!




    3
  • Si Salah
    15 août 2017 at 22 h 45 min - Reply

    Ouyahia est l’homme des sales besognes comme il se plaît à le répéter. Un homme propre peut il faire de sales besognes pendant 25 ans sans broncher?. Juste une question…




    3
  • Congrès du Changement Démocratique