Édition du
21 November 2017

Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe

Salim METREF

Lorsque le gouvernement marocain s’est attaqué à l’Algérie, à ses symboles et à son peuple, nombreux ont été celles et ceux qui ne se sont fait pas priés pour le dénoncer, le dire et l’écrire convaincus qu’ils étaient et qu’ils sont toujours que ce pays qui continue de subir les incessants sévices que nous lui infligeons doit être toujours défendu. Mais beaucoup sont aussi convaincus que l’amitié entre les peuples et le respect mutuel entre les états sont immuables. Et dans ce contexte, la diplomatie est toujours ce qu’ii reste lorsque la certitude que toutes les autres voies de recours pour espérer reconstruire et retisser des liens parfois ancestraux qui unissent sont épuisées.

Alors si certains prétendent que la guerre est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls militaires, la diplomatie elle aussi et dans son essence même ne peut assurer un rôle qui n’est pas le sien.  Et il serait peut-être fairplay de concéder que sur le plan de la diplomatie régionale le Maroc a accompli de notables progrès et a même distancé l’Algérie dans des domaines où jadis nous excellions.

La conquête de la CAF, par exemple et pour ne citer que le domaine sportif, n’a pu se produire et à la surprise de nombreux observateurs pourtant avertis et des pronostics des spécialistes en la matière que par un énorme travail de fond et de lobbying de longue haleine qui a abouti à l’élection d’un nouveau président de cette instance footballistique africaine proche de la fédération royale marocaine du football.

La conquête du marché africain, notamment de l’ouest, n’est pas seulement une vue de l’esprit mais le résultat d’un intense activisme diplomatique. Et il est vrai que pendant ce temps là, nous nous faisions nous-mêmes hara kiri en sabordant l’embryon d’un forum économique algéro-africain qui aurait pu constituer une audacieuse passerelle vers ce continent qui n’est que le prolongement naturel de l’Algérie et qui était il ya quelques années de cela encore son incontournable zone d’influence.

L’Algérie a durant de nombreuses décennies payé rubis sur ongles un engagement fraternel vis-à-vis de l’Afrique, aides financières multiples, subventions, soutien aux mouvements de libération, formation des élites, etc., sans que nous en récoltions aujourd’hui les dividendes notamment sur le plan économique et qui profitent à d’autres. Et cela est hélas de bonne guerre.

La diplomatie tout comme l’armée et aussi la justice sont ces institutions piliers nobles qui comme cela se fait dans les pays développés et les pays émergents portent la république et se désarticulent toujours des enjeux de politique interne et des rapports de force qu’ils induisent. Cela participe de la préservation de leur crédibilité et de leurs statuts.

Si les crises lorsqu’elles surgissent constituent souvent comme le prétendent les stratèges des opportunités, elles sont aussi parfois lorsqu’elles sont provoquées peu fécondes et n’atteignent pas les objectifs qui leur sont assignées. Et cela est valable aussi des deux cotés de la relation algéro-marocaine.

Enfin si toutes les conditions pour que la relation algéro-marocaine revête la qualité qui lui échoit ne sont pas encore réunies, si les contentieux qu’il faut surmonter sont aussi nombreux et que la mémoire porte encore ses blessures, les liens qui unissent les sociétés civiles doivent plus que jamais s’affirmer car ce qui unit les peuples algérien et marocain est bien plus fort que tout le reste. Et seul cela compte.


Nombre de lectures : 3558
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • dessack
    24 octobre 2017 at 0 h 39 min - Reply

    Bonjour…
    Ce qui est lamentable, c’est que l’auteur de cet article evite de parler de la debacle Algerienne au sommet d’addis abeba en janvier 2017.
    Le pouvoir criminal d’alger a fait l’impossible pour que le Maroc ne reintegre pas l’union africaine. Si l’auteur veut des explications , je lui en fournirai mais je suis sure qu’il connait la verite. L’auteur parle de cooperation avec l’Afrique, j’aimerai bien savoir ce que notre pays a a propser aux africains…Du temps du criminal boukharouba, il y avait la malette des petrodollars qui ont permis au polisario d’etre reconnu par plus de 80 etats…..aujourdhui ils ne sont plus qu’une dizaine parmi eux le Zimbabwe et les iles Barbados….
    Pauvres de nous,un pays qui survit par la manne petroliere depuis plus de 50 ans. Nous sommes un des rares pays au monde a importe pour pas loin d’1 milliard de $ de lait.
    Nous sommes le 3 importateur de ble au monde. AIR ALGERIE emploie pret de 10000 agents , la royale AIR MAROC possede le meme nombre d’aeronefs qui dessert 10 fois plus de destination et fait face a la concurrence international-open sky- avec seulement 3000agents….
    En aeronautique-secteur inexistnt en algerie- plus de 12.000 emplois sont assures avec une augmentation exponentielle. Chaque Boeing ou Airbus Volant contient un ou plusieurs composants fabriques au Maroc….

    Enfin il me semble qu’il est temps de metre fin a cette mentalite de concierge qui consiste a s’occuper des autres au lieu de soi-meme. Je prefere conclure avec cette expression Americaine tres revelatrice d’ailleurs qui dit:(( THINK LOCAL FIRST))
    MERCI




    15
    • rachid dahmani
      24 octobre 2017 at 9 h 35 min - Reply

      Mais le Maroc restera un pays colonisateur, et c’est de ce problème qu’il s’agit et rien d’autres. Le Maroc aura beau ne pas se tarir de toutes les éloges à propos de tout, il est jusqu’à ce jour à la même enseigne que les colons des années passées qui vont vu leurs colonies prendre leur indépendance. Et donc avec cette mentalité de colonisateur, le Maroc n’ira surement pas loin.




      7
      • ibn Arabi
        24 octobre 2017 at 21 h 28 min - Reply

        Le peuple algerien est encore colonise par ceux qui ont fait la revolution au Maroc. Ait-Ahmed, Allah yarmah, a bien dit « on a libere le pays mais on n’a pas encore libere le peuple ». Lire aussi le document « des colons aux colonels » de Sadek Sellam.




        6
    • Salim METREF
      24 octobre 2017 at 13 h 29 min - Reply

      Bonjour Monsieur

      Sallam DESSACK

      Merci de cet «éclairage» et comme vous me citer à plusieurs reprises je voudrai juste préciser ceci :
      L’effort intellectuel qu’il faut faire est celui d’assimiler «l’esprit» de cet article qui n’ambitionne pas de recenser toutes les séquences de la relation algéro-marocaine dont le marqueur, selon moi, est et restera longtemps encore l’agression marocaine dont a été victime l’Algérie juste après son indépendance mais d’essayer de construire des perspectives communes et des passerelles fraternelles à l’abri des susceptibilités officielles et des conjonctures politiques.
      Sinon tout part en vrille.
      Mais vous avez bien raison de prêcher pour votre propre paroisse tout comme moi je le fais pour la mienne.
      S’agissant des pièces d’Airbus, permettez-moi de partager avec vous la fierté qui est la vôtre.
      L’essentiel est que cela profite au peuple marocain.
      Salutations maghrébines




      5
    • Karim
      25 octobre 2017 at 7 h 45 min - Reply

      Vous n’allez quand même pas nous vanter les mérites du système ultralibéral marocain dont ces entreprises étrangères profitent d’une main d’œuvre très bon marché, ne payent pas un centimes d’impôts et rapatrient l’ensemble du capital chez elles. Je vous invite un dimanche après-midi chez moi à Dortmund en Allemagne, vous allez voir les adolescents venant du Maroc qui rodent seuls l’après-midi derrière la gare centrale et ne savent même se situent sur une carte géographique.
      Comparer l’Algérie au Maroc c’est comparer le borgne au manchot.




      6
  • berrouigat
    24 octobre 2017 at 6 h 54 min - Reply

    ce serait l’idéal si les 3 pays du maghreb maroc algerie et tunisie s’aliaient comme des freres au lieu de se tirer dans les pattes cela ferait une force africaine incontestable vis a vis de l’occident




    5
  • SLIMANE
    24 octobre 2017 at 15 h 28 min - Reply

    LE PEUPLE MAROCAIN SONT NOS FRÈRES !!!!!!




    5
  • dessack
    24 octobre 2017 at 21 h 13 min - Reply

    Si Metref..
    je vous salue et en meme temps je me permet d’apporter des eclaircissements qui sont a caractere historique.
    Pourquoi le Maroc nous a aggresse -la guerre des sables- en 1963? J’ai la ferme conviction que 90% des Algeriens ne le savent pas.
    Vous savez tres bien que le clan d’oudjda a leur tete boukharouba, avec bien sure l’autre qui est ben bella avaient refuse de negocier la question des frontiers-Bechar-Tindouf-…La revendication Marocaine est legitime concernant ces territoires. La bataille d’Isly est revelatrice de meme que les conditions du marechal Liautey imposees au royaume cherifien. Mais ce qui m’a surpris de votre part c’est que vous ne soufflez pas un mot sur cette pseudo RASD que cet energumene a invente de toute piece et de ce fait amputer le Maroc d’une partie de son territoire. En parlant de cette aggression dont vous ne citez pas la cause, vous me laissez comprendre que messahel a raison de tenir un pareil langage et que ceci est rien du tout par rapport a l’agression de 1963.
    Le TABOU sur l’ecriture de l’histoire impose par boukharouba a reellement eu un impact doctrinal sur les Algeriens…
    Mes salutations.




    4
    • Karim
      25 octobre 2017 at 11 h 32 min - Reply

      Et vous Monsieur j’ai l’impression que vous ne savais pas que le makhzen a justement fait appel au fameuse « Himaya » des francais justement pour contrer la rebellion des tribus intérieures. (Lire Ahmed Assid que l’on ne peut pas accuser d’être Boukharoubiste pour reprendre votre accusation. Ceci dit, criminel pour criminel, je ne pense pas que Hassan II était un enfant de coeur)

      Moralité: cessez de tourner l’histoire à votre guise et proposez des solutions concrètes.




      4
  • samih
    25 octobre 2017 at 10 h 19 min - Reply

    Bonjour; pas pour autant qu’en tant algérien je voulais s’allier avec ses pays mais reste quand même nos voisins et le bon voisinage est très important pour une meilleure sécurité du peuple! en revanche je parle de moi je veux s’allier avec la turquie, des gens très sympas bien éduqué travailleur positif nous allons beaucoup apprendre d’eux bonne chance.




    0
  • agafay
    25 octobre 2017 at 17 h 27 min - Reply

    Des le debut de votre article vous annoncez la couleur et vous vous placez sur une trajectoire de victime;La vraie histoire est tout autre;elle a commencé un certain juillet 1962 avec le coup d’etat des planques d’Oujda sur le GPRA ,gouvrnement legal qui a negocie les accords d’Evian ,GPRA avec qui le Gouvernement marocain avait des accords de trace des frontieres TINDOUF ;BECHAR que les putchistes BEN BELLA BOUKHARROUBA ont renie;autre verité ,la guerre des sables est une provocation de Ben Bella sur conseille de DIB l’Egyptien pour couper l’herbe sous les pieds de la revolte Kabyle d’AIT HMED et Col OULHADJ( Willaya 3 ) et du jeune et fougueux Col CHAABANI de la Willaya 6 ,les expulsion suite a la marche
    verte 1975 des 350 000 algero marocains d’algerie juste parcequ’ils sont d’origine marocaines même que la plupart sont nés en algerie;la connerie de la fermeture des frontiere suite à l’autre connerie de BASRI ministre de l’interieur marocain qui a instauré le visa pour les algeriens suite a l’attaque de l’Hotel ASNI de Marrakeche en 1994;Ce qui est certain ;dommage pour les peuple du Maghreb; est que du point de vue du regime post 62 algerien militaro harki socialo islamo fln le regime monarchique du maroc est un danger




    4
  • Ali SBIH
    26 octobre 2017 at 19 h 07 min - Reply

    Salamalikoum,

    Je ne pense pas que le « way of diplomatie »« de Mr Messahel puisse être un jour enseigné dans les grandes écoles ni susciter des vocations.

    Ces sempiternels règlements de compte entre des dirigeants sur le dos des Enfants du Grand Maghreb et au détriment de tout ce que nous avons de commun : un seul Peuple à l’origine que les vicissitudes de l’histoire n’ont pas épargnées, que les calculs géo-économico-stratégiques ont placés sous des tutelles malléables et corvéables, de minces traits au crayon sur le planisphère ont suffi pour créer des particularités locales ,des bombes à fragmentation , susciter des courses à l’armement et le tissage d’ alliances extérieurs etc.….

    Certaines réussites commerciales n’ont pas de quoi épater quand on sait qu’il est très difficile d’investir à l’extérieur pour les raisons simples d’organisation du Commerce international qui impose des règles draconiennes .Parfois ,pour rétribuer « les bons élèves »,des coups de pouce sont donnés par des « honorables correspondants » ,une histoire de patte blanche.

    Mais si les statistiques sur les saisies volumineuses de cannabis qui sont repris dans la presse sont exactes ,il y a lieu de s’interroger sur cette forme de gouvernance ,ce PACS : Politique/Drogue

    A moins qu’un jour ,les USA remettent la main à la pâte comme ils l’ont fait avec Noriega.




    0
  • Si Salah
    27 octobre 2017 at 10 h 32 min - Reply

    Ce qui donne le plus la nausée, en sus de Messahel et ses semblables bien sûr, c’est surtout une bonne partie des journalistes qui s’agitent comme le chien de Pavlov dès que les mots « Maroc ou Makhzen » sont prononcés.

    Sachant que Messahel i-pertef avec ses homologues marocains et se tapent sur le ventre quand ils sont seuls à l’étranger loin des regards, je suppose qu’il doit drôlement ricaner de l’effet produit sur les journânistes par ses âneries devant le FCE.

    Ce qui n’est pas sans rappeler le ministre français Daladier qui, après avoir capitulé devant Hitler à Munich en 1938, pense qu’il sera brocardé à son retour en France. A sa descente d’avoir en France il trouve au contraire une immense foule venue l’acclamer comme le Messie. Il glisse alors à l’un de ses accompagnateurs : « Ah les cons, s’ils savaient …»




    3
  • Alilou
    27 octobre 2017 at 16 h 24 min - Reply

    Vous savez j’ai lu tous les commentaires et je suis arrivé à une seule conclusion: liberons-nous de nos maîtres d’abord puis le reste « l’union des peuples viendra toute seule comme la cerise sur le gâteau. Autrement tous les débats du monde ne ferons pas avancer notre schminblick d’un iota….on s’arrachera les cheveux et on se retrouvera toujours à la même case « zero »




    2
  • Nabil
    31 octobre 2017 at 17 h 29 min - Reply

    Bonjour ou bonsoir Monsieur Sidhoum

    Je viens de parcourir votre blog. Cela fait quelques temps que je n’interviens plus sur votre blog, mais comparé au blog que j’ai connu il y a quelques années, je constate qu’il perd de plus en plus en « fréquentation » et vivacité et c’est dommage ! Ce sont toujours les mêmes internautes qui interviennent ! Je ne souviens d’une époque où de grands débats riches, divers et contradictoires s’exerçaient admirablement sur votre blog : des nationalistes, des islamistes, des laïcs, des bénabistes, des salafistes, des musulmans tout court, des théologiens, des historiens, des journalistes, des berbères, des arabes, des chaouis, des mozabites, des targuiss, des républicains, des croyants, des non croyants, des athées, des communistes, etc… etc. Bref tout ce beau monde merveilleux ALGERIEN avait donc sa place dans votre blog. Cela continue certes mais il me semble que les interventions sont moindres et que la vivacité du blog a perdu en intensité ! C’est mon avis et je peux me tromper bien sûr.

    Par ailleurs, je pense que le blog est noyé par une multitude d’informations diverses, d’articles qui subsistent trop lontemps dans la page principale alors qu’on peut les mettre en archives. Bref le « désign » du blog est à revoir à mon sens car il est trop surchargé surtout que la version arabe et française se chevauche et caracole ensemble sans cohérence. Je sais qu’il faut beaucoup d’argent pour faire une version accessible en arabe, en français ou en anglais uniquement, mais moi je suis nostalgique de la conception simple du blog qui existait au tout début même de la création du blog ! Je sais que certains « experts » du désign « informatique » pensent le contraire de ce que je dis. A mon avis, il faut privilégier l’information et les débats « up to date », tout en veillant à gérer les archives ou les anciens articles autrement ! Trop d’informations tuent l’information et le lecteur ne trouve pas son compte dans une page surchargée. Si je fais cette proposition c’est parce que je suis un démocrate, je suis pour la diversité d’opinion et la liberté de pensée. Je sais aussi que vous êtes un acteur important qui combat pour le changement, que vous êtes contre les dinosaures de ce pouvoir totalitaire de 62 et que votre ligne éditoriale est … un plus .. pour la construction d’une nouvelle république, d’une Etat de droit, pour le respect des minorités et pour la construction de la vraie démocratie dans notre pays !

    Bref malgré tout, je vous dis bon courage dans votre travail d’information et de pédagogie politique qui n’est nullement négligeable quoi qu’on dise! Mes respects Monsieur Sidhoum même si je ne partage pas totalement et toujours votre idéologie politique ou votre ligne éditoriale !




    3
    • Salim METREF
      1 novembre 2017 at 23 h 34 min - Reply

      Sallam Monsieur NABIL

      Puisque vous adressez votre point de vue à propos de ce site à Monsieur SIDHOUM en le publiant en bas du texte que j’ai signé, permettez-moi aussi d’exprimer mon opinion sur LQA.

      Pour la justesse et la constance de son combat et la fidelite à ses convictions et idées, Monsieur le Docteur S.E. SIDHOUM mérite toute la considération et le respect non seulement des lecteurs que nous sommes de LQA mais bien au-delà encore.
      Les contributions sont nombreuses, intenses et de qualité variable.
      Elles ont cependant le mérite d’exister et d’être souvent sincères.
      La diaspora à laquelle vous appartenez sans doute et l’élite de ce pays dispersée aux quatre coins du globe devrait enrichir les contenus mis en ligne.
      Ce serait bien d’autant plus qu’en ce moment l’Algérie a bien besoin de tout le monde pour essayer de renouer avec la légende, la sienne et retrouver le fil conducteur de son histoire.

      Trés cordialement




      6

    Congrès du Changement Démocratique