Édition du
14 December 2017

L’arbre qui ne cache plus la forêt

 

Salim METREF

De forêt, il n’y en a plus aucune. Juste un arbre planté au milieu d’un amas de branches mortes, de désillusions et d’échecs. Les lions de l’Atlas, les pharaons d’Egypte seront eux du voyage et nous les porterons ainsi que les autres dans nos cœurs. Nous méditerons durant ces années qui viennent que seuls l’effort et le travail quand ils ont l’intelligence pour attelage permettent aux prouesses de se réaliser. Et n’étant plus sur l’échelle continentale une grande nation de football, nous sommes désormais juste du petit gibier que les petites équipes africaines veulent inscrire à leur tableau de chasse. Le gâchis est immense et jamais dans les annales du football une équipe truffée d’autant de talents n’aura été conduite aussi rapidement à l’échec.

Il est vrai aussi que les premiers de cordée ne franchissent pas toujours les sommets et dévissent parfois au profit des seconds qui savourent la conquête. Mais Moscou ne croit plus aux larmes et la route qui y mène exige efforts de longue haleine et dévouement sans faille. Et l’échec de la squadra azzura ainsi que celui des Pays-Bas ne nous seront d’aucun secours.

Désormais nous ne pourrons plus bomber le torse car l’échec est cuisant et l’humilité nous fera du bien.

L’arbre qui ne cache plus la forêt est planté au milieu d’un amas de d’échecs et de désillusions. Il n’est cependant pas mort car tout autour de lui les jeunes pousses croupissent sous le poids des branches mortes, piaffent d’impatience et veulent monter au ciel.

Et comme pour le football, tout est à reconstruire et cela pourra se faire très vite.

Enfin seule satisfaction à cette bérézina, d’ici 2022 le football ne pourra plus être instrumentalisé et les algériens penseront à autre chose comme à ce pays où tout est à reconstruire. Ils s’émanciperont en tous les cas d’ici là de cette redoutable arme d’aliénation mentale.


Nombre de lectures : 1944
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Dria
    17 novembre 2017 at 8 h 51 min - Reply

    Ce genre de discours on devrait le rappeler au représentant de la diplomatie algérienne Mr Messahel et consœurs qui n’ont trouvé que le Maroc comme bouc émissaire pour cacher nos échecs sur tous les plans…
    En tous les cas dans le domaine sportif les résultats sont la et parlent d’eux mêmes le sucés du Widad de Casablanca , la qualification du Maroc au mondial, l’intronisation d’un marocain à la tête de la fédération africaine de football… de quoi rendre plus hagard le regard Bovin de notre ministre, alors est l’effet de la Zatla, avant autant de succès il faut se rendre qu’il s’agit de politique et d’homme…

    Oui tout est à reconstruire, mais avant la reconstruction, il faut reconnaître l’échec et admettre un changement. On ne reconstruit pas du neuf avec de l’ancien, ni avec des constats et des écrits ….faut il fumé du 3ar3ar pour trouvé une solution à une équation aussi simple.




    6
  • SLIMANE
    17 novembre 2017 at 15 h 37 min - Reply

    jusqu’à 2022 il s’en passera des choses !!! et il n’est pas certain que l’ on soit dans le même état qu’aujourd’hui ….
    le pouvoir, je ne vous apporterez pas une nouveauté si je vous apprenez que se sont tous des menteurs, trompeurs, lâches et hypocrites jusqu’à la moelle …
    Le pouvoir nous a encore trahi comme à son habitudes, L’état doit payé 20 milliard de DUS au FMI, ainsi vous avez la véritable raison pourquoi les fonctionnaires ne seront pas payés le moi de novembre au détriment de « son » peuple qui en bave un peu plus de jour en jour ……
    Mon souhait le plus fort et que ceux qui dirigent le pays et qui nous ont mis dans cette état INCHAALLAH QU’ILS AIENT LE CANCER LE PLUS VIRULENT QUE LE CRÉATEUR AI PUS CRÉÉ




    2
  • Congrès du Changement Démocratique