Édition du
22 January 2018

Le visa d’universitaire où le pardon à la Macron .

 

En tant que médecin, enseignant chercheur et doctorant en orthophonie,  j’ai bénéficié  d’un séjour scientifique de courte durée en France. Comme je venais de refaire mon passeport, qui expira, il fallait que je renouvelle mon visa également, c’est mon 3ème visa de circulation que je renouvelle, en tant que membre chercheur d’un projet CMEP-TASSILI. Je n’ai jamais vécu  ni ressenti auparavant, ce genre d’humiliation, qui a commencé avec l’histoire des RDV de TLS Contact. Une fois le dossier créé et le formulaire rempli, on est pris au piège de l’attente, que je n’arrive même pas à décrire, attendre un RDV qui sera donné par je ne sais qui, ni comment ni quand. Il faut patienter devant son micro-ordinateur,  en espérant voir  s’activer le tableau des RDV grisé.  Ceux qui connaissent les rouages de TLS et du Consulat, m’ont conseillé de me rabattre sur les preneurs de RDV  connus, des cybers et autres agences. Effectivement,  voyant la date de mon séjour en Laboratoire français, arriver à grand pas et sans  aucune lueur de RDV  à l’horizon, j’ai sollicité alors, un ami possédant une agence de voyage, qui m’appela un dimanche, pour me dire d’ouvrir ma boite mail, afin d’imprimer un RDV pour le mardi  suivant, à 8h30.

Je n’ai rien payé ; comment a-t-il donc fait ? Une énigme. L’essentiel c’est que j’ai eu mon fameux RV-sésame et je me suis donc rendu au Consulat, avec les documents demandés. Je dépose mon dossier, je m’acquitte des frais de visas et le jour du retrait,  surprise : « visa sans suite », a été le verdict !

Or, quand on fait une demande de visa dans un cadre légal,  avec une invitation régulière et en bonne et due forme,  quand on a une lettre d’introduction signée par le Recteur d’une Université algérienne, quand on a des attestations, des frais de mission, qui couvrent la durée du stage, en euros, quand on a juste un visa de circulation à renouveler et quand il ne s’agit pas d’un cas isolé mais de cas d’une dizaine de collègues, au niveau de notre Faculté, qu’en est-il du nombre exact, au niveau national.

À travers ces refus, on remet en cause, la probité :

–  Des professeurs étrangers, qui nous invitent,

–  De ma directrice de recherche, qui a émis un avis favorable à la poursuite de mon plan de travail,

–  De notre administration, avec les différents conseils, CSD, CSF qui ont donné leur accord,

–  Du Recteur et de sa lettre d’introduction, dès lors, banalisée,

–  De notre ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ainsi que la République Algérienne, qu’on  retrouve dans l’entête de tous nos documents.

Si tout ce beau monde ne réagit pas, alors, oui, l’Université Algérienne est malade. Si des enseignants dans mon cas acquiescent sur ce coup sans réagir, alors, oui, l’Université  est en train d’agoniser. C’est une affaire  de dignité, quand on traite l’enseignant, le chercheur, comme un simple « Harraga » , un sans papier de la science,  ceci ne me laisse pas indifférent. Sous d’autres cieux, on en ferait une affaire d’État.

Au début, je m’étais culpabilisé,  pensant à une erreur de ma part, mais, je me rends compte que c’est une nouvelle politique du Consulat. En tant qu’universitaire, on vous oriente vers  le visa « CS- Universitaire » pour vous faire coincer avec le fameux document « Convention d’Accueil », qu’on vous sort comme un carton  rouge. Il suffit donc, de faire une demande de visa-Affaire ou Touristique,  pour avoir plus de chance. Le problème est là. Et la question qui demeure posée : y a-t-il donc une relation avec la décision de la suppression notre ministère des « invitations » depuis l’année passée ? Si oui, alors notre ministre, question d’honneur, va sûrement faire quelque chose !

Je ne ferai donc aucun recours car il ne s’agit pas  d’un visa touristique.  On est censé faire des séjours et des stages sous l’égide   et avec prise en charge de l’État algérien.

J’ai le droit de demander des explications et de comprendre, le pourquoi d’un tel refus. Ce qui m’interpelle et me dicte d’agir de la sorte, c’est le fait que c’est la corporation des universitaires, qui est ciblée.

J’interpelle donc notre ministère, le priant d’intervenir d’urgence.

L’État français est souverain dans le traitement et l’octroi des visas. Si c’est la nouvelle politique des Affaires Étrangères de la France, de bloquer l’échange interuniversitaire, alors Mr le ministre de l’enseignement supérieur veuillez nous organiser la coopération avec d’autre pays qui nous respectent en tant qu’universitaires et je dirais alors : « Monsieur Macron, cette manière de gérer les visas m’étouffe et pardon, je ne peux rien desserrer, c’est dur de conjuguer le pardon au passé avec ces humiliations au présent »

Dr IZEMRANE Abdellatif, Doctorant-Chercheur à l’URNOP de l’Université d’Alger 2, Maître Assistant en Orthophonie à l’UMMTO.


Nombre de lectures : 5355
59 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • fatma
    19 décembre 2017 at 17 h 37 min - Reply

    @Dr IZEMRANE Abdellatif
    Moi je trouve cet affront tout à fait normal et prévisible et je ne comprends pas pourquoi vous semblez scandalisé. A moins que vous croyiez peut-être que l’Algérie est un Etat souverain et respectable, alors là c’est une autre histoire et pour un universitaire c’est vraiment étonnant malheureux à la fois.
    Voyez-vous cher Monsieur du temps de feu Boumediene (que je ne porte pas dans mon cœur) ou du temps du très respectable feu Mohamed Benyahia ministre de l’enseignement supérieur, «l’État français souverain dans le traitement et l’octroi des visas » comme vous le dites n’aurait jamais agit ainsi, aujourd’hui force est de constater et d’admettre que c’est autre chose, n’ont-ils pas déshabillé un ministre de notre république à l’aéroport ?. Selon un vieux proverbe Kabyle, un enfant dit à son père : « Oh père on nous a agressés », le père lui rétorque : « Oui fils parce qu’on nous a reconnus » « A vava wouth negh, a mi akel nagh ».




    13
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      19 décembre 2017 at 22 h 09 min - Reply

      Bonjour Fatma, t’inquiète,j’ai horreur qu’on me déshabille des yeux, alors de la à me dénuder,non je ne serais jamais ministrable, quelque soit mes fringues je respecte mon prochain, même si c’est un consul, sauf s’il use de l’éventail, la les vents tourneront pour l’ universitaire respectable que je crois être, fils d’un père digne et respectable, Allah Yarahmu.




      65
      • fatma
        20 décembre 2017 at 12 h 11 min - Reply

        Bonjour Docteur, merci pour votre réponse, vous me rassurez. comme vous êtes dans le secteur universitaire vous avez certainement pris connaissance des cas de passe droit, de tricheries, de plagiats et autres actes inqualifiables aux quels s’adonnent certains responsables au sein même de ce haut lieux du savoir qu’est sensée être notre université. A mon avis ces agissements ne sont pas fortuits, ils résultent d’une démarche, d’une machination machiavélique qui consiste à détruire le système éducatif producteur du savoir, nous le constatons aisément au sein des paliers inférieurs (primaire et secondaires) qui sont complètement détruits et déstructurés. Le mal a atteint maintenant l’université, elle agonise, il faut que tous les enfants dignes de ce pays fassent quelques chose et vite pour la maintenir en vie si non c’est la mort de tout le pays et pas seulement de cette institution. Cela dit, je suis sure qu’il y a des gens honnêtes et dignes pour relever le défit et je suis persuadée que vous en faites partie, je n’ai aucun doute. Alors continuez à lutter, ne courber pas l’échine, ne vous inclinez pas, vous êtes un bâtant et nous sommes fiers de vous.




        10
        • kaci Seddiki
          20 décembre 2017 at 16 h 53 min - Reply

          Chère Madame Fatima,
          Je voudrais juste vous rappeler que l’époque que vous évoquez (de triste mémoire)la France n’exigeait ni visa ni somme d’argent pour rejoindre soit l’université, soit un travail soit un parent
          L’allocation touristique était de 300da,convertible en francs français dans les guichets d’Air Algérie.
          Bonne journée
          KS




          3
  • belhouchet
    19 décembre 2017 at 18 h 36 min - Reply

    je viens de lire l’article et sincèrement je n’arrive pas à expliquer l’attitude du consulat? si cette fameuse convention est une nouvelle disposition qui touche même les enseignants stagiaires, pourquoi le consulat n’a -t-il pas informé le ministère de façon officielle à ce sujet, afin d’éviter tous ces tracas? à suivre…..




    47
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      19 décembre 2017 at 22 h 47 min - Reply

      Pourquoi on vous le demande pas lors du dépôt du dossier et pourquoi elle ne figure pas dans le dossier des pièces à fournir, on la retrouve en guise de carton rouge lors du retrait du passeport.




      51
    • kaci Seddiki
      20 décembre 2017 at 16 h 56 min - Reply

      Peut-être que ce rejet est lié à la manière avec laquelle le rendez-vous a été obtenu .Je rappelle que pendant un certain temps les services français ont diligenté des enquêtes sur l’octroi des rendez-vous en contre partie de sommes d’argent assez importantes
      KS




      0
      • Dr IZEMRANE.Abdellatif
        21 décembre 2017 at 0 h 01 min - Reply

        Je parle de dizaine de cas de refus rien qu’au niveau de notre faculté, dont des chefs de départements,et même un professeur, la gestion chaotique des RDV c’est voulu, je vous défis d’en avoir un de façon normale. C’est bloqué jusqu’au mois de juin 2018. On dit que le consulat libére quotidiennement des RDV à TLS a des heures de la journée que personne ne connaît?




        47
  • Si Salah
    19 décembre 2017 at 19 h 27 min - Reply

    Absolument d’accord avec votre dernier argument: Il faut organiser la coopération avec d’autres pays qui nous respectent et avec lesquels nous n’avons pas de contentieux historiques. Il faut casser le monopole de la France dans le domaine des échanges universitaires, ceci d’autant plus que l’université française, nombriliste et monolingue, est en plein déclin, j’en veux pour preuve le dernier classement Shanghai 2017. La France n’a que 3 universités dans le top 100 mondial alors que la « petite » Suisse en a 5 et les « petits » Pays Bas 4. La première université française (Jussieu) n’arrive que 40ieme. Il y a cependant un puissant lobby fafaphile et antinational qui fera tout pour s’opposer à l’ouverture de notre université sur le monde. Sa tête de pont se trouve à El Mouradia, avec de solides relais dans les rectorats. La tâche est rude….




    51
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      20 décembre 2017 at 5 h 30 min - Reply

      Ya Si Salah, cette coopération date du GPRA et remonte aux accords d’ÉVIAN….




      52
      • Si Salah
        20 décembre 2017 at 23 h 09 min - Reply

        Je sais mon ami mais force est de constater que makhardjetsh 3lina, et si en plus nous devons subir des humiliations, non merci, c’est la double peine. Ça prendra du temps mais lorsque nous aurons intériorisé le fait que le monde est drôlement plus grand que la France et que les accords d’Evian c’est du passé decomposé alors nous aurons fait qlq pas ds la bonne direction …




        49
    • danon
      21 décembre 2017 at 10 h 21 min - Reply

      Excellent! ce que vous dites! enfin un petit réveille!




      39
  • PR Nacira ZELLAL
    19 décembre 2017 at 20 h 08 min - Reply

    bonjour
    pourtant mon doctorant Izemrane était membre du CMEP (avec Paris 8), achevé en décembre 2016. Il a bénéficié de stages à son décours et il est en fin de thèse, ayant droit à un stage de courte durée de 02 semaines, à la Salpétrière où se déroulaient ses stages CMEP, avec mon accord, celui de mon collaborateur de Paris 8 et celui du Maître de stage. Ce CMEP lui a permis d’avoir des visas de circulation. Habituellement, le Consulat poursuit l’octroi du visa de circulation au-delà de la fin du projet. Une cellule de transmission des demandes de visa existait au vice-rectorat de la RS. Un agent prenait les dossiers de demandes, les déposait directement au Consulat sans RV, une fois/semaine et 10 jours après, il allait les récupérer. Tous ces désagréments n’existaient pas. Il serait donc souhaitable de réinstaurer d’urgence ce système. Quant à la convention d’accueil, elle existe, à ma connaissance, pour l’année sabbatique, mais pas pour les stages de courte durée.




    59
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      19 décembre 2017 at 22 h 40 min - Reply

      Bonjour Pr Zellal, vivement « le retour au cellule de transmission « , juste une précision, pour le CMEP c’était des visas de (1 mois) visas gratuits, les visas de circulation (payants) c’est pour mes communications de Besançon 2015 (1 ans)et la Rochelle 2016 (2 ans), la question qui se pose, pourquoi ce changement brusque.




      53
    • Zaim
      23 décembre 2017 at 10 h 25 min - Reply

      Visa de Circulation?! Ah! le Privilège! que deviennent les otages « le reste des algéiens » je crains que nos honnêtes intellectuelle tombe dans le jeux malhonnête de nos politiciens a l’instar de ce Ouled Kaddour Saadani etc d’autre, d’autant l’état algérien a ratifier non pas un traité mais bien un protocole en octobre 2016 avec l’état Francais Stipule : tous les ministre ainsi que membre de l’état algérien est protéger de toutes poursuites Judiciaires ou autre »administrative ».




      1
  • imane
    19 décembre 2017 at 21 h 53 min - Reply

    Apres une lecture , passionée j’adhère totalement avec vous cher docteur . j’espère que votre article vous permettra de trouver une solution qui vous satisferai tous et vous permettrai de profiter et prendre part de votre plus grand droit étant ce stage en france malgré les refus et oppositions vous empechant d’accéder a ce dernier . Pour se faire le ministère lui aussi se voit dans l’obligation de réagir et entreprendre des decisions pour le moins radicales vous permettant d’arriver à vos fins.




    45
  • enseignant universitaire
    19 décembre 2017 at 22 h 07 min - Reply

    Après la lecture de nombreux avis partagés celui de PR Nacira ZELLAL m’a fortement interpellé , l’idée partagée par cette dernière étant en effet une solution envisageable ayant déja fait ses preuves dans les années précédentes. En effet qu’une personne puisse se charger du dépot et par la suite de la récupération est une idée qui évitera toute cette mascarade et pourrait par conséquent permettre l’accés aux stages des personnes concernées.




    46
  • ahmed-université de tizi ouzou
    19 décembre 2017 at 22 h 17 min - Reply

    Bonjour tout le monde
    Je suis tous a fait d’accord avec Mr IZEMRANE
    Moi personnellement j’avais le même problème donc c’est une occasion d’agir vite et il faut trouver une solution par tous les moyens
    Refuser le visa pour l’enseignant chercheur C’est plus qu’humiliation.




    49
    • kaci Seddiki
      20 décembre 2017 at 16 h 59 min - Reply

      L’humiliation est de continuer à se prosterner devant cette puissance pour soit un visa ,soit une carte de résidence que nos dirigeants à la petite semaine ont enclenchée depuis les années 90.

      KS




      4
  • Mssissi
    19 décembre 2017 at 23 h 42 min - Reply

    Bonsoir Bonsoir,

    Fatiguée de lire,d’entendre,de croiser, de subir encore et encore la hougra, l’injustice, les deux poids deux mesures, les incohérences, les embûches pour ne pas dire les mines antipersonnels ! Yaw la vie est assez compliquée! Déjà que de nous avons pris goût à subir sans brancher parce que 3ib parce que hram parce que madjatch mais enough is enough!
    Qu’est ce l’on veut inculquer à nos enfants? Subir ou comprendre ,essayer, lutter , s’affirmer,changer , être acteur car au final on devra tôt ou tard rendre des comptes seul ! Alors autant agir et assumer .Courage Mr Izemrane l’histoire de notre cher DJazair a connu aussi et connaîtra des battants.




    48
  • kamel H -hasnaoua
    20 décembre 2017 at 0 h 30 min - Reply

    Tous le monde concernés par cette affaire, il ne faut pas penser que tan que vous avais pas un refus de visa ou une demande donc sa vous intéresse pas non et non, si on reste comme ça le refus tu l’aura demain et l’année prochaine et …chaque un a son tour




    46
  • الاستاذة كريمة -جامعة تيزي وزو
    20 décembre 2017 at 0 h 50 min - Reply

    نعم يا أستاذ ما قلته في تعليقك يذكرني بالخطاب الذي ألقاه يوما العقيد معمر القدافي رحمه الله أمام رؤساء الدول العربية وقال لهم انه قتل وشنق
    الرئيس العراقي صدام حسين أمام العالم ولم يترك أي رئيس من رؤساء الدول العربية وقال لهم سيأتي كل واحد منكم دوره وبدءوا يضحكون..انظروا ألان إلى الدول العربية الم يأتي دورها !!!!!




    7
  • hocine-TO
    20 décembre 2017 at 1 h 00 min - Reply

    Je pense la première personne qu’il concernée et qu’il doit agir rapidement c’est le recteur
    Dans les documents de stage des enseignants il ya une lettre d’introduction ou le recteur lui-même demande au consule générale de France de délivré un visa de circulation pour l’enseignant
    Donc le consul à répondre au recteur par refus…et pas un seul refus monsieur le recteur beaucoup de refus




    49
  • zaim
    20 décembre 2017 at 10 h 02 min - Reply

    Bonjour, Personnellement je trouve ca Normal! étant donnée que le travail d’une thèse d’un Doctorat chez nous « soutenance » égale par exemple au travail d’un premier semestre d’une université par exemple en Suisse! avec mes respects!.




    2
  • I.Z
    20 décembre 2017 at 11 h 11 min - Reply

    Dr Izemrane, j’ai vu le document en question non seulement le chercheur, professeur doit dûment remplir et signer le formulaire, il doit aussi se rendre à l’autorité consulaire et à la Préfecture pour viser.
    Avec toute la bonne foi et l’estime qu’il a pour l’invité, je peux vous assurer qu’il ne le fera pas (faute de temps, d’énergie ou autres …) Vous vous rendez compte s’il se déplace pour chaque invité ? Mais, c’est inadmissible et inconcevable, un document qui n’a aucun sens.
    Ce que je ne comprends pas…Que fait l’autorité algérienne face à ces barrages ? Notamment le Ministère de l’Enseignement Supérieur, le Recteur…La France est en nette régression, pas seulement le classement Shanghai, PISA et autres… Les résultats escomptés sont en déclin perpétuel. Qu’attendez-vous pour proposer d’autres stages, formations dans d’autres horizons, d’autres pays où le stage peut être de qualité avec une meilleure prise en charge. « Yan3al arassa wal ma3bouda comme disait Allah yarahmou » Wake up ! Y a pas que FAFA, réagissez et dignité y a Allah!




    57
  • Dria
    20 décembre 2017 at 11 h 24 min - Reply

    Si on traite ainsi nos universitaires , et s’il n’ya aucune réaction de nos responsables, du ministère de l’enseignement superieur, du ministère des affaires étrangères ou du chef du gouvernements.

    Alors messieurs nous avons compris nous préparons nos pantalons , arfa’ Rassek a Bâ ou Selam 3la Mâ FaFa.




    42
  • bihmen
    20 décembre 2017 at 18 h 01 min - Reply

    Jusqu’à preuve du contraire, les Responsables Français tous secteurs confondus savent ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Celui qui veut se plaindre n’a qu’à le faire dans son pays si tant est qu’il en possède encore un. Que reste t-il à espérer de mieux quand on est même pas fier d’être Algérien. Puisque la France ne peut accueilir sur son sol les 40 millions d’Algériens pourquoi ne pas l’inviter carrément à venir se réinstaller en Algérie et comme ça tout le monde ou presque bénéficiera, peut-être, des bienfaits de sa gouvernance.




    4
  • Jamal
    20 décembre 2017 at 18 h 17 min - Reply

    Avec mon respect au Dr IZEMRANE et à tous les lecteurs de ce site,je cris au diable l’université algérienne,ces dirigeants,leur ministère,et toutes les institutions de cet état ÉCHEC !.
    Confondre l’état français avec Le peuple français aujourd’hui est malhonnête.La France actuelle est elle-même un territoire occupé.Une stratégie commune entre les deux peuples,avec nos millions de ressortissants Franco-Algerians,serait très benifique a long terme.
    Le seul sujet de recherche approfondie qui me préoccupe à longueur de journée est QUE FAIRE pour RE-LIBERER ma MERE-PATRIE,l’ALGERIE des mains de ces criminels voyous qui l’ont devoree ,vendue,humiliée.
    @FATMA,je suis très fière d’être un très grand Boumedieniste.Oui,Durant sin reign l’Algerie était debout.L’histoire retiendra qu’il était bien avancé sur son époque.Certes,il a commis des fautes,mais pour « les maîtres de l’univers »,il devenait trop encombrant.
    God bless!.




    5
    • fatma
      20 décembre 2017 at 21 h 37 min - Reply

      Libre à vous « d’être très fier d’être un très grand Boumedieniste » personne ne peut vous le reprocher, quant à moi je persiste et signe et j’ai aussi le droit de penser que c’est ce dictateur qui est à l’origine du système despotique que nous subissons actuellement. Cela dit j’ai bien précisé que sous son règne, cette humiliation ne pouvait pas arriver.




      4
      • Jamal
        21 décembre 2017 at 10 h 39 min - Reply

        ……Sous son règne,cette humiliation ne pouvait pas arriver ».Grand respect pour votre reconnaissance de l’un des côtés,oh combien positif,honorable et plein de dignité de la « dictature  » de feu President Boumediene.




        3
      • Yacine
        22 décembre 2017 at 10 h 04 min - Reply

        Hello Fatma, Montrer moi un seul pays démocrate dans le Monde!? La France qu’on croyez pays des droits de l »homme vient d’humilier un cadre dans l’enseignement supérieur dans la personne de Monsieur Izermane avec l’applaudissement de nos dirigeants. ce Ministère est humilier..




        3
        • fatma
          22 décembre 2017 at 16 h 50 min - Reply

          @Yacine
          Bonjour, Vous conviendrez que le sujet ici, ce n’est pas la démocratie, il s’agit faut-il le rappeler d’une décision de refus de visa à un postulant qui remplit toutes les conditions voulues, c’est un fait désobligeant pour l’intéressé d’abord et pour l’université Algérienne ensuite, là-dessus il n’y a pas de doute et tous les intervenants dans ce site sont unanimes pour condamner cette désinvolture pour ne pas dire autre chose.
          Maintenant, en tant que citoyens Algériens, nous sommes en droit de nous poser des questions sur ce qui arrive à notre pays et notamment sur ces humiliations récurrentes que nous subissons au quotidien sans que les autorités sensées nous défendre ne daignent lever le petit doigt, c’est cela et uniquement cela que je voulais dire dans mes interventions.
          Mais pour revenir à votre question, sachez que pour moi, la démocratie n’est pas une panacée, il y a beaucoup à dire sur ce concept qui est un sujet à controverse et qui a connu des définitions et des applications très variés depuis son invention par les Grecs jusqu’à nos jours. De ce fait, je ne vais surtout pas me hasarder à donner une quelconque définition à ce concept, il reste que théoriquement, on admet que globalement il s’agit en tant que régime politique, d’un système de gouvernance dans lequel le pouvoir est exercé par l’ensemble des citoyens. Abraham Lincoln disait à ce titre que : « La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Maintenant comment mettre ceci en application, çà c’est une autre histoire. C’est là où la ruse de l’homme intervient, cest là ou les assoiffés de pouvoir vont utiliser divers moyens pour détourner justement ce pouvoir à leur profit. Certains utilisent la force des armes (les militaires), d’autres l’endoctrinement comme les communistes ou les religieux et enfin les plus sournois et qui semblent réussir utilisent le pouvoir de l’argent. Dans la pratique, nous savons tous, que plusieurs véritables dictatures se sont données le nom de républiques démocratiques, d’ailleurs chaque fois qu’un pays s’appelle république démocratique ou république populaire sachez que c’est une dictature et l’Algérie est une république démocratique et populaire donc la double peine.
          Vous me demandiez de vous « montrer s’il y a un seul pays démocratique dans le monde », je crois que je viens de vous démontrer qu’ils le sont tous, puisque tout le monde se donne cette appellation qui n’a plus aucun sens. Mais restons tout de même positif et disons qu’il existe des pays qui tentent plus ou moins de respecter certains principes démocratiques fondamentaux, comme l’alternance au pouvoir, le respect des élections libres transparentes, la liberté d’expression et de culte, la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, l’école et la santé pour tous. Je peux vous citer à titre d’exemple les pays scandinaves, la Suisse, le Canada… , mais est-ce l’idéal apparemment non, d’autant plus ces pays ne peuvent pas échapper à l’hégémonie de la mondialisation dont les avantages ne sont en réalité profitables qu’à une partie de la population mondiale. L’espoir reste à mon avis dans le concept de développement durable qui semble être la doctrine du futur et peut être un facteur de démocratisation et de prise de conscience par l’humanité entière de la gravité de la situation où se trouve notre chère planète terre.
          Cordialement




          7
  • PR Nacira ZELLAL
    20 décembre 2017 at 20 h 48 min - Reply

    A :
    zaim
    20 décembre 2017 at 10 h 02 min – QUI ECRIT CECI :
    « Bonjour, Personnellement je trouve ca Normal! étant donnée que le travail d’une thèse d’un Doctorat chez nous « soutenance » égale par exemple au travail d’un premier semestre d’une université par exemple en Suisse! avec mes respects! ».

    JE REPONDS CECI : ouvrez donc Zaim, le site de l’URNOP, Unité dirigée par moi-même, lisez les exemples de thèses mises en ligne et si vous êtes de bonne foi, vous verrez que ce sont des thèses qui répondent à la norme internationale, qui ne sont pas, comme l’indiquent vos insultes à Izemrane, vrai doctorant, des thèses faîtes en un semestre (suisse) et qu’il reste encore en Algérie quelques vrais Professeurs-encadrants, au CV publié et non caché. Ceci dit, s’il est vrai que les fausses thèses pullulent dans notre université, il est vrai qu’il existe quand même qlq exceptions… A bon entendeur !

    1




    52
    • zaim
      21 décembre 2017 at 10 h 33 min - Reply

      Bonjour Professeur, En aucun cas j’ai insulté la personne digne de Monsieur Izemrane; dans mes dires je voulais juste critiquer le système algérien car nous a amené a la faillite intellectuelle, en plus ce que je disais est vrai car je l’ai vécu moi même avec un ami qui faisait à l’époque un travail sur le FIS déchu dans sa première année Universitaire Option « SSP » étonnement le travail a été présenté dans une thèse de doctorat chez nous! pardon si j’ai touché les sentiment des personnes respectables cependant c’est un autre sujet…Amicalement.




      6
  • aimane
    20 décembre 2017 at 22 h 14 min - Reply

    le rejet de visa est une insulte à l’enseignant de l’université et à l’université

    je demande aux enseignants et aux responsables de réagir




    50
  • idriss
    20 décembre 2017 at 22 h 20 min - Reply

    si les enseignants français ont reçu un refus de visa de la part du consulat algérien est ce que l’université française réagirait ou resterait les bras croisés on disant à ces enseignants qu’on n’a pas une solution.




    48
  • I.Z
    21 décembre 2017 at 15 h 58 min - Reply

    M. Zaim, vous trouvez ça normal? C’est répugnant! Arrêtez de dénigrer nos étudiants, professeurs, chercheurs, formateurs…Personnellement,j’ai terminé mes études à l’étranger et je n’oserais jamais dire qu’une thèse en Algérie vaut un semestre d’une université étrangère. C’est ainsi que vous encouragez notre jeunesse ? « Bharha » un brin de savoir, de science, de recherche, de partage, d’échange, voilà ce que ce Docteur et bien d’autres viennent chercher dans ces courts séjours : « Taleb 3ilm et non un HARAGA ». Tous les algériens ne cherchent pas à fuir le pays. Ce Docteur a fait une demande de visa dans un cadre légal, signée par Monsieur le Recteur.
    M. Zaim, l’Algérie est bien entourée de remarquables Zou3ama qui ont fait preuve d’assiduité, de constance et de persévérance, ici ou ailleurs.
    M. Zaim , Monsieur Le Consul d’ailleurs : tous les Algériens ne sont pas « Portez Madame, Portez Monsieur » Comment refuser un visa dans un cadre règlementaire ? Vous lui devez une explication.




    50
    • Zaim
      23 décembre 2017 at 10 h 04 min - Reply

      Bonjour Monsieur, j’ai déjà eu le plaisir de répondre a cette question et en particulier a cette phrase employer par moi même! « je trouve ca normal » en effet oui, je m’exprime ainsi car dans ma tête figure, aussi; des pays comme la Somalie, le Mali, le Niger la Bolivie Cuba etc…si vous étiez citoyen d’un pays comme la Suisse ou la Belgique vous auriez pas a faire a un Visa! bon ca commence a devenir laçant! après tout même si ce n’est pas une critique envers vous car je vous connais pas et mon respect a votre parcours mais cependant il faudra apprendre a respecter « l’autre avis »; il faut que vous sachiez enfin que ses pays dites occidentaux nous prennent pour des cafards peu importe nos niveaux d’études. salutations.




      2
  • TAYEB Salim
    22 décembre 2017 at 0 h 28 min - Reply

    Très cher Docteur IZEMRANE Abdellatif

    J’ai été très sensible à votre lettre , mais pas du tout surpris .
    C’est un problème que je connais très bien et j’aimerais donner mon avis sur cette situation qui interpelle toute la société Algérienne et en premier lieu les responsables des Affaires Etrangères , les responsables politiques tout court et surtout les médias et les journaux francophones .
    Avant toute chose , vous avouez avoir eu recours à une connaissance pour avoir un rende-vous , même si vous précisez que vous n’avez rien payé ( façon de nous dire que ce n’est pas illégal, ce n’est pas une affaire de corruption , puisque l’élément argent n’existe pas , mais je peux vous dire que la corruption peut être de plusieurs ordres ) .Cher Docteur , surtout ne pensez pas que je vous blâme , loin de moi cette idée . Votre cas m’a beaucoup touché dans ma dignité d’Algérien et vous avez mon soutien fraternel le plus total .

    A travers votre histoire , il y’a beaucoup de faits que les gens ne connaissent pas et qui sont ignorés par les médias qui crient chaque jour qu’ils sont les champions de la démocratie .
    Chaque jour , des milliers d’Algériens sont humiliés par les réponses des Consulats Français en Algérie . Ces réponses contiennent des motifs débiles . C’est vrai que l’Etat Français est souverain dans l’octroi des visas , mais il y’a des réponses qui ne font pas honneur à l’administration Française et surtout à sa diplomatie .
    Même la Commission qui est chargée d’étudier les refus d’octroi de visas ne prend même pas la peine de répondre aux recours des Algériens .
    La diplomatie Française ne respecte pas les Algériens et les diplomates Français accrédités en Algérie n’ont aucune sympathie pour nous . Mais le problème est en nous : Pourquoi vouloir aller chez des gens qui ne veulent pas de nous ? Cher Docteur , je vous souhaite de trouver un autre pays pour vos travaux . Les Français sont souverains chez eux et nous aussi ,nous avons notre dignité . Je n’ai rien contre la France et les Français .
    Que les affaires étrangères réagissent , que les journaux parlent ( cela m’étonnerait ) . Le mal est en nous . Le ministère de l’enseignement supérieur doit trouver d’autres pays pour nos universitaires quii ont des travaux à terminer . Si la France ne veut pas d’Algériens ( je ne parle pas des personnes illégalement en France ou des délinquants ou des gens peu fréquentables , comme il en existe dans tous les pays du monde , mais de citoyens respectables , qui travaillent ou qui ont des ressources suffisantes pour voyager) . Alors il faut que les Algériens en tirent les conséquences : aucun pays ne détient l’air qu’on respire .Il faut lire les décisions de refus qui sont envoyés aux Algériens et les motifs qui sont mentionnés (c’est indigne de la France ! ) cela dépasse tout entendement .
    Je ne sais pas si l’ambassadeur de France en Algérie a déjà lu au mois une seule décision de refus et surtout les motifs qui sont mentionnés . Je voudrais connaitre la tête du fonctionnaire qui a élaboré ce document .
    Cher Docteur , je vous remercie d’avoir soulevé ce problème , je crois que c’est la première fois qu’un citoyen le soulève . Avec mes salutations respectueuses et fraternelles .




    42
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      22 décembre 2017 at 12 h 14 min - Reply

      Cher Tayeb Salim, vous me donner l’opportunité d’expliquer le pourquoi du choix de la France pour mon séjours scientifique,qui ne fut pas un choix fortuit, ni une destination de tourisme surtout pas en cette période de l’année.

      Ma thèse de doctorat en orthophonie porte sur l’aphasie et le parler algérien, il s’avère que j’ai adapté une technique de soins orthophonique française la TMR (Thérapie Mélodique et Rythmée) au contexte clinique algérien avec ses composantes( arabe classique, daridja et kabyle).Le fondateur de cette technique,est un orthophoniste français Mr Philippe Van Eeckhout. Cette thèse entre dans le cadre d’un projet CMEP dont les responsables sont le Pr Zellal.N côté algérien et le Pr Denis Legros côté français.

      En travaillant sur la langue arabe nous avons apporté un plus au protocole français, dans la partie concernant la rééducation par le rythme, une nouveauté qu’on pourra généralisé dans toute les langues,ce qui confirme le caractère universel de la langue arabe, n’en déplaise a ses détracteurs.

      Donc,je ne travaille pas qu’avec la France, pour preuve j’ai une communication à Kerala en Inde en ce mois de février 2018, de plus à URNOP nous avons des projet de coopération avec le Liban, le Maroc. Donc la France ce n’est pas une fixation, ni une destination qui me hante, par contre ce qui me fait honte, c’est ce silence complice de tous ces Universitaires et ces officiels algériens qui courbent l’échine quand il ne le faut pas, il faut reconnaître que j’ai toujours été bien accueillis par nos hôtes français que ce soit à l’Université Paris 8 ou à l’hôpital la pitié-salpêtrière, donc je tiens à saluer mes collègues, mes confrères ou mes professeurs français qui ne m’ont jamais manqué de respects.

      a bon entendeur Salam pardon Salut.




      41
    • ramzi
      22 décembre 2017 at 16 h 23 min - Reply

      J’adhère a votre sujet ; vous avez raison, vos remarques sont juste! il existe en Algérie des lobbys médiatique qui sont visiblement bien avec leurs collègues Francais d’où partagent la tarte ensemble a l’instar de ce journal « El Watan » et ses différents écrivains toujours mis en valeurs tels que ; Kamel Daouad; Yasmine kadra etc.., si ce journal ne change de comportement il risque de diparaitre trop c’est trop….on est pas des imbéciles.




      4
  • Mssisi
    22 décembre 2017 at 3 h 31 min - Reply

    Madame IZ,
    Donner une explication! Mais ça équivaut à traiter ses concitoyens avec respect et dignité. Voyons donc!voilà qui est à l encontre des principes des petits moyens et grands responsbales de nos institutions! Hasha eli mayestahelsh.Cependant, je rédige mon message pour apporter une infime contribution, à dénoncer toute forme d’INJUSTICE.je suis naïve de nature et je crois qu’un jour des soulahs (hommes, femmes, chaib,chouban) se dresseront et feront la différence.




    36
  • صونيا
    22 décembre 2017 at 8 h 43 min - Reply

    الاستاذ الجامعي اهين مرتين:الاولى تمثلت في رفض اعطائه تاشيرة السفر و الثانية لما استقبلته الجامعة بالرفض في تغيير الوجهة ،وكانه يطالب بتغيير القران.
    اين هي مكانة الاستاذ و البحث العلمي في ظل هذه العراقيل الادارية.




    7
    • Dr IZEMRANE.Abdellatif
      22 décembre 2017 at 15 h 01 min - Reply

      من السهل التحدث باسم الاخرين و الاختفاء من وراء اسم مستعار كصونيا، تعتبر كإهانة اخرى بالنسبة لي، فانا لم اقم بطلب تغيير الوجهة و لا يوجد اي رد بالرفض من الجامعة، ان كانت تلك تجربتك الخاصة بعد الرفض
      للتاشيرة فلا تتكلمي من وراء حجاب واخبري الراي
      العام بقصتك . هذا ما يؤلمني، هذا السكوت الجبان الذي اعتبره وسمة عار على جبين كل جامعي قبل بهذه المعاملة. و لقد بلغني اسماء الكثير من الاساتذة المعنيين بهذا المقال ولم ارى لهم اي وجود . اعتبر هذا الغياب اهانة اكبر من رد القنصلية




      33
  • boukhrisa
    22 décembre 2017 at 20 h 03 min - Reply

    Salut ,

    On a pas fini de voir ce que l’on ne voit pas ailleurs, c’est honteux……Naila




    28
  • IK
    22 décembre 2017 at 22 h 07 min - Reply

    Vous avez totalement raison docteur izemrane, c’est une Hogra ! La France préfère les harraga et on voudrait pas que l’Algérie avance




    26
  • ChahraZ
    22 décembre 2017 at 22 h 09 min - Reply

    Quelle injustice !




    27
  • IK
    22 décembre 2017 at 22 h 28 min - Reply

    C’est une Hogra caractérisée la France n’a jamais voulu que l’Algérie avance, elle préfère recevoir des harraga qu’elle pourra mener à la baguette
    Bon courage Dr izemrane




    27
  • I.Z
    23 décembre 2017 at 13 h 59 min - Reply

    M. Zaim des cafards? Avec tout mon respect, celui qui nous prend pour des cafards est un cafard. Nous sommes des Algériens avec des chlaghoums, pas à la cafard, mais à l’algérienne. « Ali ma3ta quima el 3amrou maya3touhalou anass ». Celui qui ne respecte pas sa propre personne, personne ne le respecte. A vous de vous affirmer là où que vous soyez, je le redis ici ou ailleurs.




    28
  • hamid
    25 décembre 2017 at 10 h 00 min - Reply

    On se demande si ce genres de voyages scientifique sont a la charge des contribuables c’est à dire notre argent l’argent du peuple?! si c’est le cas c’est une infraction parce que le peuple n’a pas donner son aval a des tels arguments porteurs de très peu de résultats voire rien du tout. mais quel pays….saviez vous dans d’autres pays un peu en avance sur nous on votent même pour la construction d’un hôtel…




    3
  • Yasmine
    26 décembre 2017 at 16 h 11 min - Reply

    Quelle tristesse de voir qu’en 2017 (et je dirai même 2018), on bloque des personnes qui ont soif de sciences mais on en accueille d’autres qui souhaitent seulement faire du tourisme…
    J’espère vivement que cette situation se réglera !




    26
    • lhadi
      28 décembre 2017 at 10 h 15 min - Reply

      Oui yasmine vous avez vu ils profitent a fond de ce pauvre peuple! ils sont topus complice de vol c’est une lourde infraction; intellectuel ou pas a plus…




      8
  • Epine
    27 décembre 2017 at 15 h 54 min - Reply

    Monsieur le Consul, le premier verset du Coran c’est  » Iqraa  » qui veut dire  » Lire « . Mais la France a tout fait pour que l’Algérie reste ignare.




    19
  • ibn Arabi
    28 décembre 2017 at 17 h 03 min - Reply

    Du temps de la dictature de Boukharouba il n’y avait pas de visas; par contre il y avait pire la fameuse « autorisation de sortie du territoire national ». les gens subissaient l’humiliation par les services de wilaya ou dairas. Demandez aux personnes agees les souffrances endurees pour avoir les documents necessaires pour decrocher un passeport.
    Si vous avez du temps lisez : » L’independance confisquee » livre ecrit par Ferhat Abbas, Allah yarhamou.




    15
  • SEDJAL Hamid
    3 janvier 2018 at 20 h 05 min - Reply

    Bonjour , je suis enseignant à l’école polytechnique d’el harrach et avant j’étais à Tizi ou Ouzou. je tiens à dire que pour les visas pour enseignants, il faut restaurer l’ancien système de dépôt et de retrait par un agent désigné par l’institution du postulant. mais je veux dire aussi au Dr IZEMRANE que si vous aviez un visa de circulation mê avec un changement de passeport, vous n’êtes pas obligé de chercher un RDV, ni attendre le dossier de la fac pour tout ça. pour le visa de circulation et jusqu’à une année après son expiration, vous pouvez déposer un simple dossier de renouvèlement directement au niveau du TLS sans RDV. un dernier point que j’aime soulever que , pour les stages et les programmes de coopération franco- algériens, seule partie gagnante qui est celle française, puisque nous devenons des simples sous traitants chez eux et en plus nous payons cette sous traitance en leurs faveurs.
    cordialement




    9
  • El-Mahroussa
    9 janvier 2018 at 22 h 34 min - Reply

    je pense que le dérapage concernant le fond du problème commence à pointer du nez. Revenant à l’essentiel de ce refus et sortons, un tant soit peu, des sentiers battus pour mieux voir les choses et apprécier les événements autrement. Voyant du coté de nos gouvernants qui n’arrêtent pas de demander, à chaque occasion, pour que la dignité du pays soit portée et sauvegardée par chacun d’entre-nous, à travers les excuses qui sont exigées de la France ainsi que le retour des archives, des objets archéologiques, de Baba Merzouk, et récemment les cranes de nos valeureux résistants et chouhada qui sont morts pour que vive ce pays dans l’honneur et la dignité; Arfaa Rasak Abba ! Mais, dans les faits, est-ce-que ça été, vraiment, toujours le cas? A notre âme et conscience,chacun d’entre-nous pense avoir fait de son mieux, mais est-ce vraiment le cas? peut être pas suffisamment, certes et je vous le concède, néanmoins, comme tout individu, nous essayons de faire de notre mieux pour avoir un comportement digne en toute circonstance, ceci dans la mesure du possible, bien-sur. Ceci étant dit, le résultat final est, malheureusement là et pas du tout reluisant, voir même, lamentable! La question que doit se poser, dans ce cas, chacun d’entre-nous, est de savoir où réside l’échec de ne pouvoir se comporter dignement en tout moment et en toute circonstance ? To be « Digne » or not to be? That is the question! C’est là ou le rôle de la société avec toutes ses composantes est interpellée et PARTICULIÈREMENT son élite. Mais, au faite avons-nous une élite en Algérie? Il est admis de part le monde que dans les nations qui ont réussi, ce sont celles qui ont incité, encouragé et favorisé l’émergence de ses élites, d’abord, parmi les siens, dans tous les domaines confondus et en toute circonstance. Et nous, en Algérie, qu’en est-il en réalité? Ce n’est surement pas avec des restrictions draconiennes que nous subissons au quotidien dans nos droits les plus élémentaires que nous verrons un jour l’émergence d’une telle élite. A toute fin utile, l’élite, qu’elle soit intellectuelle, politique, militaire, économique, culturelle, sportive, elle est la crème de la crème du pays. C’est le phare de la société et surtout l’exemple pour la jeunesse et les générations montantes. C’est elle qui débat,qui améliore, qui moralise et fait avancé les choses, toujours en mieux, pour la société et pour le peuple. Arrêtons un moment et Regardons-nous dans un miroir afin que chacun d’entre-mous se pose la question, quelque soit son niveau d’instruction ou le « Korsi » qu’il occupe, afin de savoir si, en Algérie, nous avons une telle « Guidance » pour mener ce pays à bon port, voir même, plus loin ? La réponse est laissée à l’appréciation de chacun d’ente-vous. Mais,alors,si on a pas de telles élites, sommes-nous, pour autant, condamné a erré sur cette terre d’Algérie pour êtres traités comme « seconde class-citizen » ou, avons-nous ces élites, dans ce cas, où sont-elles? On n’a, malheureusement, pas d’élites pour mener à bon port cette société et ce pays cher à nous. On n’a, malheureusement, pas d’élites pour moraliser ces comportements égocentriques au quotidien où l’intérêt du moment, à des fins personnelles ou à des fins du groupe, passe au détriment de l’intérêt général. On n’a, malheureusement, pas d’élites pour susciter la mise en place de bases saines qui permettront ainsi l’émergence de l’Algérien-Citoyen, conscient de ses droits, mais surtout de ses obligations. Ce sont les conditions par excellence pour que ce qu’a subit notre Dr IZEMRANE ne se reproduise plus ainsi que tant d’autres injustices et de passe-droits que subissent, chaque jour que Dieu fait, les Algériens dans pleins d’autres domaines. Certains pourraient, à ce stade de la réflexion, se dire, dans ce cas, si la société Algérienne n’a pas ses élites, alors à quoi serre l’université et que forme-t-elle ? c’est une question légitime et aussi pertinente: à cela, l’université, certes, forme en quantité mais, malheureusement, pas suffisamment en qualité. Elle n’incite pas au débat contradictoire et constructif en fonction des besoins et des problèmes du moment. Une grande partie des universitaires se retrouve, ainsi, piégée dans des débats partisans et opportunistes considérés comme un tremplin pour se retrouver dans le giron du pouvoir. Quant à la petite partie restante, cette dernière, n’est, suffisamment, pas ou très peu engagé dans la durée pour s’imposer comme une élite mais, qui essaye, malgré tout, de se maintenir en tant que
    INTELLIGENTSIA de ce pays. De l’autre coté, le pouvoir a tendance a coopter de ce réservoir dont, malheureusement, certains jouent le jeu au dépens de leur conviction.
    Pour conclure, les « teneurs de la légitimité historique, disent que le Flambeau passera ou se remet d’une génération à une autre mais, en réalité et dans les cas les plus évidents, le Flambeau se Prend d’une génération par une autre générations mais, en aucun cas, ne se voit donner. A bon entendeur…..
    PS: Le Nom IZEMRANE est un nom composé, on y retrouve deux mots IZEM, et ZEMRANE; le premier signifie le LION et le second POUVOIR en d’autre terme, le nom de notre cher Dr signifierait « LE LION QUI PEUT ». Par cet article, Notre cher Dr IZMRANE, vient de démontrer qu’il porte bien son NOM, malgré que dans ce pays n’taa laadjab, on essaye même Sbaa Etaou3ouh, apparemment,pas avec tout le monde. Le cas du Dr en est la preuve par neuf. Il y a encore et toujours de l’espoir de bien faire, pacifiquement,les choses dans ce merveilleux pays. Est-ce le début de quelque chose…le Passage, par exemple, de l’INTELLIGENTSIA à la formation de l’élite. Il faut bien y croire.
    Amicalement-votre mon cher Docteur.




    8
    • Dr IZEMRANE. Abdellatif
      11 janvier 2018 at 20 h 26 min - Reply

      @El-Mahroussa

      Je vous remercie pour votre intervention, que je viens de lire. Faut-il passer par l’intelligentsia et l’élite pour vivre dignement et dans la dignité, je ne le pense pas, le passage le plus important à mon humble avis c’est de renouer avec l’authenticité, l’honneur et la dignité que l’algérien a perdu sous couvert du politique, de l’économique et du progrès dans le cadre d’une mondialisation anarchique.

      Je voulais interpeller en premier notre état et toutes ces institutions qu’on a humilier indirectement, et en second ces universitaires qui ont accepté de subir un traitement pareil sans réagir, je ne pense pas qu’il faut être Cheikh El-Mharoussa pour réagir de la sorte, oui c’est une question de dignité et un baroud d’honneur que je devais faire entendre.

      Cette dignité que je voulais préserver avec des étrangers, vient d’être bafouer une nouvelle fois chez nous par d’autres algériens, que dire de tous ces confrères et consœurs qui furent matraqués au sein de l’hôpital, des médecins qu’on ensanglante à coups de matraques comme de vulgaires renégats. Qu’est ce qui est plus grave le refus d’un visas par des pays étrangers ou de recevoir des coups de matraques dans son propre pays, sur son lieu et en tenue de travail.

      Le lion qui peut, c’est le lion qui sommeille en chacun d’entre nous, oui il sommeille dans chaque algérien, il suffit juste de le libérer. De l’espoir bien sur qu’il y a et il y en aura encore, pour preuve tous ces rugissements qu’on entend ces jours-ci, ont de tous temps résonner dans tous l’Atlas.

      EL-Mahroussa n’a pas besoin uniquement d’un Cheikh pour renaître de ces cendres, mais de tous ces enfants, l’Algérie non plus n’a pas besoin d’un Zaim pour retrouver sa gloire, mais de tous les algériens et algériennes dignes et sincères. Nous devons être solidaire pour sauver ce qui reste de notre dignité, et de sauvegarder notre société, ne faut-il pas faire valoir le respect chez nous, avant de le demander des étrangers?

      Nous avons besoin de retrouver nos repères, nos valeurs ancestrales que sont le respect, la dignité, l’authenticité, qui sont en voie de disparition, si on arrive à le faire, on pourra alors s’en passer de l’ élite et de l’ intelligentsia, comme on s’en passe de l’opposition et des autres institutions qui ne représentent qu’eux mêmes.

      On ne domptera jamais les félins, mais il suffit de les isoler pour qu’ils ne représentent plus aucun danger, moralité dans tous les cas il faut rester solidaire, si on veut avoir gain de cause et faire aboutir les revendications légitimes non pas d’une corporation, mais de tout un peuple, la dignité se mérite.

      Meilleurs vœux à tous les algériens et algériennes dignes et libres.




      2
      • Dr IZEMRANE.Abdellatif
        12 janvier 2018 at 10 h 31 min - Reply

        @El-Mahroussa

        Une petite précision, mon nom n’est pas composé à l’origine, bien qu’on peut le décomposer comme vous l’avez suggérer , en tamazight IZEMRANE= IZEMRENE désigne les champs d’oliviers, les oliveraies, comme la branche d’olivier représente le symbole de la paix, donc nous sommes pacifique d’origine, tant qu’on ne réveille pas les lions.

        Djumu3a Mubaraka à tous.




        1
  • cherif
    10 janvier 2018 at 6 h 20 min - Reply

    je m’excuse d’intervenir tardivement: Mais pourquoi voulez vous absolument demander des visais pour la france ? ok vous faites de la recherche ? tres bien.

    La science n’est pas qu’en France a ce que je sache ? l’australie les pays de l’asie c’est la destitination du moment, je peu me tromper peut etre

    Mais et mais le dicton kabyle et celui qui la cité et tres significative  » ilnous on frappés car ils on reconnus) il nous on cassé car ils connaissent nos fiblaisses, Nos faiblaisse c’est le suivismes : Cassé l’arabasition, cassé l’introduction de l’anglais en 1992 par ben mohamed si je ne me trompe pas, laisser que le francais,comme langue soit disant de la science qui est elle meme depaassé chez elle. Se que je reproche a quelque citoyens de monpays c’est que on a appri j’en sais pas ou que le francais est l’unique langue de savoir? d’ou cette isolement du reste du monde de savoir, Allez ailleurs les freres y a beaucoup mieux et en prime le respect. j avoue que le gouvernement algerien est complice aveccela car les bources deite de recherche sont attribues spécialment et en grande partie pour la france ce qu’il est desolant. Je profite de saluer un proffesseur de annaba qui refuse systematiquement d’aller en france pour faire de la psydorechecre scientifique et mieux il me diasit qu’est ce qu’il savent faire leurs meilleurs sont aux usa. quand vous vennez faire de la recherceh en france vous allez donner plus que vous recevez. a mon sens je reste plutot en algerie donner a mes compatriote n’est pas ?




    4
  • Congrès du Changement Démocratique