Édition du
22 January 2018

LA CIVILISATION DU MARTEAU : HUBERT VÉDRINE, ANGELINA JOLIE ET LES SAUVEURS DU MONDE

SALIMA GHEZALI

Akhinathor est le nom que des internautes ont donné à l’ex-militaire reconverti en islamiste furieux qui s’est attaqué à la statue de Aïn el fouara de Sétif. Le dieu scandinave Thor(1) armé d’un marteau fait, depuis des années, le bonheur des blockbusters de la wonderculture globale. Et c’est d’ailleurs en Scandinavie qu’un autre algérien avait ouvert un bureau du MAK avant de s’auto-radicaliser, selon la terminologie en vigueur dans l’hexagone, et d’aller à Paris, sur le Parvis de Notre Dame, s’attaquer à coups de marteau à des policiers. (2)

Agma thor aurait pu être son surnom en langue amazighe. Dans un monde plus attentif aux dérives de l’histoire on aurait pris le temps d’analyser les raisons de la déraison de l’un et de l’autre de ces algériens qui s’en remettent au marteau pour s’adresser au monde. Encore faudrait-il que le monde se soit, un jour, adressé à eux dans un autre langage. Toujours est-il que taper sur les têtes à coups de demi-vérités est un exercice particulièrement prisé par les « sauveurs » de tous les temps.

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères de Chirac, reconverti en conseiller spécial de Macron, et reconnu internationalement comme diplomate de talent, s’en est allé répondre à nos demandeurs de « repentance » en plaçant le curseur au niveau, non de la colonisation, mais de la  colonisabilité .Indispensable exercice de vérité enrobé d’un « petit » mensonge, histoire de ne pas faire tout le job à la place des élites algériennes.(3)

« Je ne comprends pas ce que signifie « apurer le passé ». Le passé commun entre la France et l’Algérie est connu. Nous n’avons jamais vraiment cessé d’en parler. Peut-être faudrait-il plutôt se demander pourquoi les peuples européens ont-ils été des peuples colonisateurs ? Pourquoi certains pays agressés se sont laissé coloniser, alors que d’autres ont livré des combats absolument féroces pour ne pas vivre sous la férule des puissances étrangères ? »

Autant il est, non seulement juste, mais urgent, pour les algériens de ramener le débat interne sur les conditions ayant rendue possible la colonisation, car elles sont de nouveau réunies, autant il est faux de prétendre que l’agression coloniale ne rencontra aucune résistance. La quasi extermination du peuple algérien, près de 8 millions de morts lors d’une campagne militaire qui dura plus de 40 ans, fût le prix payé par un peuple qui ne s’est pas laissé tomber sous la férule étrangère aussi facilement que… le peuple de France en 1940 par exemple.

Pour les deux peuples pourtant, la défaite face à l’agression résidait dans l’incapacité des élites dominantes à réaliser les consensus politiques nécessaires pour que la victoire leur fût possible. En affirmant la nature colonialiste des peuples européens et colonisable des autres, Védrine pose l’éternelle question sur la part de responsabilité de la victime face au bourreau : Qui fabrique l’autre ? En matière politique, la morale est dans les leçons que l’on tire, ou pas, de l’Histoire.

Jusqu’au 1er novembre 54, les réponses de la résistance algérienne au colonialisme ont été inefficaces. Les élites algériennes de l’époque ayant refusé d’opérer la mutation qualitative, véritable révolution culturelle, qu’exigeait la situation. ( 4)

Avec l’assassinat de Abane Ramdane, et grâce à la Bleuïte,(5) la France coloniale se donnait de nouveau les moyens de reprendre la main stratégiquement en Algérie et préparer les conditions d’une Indépendance sous influence. Pour avoir été, au minimum, dans  l’incompétence  de comprendre ce qui se jouait au niveau de l’Histoire les « militaristes », civils ou en uniforme, oublièrent que l’homme de la Soummam qui leur demandait d’œuvrer à la primauté du politique sur le militaire avait la majorité des militaires du moment sous la main. Mais ses assassins refusèrent de prendre en compte la lucidité du stratège politique algérien et firent tout pour ne voir en lui qu’un chef kabyle que n’importe quel autre chef kabyle pourrait remplacer. L’histoire se poursuivra avec le destin réservé à Hocine Aït Ahmed.

Et, formidable inversion de l’Histoire, c’est à des intellectuels que l’on fera porter désormais la responsabilité d’indiquer le chemin des armes ! Deuxième mise à mort, symbolique cette fois, dans le sillage des carnages opérés au sein de l’intelligence algérienne par la barbarie coloniale, l’arriération féodale qui l’avait précédée et l’arrivisme autoritaire qui lui succéda. Quand le Pr Chaoui interpelle le romancier Daoud c’est, d’abord, d’un formidable appel à faire confiance à la force motrice de l’intelligence qu’il s’agît.

En bref,   et en cela plus amical que bien des laudateurs, Hubert Védrine nous dit que la France ne peut faire l’économie d’une relation forte avec l’Algérie, mais que c’est cette dernière qui sera responsable de la forme que cette relation prendra. La souveraineté de l’Algérie sera déterminée par la capacité de ses élites à construire les conditions internes pour un partenariat honorable avec l’extérieur ou… dans la reconduction des conditions de la division et de la vassalité qui ont mené à sa colonisation. Difficile de faire mieux côté marteau diplomatique.

Côté marteau global, Angélina Jolie, qui, contrairement à la statue de Aïn el fouara, s’est volontairement fait amputer des deux seins dans une intervention chirurgicale préventive du cancer, (6) a cosigné une tribune dans le Guardian avec le S.G. de l’OTAN Jens Stoltenberg, où elle ne préconise pas moins que d’assigner aux armées d’occident, la mission de conduire des guerres pour défendre les droits des femmes.(7) « La folie chez les grands demande à être surveillée » écrivait Shakespeare. Après avoir volé au secours des peuples des Printemps arabes, voilà les sauveurs armés de la Gent féminine ! S’ils commençaient par bombarder Hollywood et ses scandales sexuels à grande échelle, on y verrait certainement plus clair.

Côté marteau arabe, c’est de MBS ou « el amir el bahloul » comme le surnomment les journalistes anglo-saxons jouant sur son titre « crown Prince » transformé en « clown Prince », que provient la dernière folie qui additionne aliénation culturelle (qui relève du fétichisme) crédulité politique à l’égard des partenaires occidentaux et arrogance violente à l’égard des peuples de la région.

Une des dernières occurrences de cette appellation de « clown Prince » est apparue à l’occasion de l’acquisition par MBS, pour la modique somme de 450 millions de dollars, d’un tableau de Léonard de Vinci, « Salvator Mundi », représentant le Christ en Sauveur du monde, qui serait selon les spécialistes un faux des plus grossiers. Détail scabreux dans cette affaire qui n’en manque pas, à en croire le Wall street journal, c’est grâce à une fuite émanant des services de Trump himself que la presse américaine a rendu publique le nom du mystérieux amateur d’Art…(8)

Histoire de fragiliser davantage un allié en butte à d’immenses problèmes internes et externes où les accusations de corruption et de dilapidation de l’argent du royaume wahabite sont brandies par MBS contre ses rivaux qui ne sont pas moins…amateurs d’art.

L’Histoire ne dit pas qui est le plus fou : Celui qui tape avec le marteau ou celui qui refuse de voir le marteau de la civilisation…

1-https://fr.wikipedia.org/wiki/Thor

2-http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/06/07/attaque-de-notre-dame-une-video-d-allegeance-a-l-ei-retrouvee-lors-d-une-perquisition_5139888_1653578.html

3-http://www.rfi.fr/afrique/20171213-france-politique-africaine-macron-hubert-vedrine-multipolaire-g5-partenariat-gendar

4-http://librealgerie.info/2017/05/03/ahmed-bey-et-abdelkader-limpossible-union-nationale/

5-https://fr.wikipedia.org/wiki/Bleuite

6-http://www.marieclaire.fr/,angelina-jolie-cancer-du-sein-mastectomie,20122,692024.asp

7https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/dec/10/why-nato-must-defend-womens-rights

8-http://www.moonofalabama.org/2017/12/trump-is-bashing-the-saudi-clown-prince-why.html

 


Nombre de lectures : 1031
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique