Édition du
21 October 2018

Grenouillage boulitique et politique.

 

Salah-Eddine SIDHOUM

Nous assistons depuis quelques jours à un grenouillage boulitique au sein des gangs du système. Les uns mènent une honteuse campagne pour un 5e mandat du locataire actuel d’El Mouradia, d’autres nous déterrent de vieux cadavres boulitiques qu’ils nous présentent comme les sauveurs de l’Algérie de demain ! Quant au peuple il est hors-course. On le convoquera ultérieurement pour avaliser par des élections truquées, le futur candidat choisi par l’oligarchie.

Notre patrie est-elle devenue stérile de compétences politiques et intellectuelles sincères et engagées ?

Est-elle condamnée à être l’otage d’une fausse élite servile composée d’imposteurs et de mercenaires politiques ?

L’élite authentique et autonome est-elle incapable de mettre un terme aux divisions idéologiques artificielles et aux conflits de personnes, pour se rassembler et construire ensemble une alternative commune d’avenir afin de sortir notre Patrie de cette impasse destructrice dans laquelle l’a enfermée ce régime illégitime?

Devons-nous attendre le tsunami populaire qui donnera l’occasion à l’oligarchie de faire couler le sang de nos enfants ?

Autant de questions que les élites authentiques doivent se poser avant qu’une nouvelle tragédie ne s’abatte sur notre peuple.

Nous ne cessons de répéter, tel un leitmotiv, que seul un changement radical du système politique viendra à bout de la grave crise de légitimité du pouvoir qui perdure depuis 1962.

Le véritable changement ne viendra certainement pas d’élections truquées, d’institutions factices, de partis préfabriqués, de pantins ou autres troubadours boulitiques et encore moins de technocrates serviles et d’opposants de service.

« Les volontés précaires se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes.  »


Nombre de lectures : 1384
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • rachida
    12 janvier 2018 at 19 h 50 min - Reply

    Notre patrie est-elle devenue stérile de compétences politiques et intellectuelles sincères et engagées ?

    vous posez la bonne question, y a-t-il encore des Hommes?




    0
  • rachida
    12 janvier 2018 at 19 h 53 min - Reply

    Assegwas amegas, bonne année.




    0
  • M.Bous
    13 janvier 2018 at 0 h 41 min - Reply

    Vous vous posez la question monsieur Salah Edine je vous cite :  » L’élite authentique et autonome est-elle incapable de mettre un terme aux divisions idéologiques artificielles et aux conflits de personnes pour se rassembler et construire ensemble une alternative commune d’avenir …  »
    Je pourrais paraitre pessimiste et négatif d’affirmer qu’effectivement elle est incapable … ce n’est qu’un avis personnel et je souhaite avoir tord …
    Malgré qu’on regorge de sommités dans plusieurs domaines , notre niveau structural et organisationnel est presque nul … il persiste a grand-peine au niveau de l’ALN … Les partis politiques a base idéologique , dogmatique ou ethnique , ne sont pas arrivés jusqu’a aujourd’hui a se concevoir comme pouvant etre un élément d’un ensemble … je ne parle pas des ambitions personnelles et de  » l’amour  » du leader chip … donc aucune concession , meme tactique et transitoire fut-elle … mais avec le sourire de la camaraderie , le  » doliprane  » sera toujours  » ok , laissant un peu l’idée murir  » … on se revoit dans 10 ans … nos universitaires , une fois le diplome en poche , les plus illustres d’entre eux ,leurs recherches et études s’arretent , ils ne produisent rien – ou peu- meme s’ils éditent ils ne seront pas lu , ils ne sont pas considérés ni par le pouvoir ni par la société , ils ne s’impliquent pas dans le dialogue social et politique et restent en retrait … Certains de nos intellectuels peuvent voir l’ampleur du probleme et sa complexité … ils peuvent admettre que c’est un probleme de societé et multidimensionnel et qu’une réforme de la société Algerienne est une nécessité vitale … Le grand travail est sur l’individu qu’il faut le faire , le reste n’est que conséquences de l’attitude prise par ce meme individu … Ce travail est long et profond ,demande des sacrifices et il peut prendre le temps d’une ou deux générations … ça nous fait froid au dos , nous les individus d’aujourd’hui qui ne veulent pas suer , qui ont tendance a la hate et qui favorisent  » le pret a prendre  » et les décisions paternalistes … nous les assistés ! …
    Que Dieu nous guide vers ce qui est bénéfique pour nous ici bas et a l’au dela …




    4
  • Congrès du Changement Démocratique