Édition du
27 April 2018

Rencontre insolite avec 2 fakakirs au pays des Fakirs

Rencontre insolite,

Abdallah mon ami.

Pour te faire rigoler un peu, voici ma véritable grande surprise en arrivant au pays du mahatma Ghandi.

Figure toi que sur le milliard et demi d’indiens,ma première rencontre a été avec deux extraterrestres de « chez nous ».

Leur seule langue parlée en terre  » ennemie » est la calculatrice.

Ils mangent en roupies et convertissent en dinars.

Comme le dinar coule et ne vaut presque rien, ils ont ramené leur propre intendance ( rouina,braj, makroud,degla etcc…) pensant à tort que la nourriture n’est pas halal et qu’ils pouvaient faire plus d’économies.

Quand je leur ai dis qu’en Inde il y’a plus de 100 millions de musulmans ils n’ont pas tellement cru à mon histoire , pensant que l’islam « dialna » s’arrête à la frontière où on produit de la harissa tunisienne et exporte la déglet nour algérienne.

Autre parade qui m’a mis KO. Ils préfèrent jeûner en voyage pour économiser de l’argent, obtenir plus de  » hassanates » et vendre leur modèle de piété et religiosité,pensant qu’il est le meilleur pour les créatures d’Allah.

C’est la package deal BD (business Daawa). Balak ça aidera dans l’exportation hors hydrocarbures par ces temps de crise et évitera à l’imprimeur national de gaspiller plus de papier coloré et nous pousser bientôt à payer une baguette de pain pour un million de dinars.

J’ai admiré leur férocité de les voir négocier avec des fournisseurs locaux et aurai souhaité que nos canailles d’en haut fassent de même avec les étrangers pour préserver l’argent publique.hélas….il ne faut pas rêver.

J’ai compris à travers eux que nous sommes déjà dans une autre galaxie, car l’intelligence, l’éducation, le savoir vivre ont bien disparu.
Nos hommes d’affaires sont loin des canons universels.

Parler à un hindou en arabe algérien et le convaincre ( le rouler) grâce à une calculette chinoise , c’est du grand art et du trading que tu ne trouves que dans les écoles où on forme les trabendistes.

J’ai appris avec eux un concept marketing infaillible ( s’mina werkhissa) qu’il fallait que je traduise en anglais pour les indous.

En langage animalier local , ça se traduit par les 3 G ( gros-gras-gratuit).donc presque « batale ». A ne pas confondre avec la 3 G de la descendante de Ramses ll….la grande  » feraoun « .

Voila , si ça peut t’aider à une reconversion même très tardive aux « zaffaires » comme nous l’a dit l’autre de  » doing bizness ».

Franchement daoukhouni.

Sous d’autres cieux,des businessmans seraient tout droit sortis des HEC et autres universités. Les nôtres vont à la maternelle en commençant par le cabas , graduent avec le conteneur et passent à la vitesse supersonique en vidant les coffres des banques publiques.

Ce module enseigné exclusivement dans les universités « hadjariennes » est intitulé : » chakiberie concept ».
Ciao…….

Rani rayahe au bled des gourous et des fakirs.

Abdel Adel


Nombre de lectures : 1427
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique