Édition du
17 December 2018

Message d’une Résidente en grève.

Les pensées se bousculent et les émotions se déchaînent,

Le coeur lourd, le souffle coupé et la colère qui se mêle à la tristesse… à la peine,

Le bilan se fait lourd et le goût est amère, les esprits s’égarent et la tension s’élève, le fardeau s’alourdi, la raison se dissipe telle que les grains de sable portés loin par le vent…

Les larmes aux yeux, ruisselant sur nos joues, la langue impuissante de décrire les émotions… Si affectés par nos frères et sœurs depuis le début de notre combat, enterrés ou blessés, qui ont payés par le corps ou âmes l’injustice qu’ils dénonçaient ardemment,

Il est de notre devoir de leur rendre hommage, de continuer notre chemin qui était le leur, de les honorer.

De jour en jour, déterminés plus que jamais à leur rendre justice et à prouver la légitimité de nos revendications, le sentiments que nous éprouvons à chaque visite que nous rendons à nos blessés, à chaque pensée, à chaque article, à chaque photo, à chaque visage de tristesse causée par la perte de nos défunts…

Je revendiquerai justice et correction même à plat ventre…

A ceux qui ont perdu espoir; les blessures nous rappellent notre devoir…

A ceux qui profitent de la situation; qui sont si souvent absents, passifs, depuis si longtemps; les blessures nous rappellent notre devoir…

A ceux qui cherchent leurs intérêts; ayez honte de vous même et cherchez repentance, une faute avouée est à moitié pardonnée, les blessures nous rappellent notre devoir…

A vous, les infiltrés, ayez honte de vous même, votre place n’est pas parmi nous, il faut gagner le respect et avoir des principes pour être grand… Que vous soyez médecins ou non, achetez-vous une dignité ou cherchez repentance, une faute avouée est à moitié pardonnée, les blessures nous rappellent notre devoir…

Aux militants fatigués, déçus; courage… Ce combat est tout à votre honneur et à celui de nos amis, enterrés et blessés… L’homme est fragile mais fort en même temps car lorsqu’il se ressaisit, il peut changer le monde en s’armant de foi… Honorez ce que vous avez commencé, tout à une fin et vous demeurerez fiers… Les blessures nous rappellent notre devoir…

A ceux qui militent toujours, encore et encore; je ne peux qu’être fière d’être à vos côtés, l’histoire se souviendra de vous… Les blessures nous rappellent notre devoir…

A ceux qui se sont trompés par défaut de jugement ou par abstinence; il n’est pas trop tard pour se rattraper, rallions nous pour la seule et unique cause malgré nos divergences, car nos blessures nous rappellent notre devoir…

A ceux qui sont jugés ou accusés à tort; patience… Justice sera rendue inchALLAH, la cause est une, elle nous unit, et les blessures nous rappellent notre devoir…

L’émotion nous gagne mais ne doit nous aveugler, bien au contraire, elle doit réveiller l’espoir et l’ardeur qui s’est enfuie en nous, la raison regagnera sa place, celle de la réflexion, celle de mener à la victoire dûment méritée…

Nous devons revenir là où nous devons être, au piquet de grève, à travailler, à réfléchir, à se serrer les coudes, à sortir avec une solution satisfaisante et raisonnable, mais tout de même à la hauteur de ce que nous représentons, le médecin algérien plein d’espoir, plein de ressources. Ce médecin algérien digne qui ne veut qu’être traité à égalité avec tous les citoyens.

Prières aux passifs et absents qui ne connaissent pas la difficulté du terrain de s’abstenir de réclamer et de critiquer car à la base vous ne combattez même pas… Vous l’aurez compris, rien ne se gagne facilement et le plat servi ne peut tout contenir, de toute façon si on s’acharne à satisfaire tout le monde, on est pas sorti de l’auberge… Le combat est celui de la dignité avant tout, ayons le courage de l’honorer ensemble…

Ceux-ci sont mes sentiments et ceux de beaucoup d’entre nous, je crois à la cause, je crois en nous, je crois à la dignité…

Mes sentiments les plus sincères,

Bien à vous.

A la mémoire de:
– Dr. W. ALOUI
– Dr. A. ASSIL
– Dr. D. ABACHE
– Dr. S. TAHRAOUI
– Dr. A. DAHMANI et sa soeur B. DAHMANI
– Dr. C. BRAGUE
– Dr. Y. LAKHAL
– à ceux que j’ai pas cité (les internes lors d’une évacuation, les résidentes tombées au bloc opératoire, le résident foudroyé par un ST+) et bien d’autres encore…

Que Dieu Le Tout Puissant les accueillent dans son vaste paradis.

Prompt rétablissement à nos cher(ère)s confrères et consoeurs:
– Dr. A. BENMADJBER
– Dr. O. BELATRACHE
– Dr. H. DRIOUCHE
– Dr. S. BENSAADA
– Dr. M. HADJAB
et à nos frères blessés à tort et à travers,
à ceux qu’on a fait coulé leur sang,
à ceux malmenés par les autorités comme des criminels, menacés et intimidés…
à ceux condamnés injustement…

Nous vous portons dans nos coeurs…

Notre voix est commune et ne sera jamais éteinte…

Fierté, Dignité, Solidarité.

Dr Camelia GHERZI.


Nombre de lectures : 3612
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Belkacem
    31 mars 2018 at 11 h 58 min - Reply

    C’est un long Passé d’injustice et de souffrances que vous relatez avec beaucoup de verve et de passion …
    C’est une boule de Neige qui a fait son chemin qui maintenant fait figure d’Avalanche …
    Mais rien n’apparaît à l’horizon … J’ai Espoir que les Négociateurs chevronnés seront à l’auteur de vos , de Nos Espoirs …
    Un Médecin est un être humain , il souffre et peut mourir parce que son corps a défailli , à la suite d’un Accident , Nous sommes Mortels ..
    Courage , la Lutte sera Longue … Il faudra trouver les ressources pour pérenniser le mouvement jusqu’à l’obtention d’un maximum ..
    Inch’Allah …




    1
  • M.Bous
    31 mars 2018 at 20 h 35 min - Reply

    Dans une autre cité dirigée par des responsables d’honneur et de clairvoyance votre place est dans les salles d’étude , les laboratoires et les blocs opératoires a accumuler savoir et expériences pour mener a bien votre noble mission ! …. Sous nos cieux , l’irresponsabilité , la hogra et l’esprit borné vous ont poussés a sortir revendiquer les droits les plus élémentaires qu’ils soient pour l’exercice de votre fonction , sous toutes les couleurs de  » matraquage  » que  » nos dignitaires  » détiennent ! ….
    Dans tous les cas de figures vous sortirez gagnants ! vous etes le lendemain proche ,ils sont déja du passé ! …




    2
  • Segni
    1 avril 2018 at 11 h 00 min - Reply

    Vos revendications sont ligitimes et maleheusement la partie adverse fait la sourd oreille comme si ceux que vous revendiqueiz est absurde et incompréhensible , vous ne parlez pas le meme langage




    1
  • khaled Boulaziz
    1 avril 2018 at 21 h 42 min - Reply

    Pour vous Dr. Camelia GHERZI

    Si la moitié de mon cœur ici, docteur,
    L’autre moitié est en Chine,
    Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

    Et puis tous les matins, docteur,
    Mon cœur est fusillé en Grèce.

    Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le sommeil
    quand le calme revient dans l’infirmerie,
    Mon cœur s’en va, docteur,
    chaque nuit,
    il s’en va dans une vieille maison en bois à Tchamlidja
    Et puis voilà dix ans,
    docteur, que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre peuple,
    rien qu’une pomme,
    une pomme rouge : mon cœur.
    Voilà pourquoi, docteur,
    et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la prison,
    j’ai cette angine de poitrine.

    Je regarde la nuit à travers les barreaux
    et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,
    Mon cœur bats avec l’étoile la plus lointaine.

    NAZIM HIKMET




    1
  • Dr IZEMRANE
    2 avril 2018 at 8 h 51 min - Reply

    la dignité n’a pas de prix,
    si les sourds entendent vos cris
    pourquoi voir en gris.

    même les absents prient
    pour une cause qui déjà, brille
    patience, l’horizon ne sera que fruit.

    le sang ne souille jamais une blouse blanche,
    plus noble est leurs sang quand ils
    retroussent les manches

    ne sont laids
    que ceux qui compare sérum
    au sachet de lait.
    ne sont morts
    que ceux qui ne sont pas encore né




    2
  • Les pensées se bousculent, les émotions se déchaînent – CAMRA Online
    12 mai 2018 at 12 h 27 min - Reply

    […] Dans la presse […]




    0
  • Congrès du Changement Démocratique