Édition du
27 April 2018

LE DÉFI.

Saïd Y.

Cette fois-ci le président Algérien a décidé de mener sa propre campagne présidentielle pour un nième mandat.  Il s’est présenté en personne, physiquement, au peuple Algérien sur sa chaise roulante et son armada de Chiyatines et de janissaires pour prendre l’air du temps.

A première vue, l’image est un fait accompli loufoque d’une pièce de théâtre où le metteur en scène laisse le monde entier amorphe. Encore une fois ils ont osé l’impensable.

Le message qu’on veut transmettre est de dire, l’otage est vivant et calmez-vous, la situation est sous contrôle. Le pays est bien géré, allez donc dormir et laissez-nous faire.

Le peuple dont j’en fais partie ne se contente plus d’une image ou de boutades démagogiques. Il veut le voir marcher et parler à son peuple pour s’assurer de ses facultés motrices et cognitives. Le peuple n’est pas dupe d’accepter des clichés noirs et blancs. Les jeunes ne rêvent plus sur des berceuses. Les marionnettistes derrière la scène, qui tirent les ficelles pour lever son bras et le remettre sur son cœur oublie de tirer la ficelle de la lèvre inférieure qui veut tout simplement dire : pitié.

Ce nième défi  imposé au peuple, à ce président et à sa famille par la force, ne  préoccupe plus personne. Que ce président soit mort ou vivant, il est déjà mort depuis 2012. Nous ne voulons plus de président symbolique. Arrêtez de porter les responsabilités sur un moribond pour vous disculper.  Ce qui incombe le plus c’est le système pourri dans lequel est mené ce pays depuis l’indépendance. Un pays auquel on a falsifié son histoire, tué ses enfants, assassiné, emprisonné, torturé et humilié des innocents, réduit le peuple à des estomacs par le biais de la tricherie, la corruption et le mensonge. C’est l’image qui nous reste, et le défi que nous voulons relever pour bannir ce régime qui ne pense qu’à se régénérer et à s’éterniser dans la rente, est de taille.

Ce système est désuet. Le temps du changement souffle sur l’Algérie. Pour la nième fois, partez de grâce. Prenez tout ce que vous voulez mais laissez ce peuple décider de son destin. Vous ne pouvez pas lui imposer votre ignorance et vos turpitudes. Tout ce dit aujourd’hui. On ne vous croit plus même si vous jurez que c’est la pure vérité. Vous êtes des escrocs, des voleurs, des bandits et des assassins. Vous êtes malhonnêtes et incrédules.

Il nous faut un Poutine pour démanteler ce nouveau pouvoir d’oligarques et cet état policier qui ne jurent que par l’argent sale.

Votre obsession à vouloir rester au pouvoir et à imposer une politique de coercition va mener le pays tout entier à la déchirure et à une autre guerre civile. Le peuple en est conscient et veut l’éviter. La décision vous revient.  Pensez-y avant de commettre un autre crime.

Où que vous irez où que vous soyez l’œil de Caen vous suivra.


Nombre de lectures : 1067
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • tarak
    14 avril 2018 at 23 h 57 min - Reply

    Bonsoir

    Il est facile de combattre un ennemi mais difficile de combattre un frère ennemi malheureusement.Depuis mon éveil politique sous le règne de boumediene je ne me suis senti en sécurité, dans mon propre pays ni confiant dans ses institutions. Ma méfiance est grandissante au fil des temps. Tous les discours officiels prononcés à ce jour me semblent adresser à un autre peuple que le notre tellement la réalité est loin d’être masquée par ces discours rhétoriques et démagogiques. Aussi le cynisme du clan présidentiel n’a aucune limite pour garder le pouvoir exposant un homme très affaibli par la maladie, à bout de souffle n’arrivant même pas à fermer sa bouche tellement il a rabâché toute sa vie des beaux mensonges à ce petit peuple. Au fait, je ne connais aucune personne terrassée par un AVC reprendre ses activités professionnelles (maladie de longue durée c.à.d à vie), sauf notre valeureux président qui se maintient contre vents et marées tellement il aime l’Algérie jusqu’à la faire disparaitre à jamais. Que Dieu préserve notre pays de tous les dangers.




    5
  • Congrès du Changement Démocratique