Édition du
20 May 2018

Algérie : Grève des médecins résidents, plongée au cœur d’un dispositif organisationnel « sans faille »

 

maghrebemergent.info

Lynda Abbou

dimanche 29 avril 2018 13:53

 

 « Nous avons une cellule de communication multiservice. Une équipe de  développement informatique, un pôle image (photos, vidéos et montage), en plus d’une équipe chargée de la rédaction dans les deux langues », indique le porte-parole du CAMRA.

Quelques mois après sa création, le Collectif autonome des médecins résidents algériens  (CAMRA), s’est distingué par des qualités organisationnelles surprenantes.  Aucun syndicat, aucun collectif  ni même un  parti politique n’a  réussi à mobiliser ses troupes ces dernières années, comme le font aujourd’hui les représentants du  CAMRA. Ce  tout nouveau  collectif est  né dans un contexte de crise. Il a vu le jour, après le refus des autorités de délivrer aux médecins résidents un agrément pour la création d’un  syndicat.

« La légitimité, le niveau intellectuel,  la concertation horizontale, ainsi que la maîtrise  des technologies de l’information et de communication sont les principaux facteurs de la réussite des actions du CAMRA et de sa continuité », estiment certains syndicalistes témoins de l’évolution de ce collectif.

La démocratie dans la prise de décision, clé de la continuité

Le bureau national du CAMRA, arrive à mobiliser, à organiser et à fidéliser 15 000 médecins résidents sur le territoire national.  Ledit bureau  a visiblement gagné la confiance de sa base grâce à la concertation horizontale et au vote démocratique des décisions prises.  « Le vote se fait au niveau des différents services de l’hôpital, il y a ensuite le résultat du vote  de l’hôpital, puis celui de l’ensemble des hôpitaux de la  wilaya et enfin le résultat national.  Tous les résidents, sans exception, votent ce qui fait que la décision finale  soit celle de la majorité », nous  explique le porte-parole du CAMRA, Dr Hamza Boutaleb.

« C’est un vote entièrement  transparent et démocratique », ajoute-t-il. « L’union fait la force, et nos jeunes médecins l’ont démontré à travers une structuration qui couvre tous les centres hospitalo-universitaires mais surtout grâce au principe de la concertation horizontale dans la prise des décisions », déclare le président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), Dr Lyes Merabet.

Plusieurs médecins résidents grévistes nous ont assuré que le bureau national ne fait « qu’exécuter la volonté de la base ».  D’ailleurs, « les points soumis au vote viennent de la base. Les échanges et la collecte d’informations commencent au niveau des services des hôpitaux et suivent la hiérarchie. Nous organisons le vote et nous publions les résultats sous forme de communiqués. Raison pour laquelle les 15 000 médecins gréviste répondent à nos appels et nous entourent dans nos actions », précise Dr Boutaleb.

Le Pr. Yacine Zerguini, chirurgien orthopédiste et membre de la commission médicale de la FIFA, qui a demandé à Maghreb Emergent de le présenter en tant que médecin résident, par solidarité. « C’est un titre dont je suis fier », nous a-t-il confié. « La médecine est un travail d’équipe où  le médecin joue le rôle de chef d’orchestre. Il doit apprendre à faire confiance à son  équipe, et à la surveiller, en même temps, pour réussir l’opération. Une règle que  le fonctionnement du  CAMRA  reflète ».

Les autorités dans une posture difficile

Les autorités algériennes ont souvent trouvé des compromis avec les différents mouvements de contestation.  Mais il semblerait que le défi soit plus difficile à relever avec les  médecins résidents.

Le professeur, Yacine Zerguini, a souligné  que les résidents sont « l’élite de l’élite, des gens qui ont été  soumis deux fois à un examen très dur (…) Le ministère de la Santé doit savoir qu’il n’a pas à faire à n’importe qui, les autorités concernées se trompent si elles croient qu’elles peuvent manipuler ces jeunes médecins », martèle le professeur.

Son confrère Lyes Merabet ajoute: « Le CAMRA est un véritable vivier de compétences intègres et engagées qui assureront la relève tant au niveau professionnel, syndical que ordinal ». Quelques semaines auparavant, le Dr Merabet avait déclaré lors d’une conférence de presse  que les membres du CAMRA sont dotés d’un reflex syndical que beaucoup de syndicalistes actifs depuis plus  de 20 ans n’ont pas.

Une cellule de communication bien équipée

« Nous avons une cellule de communication multiservice. Une équipe de  développement et informatique, un pôle image (photos, vidéos et montage), en plus d’une équipe chargée de la rédaction dans les deux langues ; arabe et française », nous explique le porte-parole du collectif.

« Nos ressources humaines sont à 100% internes, tous les membres du service communication sont des représentants du CAMRA ou des résidents de la base. Nous avons même pu développer en interne notre propre site électronique dont nous avons financé l’hébergement avec notre propre argent », a-t-il poursuivi. D’après le même médecin, l’alimentation du site en contenus  et tout le travail fait sur les  réseaux sociaux, est un travail interne.

Hamza Boutaleb assure, à ce propos, que les réseaux sociaux étaient et restent les médias alternatifs des grévistes. « C’est grâce aux réseaux sociaux que notre mouvement est devenu connu par l’opinion publique, et c’est grâce à ces mêmes moyens que nous arrivons à mobiliser notre base en un temps record ».

 « Dans les CHU, tout le monde fait plus qu’il ne devrait  dans un système de santé dévoyé », regrette le Dr Zerguini. « L’objectif des résidents est d’apprendre, c’est pour cela qu’ils se battent à la fois pour améliorer leurs conditions de travail et d’apprentissage. Leur mouvement est vraiment étonnant. Personnellement, je ne considère  pas leur action comme une grève mais comme un acte de désobéissance face à une législation», explique-t-il.

Plusieurs mois après de la création du collectif,  les représentants du  CAMRA  affirment avoir acquis une certaine expérience. « Avec le temps nous rencontrons moins de problèmes d’organisation et nous commettons beaucoup moins d’erreurs », indique Hamza Boutaleb.  Selon des délégués du collectif, le mouvement de contestation  des résidents de 2011 et l’échec de plusieurs grèves dans d’autres secteurs, ont servi de leçons aux résidents.


Nombre de lectures : 1592
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • M.Bous
    30 avril 2018 at 1 h 04 min - Reply

    Malgré quelques petites fautes tactiques et stratégiques ( bouquet de revendications un peu lourd et  » tentaculaire  » ), nos valeureux jeunes apprennent vite au fil de l’action … N’importe quelle issue que va prendre cet évènement ,ils en sortiront plus sages et plus professionnels que quelques uns de leurs maitres assistants , professeurs et chefs de services … Ils seront plus pédagogues , plus professionnels et passeront savoir et apprentissage avec responsabilité aux vagues a venir de jeunes médecins qui seront un jour proche sous leur responsabilité … Nos valeureux jeunes de par leur action de  » résistance  » donnent des leçons a tout le monde de peu que ce beau monde sache lire le message d’une corporation qui milite pour le recouvrement de la noblesse de son métier … Nos jeunes élites ne veulent plus  » bricoler  » lorsqu’on peut avoir tous les moyens pour mener a bien sa mission , des moyens otages des décideurs a la logique de  » marchandage  » aux racines d’un certain temps qu’on ne rencontre chez d’autres que dans les livres d’histoire … Les décideurs qui savent parler a tout le monde avec courtoisie , qui savent négocier les dossiers des plus épineux et a l’échelle international ( SVP ) , qui savent consoler les  » casseurs  » et les bruleurs de pneus … ces décideurs devrait aussi ( et il est temps ) apprendre a parler aux jeunes élites du pays … c’est vital pour l’avenir de la nation …




    4
  • S.L
    30 avril 2018 at 22 h 06 min - Reply

    C’est un pays ou la grande mascarade du 5 ème mandat qui se prépare a donné naissance à une hybridité de mascarades en série dans tous les secteurs. Une crise dans le secteur de la santé entre les résidents et le ministère de la santé n’empêche pas qu’un projet de loi sur la santé passe dans une Assemblée élue pour défendre les intérêts du peuple mais qui vient de prouver qu’elle travaille – dans l’ensemble- pour l’intérêt du business. C’est une trahison impardonnable à l’égard des principes de notre glorieuse révolution qui a libéré les esprits pour ouevrer pour l’intérêt de la Nation. Un autre secteur est visé: le secteur agricole, puisque les espaces prévus pour l’agriculture vont être déclassés, cette fois sans passer par l’APN, pas besoin , les investisseurs peuvent se servir généreusement , car personne ne se soucie de la question. C’est très grave.




    4
  • Congrès du Changement Démocratique