Édition du
20 May 2018

Caricature

Il n’y a pas qu’une seule Algérie, il y en a au moins deux, ou peut-être plus. Il y a notre Algérie où les gens sont tolérants, progressistes, ont l’esprit ouvert et admettent tous les styles de vie et les diverses opinions. C’est pour cette Algérie qu’on doit se battre. Il y en a une autre : celle où l’on pense que la liberté d’expression est bafouée par les autorités et ceux qui détiennent le pouvoir. L’expression peut passer par différents supports. Là où certains communiquent l’information ou leurs idées à travers un texte, d’autres le font à travers un dessin. Dans ce papier nous voulons surtout mettre la lumière sur une dimension de notre Algérie à travers les caricaturistes qui traitent des sujets pointus tantôt dans le domaine socioéconomique et tantôt dans la politique : un métier sensible qui rend la vie de ces jeunes progressistes et engagés dans l’art et l’expression un peu compliquée. Nous sommes face à des humoristes qui réalisent généralement des portraits de personnes connues ou non, des phénomènes, des événements d’actualité en se moquant de tout, franchissant des limites imposées par des valeurs sociétales et un système pour maintenir l’ordre public. Ils n’ont  aucune crainte de ce qui va se passer après, « un risque à courir » en s’exposant à des réactions divergentes. Toutefois, on ne peut pas rire de tout, il faut être responsable et respectueux. La liberté d’expression n’est pas une liberté d’insulte. Le dessin satirique ne doit quand même pas porter atteinte aux individus ou aux communautés. La caricature représente son auteur, son point de vue et sa personnalité, comme n’importe quel autre moyen d’expression. Le fait d’insulter une personne verbalement est inacceptable dans la société, c’est pareil pour un article de presse ou une caricature. Une caricature est une information. On dit souvent qu’un beau dessin vaut mieux qu’un long discours, « moins d’information et beaucoup de significations ».   Un simple dessin avec une petite phrase peut transmettre beaucoup de message. La caricature fait donc partie du monde médiatique et de l’univers de la communication.

Omar AOUAB, sous-directeur de Centre de Documentation Economique Social d’Oran


Nombre de lectures : 516
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique