Édition du
20 May 2018

L’APC, la Commune et ses services publics.

 Une idée devient force lorsqu’elle s’empare des citoyens

La commune en générale est conçue selon une  dimension morale plus importante que n’importe quelle autre institution fut elle économique, politique ou culturelle. 

L’idée de la  commune me passionne de faire cette  missive  ouverte  à qui de droit dont une priorité réservée   spécialement aux représentants locaux officiels  et  officieux c’est-à-dire les décideurs locaux,  les  sages de la ville,   les honnêtes hommes et  intellects,  ce message est mis à la portée pour information à l’attention  de tous les acteurs de la république algérienne démocratique et populaire afin de laisser les citoyens locaux de décider eux de la vie de leur localité dans le cadre des règles de la république : 

La commune et ses services publics  

 La commune  est un centre  ou converge  par principe tous les  bonnes idées bienfaisantes de solidarité  culturelle, matérielle environnementale, financière et spirituelle pour le bien être  de  la collectivité  pour ’un nouveau  contexte bien déterminé abstraction faite  de la politique politicienne  qui mène au pouvoir .

 Ce pouvoir politisé  cède le rôle aux  forces  généralement de régression  afin  de diviser pour mieux régner ; ces forces  prennent cependant, lorsque cela leur semble utile, la forme hypocrite de l’union pour mieux diviser.


Dans ce combat local il ya  des citoyens issues du peuple d’une part et d’autre part  des individus  qui sont  issues des « Ghachis » , en effet , les citoyens représentent   le  phare de l’émancipation humaine et représentent  la cible  principale et prioritaire  des « faux riches » qu’on appelle des  néolibéraux parasitaire qui se prétendent des  maitres oligarques locaux  .Ils  sèment l’incompétence, la médiocrité, le désordre et l indiscipline ; de là, découle la lente et insidieuse destruction de la vie communale.

 En l’absence de la culture de la solidarité, la démocratie devient un jeu pour le profit des oligarques, et au lieu d’avancer dans le sens d’un meilleurs  cadre de vie environnementale et culturel, la division sinon l’égoïsme de chacun pour soi  font perdre la garantis publiques    et les responsabilités se font  noyer dans « ce n’est moi  je ne sais pas ! »….les richesses publiques et même le patrimoine corporel et incorporel public  sont détournés au profit des nouveaux oligarques et l’argent devient maitre de la situation pour clamer  afin que vive le consumérisme. Et que la mort   s’abat sur   tout esprit créatif et production matérielle !
La  destruction de la ville par le laxisme communal  est sournoisement réalisée, au prétexte de plus grande efficacité, par des agents choisis parmi les partis politiques qui sont en train de brader les services publics au profit du  pouvoir privé.
il est clair  que vous allez penser que c’est un complot  non  ce n’est pas un complot ! Il s’agit en fait d’une déstabilisation programmée par une stratégie de choc

Les services publics méritent en principe  d’être améliorés pour mieux répondre aux besoins des populations pour vivre  convenablement dans un cadre de vie bien meilleurs.

La commune, est faite pour favoriser les gens à vivre  ensemble  et en commun ,  et à participer à l’épanouissement du contexte social et booster le  développent pour une nouvelle culture créative  soit une richesse immatérielle inclusive.
Par contre  les entreprises, elles, développent une richesse matérielle ayant une tendance exclusive.

La commune fait partie de la structure essentielle de l’Algérie ; elle est la base même de la   démocratie responsable elle en fait un  mini état de droit.
Elle permet en effet d’envisager des sociétés pacifistes, de plus en plus vastes et d’une complexité contrôlée, permettant de réaliser des économies de moyens bénéfiques à tous.
La commune  est  une  collectivité territoriale, elle est faite pour conduire efficacement une économie de proximité, en concordance avec une volonté politique bienfaisante   dans le cadre de l’État  de droit au service du bien public.

Ces services publics créés dans le but de faciliter une économie générale  de proximité et de convenace.ils sont au service du public et donc ils permettent de matérialiser, formuler et cristalliser les valeurs universelles  de la républiques. L’amélioration des services publics permettent de créer mieux, bien et plus de richesses car ces services avantagent et favorisent l’harmonie sociétale que l’être humain  retrouve son ’épanouissement.

Les services publics sont la base d’une solidarité active. Ils devront être le moteur de la ville qui avance , leurs négligences suscitent  un laxisme total ou l’environnement devient infect et insupportable,  c’est se qui se passe dans l’ensemble de nos communes ou : la saleté ,le désordre,  le squattages des lieux publics, les nids de poules, les dos d’ânes, la non remise en l’état , la circulation et stationnement anarchiques des voitures, des « parkinguers » informels, des fuites d’eau et d’eaux usées, l’éclairage public défaillant .,…..

L’urgence est de renouer avec les investissements, des idées culturelles dans le cadre du respect du bien et de la règle de l’état  nécessaires afin de rendre partout la même qualité de services publics pour un bon équilibre de l’ensemble du territoire communal ensuite  viendront le tour de la  wilaya et enfin de la nation.
Il serait par ailleurs très facile pour l’État avec la complicité de la société dite  civile de faciliter le dynamisme de la  commune en simplifiant la vie administrative de la commune

Nous disposons de tous les moyens pour évoluer et régénérer la vie sociale en redonnant sens et vigueur à la démocratie, en créant des médias respectueux de l’information, en rétablissant des responsabilités facilement identifiables, en instaurant une répartition et une circulation monétaires conformes à la justice sociale et nécessaires aux besoins de fonctionnement de la nation…

Les dirigeants nationaux semblent se révéler plus aptes à désorganiser les institutions qu’à servir le bien commun car ils n’ont jamais connu de culture citoyenne à part  cette mauvaise formule de« si j’étais, je serai et je ferai  plus de mal  pour les autres que de bien pour moi ».
Dans ce cas, vous, les élus locaux, pourriez vous  bien être  pour une fois le recours, en maintenant la stabilité sociale conforme aux biens dans vos communes afin de reconstruire démocratiquement la l’Algérie par la commune

 BENALLAL MOHAMED


Nombre de lectures : 744
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • mohamed
    14 mai 2018 at 20 h 15 min - Reply

    des élus dites-vous ??




    0
  • tarak
    15 mai 2018 at 1 h 00 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Je me rappelle de l’APC des années 60-70 (jusqu’à 12 années après l’indépendance) où ses services fonctionnaient à merveille.
    – Les ordures rassemblés dans des poubelles fermées (biens de l’APC) se ramassaient à 4h du matin.
    – Le lait était livré dans des bouteilles en verre à 4h du matin (lait Bettouche)
    – Les trottoirs des rues principales et avenues étaient nettoyées à grand eau très tôt le matin, des bouches d’incendie existaient sur les trottoirs et réservées à cet effet. Les avaloirs étaient nettoyés périodiquement.
    – Les nids de poule sont fermés quotidiennement sur les routes à grande circulation, sur les trottoirs et sur les rues secondaires par deux à trois agents munis d’un dumper rempli d’asphalte, des pelles et une dameuse manuelle.
    – Les chiens errants étaient ramassés le Galoufa
    – L’état civil certe en français mais fonctionnait parfaitement, pas de bureaucratie et quelle écriture et sans faute aucune.
    – Les plages étaient propres
    – Les marchés étaient très bien organisés, tout était sur les étalages et non par terre.
    – Les écoles, collèges et lycées étaient bien entretenus
    – Le stationnement des voitures était bien réglementé par des panneaux de signalisation et pas de parkingers.
    – Les stations de taxis étaient bien définies
    – Même les urinoirs existaient sur les rues principales
    – Des fontaines d’eau fraiche existaient aussi sur les rues principales
    Tout était propre Ah le bon vieux temps!!!
    On a tout massacré et on n’a retenu aucune leçon de civisme du colisateur.




    3
  • Congrès du Changement Démocratique