Édition du
21 September 2018

Le devoir de résistance واجب المقاومة

Un texte rédigé en mars 2008 et qui reste malheureusement d’actualité !

صلاح الدين سيدهم 

إن الحقيقة الثابتة هي أنه عندما يستولي ويتحكم مغتصبون في قدر أمة، فإنهم لا يستطيعون البقاء في سدة الحكم إلا بالأساليب الغير الأخلاقية، المضللة والمفسدة. 
ليس لهذه السلطة الغير الشرعية من خيار لفرض نفسها على الشعب إلا الاستيلاء على كل أوصاف الشرعية وهذا بعد إفراغها من محتواها فتكون كقوقعة فارغة، والهدف من هذا كله هو أن تخدمه هذه الواجهات وتخدم مصالحه بدلا من مصالح الأمة، مع المجازفة بإمكانية تخريب روح هذه الأمة وتماسكها وكذلك مبادئ العدل والمساواة أمام القانون الذين هما أساس تواجدها وضمان استمرارها. 

إن مثل هذه الحالة لا يمكن أن تتطور مع مرور الزمن إلا نحو الأسوأ، وهذا هو الواقع الذي لا مفر منه، مهما كانت حجم الثروات الطبيعية للبلاد، أو الخطابات الرنانة والمضللة التي تمجد انتصارات السلطة. 

وقد استطعنا التأكد من هذا الواقع، عندما ارتفع سعر البترول إلى مستويات قياسية وسمحت لبلدنا الحصول على مداخيل غير متوقعة. كل هذه الثروات التي كان بإمكانها التخفيف من بؤس وشقاء أكثرنا احتياجا، وتضع آليات لنهضة اقتصادية، ولكنها لم يكن لها من أثر إلا الزيادة من جشع الأقلية الحاكمة، ووضع خطط شبه اقتصادية، مرتجلة وباهظة التكاليف، ولم يكن لها من نتيجة إلا مثل تأثير الجراحة في ساق خشبية. 

كان بإمكان كل هذه الأموال الغير منتظرة، أن ترجعنا إلى تسيير عقلاني وراشد لبلدنا، لأن هذه الأموال الضخمة كانت كافية لنهضة اقتصادية حقيقية، وبدلا من ذلك استعلمت وبدون حساب، لتجعل من بلدنا بازارا كبيرا للخردة، حيث أطلق العنان للاستهلاك الفاحش المبالغ فيه، الذي لا يستفيد منه إلا بارونات النظام. 

اليوم وقبيل « الانتخابات » الرئاسية، التي تذكرنا بالعهد الستاليني والتي تحضر حسب الطريقة الفلكلورية المعروفة، والتي يجب أن يحمر منها خجلا بارونات النظام، هذا إذا بقيت لديهم ذرة حياء، وصرنا نرى تبذير أموال الشعب لغايات ديماغوجية وشعبوية، وفي نفس الوقت تنهب الأقلية الحاكمة وفروعها المافيوية كل ثرواتنا. ونلاحظ اليوم أن هذه السلطة الغير الشرعية وحتى لو انسلخت من جلدها وغيرت وجهها العدد الذي يلزمها من المرات، هي في طريقها كي تهوي بنا إلى وضع لا نستطيع الخروج منه أبدا، خاصة إذا تطورت الظروف الاقتصادية الحالية إلى الأسوأ. إنها سياسة الهروب الى الأمام- والتي تعتبر انتحارية للبلاد- لنظام في مرحلته النهائية. 
لا نستطيع أن نبقى متفرجين على انحطاطنا وعلى اغتيال أمّتنا ! و بل ليس لدينا الحق. و ستعتبر جريمة عدم تقديم يد المساعدة لأمة في خطر. أمتنا التي ضحى أوائلنا بأرواحهم من أجلها. 
مقاومة تخريب وطننا هو حق مقدس. 

لا يستطيع أحد أن ينكر علينا هذا الحق. 

لأن الجزائر ليست ملكية لأحد أو لجماعة. هي ملك للشعب الجزائري، لكل الجزائريين الذين من واجبهم المحافظة عليها من كل الأخطار. 

حان الوقت لإنهاء الثرثرة والأحاديث المملّة، والعقيمة و في غرق أنفسنا في الشقاقات والاختلافات المعوقة، حان الوقت لطرح المشاكل الحقيقية ولإيجاد الحلول الصحيحة و الواقعية . 
يجب أن تعود السلطة للشعب، وللشعب فقط. بدون أية ألاعيب أو حيل أو استغلال دنيء، يجب أن يرجع النهر المحوّل إلى مجراه ! نهر الكرامة الذي روي بدماء الكثير من أهالينا. ويبقى التغيير الجذري والسلمي للنظام السياسي هو الحل الوحيد لإنهاء أزمة الشرعية للسلطة المستمرة منذ 62. 

حان الوقت لمبادرة سياسية، مبادرة سلمية وسياسية خالصة. سنوظف كل حقوقنا كمواطنين أحرار، كي ننطلق لإغاثة وطننا. تفرض هذه المبادرة نفسها كبديل ديمقراطي، والتي تضم كل القوات الحية للأمة، دون إقصاء أو احتكار، بعيدا عن أية ديماغوجية أو انتهازية. 

الواجب ينادينا! 

ليس لدينا الحق في التردد فكيف بالتراجع. لأنه يجب أن نعود إلى الحق وإلى العدالة. إلى جزائر كل الجزائريين ، جزائر العدالة و الحرية و الديمقراطية، متأصلة بقيمها الحضارية ومتفتحة تماما على العالم. 
وأسمح لنفسي باستعمال أبيات للشاعر أبو القاسم الشابي: 

« إذا الشعب يوما أراد الحياة، 
فلا بد أن يستجيب القدر، 
ولابد لليل أن ينجلي، 
ولابد للقيد أن ينكسر.. » 

وفّقنا الله و سدّد خطانا. 

صلاح الدين سيدهم
الجزائر مارس 2008 ا

_______________________________________________________________________________________________________________________

Par Salah-Eddine Sidhoum

Lorsque le destin d’une nation est capté indûment par des usurpateurs, ceux-ci ne peuvent se maintenir à sa tête qu’en usant de procédés amoraux et corrupteurs. C’est une vérité immuable.
Ce pouvoir illégitime n’a d’autre choix, pour s’imposer au peuple, que de s’approprier tous les attributs de la légitimité, en les dénaturant, en en faisant des coquilles vides, des façades de pure forme qui n’ont d’autre finalité que de le servir, aux dépens de la Nation, et au risque d’altérer l’esprit même de cette dernière, sa cohésion, et les grands principes de justice et d’égalité devant la loi qui fondent son existence et sa destinée même.
Une telle situation ne peut qu’empirer. C’est une logique inexorable. De jour en jour, et quelles que soient les richesses naturelles du pays et quelque soient les discours triomphalistes et trompeurs du régime.
Nous avons pu mesurer cette logique dans toute son implacable réalité depuis que la flambée des prix des hydrocarbures ont permis à notre pays d’engranger des recettes inespérées. Toute cette richesse, qui aurait pu soulager la misère des plus démunis d’entre nous, et mettre en place des mécanismes rationnels de redressement économique, n’a eu d’autre effet que de décupler la voracité de l’oligarchie, et de servir à des plans pseudo économiques, improvisés et relativement exorbitants, qui n’auront d’autre résultat que ceux d’un cautère sur une jambe de bois.
Cet argent miraculeux, qui aurait pu servir à nous remettre sur la voie d’une gestion rationnelle et raisonnable du pays, puisque ces moyens colossaux étaient suffisants pour une réelle relance économique, a été utilisé, sans compter, pour faire de notre pays un immense bazar, une véritable Khourda où la consommation débridée et démagogique en soi, ne profite réellement qu’aux barons du régime.
Aujourd’hui, à la veille des « élections » présidentielles, dignes de l’ère stalinienne et qui se sont préparées dans l’orchestration folklorique que nous savons tous, et qui devraient faire honte aux barons de ce régime, si tant est qu’ils sont susceptibles de ressentir la moindre pudeur, nous assistons à un usage immodéré de l’argent du peuple, à des fins démagogiques et populistes, alors que l’essentiel de nos richesses est pillé par une minorité et ses réseaux mafieux. Nous observons que ce pouvoir illégitime, même s’il a mué autant de fois que cela lui fut nécessaire, est en passe de nous précipiter dans une situation dont nous ne pourrons plus nous tirer, pour peu que la conjoncture économique mondiale s’aggrave un tant soit peu. Il s’agit d’une véritable fuite en avant – suicidaire pour le pays – d’un régime en phase terminale.
Nous ne pouvons plus continuer à assister en spectateurs à notre propre déchéance, et à l’assassinat de notre Nation ! Nous n’en avons pas le droit. Ce serait un crime de non assistance à Nation en péril. Notre propre Nation. Celle pour laquelle nos aînés ont donné leur vie.
La résistance à la destruction de sa propre patrie est un devoir sacré.
Nul ne peut nous en dénier le droit.
Car l’Algérie n’est la propriété de personne, ni d’un quelconque clan. Elle est celle du peuple algérien, de tous les Algériens qui ont le devoir de la prémunir des périls.
Le moment est venu de cesser les palabres stériles et de nous enfoncer dans des zizanies paralysantes. Le moment est venu de poser les vrais problèmes et de trouver les véritables solutions.
Le pouvoir doit revenir au peuple, et au peuple seul. Sans manigances et sans récupérations sordides. Le fleuve détourné doit retrouver son lit ! Ce fleuve de la dignité qui a charrié le sang de tant des nôtres. Et seul un CHANGEMENT RADICAL ET PACIFIQUE du système politique permettra de régler définitivement la crise de LEGITIMITE DU POUVOIR qui perdure depuis 62.
Le moment d’une action politique est venu. Une action pacifique et éminemment politique. Nous userons de tous nos droits en tant que citoyens libres, pour voler au secours de notre patrie.
Une action qui s’imposera en alternative démocratique, qui devra fédérer toutes les forces vives de la nation, sans exclusion ni exclusive, loin de toute démagogie et de tout opportunisme.
Le devoir nous appelle !
Nous n’avons pas le droit d’hésiter et encore moins de démériter. Parce que force doit revenir au Droit et à la justice.
Pour une Algérie de toutes et de tous, de justice, de liberté et de démocratie, profondément ancrée dans ses valeurs et grandement ouverte sur l’Universel.
Qu’il me soit permis de faire miennes les paroles d’Abou El Kacem Echabbi :
« Si le peuple, un jour, aspire à la Vie, 
Force est au destin d’y répondre,
Force est aux ténèbres de se retirer, 
Et force est au joug de se briser… »
Que Dieu Guide nos pas !

Salah-Eddine Sidhoum
Alger mars 2008


Nombre de lectures : 3192
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Ayoub Bouazza
    15 juin 2018 at 11 h 48 min - Reply

    C’est la triste réalité. Aller droit au but est obligatoire pour tous les algériens au lieu d’errer inlassablement et inutilement en tournant autour du pot sur les chaines et les journaux des différentes chaines de télévision. Pour moi tourner autour du pot c’est parler de tout sauf de la vérité, une plaie que chaque algérien a profondément enfouie en lui.




    5
  • Dria
    15 juin 2018 at 15 h 14 min - Reply

    Merci Dr Sidhoum pour ce rappel. Dire que c’est daté de Mars 2008 et que dix ans ce sont écoulés, sans qu’il n’y ait aucun changement. Pour ne pas dire ça c’est empirer, mais force est de constater que ce discours est toujours d’actualité.

    Où sont ceux qui aspirent vraiment à la vie? Comment forcer le destin d’y répondre en tant que fataliste. Quand on on préfère vivre sous le joug, en subissant encore et encore?
    Pourquoi le changement nous fait si peur. Est-ce la liberté qui nous fait défaut? Ou c’est la démocratie qu’on arrive pas à apprivoiser?.

    Sur le plan théorique tout a été dit mais du point de vue pratique rien n’a été fait.Tout a été décris les chaînes, leurs couleurs, leurs épaisseurs et toutes leurs caracterestiques. Le problème c’est qu’on s’est habitué à ces chaines et autres boule de fer qu’on traîne non pas par plaisir mais par habitude…Certes ça nous plait pas, mais on s’y fait.

    A quand le passage à l’acte faut il réagir avant la prochaine wakhda ou attendre une autre décennie, la réponse est dans chaque algerien, le temps répondera à la majorité tôt ou tard.
    Si ça ne bouge pas, ça ne veut pas dire qu’on est minoritaire mais plutôt qu’on est pas solidaire….il nous faut juste un catalyseur… Pourvu que ça ne prendra pas d’autre décades

    Saha Aidkum




    6
  • Jalal
    15 juin 2018 at 20 h 52 min - Reply

    On ne peut qu’être d’accord avec le contenu du texte. Toutefois,je me permet de relever : le chemin de la résistance exige une conscience politique de qualité de la part de l’ensemble de la société et son union sans faille. L’histoire des luttes des peuples nous donne des leçons indispensables à étudier et à appliquer. Il faut essayer de se débarrasser des clichés et des
    déformations de l’Histoire propagés par le néocolonialisme et qui ont empoisonné nos esprits car je remarque dans le texte ci-dessus les termes : « dignes de l’ère stalinienne ». Je me demande avec un grand étonnement comment pourrons-nous être des résistants efficaces pour ne
    pas dire plus, tout étant anticommunistes. Notre anticommunisme est un grand atout qui renforce solidement le régime qu’on veut combattre. Staline,Marx,Engels, Lénine, Che et tous les autres ont combattu les régimes similaires au notre. Il faut choisir entre les deux camps ennemis : capitalisme ou communisme (compris dans leur sens très large), il n’y a pas de troisième voie comme l’ont affirmé les premiers penseurs du communisme !! Notre grande révolution de libération nationale a libéré l’Algérie du colonialisme mais l’anticommunisme l’a empêché de finir ses taches de libération en amenant en Algérie le système capitaliste qui a colonisé notre pays de 1830 à 1962.




    4
    • ibn Arabi
      16 juin 2018 at 2 h 45 min - Reply

      Staline est le pire des imperialistes. 8 Millions d’Ukrainiens sont morts de famine par sa faute. Il a deporte des milliers de musulmans des pays du Caucase. Quant a votre Carl Marx il a demande a la reine d’Angleterre de coloniser l’Inde. Certains de ses disciples ont felicite les francais pour leur victoire sur l’Emir Abdelkader. Liser l’article sue le site :

      http://www.anticolonial.net/spip.php?article109




      3
      • Jalal
        16 juin 2018 at 22 h 29 min - Reply

        @ibn Arabi
        Si ce n’était pas Staline, aujourd’hui tu serai sous la coupe du régime nazi ainsi que le monde entier. 20 millions de soldats soviétiques sont morts en combattant le nazisme commandés par Staline. Que tu veux ignorer ou que les maitres à penser anticommunistes ont enseigné aux gens sans jugeote et faciles à berner. Staline n’a pas tué, pas même une mouche. 99% de ce qu’on a raconté sur Staline est du pure mensonge. Tu répètes des calomnies sans prendre la peine de chercher par toi même la vérité ! C’est ce genre d’anticommunisme que tu racontes qui nous laissera sous le joug du régime qu’on veut combattre. Karl Marx appartient aux milliards d’humains écrasée par des régimes qui se cachent soit sous la religion politisée (frères musulmans etc), soit sous le libéralisme exploiteur et une démocratie bourgeoise à double vitesse, soit sous un nationalisme chauvin et raciste. La voie anticommuniste mène toujours à l’impasse et aux échecs sans fin. Les ennemis de Staline étaient des anti-socialistes quelque soit leur religion, leur race ou la couleur de leur peau. Combien de milliers ou plus de musulmans ont été massacrés par des musulmans en Algérie, en Syrie, en Irak, au Yémen, en Arabie, en Libye, en Somalie, en Egypte, etc, la liste est longue. Et ce n’était pas sur ordre de Staline, ni sur ordre de Karl Marx, mais au nom de l’ISLAM !! Les textes de Marx et sa pensée, pour être compris, doivent être étudiés dans les textes originaux de Karl Marx lui même, et non pas dans des sites autres (site anticolonial.) Karl Marx n’a cessé d’être calomnié et ses travaux mal interprétés et déformés. Et cela dans le but d’alimenter l’idéologie anticommuniste qui est l’un des supports principaux des oppresseurs et du système exploiteur !




        6
        • ibn Arabi
          19 juin 2018 at 7 h 55 min - Reply

          Le communisme est mort et bien enterre la ou il a commence. Il persiste uniquement dans les tetes de certains intellectuels du tiers-monde. Comme on dit trois adjectifs incompatibles: communiste, intellectuel et honnete.




          2
          • Amar
            20 juin 2018 at 20 h 47 min -

            Ah,pas si vite,mon cher IBN-ARABI!.Vous prenez la mi-temps pour la fin de la partie.L’histoire est un processus dialectique et ne peut se terminer par la victoire du mensonge, du faux,du criminel, du vol,du pillage,du meurtre de millions d’innocentsur etc pour le profit de quelques imperialo-capitalistes.
            La chute de l’URSS,avait pour cause,ses contradictions internes,ses corruptions étendues,son incapacité à rénover etc.Mais le chaos mondial dans lequel nous vivons aujourd’hui, globalisé,drive par la superpuissance capitaliste pour s’accaparerles ressources des pays sans défense ne peut durer.
            Et des cendres de ce communisme q’on croye à jamais éteint,surgit l’espoir de voir ce hégémon mis sous contrôle.Je parle de la Russie et de son armement supersophistique,dons les bases scientifiques ont leurs racines durant l’époque de l’oncle JOSEPH STALINE.
            Un monde multipolaire est entrain de naître ou la volonté d’un seul puissant humain ne peut a elle seule dicter l’économie, la politique, la culture à autre oui.Et surtout pas ses vassaux qui nous gouvernent.




            3
        • Amar
          20 juin 2018 at 19 h 22 min - Reply

          BRAVO,JALAL!.Une réponse magnifique,supportée par des faits historiques.Le mouvement nationaliste algérien à pris conscience parmi les prolétariat en France,et pendant les deux guerres mondiales.Les fonds provenant des travailleurs algériens au sein de l’UGTA et autres ont contribué massivement à la révolution algérienne.
          Algériens,nous étions frères,braves,honnêtes,altruistes dans une société pauvre mais disciplinee et libérée des contraintes matérielle, avilissantes,et du pouvoir des traîtres qui nous humilient,et la mémoire des héros du passe.
          La révolution algérienne,n’est pas terminée.Après cette pause,longue,dure,injuste entre les mains de nos colons mafieux,suceurs de sang de leurs concitoyens au nom d’un capitalisme neo-libéral,dicte et encourage par les véritables détenteurs de décision à l’l’étranger,nous reprenons conscience et entamons la phase prochaine.
          Et nous ne pouvons pas parler de Karl Marx sans associer son immense soutien F.ENGELS
          À qui j’emprunte cette phrase : »LA LIBÊRTE C’EST LA CONSCIENCE DE LA NÉCESSITÉ. »




          1
  • mohamed
    16 juin 2018 at 8 h 09 min - Reply

    César disait, le peuple a besoin de pain et de jeux.

    Le peuple algérien a besoin de pain, de foot, de se bousculer pour n’importe quoi et de

    …..jours fériés !

    Nous, moi y compris incitons ce peuple à s’organiser, à se défendre pacifiquement et se libérer.

    Il suffit aux mafieux de lui inventer un autre jour férié chômé et payé et ce peuple se calmera comme si vous lui aviez injecté une dose de morphine.

    A l’âge de 14 ans j’ai hurlé 7 ans ça suffit ! trouvez-moi aujourd’hui un gamin de cet âge crier 20 ans ça suffit.

    Ce n’est pas de gaieté de coeur que j’écris ces lignes, plutôt la rage au coeur.

    Aid moubarak




    5
  • M.Bous
    17 juin 2018 at 17 h 52 min - Reply

    Saha Aidkoum !
    Le pouvoir Algerien est en fin de  » cycle-durable  » , il répète ses memes erreurs , il gère les effets quotidiens d’une crise multidimensionnelle qu’il a lui meme crée , il n’a plus rien a donner de sérieux comme solutions , il bricole , il avance et il recule dans un meme mouvement pour un meme événement , il est devenu un grand danger pour l’actuel et le lendemain de la nation … Il doit disparaitre , il ne le veut pas , il ne le peut pas , d’aucuns ne veulent pas le voir disparaitre , d’autres n’accepteront jamais sa disparition … il est devenu  » 3oud dardar  » – pardon de l’expression – si tu l’enlève , tu aura a subir une diarrhée continue , tu le laisse , tu trainera une honte humiliante toute ta vie … Avec la  » saharisation  » culturelle , intellectuelle , politique et citoyenne de la société qu’il a parrainé , avec la castration des hommes de bonne foie et le  » non évènement » qu’il prone de chaque sérieuse initiative ou proposition , tu souffle dans du sable fin les yeux grands ouverts… le pouvoir se parle a lui meme , mais il ne s’écoute pas … Je peut paraitre fataliste , négatif mais je suis convaincu d’une chose , la solution est hors des couloirs classiques d’usage que les plus futés connaissent et maitrisent mieux que tous et qu’ils se réjouissent que nous les empruntions … Il faudrait inventer les solutions comme disait Hanaba3l …




    5
  • lyes laribi
    18 juin 2018 at 0 h 07 min - Reply

    @ salah-eddine
    Avant tout saha aidek, si vous me permettez de rajouter cette réflexion : nos dirigeants n’ont aucune éthique dans leurs comportements. C’est une association d’arrogance et de l’ignorance qui très dangereuse pour notre pays, c’est pour ça non seulement il faut résister mais aussi œuvrer pour un changement radical.




    4
  • S. Laïd
    18 juin 2018 at 20 h 15 min - Reply

    Vénérer Staline ou Boudha et prendre cela comme un choix et une philosophie de toute une vie,c’est une liberté de conscience en quelque sorte. Mais essayer d’imposer ses convictions-à d’autres personnes par la force et dans le sang comme le font d’autres idéologues,avouons que l’on est pas sorti de l’auberge,qu’on tourne en rond,autour de l’abcès sans vouloir ni pouvoir le crever,alors que le train de l’évolution de toute espèce vivante sur terre,roule toujours dans le fracas mécanique de sa vitesse pour ne laisser sur les bords de son chemin que des écrasés et des faibles.




    6
  • Abdellah CHEBBAH
    19 juin 2018 at 12 h 37 min - Reply

    Encore une fois cet appel ne pourra pas retentir surtout dans l’oreille d’un mort. Le peuple Algérien est cliniquement mort depuis 56 ans. Il est maintenu dans un coma éternel. Il ne parle plus, ne comprend plus et ne bouge plus. On pourra essayer tous les remèdes aucun ne le ramènera à la vie. Son état est végétatif. Il est atteint de plusieurs maladies non connues encore par les scientifiques. Sa première maladie a touché son cerveau. Il a commencé a confondre l’histoire de la révolution et les histoires qu’on lui a raconté. La deuxième a touché son ego, son orgueil et sa personnalité. L’air pollué du temps l’a gonflé à l’helium comme un ballon. Il connait tout, est au courant de tout et il est partout. Sa troisième maladie a touché sa vanité et ses apparences de fausse aisance, au point ou il est devenu imbu. Sa quatrième est qu’il devient amnésique à chaque nouveauté qu’on lui propose sans en déceler ni se souvenir des expériences passées. Sa cinquième est le manque d’effort et sa paresse au travail. Sa septième, son manque d’analyse et de décryptage. Sa huitième, son esprit moralisateur et de donneur de leçons. Sa neuvième, ne pas savoir ce qu’il veut. Sa dixième, son esprit vicieux et vicié. Enfin bref, des maladies toutes réunies qu’aucun psychiatre, ni psychologue ne pourra guérir. On essaye actuellement de la réveiller avec des drogues fortes telles que la cocaine. Mais même ce remède n’agira pas. Laissons-le aux mains de son créateur qui en fera de lui ce qu’il voudra.




    6
    • N. Nadjat
      20 juin 2018 at 19 h 03 min - Reply

      Peut être que ce peuple n’est pas seulement mort est enterré mais dans un coma profond depuis presque 2 siècles;donc c’est un constat qui vient très très très en retard de la bouche même de Bachaghas et de Caïds qui non seulement ne croyaient guère au génie millinaire de ce peuple mais l’ont accablés de tous les maux et saletés parce qu’eux-mêmes étaient ensorcellés par le colonisateur pour ne paraître qu’à l’image de fantômes dans une camisole coloniale.

      Défaitistes et mesquins dans leurs comportements comme ils furent,ils ne trouveront,certainement,personne pour saluer leur mémoire,et ce jusqu’à la fin des temps.




      5
    • M.Bous
      21 juin 2018 at 13 h 44 min - Reply

      Tout est énuméré , 10 raisons qui font de nous un peuple a la traine verticalement attiré vers le bas et qui ne se réveille qu’une fois le fonds atteint … Meme au fonds de l’abime , notre sommeil peut durer plus d’un siècle , ce n’est guère un phénomène propre a nous , tout les hommes naissent égaux ! d’autres peuples ont connus pire , ils ont escaladés leurs faiblesses , leurs peurs , leurs différences … et prennent de nos jours de bonnes bouffées d’oxygène … Ce qui avait dépoussiéré ces peuples pour se relever sont deux idées qu’on retrouve pratiquement comme motrices de toutes les civilisations , 1: l’idée Nation ( tribut ou pays ) , 2: l’idée Religion ou Dogme . On possède les deux ! mais tellement qu’elles sont entachées , creuses et détournées Machiavéliquement de leurs missions , on se perd dans nos propre valeurs et s’affaiblit avec nos propres forces … On se retrouve avec un peuple qui ne sait quoi faire ! Mais les peuples n’ont jamais pris d’initiatives , il ont l’instinct de survie comme leitmotive … Leurs leaders , élites , érudits ou messies prennent en charge leurs sursauts a chaque décadence … Avec nos faux leaders , notre fausse élite pourrait-on espérer un jour voir le jour ? … Avec nos vrais leaders , notre vraie élite passives et qui attendent que le peuple les prennent sur les épaules et leur offre le trone , pourrait-on espérer que ce reve idyllique se réalisera un jour ? … IL FAUT INVENTER LES SOLUTIONS ! … Les couloirs classiques du changement , du renouveau et meme de l’innovation ont leurs maitres décideurs qui ne permettent a passer que ce qu’ils controlent … D’autres couloirs sont a créer ! … et c’est la mission des vrais leaders , des vraies élites et des disciples des messies …




      0
  • Smaïl. El-ouahrani
    21 juin 2018 at 15 h 45 min - Reply

    Sans honte ni remords,des gens manipulateurs et excités continuent à dire la chose et son contraire,d’un côté ils n’àrrêtent pas à insulter le peuple algérien à longueur de journée et d’un autre côté ils s’éternisent à prêcher dans le vide et « appeler » ce même peuple à résister et à faire « leur »révolution! Quelle hypocrisie?! Quelle provocation?!




    4
  • Congrès du Changement Démocratique