Édition du
21 September 2018

la « Cosa Algérienne ». Une fiction en relation avec les 701 kg de « ghobra ».

Allel Kechaf El Bazgua

(Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. )
Les prix de cette quantité est astronomique ; de quoi acheter les trois quarts des agents de l’Etat sauf ceux qui ne le méritent pas bien sûr.
Au sommet de cette « organisation de subversion » se trouve bien sûr, notre Lucky Luciano. Lucky Luciano a été un élément clef de l’Etat pendant très longtemps. Les réseaux et ramifications développés à l’international sont très denses. Le sont-ils restés dans cet univers ou ni l’amitié ni l’animosité ne sont éternels ? Seul compte « the business ».
Lucky avait un dauphin surnommé Carlo Gambino. Notre Carlo Algérien ressemble physiquement au vrais Carlo Gambino de la Cosa Nostra ; le même physique et aussi rusé que l’Américano-italien. Même la forme du nez est identique.
Ce dauphin a toujours rempli un rôle de banquier dans l’organisation. Avec un « chiffre d’affaires » dépassant presque Sonatrach, il gère le butin de la « Cosa Algérienne ».
Lucky n’a pas avalé qu’on lui enlève la gestion exclusive de son Algérie. Dans son coin d’ombre il ne cesse de planifier son come-back en rêvant de mettre ses hommes qu’il faut aux places qu’il faut.
Ces derniers temps, il est surtout remonté contre son capo, Carlo Gambino. Apres la saisie des 701 kg, il a tenu ce langage au banquier :
« On t’a ouvert le front italien par le couvert d’acquisition bidon de compagnie pour que tu te charges de Chakib. Tu n’as même pas pu proposer un choix pour un simple magistrat dont « il ne peut pas refuser ». Quel résultat as-tu ramené, l’individu se promène librement dans le pays et des voix s’élèvent pour nous pointer du doigt de vouloir le salir ?
On t’a ouvert le Brésil, par ce que tu voulais travailler loin des yeux et des oreilles. Et voilà que tu nous pètes 701 kg. Cette affaire a été planifiée depuis plus de deux années et c’est parti en fumée. Salah n’attendait que sa pour prendre sa Revenge. Tu crois qu’on a le temps de monter une autre avant les présidentielles ?»
Carlo a peur et se rappelle toujours les menaces de Lucky « si par malheur tu penses à nous doubler, nous te trouverons même dans le ventre d’une baleine et nous exterminerons ta descendance. » Lucky ne parle pas en l’air.
Carlo lui répondit en tremblotant : « peut-être qu’on a une chance. Je suis en train de me bagarrer pour le contrôle de quelques ports. Cela va faciliter le transport de la marchandise et s’ils refusent, je ferais bouger la région comme d’habitude. Tu sais bien combien ils ont peur de cette région rebelle »
« Tu y crois qu’ils ont toujours peur de cette région ? Le renard que j’ai contribué moi -même à introniser, a dégonflé tous les pneus sur lesquels on pouvait mobiliser la région. Quant à tes «travailleurs » c’est un pet dans un seau d’eau ».
To be continued…


Nombre de lectures : 1598
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Congrès du Changement Démocratique